Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Mgr Vingt-Trois pour une définition du statut de l’embryon

L’archevêque de Paris, le Cardinal André Vingt-Trois, affirme dans Ouest-France :

"Les lois bioéthiques votées en 2004 vont être révisées. Il est important que les évêques prennent le temps de réfléchir à ces questions. Les enjeux de la bioéthique touchent à l’ensemble de l’existence humaine, depuis la conception de l’enfant jusqu’à la fin de sa vie terrestre. Cela transcende les croyances des différentes religions. Tous les hommes doivent y réfléchir car il s’agit de l’avenir même de l’existence humaine. […]

Pourquoi se polarise-t-on sur [les cellules souches embryonnaires] et pas sur les cellules souches adultes ? Quel est le fantasme qui se cache derrière ces cellules ? On fait rêver le grand public en lui promettant la guérison des maladies de Parkinson et d’Alzheimer. Après des années de recherche, il n’y a pour l’instant aucun progrès notable, contrairement aux travaux sur les cellules souches adultes. L’alibi thérapeutique ne tient pas. On assiste en revanche à une course aux brevets entre grands laboratoires. […] Une question est centrale : que sommes-nous prêts à sacrifier ? Est-ce que cela vaut la peine de sacrifier le respect de la dignité humaine, même pour des progrès médicaux ? […]

Les récentes péripéties judiciaires nous acheminent vers [la création d’un statut juridique de l’embryon]. Quand la Cour de cassation décide de légitimer l’inscription d’un foetus comme membre de la famille, cela signifie bien que ce foetus a un statut. Ce qui s’est produit depuis une cinquantaine d’années, c’est au contraire une transformation rampante du statut juridique, de fait, du foetus et de l’embryon. On les a chosifiés. […] La position de l’Église est que l’on doit agir comme si l’embryon était une personne. Il y a une continuité humaine entre la cellule initiale et l’être humain qui naît. Si l’on ne veut pas déstabiliser cette perception de la continuité humaine, respectons le premier moment comme le dernier. C’est l’application d’un principe de précaution. On protège les espèces animales menacées, on doit protéger l’homme ! […]

À ce jour, jamais l’avortement n’a été légalisé. Il a été dépénalisé, ce n’est pas la même chose. Mme Veil n’a jamais voulu établir un droit à l’avortement. Elle a voulu atténuer des situations de détresse en ne laissant pas subsister une pénalisation considérée alors comme disproportionnée. On peut donc définir un statut de l’embryon et du foetus dans le cadre actuel."

Cette déclaration intervient tandis qu’une soixantaine d’évêques sont réunis à Rennes jusqu’à mercredi pour une session sur "les débuts de la vie humaine".

Michel Janva

Addendum : Yves Daoudal conteste l’affirmation selon laquelle l’avortement n’est pas légalisé mais dépénalisé :

"L’avortement a été « dépénalisé » parce qu’en 1975 le code pénal stipulait que l’avortement était une infraction. Le nouveau code pénal, entré en vigueur en 1994, a abrogé cette infraction, la remplaçant par une infraction d’avortement illégal. Il y a donc depuis 1994 un droit à l’avortement : on a le droit d’avorter quand on reste dans les limites de la loi."

Partager cet article

6 commentaires

  1. Certes, on peut définir un statut de l’embryon dans le cadre actuel, mais on peut aussi utiliser ce statut pour faire imploser ce “cadre actuel”.

  2. “On fait rêver le grand public en lui promettant la guérison des maladies de Parkinson et d’Alzheimer. Après des années de recherche, il n’y a pour l’instant aucun progrès notable, contrairement aux travaux sur les cellules souches adultes. L’alibi thérapeutique ne tient pas.” Il y a une petite ambiguité dans la forme de ce discours même si je sais qu’elle ne correspond pas à une ambiguité sur le fond de la pensée de son auteur, notre bien aimé Monseigneur Vingt-trois. En effet, l’éventuel succès de recherches sur les cellules souches embryonnaires ne changerait en rien ce que l’on pourrait en penser. La science n’étant pas le critère du bien. Ses bons résultats ne constitueraient pas plus un alibi acceptable. Mais peut etre que je tatillone un peu…
    [Oui, je vous crois tatillon : le seul alibi de la science pour dépasser le problème éthique est de promettre l’efficacité de cette recherche, la guérison miraculeuse grâce aux cellules embryonnaires. Mgr indique que cet alibi ne tient même pas, d’où sa question : d’où vient le fantasme sur ces cellules ? Non seulement c’est immoral, mais en plus c’est inefficace.
    Je soupçonne pour ma part Mgr de nous faire prendre conscience que le véritable but de cette recherche, si elle n’apporte pas de progrès scientifique, réside uniquement dans le plaisir de transgresser l’interdit, de détruire la vie humaine, de se faire dieu à la place du Tout Puissant…
    MJ]

  3. C’est déja trés encourageant ces rélexions et cette réunion d’évèques. Puissent-ils continuer sur cette voie difficile…

  4. Mgr Vingt-Trois ne serait-il pas confronté à un très grave dilemme dont dépendrait l’avenir même du ralliement de l’Eglise à la République ?
    http://groups.msn.com/forumLouisXVII/tribuneroyaliste.msnw?action=get_message&mview=1&ID_Message=20077

  5. La population d'”embryons congelés” dans les laboratoires français est actuellement de cent trente cinq mille.(135000)Source :Conférences de bioéthique de la Cité des Sciences et de l’Industrie.(16- 02-2008)No comment….!

  6. il suffit d’avoir entendu la campagne officielle du candidat UMP pour la présidence pour n’avoir aucun doute sur la question! l’avortement est un acquis dont le président se dit fier, et c’est même devenu l’ultime méthode de régulation des naissances….
    […]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services