Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Jean-Paul II / Pays : Iran / Religions : L'Islam

“Moi, Mehmet Ali Agca, je suis prêt au martyre. Oui, je vais tuer Jean Paul II, pour tuer le pape”

L'auteur de l'attentat raté du pape Jean-Paul II révèle dans un livre intitulé "Ils
m'ont promis le paradis
", que son donneur d'ordre a été l'Iran, et en particulier l'ayatollah Khomeiny. Lequel a dit à Ali Agca, réfugié en Iran après avoir fui la prison turque :

A«C'est la volonté d'Allah, mon cher Ali. Vous ne devez pas douter» «Je vais vous dire. Dieu vous appelle à cette grande tâche. Ne
doutez jamais, avoir la foi, tuer pour lui, l'Antéchrist va tuer, tuer
sans pitié Jean-Paul II, puis suicidez-vous afin que la
tentation de la trahison ne noie pas votre geste. Cette mort va ouvrir une fois pour toutes le chemin du retour de l'Imam Mahdi sur terre. Cette effusion de sang sera le prélude à la victoire de l'Islam dans le monde entier. Votre martyre sera récompensé par le paradis, avec la gloire éternelle dans le royaume de Dieu. "

Sauf que Jean-Paul II n'est pas mort et cela, Ali Agça ne l'a pas compris. A tel point qu'il estimait que le pape, qui est venu en personne lui pardonner dans sa prison, est une personne spéciale,
presque un ange de Dieu.

Addendum 22h45 – le père Lombardi dément cette nouvelle théorie :

"Cette fois-ci, devons-nous croire Agca? Je ne crois pas. Je me
suis employé à faire les vérifications qui me revenaient le plus
directement, et que je pouvais effectuer auprès de personnes spécifiques
du Vatican sur ce qui est affirmé dans le livre.

J'ai rencontré
et interrogé le Cardinal Stanislaw Dziwisz sur quelques points très
concrets. Tout d'abord, bien sûr, sur la conversation en prison entre
Jean-Paul II et Agca. Le secrétaire du pape Jean-Paul II a une mémoire
bien vivante, en particulier de tout ce qui touche à l'attaque. Et ce
n'est pas étonnant. Donc, le secrétaire du pape était présent lors de
l'entrevue dans la cellule, bien sûr, avec le consentement du pape, et
même s'il n'était pas tout près, il pouvait entendre ce qui se disait.
Son témoignage est crucial. Il confirme que les deux interlocuteurs ont
parlé du secret de Fatima et la survie inexplicable du pape, mais il nie
catégoriquement et absolument qu'il ait été question des commanditaires
et de l'ayatollah Khomeiny, et que le pape ait invité le tueur à se
convertir au christianisme
. Il dément également ce qui est dit dans le
livre d'une autre lettre de Jean-Paul II à Agca pour l'inviter à la
conversion (p.176): Selon le secrétaire, il n'y a jamais eu une telle
lettre.

Dans le livre, il est aussi question de «plusieurs
lettres du cardinal Joseph Ratzinger», présentées comme des «lettres
spirituelles où il dit prier avec le pape pour moi, et prier pour ma
conversion »(p.176). Par scrupule, je me suis inquiété de savoir par
l'"ex"-cardinal Ratzinger si vraiment il avait écrit des lettres à Agca.
Et la réponse est très claire: qu'il avait effectivement reçu des
lettres d'Agca (pas étonnant, parce que beaucoup en ont reçu: moi
aussi). Mais il n'a jamais répondu. Naturellement, Agca dit
avoir déchiré toutes ces lettres papales et cardinalices parce qu'il
était «toujours un combattant islamique et ne pouvait pas garder de tels
textes». Mais bien sûr…

On pourrait continuer. Par exemple,
l'Agca du livre laisse entendre à plusieurs reprises qu'au Vatican, on
prenait également en compte la «piste islamiste» comme explication de
l'attentat contre le pape. Et on cite de prétendues déclarations de
Joaquin Navarro-Valls qui, dans le contexte de la disparition d'Emanuela
Orlandi en 1983, aurait déclaré: «Cela pourrait être des
fondamentalistes musulmans qui s'illusionnent de faire libérer Agca». Le
livre affirme: «Le Vatican montre qu'il avait compris. L'intégrisme
islamique est derrière l'enlèvement d'Emanuela et donc derrière
l'attentat contre Jean-Paul II » (p.153). Mais Navarro-Valls n'est
devenu porte-parole que le 4 Décembre 1984 et il nie avec véhémence
s'être occupé de la disparition d'Emanuela avoir jamais envisagé une
«piste islamiste» à l'attentat.

Même le cardinal Dziwisz nie
résolument qu'au Vatican, on ait considéré comme envisageable la «piste
islamique», en fait, il semble que l'on en ait pratiquement jamais
parlé. Par ailleurs, il est assez incroyable que, si le Pape en avait
vraiment été informé et y avait cru, il n'y ait pas eu la moindre fuite.
[…]

En somme, pratiquement tout ce qui était de ma compétence et que j'ai pu vérifier est faux. La
centaine de versions des faits qu'Agca a donnée jusqu'à présent et
auxquelles nous pouvons maintenant ajouter celle-ci sont un peu trop
pour que maintenant nous puissions le croire."

Partager cet article

12 commentaires

  1. Mehmet Ali Agca,
    est un Turc musulman mythomane,
    étranger a la moindre once de vérité .

  2. Ce fait a déjà été révélé par Gordon Thomas dans son livre : Histoire secrête du Mossad.

  3. Hum ! Hum !
    Bon, je n’y étais pas, et je ne connais pas ce Monsieur : ma non credo sue parole tan facilmente…
    Khomeini ? peu crédible !
    Un Turc, traiter avec un Persan ? peu crédible !
    Un sunnite avec un chiite ? impossible…
    De plus, tuer “l’Antéchrist”, pour un musulman ? Mais il s’en moque de l’antéchrist ! Et il ne prendrait pas le Pape pour un antéchrist, si celui-ci est effectivement honni des musulmans en tant que chef des chrétiens : ces fils de chien…
    Combien a-t-il été payé, le camarade Ali, pour faire ce trompe-l’oeil ?
    Qui cherche-t-on à couvrir ?
    Qui a encore peur de la vérité ? La vérité vraie, si j’ose dire…
    Et puis Khomeini savait bien, qu’à peine le Pape assassiné, ces foutus chrétiens en auraient élu un autre. Et alors, quel intérêt pour lui de transformer Jean-Paul II en martyr ?
    Et puis si j’ai bien lu certain récit, il n’avait aucune envie de se suicider, notre camarade. S’il n’avait pas été plaqué sévèrement par une bonne soeur, il s’éclipsait…
    Aucune envie de se suicider, le canard…
    C’est comme l’attentat de Kennedy : on ne connait toujours pas la vérité vraie…
    Ou on ne veut pas la connaître !

  4. Le P. Lombardi a justement que ces nouvelles allégations de M. Agça n’étaient pas crédibles, pour ce que lui avait pu vérifier, que les précédentes, qui étaient déjà allées en tous sens…

  5. Est ce que cet homme est vraiment crédible, il a déjà raconté beaucoup de choses, et il faut bien vivre…Aujourd’hui c’est plus porteur de dire que le commanditaire était l’Iran, le grand ennemi des États Unis et donc par obligation de leurs supplétifs occidentaux?
    A l’époque de la guerre froide, c’était l’URSS, le grand méchant ours soviétique qu’il fallait abattre, et le Shah d’Iran a été lâché par les EU, au profit de l’ayatollah Khomeiny qui avait passé un agréable asile politique dans la douce France. Il est donc évident qu’à l’époque cela devait être l’URSS.
    Donc à voir à l’intox.

  6. Mouais, je reste septique sachant que l’Iran est dans le viseur.

  7. Souvenons nous de Giscard accueillant en France ce “grand héros de la liberté” que fut Khomeiny (qui s’identifiait au bras armé de l’Antéchrist!) Quel flair politique!

  8. Pas étonnant (mais je ne me prononce pas sur l’aspect réel ou imaginaire) que Khomeiny soit impliqué.
    En effet, Ali Agça est/était (quoique membre des Loups gris) alevi, branche très implantée en Turquie et proche du chiisme.
    Et l’antéchrist est à comprendre dans le sens musulman chiite : dans la mosquée des Ommeyyaddes, à Damas, l’un des minarets s’appelle le minaret de Jésus. C’est par là que Jésus (au sens musulman du terme, évidemment !) viendra sur Terre, juste après l’imam Mahdi (qui l’annnoncera, évidemment recopie de St-Jean Baptiste, dont la tête est justement conservée dans la mosquée), tuer l'”antéchrist” et établir la religion de Dieu (sous-entendu : l’islam) sur toute la planète.
    Donc, rien d’impossible. Véridique, aucune idée, mais plausible.

  9. Il semblerait qu’il y ait un démenti romain, Apic s’en fait l’écho :
    http://www.kipa-apic.ch/index.php?&pw=&na=0,0,0,0,f&ki=239674

  10. Les vrais commanditaires sont à chercher plutôt soit à l’0uest ou soit à l’Est …
    Jean Paul II gênait les intérêts mondialistes ‘ anti – paix ‘ , entre autres .

  11. @ Gisèle,
    Plutôt à l’est a priori : il ne fait aucun doute que le KGB (ou le GRU mais ça revient au même) ait téléguidé l’opération…
    Après, que cela ait aussi arrangé certain à l’ouest est crédible. Mais le montage est soviétique.

  12. Peu probable, notamment la renontre avec Khomeiny, néanmoins à une époque l’URSS avait tellement infiltré le clergé iranien post – révolution que la police secrète islamique a du faire le ménage par le vide.
    Donc peu probable mais pas impossible.
    C’est juste à titre d’informations, je ne me prononce pas.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.