Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Immigration

Migrants : pourquoi n’entendons-nous pas les riches pays du Golfe ?

Valérie Boyer, député des Bouches-du-Rhône, Maire des 11e & 12e arrondissements de Marseille et Vice-présidente du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, répond au Rouge & Noir. Extraits :

"J’interviens effectivement sur la question des chrétiens d’Orient, d’abord pour eux-mêmes, et aussi parce que j’estime qu’il s’agit là d’une question essentielle pour notre pays, je dirais même pour notre civilisation et pour l’équilibre mondial. Il s’y passe un génocide. Et quand un génocide se produit quelque part, il est de notre devoir de nous impliquer. Cela est d’autant plus fondamental, que ce mal est irréparable une fois qu’il est commis. Nous devons intervenir. D’autant plus que la France est non seulement protectrice des chrétiens d’Orient depuis 1535, mais qu’elle est aussi la fille aînée de l’Église et que ce titre, elle doit s’en souvenir.

Sur le plan pratique, la France participe certes à l’aide humanitaire mais je suis consternée de voir que la France a perdu sa voix. Même si elle se fait entendre sur le sujet, elle n’arrive pas à jouer son rôle sur la scène internationale ; c’est-à-dire coaliser les forces et faire en sorte que l’on comprenne l’urgence humanitaire qu’il y a à intervenir. La France n’est malheureusement pas dans une situation où elle arrive à convaincre l’Allemagne et l’Angleterre de mener un action concrète. Nous sommes sur la scène internationale à la remorque des américains sur bien des sujets alors que les américains ne sont pas du tout clairs, eux non plus, sur cette question. Il est vraiment tragique d’en arriver là, d’autant plus que je ne peux imaginer que nous ne soyons pas aujourd’hui en capacité d’arrêter l’État Islamique.

Si Laurent Fabius est vraiment sensible à la question des Chrétiens d’Orient, le gouvernement actuel manque cruellement de cohérence. Il n’arrive pas à mettre en œuvre les conditions internationales pour parvenir à une intervention. Comment voulez-vous que le gouvernement soit cohérent alors que l’on est en train de se prendre les pieds dans le tapis avec la Russie ? Je pense qu’il faut absolument qu’il y ait une coalition, et européenne et avec les états sur place, en associant l’Iran et la Russie. Ne pas les associer c’est se priver de toute possibilité de résoudre cette crise. Je pense que l’État islamique est une abomination comparable aux pires pages de notre histoire, à laquelle il faut mettre fin.

J’interviens sur la question des chrétiens d’Orient, mais aussi sur celle des chrétiens d’Afrique. N’oublions pas qu’en Afrique aussi, d’autres chrétiens subissent le même sort. Ce qui se passe au Nigeria, les exactions commises par Boko Haram, sont elles-aussi absolument abominables. […]

Pourquoi n’entendons-nous pas s’exprimer, par exemple sur la question des migrants, les chefs d’État des grandes puissances du Golfe ? Ces pays, pourtant extrêmement riches, ne se préoccuperaient-ils pas du sort de tous ces migrants ? Il n’y a pas que les pays d’Europe, il n’y a pas que les pays occidentaux qui doivent prendre en charge les migrants. D’autant plus que cela se passe bien plus près de chez eux que de nos propres pays européens. […]

Y a-t-il des alliances possibles sur certains sujets, au niveau des départements ou des régions, avec des élus d’autres formations politiques comme Jacques Bompard (Ligue du Sud) ou Stéphane Ravier (FN) ?

[…] Pour ce qui est des élus Front National, je n’ai pas tout à fait l’impression qu’ils aient envie de discuter avec nous puisque régulièrement nous nous faisons insulter sur les réseaux sociaux. Je n’appelle pas ça « dialoguer ». Mais de toute façon, je n’ai pas attendu le Front National pour traiter de cette question puisque c’est mon initiative sur le savon de Marseille qui a permis la création d’une indication géographique à protéger. Je ne les ai d’ailleurs jamais entendu me soutenir de façon active à ce sujet, ni le Front National, ni les élus de gauche d’ailleurs. […]"

Partager cet article

10 commentaires

  1. Quand on se perd à diaboliser la Russie, il est difficile de faire marche arrière pour s’associer avec elle afin de sauver les chrétiens…
    Aux Pays-Bas, la diabolisation de Moscou n’a rien à envier celle que nous pratiquons, en témoigne la description de la Russie comme un monstre dans les manuels scolaires : http://francais.rt.com/international/3609-russie-vue-comme-monstre

  2. Bien sûr que l’État Islamique peut être réduit en quelques heures mais notre gouvernement ne fera rien parce qu’il soutient, finance et arme l’État Islamique !
    L’État Islamique n’existerait pas sans un soutien massif des occidentaux.
    Ce ne sont même pas des indiens ils n’ont même pas d’arcs et de flèches ni même de chevaux alors IL FAUT TOUT LEUR APPORTER…

  3. Il est plus facile pour cette dame d’accuser le F de ne pas l’avoir soutenue sur le …..Savon de Marseille, que de réfléchir au fait qu’il n’ya pas que Hollande ou Fabius qui aient été désastreux pour l’influence de la France au Moyen Orient.
    Un certain J. CHIRAC et un certain SARKOZY ont été aussi néfastes que leurs successeurs : mais cela cette dame ipi de l’UMP ne peut le reconnaître : alors elle parle de savon de Marseille.
    Il est beau mon savon, tèè !

  4. Les migrants musulmans ne seraient-ils pas mieux dans un pays où l’islam est la première religion ?
    On devrait avant tout penser à leur épanouissement ! Et se retrouver dans des pays chrétiens, n’est pas le bon plan pour eux. D’autre part, il y a des pays arabes qui ont un besoin important de travailleurs. Ils en font venir de toute l’Asie. Pourquoi n’aident-ils pas en premier lieu des musulmans dans le besoin ? Dans le terme de “Frères musulmans” n’y a t il pas le mot Frère ? Alors qu’attendent-ils pour prendre en main tous les migrants de leur confession ?

  5. IMMIGRANTS, pas “migrants” !!!!!

  6. Merci Jean, Très intéressant… et d’autant plus scandaleux qu’aux pires époques du goulag soviétique, dans aucun livre scolaire européen, jamais ont aurait osé représenter ainsi la Russie (alors soviétique)!

  7. Il faut voir la différence de traitement que la France exprime :
    – embargo économique prolongé contre la Russie ce qui ruine notre économie et notre commerce extérieur ;
    – Aucune mesure de rétorsion car l’exécutif est à plat ventre devant les États-Unis qui nous espionnent : aucune convocation de l’ambassadeur américain à l’Élysée, aucun rappel de l’ambassadeur de France à Washington pour consultation, aucun membre de l’ambassade américaine prié de faire ses valises.
    Et si les chrétiens d’Orient ne sont pas sauvés, c’est parce que les USA ont décidé de laisser faire le génocide par l’État islamique.
    Et les dirigeants français, en bons valets de l’Oncle Sam, laissent faire.

  8. “Migrants : pourquoi n’entendons-nous pas les riches pays du Golfe ?”
    réponse
    parce qu en matière d invasion on ne peut pas a la fois être l émetteur et le récepteur

  9. @jean
    Vous avez piqué son manuel scolaire à Robert Marchenoir ??

  10. Le pédagogue :
    En ce début du mois de septembre 2015, la publication par le quotidien britannique « The Independent », de la photo de la dépouille d’un enfant mort en mer, comme des milliers d’autres personnes qui tentent, depuis un certain temps déjà, d’atteindre d’autres rivages, semble avoir provoqué « une certaine émotion », face à « l’afflux des migrants ».
    Depuis longtemps , bravant tous les dangers, des milliers de personnes, hommes, femmes, et enfants, fuyant les horreurs des pays d’origine, tentent d’arriver en Europe et d’y rester, en dépit de l’hostilité dont elles sont l’objet, et qui ne date pas d’aujourd’hui.
    Ce « processus migratoire » ne cesse de mettre en relief certaines conséquences des méfaits du système colonialo-impérialo-sioniste qui a semé, et qui sème encore, l’oppression partout.
    En arabe, les personnes qui prennent la mer pour atteindre l’Europe sont appelés « lhrraaga ».
    Les « brûleurs ».
    J’en ai déjà parlé, mais ce n’est pas la première fois que je reprends ce dont j’ai déjà palé.
    Ce sont généralement des personnes qui tentent, à bord d’embarcations de fortune, de quitter l’Afrique (et des pays situés ailleurs) pour atteindre l’Europe la forteresse), où ils sont considérés, lorsqu’ils y arrivent (ce qui n’est pas toujours le cas), comme « clandestins » (émigration clandestine).
    « Brûleurs » parce que avant de se lancer dans cette tentative d’atteindre des côtes européennes, ils brûlent tous les documents qui peuvent permettre de les identifier et donc de les expulser vers les pays de départ.
    Des pays où sévissent des régimes fondés sur l’imposture, le crime, la trahison, la tromperie, la corruption, l’injustice, la perversion, la débauche, le mensonge, le pillage, l’oppression, l’exploitation, le viol, la torture, l’enfermement, la négation de l’être humain.
    Avec ces régimes, pour les populations qui y subissent les horreurs, l’Afrique (ou des pays situés ailleurs) est un bagne, un continent où la merde gicle et dégouline de partout.
    Nauséabonde.
    L’esclavage a fait des ravages.
    Le colonialisme n’a rien épargné.
    Le système colonialo-impérialo-sioniste continue d’alimenter, d’entretenir et de répandre les ordures et la pourriture.
    Les régimes mis en place par ce système, sont tenus de tout mettre en œuvre afin de servir les intérêts de leurs employeurs.
    Ces employeurs, qui connaissent mieux que quiconque leurs employés et qui n’ignorent rien de leurs pratiques, savent qu’ils sont assoiffés de sang, d’argent et de vices, qu’ils sodomisent et massacrent des hommes, violent, méprisent, humilient et tuent des femmes, s’adonnent à la pédophilie et font disparaître des enfants.
    Ce qui a été appelé « l’indépendance dans l’interdépendance », « la révolution » ou la fin de l’apartheid, n’a pas débarrassé les « indigènes » de l’asservissement, des persécutions, de l’oppression, de l’exploitation, de l’arbitraire, des enfermements, des tortures, des humiliations, des vexations, des injustices et autres.
    Les criminels mis à la « tête » des « États » dits « indépendants » ont des comptes bancaires partout, des lingots d’or, des pierres précieuses, des bijoux de grande valeur, des fermes modèles, des haras, des propriétés immobilières sans nombre, des résidences dans les « grandes capitales » et au bord de « plages pour milliardaires », des palaces, des tableaux de peintres de renom, des cabarets, des boîtes de nuit, des salles de jeu, des restaurants, des voitures luxueuses, des avions, des bateaux.
    Ils affament et détruisent avec l’appui de leurs employeurs, investissent dans les lieux de la débauche, se font livrer par vols entiers des débauchés dits stars, artistes et autres, des alcools et des drogues à profusion, des mets pour « civilisés » que les « barbares » ne connaissent même pas de nom, raffolent de sexe sans frontières et de partouzes.
    Ils salissent et souillent tout, recourent à la dépravation, à la censure, aux usurpations, aux falsifications, aux trafics, aux trahisons, aux tromperies, aux tricheries, aux enlèvements, aux séquestrations, aux emprisonnements, aux supplices, aux liquidations, aux tueries, aux massacres et autres à des degrés inimaginables.
    Les « empires coloniaux » ont peut-être disparu, mais pas les effets du colonialisme.
    Le système colonialo-impérialo-sioniste a imposé à des populations entières de par le monde de chercher des moyens de subsistance dans des conditions, le plus souvent, atroces.
    Beaucoup parmi elles, rurales, se sont trouvées dans des faubourgs de villes nouvelles coloniales, contraintes de s’adapter à des modes de survie dans des bidonvilles.
    Ces populations ont connu la transplantation forcée dans leur pays d’origine, avant qu’elles ne soient poussées à le quitter parfois pour fournir la main d’œuvre, taillable et corvéable à merci, dont les métropoles avaient besoin.
    Le processus migratoire ne peut pas être compris en occultant l’histoire de la transplantation d’êtres de sociétés rurales, d’êtres colonisés, maintenus dans l’ignorance, dépossédés, sans moyens, dans des sociétés industrialisées qui par de multiples mécanismes ont imposé et imposent leur domination.
    Les pays d’Afrique (et d’autres pays ailleurs) restent pour les employeurs des réserves de matières premières et de main d’œuvre, des marchés pour tout écouler, des points stratégiques pour les militaires, des terrains d’expérimentations des armements, des lieux de pédophilie et autres « loisirs pour touristes », des dépotoirs multiples et variées et des décharges d’immondices.
    Ces pays sont dotés d’une armée et d’une police très opérationnelles pour les oppressions et les massacres des populations.
    À cet effet, le système colonialo-impérialo-sioniste leur vend les armes nécessaires et se charge de la formation.
    Ces armes sont vendues au prix fort par ce trafiquant, qui alimente, oriente, entretient et contrôle les conflits armés entre ses employés.
    Doté d’avions bombardiers des plus performants dans les exterminations, d’une flotte maritime pour les agressions, d’innombrables chars de carnage, de missiles, d’équipements militaires les plus récents, d’armements sophistiqués, d’armes nucléaires, le système colonialo-impérialo-sioniste répand la terreur.
    Dans ce domaine, une certaine « préséance » est reconnue à la France en Afrique, qu’elle continue de considérer comme sa « chose ».
    Depuis un certain temps, l’Europe ne veut plus que ces « hrraaga » émigrent pour atteindre « la forteresse ».
    Elle fait tout afin d’empêcher leur venue, mais ces « brûleurs » sont décidés à tout faire pour s’évader du bagne des pays d’origine.
    Ils n’ont rien à perdre.
    Ils continuent de mourir pour fuir ce qu’ils ne peuvent plus supporter.
    Afin de les contenir, l’Europe verse des sommes énormes à ses employés pour qu’ils usent de tous les moyens de rétention.
    Par ailleurs, en plus des possibilités illimitées de chaque État d’Europe, l’Union Européenne a mis en place une force (Frontex) avec des avions, des hélicoptères, des navires et autres, destinés à renforcer « la forteresse ».
    Mais rien n’arrête « lhrraga » :
    Ni les naufrages au large de l’île italienne de Lampedusa et ailleurs qui ont entraîné la mort de centaines de personnes, qui s’ajoutent aux milliers d’autres naufragés dans la mer contrôlée par cette Europe où ils rêvaient de survivre plus décemment que « chez eux ».
    Les criminels installés à la « tête » des « États » d’Afrique s’en foutent bien sûr.
    Complètement, et recourent au pire.
    Tout cela est noyé bien sûr.
    Les imposteurs, à l’œuvre depuis des lustres, ont toujours usé d’une diarrhée verbale pour camoufler leurs crimes.
    Des mots qui alimentent et entretiennent le faux.
    Gonflés d’orgueil et d’arrogance, ils répandent leur diarrhée.
    Ils donnent des leçons qu’ils ne s’appliquent pas à eux-mêmes.
    Sèment les tromperies et toutes les horreurs selon l’étable de leur loi (les tables de leur loi).
    Veulent imposer leur « Histoire », avec hache majuscule, pour décapiter la Vérité.
    Ils font semblant de « s’offusquer » des effets de ce dont ils sont la cause.
    Les coups les plus inimaginables sont montés.
    Les manipulations les plus incroyables sont pratiquées.
    Les mensonges les plus éhontés sont servis.
    Les hommes, les femmes et les enfants qui continuent d’arriver en Europe(et ailleurs), ne sont pas différends de ce qui a été décrit il y a des décennies :
    « Ils avaient le pas pesant, les bras ballants et la face effarée. Ceux qui s’arrêtaient pour les voir passer fermaient brusquement les yeux, en une minute de doute intense et subit, où l’origine et la fin conventionnelles de l’homme étaient vélocement révisées, les classifications des règnes et les métaphysiques mises à bas et échafaudées de nouveau comme un château de cartes sur leurs mêmes fondements et suivant la même systématique […] ils ouvraient les yeux : la faillite de la civilisation, sinon de l’humanité, qu’ils avaient vu défiler vêtue de fripes, ou, à tout le moins, des fripes emplies de néant » (Driss Chraïbi, Les Boucs, Paris, éditions Denoël, 1955, P. 26).

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services