Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Michel Goya : “Depuis 25 ans, nous avons réduit les moyens qui assurent la sécurité des Français”

Depuis son article prémonitoire "Le jour d'après la grande attaque" publié quelques jours avant les attentats du 13 novembre, le colonel Michel Goya est particulièrement sollicité par les médias. Espérons que ses analyses soient désormais davantage prises en compte. Extrait de analyses, l'une pour Atlantico et l'autre pour Les Echos :

Sur le débat entre emploi des armées sur le territoire national et emploi des forces de sécurité :

1176678_michel-goya-syrie-meme-si-on-gagne-sur-le-terrain-letat-islamique-perdurera-web-021492771433"(…) Il faut bien comprendre qu’il y a deux types d’emploi de la force, la guerre ou la police. La guerre connait une fin qui est généralement la négociation. La police au contraire est une mission sans fin. Elle s’attaque à ceux qui contreviennent à la loi et à l’ordre. Ces contrevenants n’ont pas un statut d’interlocuteur et l’objectif est de les neutraliser. Le problème quand on les confond tous les deux, quand on refuse le statut d’ennemi à ceux que l’on combat, c’est qu’on en fait des purs délinquants qui viennent spontanément. Dès lors, on s’engage dans une lutte sans fin (…)

L’armée n’a rien à faire dans les rues en France. Ce n’est pas son métier premier, la sécurité en métropole. Son métier premier, c’est d’affronter des combattants ennemis à l’étranger. L’opération Sentinelle est d’abord un geste politique destiné à rassurer les Français. Ce n’est pas très efficace, on l’a vu pour le 13 novembre.

Ce dont on a besoin en réalité c’est d’un système de sécurité plus efficace. Si on a besoin d’hommes armés, on peut réfléchir à d’autres solutions. L’armement des policiers hors service, et puisque les militaires font en fait ici des missions de vigile, on peut éventuellement développer des capacités de port d’armes pour des sociétés privées. L’opération Sentinelle a en outre beaucoup d’effets négatifs sur les forces armées parce qu’elle perturbe complètement l’entraînement et son organisation, et mobilise en métropole des hommes qu’on pourrait déployer ailleurs.

Selon moi il faut ré-inverser la tendance, rétablir des moyens de défenses et de sécurité plus importants. Il faut abandonner les politiques de désarmement et de réduction des budgets qui sont tenues depuis 25 ans, et donner un peu plus de moyens aux actions extérieures (…) Il y a le front et il y a l’arrière. Le front, concernant l’EI, c’est la Syrie et l’Irak. L’arrière, c’est la France et ses territoires métropolitains. Il ne s’agit pas des mêmes logiques : la logique de guerre d’un côté, de police et de sécurité de l’autre. Sur le front on tue tous les ennemis qu’on rencontre. En métropole, on ne tue pas tous les suspects : la différence est tout de même de taille. Quant aux gens qui agissent sur le territoire national, ils relèvent du droit particulier du terrorisme, selon une problématique à laquelle, encore une fois, on est confronté depuis longtemps. Il ne faut pas mélanger ces différentes logiques (…) [Source]

Sur l'effort de défense et de sécurité intérieur de la France :

"Notre réponse manque de punch pour plusieurs raisons. D’abord parce que depuis 25 ans, nous avons réduit les moyens qui assurent la sécurité des Français, ceux des ministères régaliens. Nous sommes passés d’un effort de 4.5% du PIB à 2.8% du PIB pour la justice, l’intérieur, la défense et la diplomatie. La différence est de 30 milliards d’euros par an.

Si nous dépensions cette somme pour la sécurité des Français, la prévention, l’outil militaire, nous n’en serions peut-être pas là." [Source]

Partager cet article

10 commentaires

  1. J’émets quelques doutes : ce n’est pas tant les moyens de sécurité qui ont diminué mais la menace. Menace directement liée à une immigration incontrôlée. Donc, non, nous ne voulons pas d”opérations de police sans fin’. Nous voulons la France pacifiée, cette France qui était un jardin et qui est maintenant défigurée. Cette guerre sur notre sol aura une fin, il s’agit de la Reconquista.

  2. L’analyse du Colonel Michel Goya est très bonne, j’ai juste relevé une erreur sur un point. Lorsque le Colonel dit: “Elle (la police) s’attaque à ceux qui contreviennent à la loi et l’ordre. Ces contrevenants n’ont pas un statut d’interlocuteur et l’objectif est de les neutraliser” il décrit en fait la mission classique ou historique de la Police et de la Justice, mais qui ne correspond plus à la réalité de la philosophie pénale menée depuis 1968, et à plus forte raison par le gouvernement socialiste actuel. Cette philosophie est axée sur l’impératif de réinsertion sociale du contrevenant. Le criminel ou le délinquant sont vus comme des partenaires d’un contrat de réinsertion sociales, placés sur un pied d’égalité par la justice et la société et à un niveau supérieur à celui de leurs victimes innocentes. La justice voit sa mission dans le fait de négocier avec le coupable sa peine. Si une peine de prison est vue comme indispensable pour tranquilliser les victimes, ce ne saurait être que dans des prisons cinq étoiles et en ne privant pas le criminel de permissions de sorties (pour récidiver!) et dès que possible de remises de peines. Dans toute la mesure du possible cette politique préfère une surveillance par bracelet électronique à l’incarcération. Les victimes et leur légitime désir de réparation sont vécues par contre par la justice comme autant d’entraves à la mission de réinsertion du criminel. Leur photographie se retrouve en bonne place au “mur des cons” du syndicat de la magistrature si elles ont le malheur de trop protester. Si les victimes osent dire que le coupable devrait aussi souffrir pour le mal qu’il leur a fait c’est elles qu’on taxera de barbarie. Cette philosophie pénale est diamétralement opposée par exemple à l’idée chrétienne du pardon ou de l’absolution. Pour obtenir l’absolution le pêcheur doit d’abord reconnaître intégralement ses fautes, les regretter sincèrement, manifester son intention de ne plus les commettre, voire de les réparer et accepter la pénitence prescrite par son confesseur. On est loin de l’idée de négociation de la justice contemporaine. Dans un confessionnal classique, le pêcheur était à genoux, alors que le prêtre était assis. Celà symbolisait le fait que le pêcheur n’avait rien à exiger. On ne négociait pas son absolution, contraîrement aux principes de la justice pénale moderne.

  3. Merci @Barberouge qui a dit plus haut, et mieux que je n aurais su le faire, ce que je pense de l article.
    C est une reconquis ta qui doit avoir lieu, à la fois sur les personnes physiques et sur les âmes.
    Reconquista de notre identité à nous francais de souche également.
    Alors, la France pourra redevenir un “jardin” où il fait bon pousser. Ce qui n empêchera pas d avoir besoin de forces de police efficaces, comme cela a toujours été nécessaire. Pas d angélisme non plus.

  4. Il manque juste une question sur nos soi disant services de renseignements, question que se pose nos partenaires : ils sont incompétents ou le font exprès.
    «Le DRS s’est procuré, ainsi, grâce à ces agents infiltrés, des informations très précieuses sur les plans de l’organisation terroriste. « C’est ce qui explique, d’ailleurs, pourquoi nous n’avons pas subi d’attaques d’une aussi grande cruauté que celles de Paris », se targue un officier du DRS qui ne comprend pas le manque de réactivité de la DGSE face aux informations qui lui ont été transmises.»
    (…)
    «Mais, dans les esprits de plusieurs officiers du DRS, quelque chose ne tourne pas rond en ce moment au sein des services de la DGSE.»
    http://www.mondafrique.com/attentats-de-paris-le-drs-algerien-avait-prevenu-la-dgse/
    Soit la DGSE le fait exprès, soit c est de l incompétence.
    Voir à 23 minutes le chef de la DGSE se faire ridiculiser avec plaisir.
    https://www.youtube.com/watch?v=su7InUwi3Hc

  5. “Depuis 25 ans, nous avons réduit les moyens qui assurent la sécurité des Français” ??? “NOUS” ???
    qui çà “NOUS” ???? il faut faire attention aux expressions qui nous rendent de facto partie solidaire de l UMPS entière reponsable et COUPABLE et des “mesures” liberticides” et criminogenes qu elle a sciemment prises comme toutes les coupes sombres dans les effectifs de police gendarmerie et armée
    “NOUS” n y sommes pour absolument rien , l UMPS OUI
    UMPS DEHORS !

  6. Il y a des mesures qui ne coûtent pas chères :
    dissolution de la LICRA de SOS racisme du MRAP qui sont les chevaux de Troie de l’islamisme et de l’immigration incontrôlée .

  7. Qu’arrivera-t’il quand seront combinées les émeutes de 2005 et les tueries du 13 novembre?
    Nous le savons, ce sera la débâcle, comme à Sedan le 10 mai 1940.

  8. Remarquable analyse du colonel Goya.
    Je trouve dommage les réactions de ceux qui ne cherchent pas à comprendre le fond de l’analyse ou qui polémiquent sur le vocabulaire. Essayons d’élever un peu le niveau du débat au lieu de se complaire au rase mottes !
    @Charles Foster, si vous êtes allé voter, quel que soit la couleur de votre bulletin, VOUS avez participé à la situation actuelle en cautionnant le régime en place. Soit on est démocrate et on assume le “nous”, soit on ne l’est pas et on ne participe pas à la chienlit.

  9. @Vendome…bien vu..mais nos politiques veulent surtout éviter que le pouvoir ne leur soit confisqué par l’armée..Modifier la constitution pour ne pas transférer le pouvoir à l’armée et faire un état d’urgence “civil”… Pas beau?
    Alors on envoie les militaires ailleurs, ça les occupe. En France, On fait des cérémonies aux “morts pour la France”..vocable réservé aux militaires..
    On prépare de nouvelles subventions aux banlieues en culpabilisant les Français d’origine pour racisme (Ouest France de ce jour). Eculé mais cela marche encore!
    Ce n’est que reculer pour mieux sauter. T’inquiète ! les jets et les falcons sont prêts..

  10. L’argent des Français gaspillés généreusement en faveur des envahisseurs suffirait à entretenir la France entière.
    Dehors ces CAMPS DES SAINTS indésirables, et tout rentrera dans l’ordre, sans oublier de retirer tout pouvoir aux cosmopolites , ces artistes doués pour ruiner les Nations en moins de quarante ans.(Dixit l’Histoire de nombreuses fois)

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services