Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Mise au point de Paul-Marie Couteaux

Sur le site du MPF :

"Dès le lendemain 23 avril, j’ai dit clairement à Philippe de Villiers que pour ce qui me concernait je ne pouvais appeler à voter pour Nicolas Sarkozy, cela pour la raison principale que, conformément au dispositif du plan Merkel qu’approuvait encore bruyamment le candidat UMP en mars dernier, il ferait adopter un nouveau traité constitutionnel (rebaptisé "institutionnel") par la voie parlementaire, ce qui, s’il était élu, pourrait se faire sous présidence française dès le début de l’année 2008. […]. J’ai donc dit à Philippe mon intention d’appeler à voter blanc et de le faire savoir […]. C’est donc tout naturellement que mercredi 25 j’ai publié un communiqué […]

Après la publication de ce communiqué, divers journalistes m’ont appelé et pour l’un d’eux il est ressorti de notre conversation que "je ne voulais plus avoir de lien avec le MPF". C’était aller très au-delà de ce que j’ai dit : je n’ai fait que rappeler en effet que je n’étais pas formellement membre du MPF, mais plutôt du RIF (Rassemblement pour l’Indépendance de la France) […]

Je tenais à faire cette mise au point au cas où certains d’entre vous seraient tentés d’extrapoler à partir de propos qui étaient eux-mêmes des extrapolations."

Michel Janva

Partager cet article

6 commentaires

  1. merci de toutes ces précisions qui nous intéressent évidemment au plus haut point
    Philippe de Villiers(un homme que j’admire mais qui a d’aussi brillants conseillers a fait je crois 2,5%?
    par conséquent, chacun des conseillers (dont Paul-Maris Couteaux)
    représente combien?
    aidez-moi, car je ne suis pas trés fort en maths

  2. Toutes ces critiques contre ”JM LP qui avait quitté ses fondamentaux” pour en arriver à soutenir au second tour Sarko, le ”monstre” du premier tour.
    Paul-Marie Couteaux fait preuve d’une grande sagesse : il exprime son désaccord, et ne quitte pas le navire au premier échec (50 % des voix perdues par Villiers par rapport aux élections nationales précédentes).
    Il ne proclame pas non plus la nécessité du départ de son leader, et des responsables du FN, comme le font certains, au travers de l’Union Patriotique.
    Il réfléchit selon des idées,et non selon des structures : c’est cela la politique.

  3. J’apprécie aussi la sagesse et le bon comportement de PM Couteaux. Comme son bon sens. Sarkozy ne mérite pas les voix qu’ils méprise; et il ne s’agit plus d’une élection française mais d’une élection entre 2 candidats euromondialistes,2 canidats de la culture de mort, 2 candidats du laicisme exacerbés.
    Qu’ils se débrouillent désormais entre eux.

  4. Si vous préférez, en votant blanc, que ce soit le PS qui triomphe, si vous préférez qu’il y ait encore plus de régularisations de sans-papiers, que l’immigration augmente, si vous voulez voir les mêmes guignols qu’on a eus sous le règne Mittérand et que notre économie tombe au fond des abysses, libre à vous. Entre 2 maux, je pense qu’il faut choisir le moindre et je suivrai la décision de P2V qui, pour moi, a su être la voix de la sagesse !

  5. Si je puis me permettre, je trouve le Coghen un peu naïf de croire que l’immigration n’augmentera pas avec Sarko!
    Et il faut qu’il relise JPII ou Benoït XVI sur ce qui concerne le choix du “moindre mal”
    (d’ailleurs, très bon article de Pascin dans “l’Homme nouveau”)

  6. Je sais bien que Sarko ne veut que les voix anonymes des électeurs de Le Pen ou de PdV mais surtout pas du reste…de nombreux élécteurs sont décidés à voter Sarko qu’à une seule condition : qu’il prenne vraiment en compte ce que défendent les électeurs de la droite nationale et pas seulement quelques copier-coller dans ses discours…. Pour que cela soit suivi d’effets concrets (par ex. : fermeture immédiate de la HALDE, abandon du droit au logement pour tous, révision immédiate du code la nationalité, préférence nationale, etc.), des accords de désistements électoraux en faveur du mieux placé pour les législatives à venir (même pas besoin de la proportionelle!) doivent être proposés au niveau national. Quand on pense que les socialistes vont proposer aux communistes (1,9 % des voix !) des alliances électorales et que le PC aura donc 15, 20 ou 30 députés…on se demande pourquoi le FN ne pourrait pas en avoir une soixantaine , nombre qui suffirait à faire basculer en juin prochain l’Assemblée Nationale à droite même si Ségo est à l’Elysée (de toute manière le ridicule ne tue plus dans notre Ripoublique) et Sarko pourrait être son 1er ministre, avoir tous les pouvoirs et même prendre des ministres FN et MPF …s’il était bon joueur! Mais voilà…..en 1988 puis en 1997 bien que le pays était en gros à 55/60% à droite, Sarko et ses amis ont rejeté toute idée d’accords électoraux (même au coup par coup) avec le FN (vous vous rendez compte ce vilain parti voulait stopper l’immigration et rendre sa fierté à la France !) et ont préféré faire passer la gauche. Lors des dernières régionales Sarko et Chirac ont voulu éviter qu’il y ait un nombre vraiment représentatif de conseillers régionaux FN pour que ceux-là ne votent pas pour eux !!! Quelle honte pour un conseiller régional de recevoir les voix de conseillers régionaux du FN, du coup ils ont changé le mode de scrutin , résultat des courses : 21 régions sur 22 sont dirigées par des coalitions PS-vert-PC ! L’honneur de tous les Sarko était sauf …ils étaient tétanisés rien qu’à l’idée de se faire reprocher par un journaliste de gôche d’avoir reçu, sans le vouloir, l’appui du FN. La région Poitou-Charentes aurait dû rester à droite …Marie-Ségolène en est devenue présidente (Merci Sarko!) et a pu commencer sa marche vers l’Elysée !!
    Il est temps pour le FN de redemander solennellement avant le 6 mai à Sarközy d’établir une convention prévoyant des désistements réciproques pour les législatives. Si Sarko refuse et si d’aventure Ségo entrait à l’Elysée ce n’est alors pas au FN qu’il faudrait s’en prendre mais à ces gens qui depuis des années méprisent les élécteurs de la droite nationale.
    La seule solution pour la France, dans l’état actuel des choses, est d’unir toute la droite, au moins sur le plan éléctoral, pour qu’enfin les idées de bons sens soient prises en compte.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.