Mohamed Merah : des questions demeurent

Bernard
Antony, président de l’AGRIF, communique :

"La
triste commémoration des abominations perpétrées il y a un an par Mohamed Merah
appelle un certain nombre de remarques et d’interrogations au-delà même de
celles posées par les médias. […]

La mère de Mohamed Merah et le psychiatre qui l’avait suivi antérieurement en
prison mettent en avant son déséquilibre psychique entraîné par
« l’absence du père ». On apprécie cela à un moment où l’on exalte
les familles monoparentales et la destruction de l’unité humaine pleinement
réalisée dans le couple.

La mère de Mohamed Merah, comme ce psychiatre, évoque l’influence de la lecture
du Coran chez son fils. Ne serait-il point temps de considérer l’importance des
phénomènes de l’action psychologique dans le Coran et par le Coran
, livre s’il
en est de modélisation et légitimation de la violence dont les musulmans sont
les premières victimes ? […]"

4 réflexions au sujet de « Mohamed Merah : des questions demeurent »

  1. Isabelle

    on parle du procès de Luka Rocco Magnotta.
    A tout hasard je vais regarder sa biographie :
    “Eric Newman, alias Luka Magnotta, est né à Scarborough en Ontario au Canada, d’un père absent et alcoolique et d’une mère dominatrice. Il est élevé à Lindsay par sa grand-mère maternelle Phylis.

  2. C.B.

    La politique de l’autruche a encore de beaux jours devant elle.
    Dans les années trente, l’ouvrage “mon combat” fut interdit à la vente en France.
    Aujourd’hui, le coran est en vente, mais il n’est pas question d’en faire une lecture critique.

Laisser un commentaire