Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Meurtres d’enfants : un autre sujet passé sous silence par les associations féministes

Meurtres d’enfants : un autre sujet passé sous silence par les associations féministes

On se demande bien pourquoi. Tout simplement parce que la très grande majorité des meurtres d’enfants sont commis par des femmes...

Selon une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), (…) 70 % des condamnations pour homicide sur mineur de moins de 15 ans sont des femmes

En moyenne, au cours des dix dernières années, 57 mineurs âgés de moins de 15 ans ont été victimes d’homicides volontaires tous les ans. En 2015, 64 enfants dont l’âge est connu ont été victimes d’un meurtre, révèle une étude de l’ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales), publiée ce mercredi (…)

L’étude souligne notamment que « les personnes condamnées pour homicide sur mineurs de moins de 15 ans sont majoritairement des femmes ». Sur les 325 condamnations prononcées entre 1996 et 2015, 227 l’ont été à l’encontre de femmes, soit dans environ 70 % des affaires. « Souvent, ce sont des mères qui tuent leur enfant », explique à 20 Minutes Christophe Soullez, directeur de l’ONDRP.

Les féministes tirent des conclusions erronées des meurtres entre conjoints (80% d’hommes responsables) en voulant imposer le terme “féminicide” et accusent les hommes (blancs et occidentaux de préférence) d’être des criminels en puissance par nature ce qui n’a aucun sens. Dans le cas des meurtres d’enfants, aucune raison sexiste mais des explications rationnelles comme souvent :

Comment expliquer que les mères soient davantage impliquées dans le meurtre de leur enfant que les pères ? « Les interactions entre la mère et son enfant, qu’elles soient bienveillantes ou malveillantes, sont traditionnellement plus importantes sur le plan quantitatif que celles qui existent entre lui et son père. C’est donc normal que cela se ressente sur le plan statistique », analyse Mickael Morlet-Rivelli, psychologue à Reims.

« Les mères sont plus souvent auteures de la mort volontaire de leur enfant de moins de un an, que les pères ou beaux-pères », précise la psycho-criminologue Michèle Agrapart-Delmas, dans son livre Femmes fatales*. (…)

Selon Michèle Agrapart-Delmas, « tous les milieux sont touchés mais l’isolement social et affectif jouerait un rôle ». Elle ajoute que « c’est parfois l’enfant “en trop”, celui qui a du retard, est un peu handicapé, celui qui est né d’une liaison adultère, qui va être le bouc émissaire d’une famille pathologique qui aura ainsi trouvé un mauvais objet, source de toutes les difficultés. C’est cet enfant qui sera tué par la mère ».

Concernant les meurtres entre conjoints, la dernière étude date de 2016 et conclue :

En France, au cours de l’année 2016,138 personnes sont décédées, victimes de leur partenaire ou ex-partenaire de vie (conjoint, concubin, pacsé ou «ex» dans les trois catégories). De l’étude, il ressort : 109 femmes sont décédées en une année, victimes de leur compagnon ou ex-compagnon. 29 hommes sont décédés, victimes de leur compagne, compagnon ou ex-compagne (…)
Les éléments factuels issus du présent rapport permettent de déterminer le profil «type» des agresseurs :
L’auteur masculin est, le plus souvent, marié, de nationalité française, a entre 41 et 50 ans, et n’exerce pas ou plus d’activité professionnelle. Il commet ce crime à domicile, sans préméditation, avec une arme à feu. Sa principale motivation demeure le refus de la séparation suivi de près par la dispute.
L’auteur féminin est, le plus souvent en concubinage, de nationalité française, a entre 41 et 50 ans, et n’exerce pas ou plus d’activité professionnelle. Elle commet ce crime à domicile, sans préméditation, avec une arme blanche. La principale cause du passage à l’acte est la dispute.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

6 commentaires

  1. Notons également que l’écrasante majorité des meurtres d’enfants avant la naissance le sont également par des femmes…

  2. Notons également que l’écrasante majorité des meurtres d’enfants avant la naissance le sont aussi par des femmes…

  3. Depuis 40 ans les pouvoirs manipulent crapuleusement toutes les informations statistiques, cachent les unes mentent sur les autres.
    La démonstration de cette crapulerie est absolue : Tout le monde explique qu’il n’y aurais jamais eu d’immigration massive en France ! Il suffit d’ouvrir les yeux dans les banlieues pour voir que le grand remplacement est derrière nous.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services