Bannière Salon Beige

Partager cet article

Religions : L'Islam

Messe illégale en Arabie

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

A "La police saoudienne est intervenue au cours d'une messe catholique qui se tenait secrètement vendredi dans un hôtel de Ryad, à laquelle assistaient 150 Philippins. Elle en a arrêté 12, ainsi que le prêtre. Ils ont été inculpés de « prosélytisme » (sic), et libérés dimanche après des garanties données par leur ambassade. Il y a plus d’un million de Philippins en Arabie saoudite."

Logiquement, tous les pays qui ont dénoncé le vote anti-minaret en Suisse devraient réagir. Logiquement.

Partager cet article

19 commentaires

  1. Cette intervention est une violation grossière de la liberté religieuse pourtant proclamée par le Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948.
    http://www.un.org/fr/documents/udhr/
    L’ONU ne devrait pas laisser faire, si elle veut garder son prestige.

  2. Est-il vrai que les seules messes catholiques autorisées en Arabie Saoudite sont célébrées à l’Ambassade d’Italie à Riyad ?

  3. Pendant ce temps, l’Arabie saoudite finance l’islamisation de la France.
    A ce propos, la dette de la france (1500 milliards d’euros à ce jour) est détenue à 70 pourcent par des non-résidents. Parmi ces non-résidents, quel pourcentage de la dette française est détenu par l’Arabie saoudite ?
    Ceci pourrait être un début d’explication au feu vert à l’islamisation de la France, donné par l’UMPS.
    http://www.aft.gouv.fr/aft_fr_23/dette_etat_24/principaux_chiffres_70/qui_detient_dette_etat_163/index.html

  4. @ Denis Merlin, la Déclaration de 1948 n’a pas de valeur contraignante, notamment à cause du refus de l’Arabie saoudite (des pays communistes également) de l’adopter (abstention), pour des motifs sans rapport avec la religion (officiellement – je doute que cette liberté n’ait pas été prise en compte).

  5. La conférence des Evêques suisses était contre le vote anti-minarets.
    Etonnant,non ?

  6. Quel courage et quelle pression subie par les Philippins.
    L’article de Giuseppe Caffulli (juin 2010) donne une présentation très complète de la situation des travailleurs étrangers dans la zone et plus particulièrement des chrétiens : “Péninsule arabique, les chrétiens à la valise”.
    http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/1343784?fr=y

  7. Toujours la même hypocrisie islamique: tolérance chez nous, fanatisme chez eux. Il faudra un jour ou l’autre y mettre un terme.

  8. “Est-il vrai que les seules messes catholiques autorisées en Arabie Saoudite sont célébrées à l’Ambassade d’Italie à Riyad ?”
    Si c’est aussi vrai là-bas (ce que je pense), les ambassades sont territoire national du pays en question. Administrativement, les messes célébrées dans l’ambassade d’Italie ne le sont donc pas en Arabie Saoudite mais en Italie, et les lois d’Arabie ne peuvent pas l’interdire (et, logiquement, c’est pareil pour les autres pays – si on y célèbre des messes).
    “Toujours la même hypocrisie islamique: tolérance chez nous, fanatisme chez eux. Il faudra un jour ou l’autre y mettre un terme.”
    Encore une fois, si je ne me trompe pas, ce n’est pas tout-à-fait exact. J’ai lu je ne sais plus où (ici je crois ? je vais rechercher) qu’un chef d’état d’un pays islamique (peut-être bien l’Arabie d’ailleurs) aurait déclaré qu’il trouverait tout-à-fait normal qu’en France, les musulmans ne jouissent pas des mêmes privilèges que les catholiques, puisque c’est pareil là-bas. Le problème ne vient pas du monde musulman en général (certains musulmans sont particulièrement ouverts et “tolérants” – je n’aime pas ce mot, je n’en trouve pas d’autre sur le moment), mais seulement de certaines personnes, musulmans fanatiques ou tolérants “aveugles”. C’est à mon avis ce qui le rend d’autant plus dangereux, puisque l’un peut se cacher derrière l’autre.

  9. (cela pourrait-il être mis dans le commentaire précédent ?)
    Toutefois, même si je n’ai pas étudié en détail le coran, je pense qu’une application stricte mène nécessairement à la conquête “par le sabre” des pays encore non musulmans. Mais tous les musulmans ne l’appliquent pas strictement, y compris des musulmans très croyants et fidèles à la morale musulmane. Sans tomber dans le travers “les musulmans peuvent être gentils, donc les terroristes islamiques n’existent pas”, je pense qu’ignorer cette différence est manquer de clairvoyance, et est tout aussi dangereux que l’excès inverse.

  10. @ Jean, le fait que l’Arabie saoudite ait refusé de ratifier la déclaration n’enlève pas son autorité à celle-ci. Elle exprime un droit universel fondé sur la raison universelle de l’homme.
    Je sais que l'”Organisation de la conférence islamique” (OCI) a promulgué une “Déclaration des droits de l’homme en islam” niant les droits universels de l’homme, cela ne donne aucune autorité à cette déclaration fondée sur une opinion particulière, en bien des points contraire au droit naturel et aux droit universels de l’homme, donc illicite.
    L’ONU, comme tout homme, tout individu, quelles que soient ses croyances, a un titre à invoquer la déclaration de 1948, car elle est fondée sur le droit naturel et non sur le droit positif, ou sur les discours et autres “abstentions” qui ne sont que des péripéties. Elle est fondée sur une vérité rationnelle immuable.

  11. et la cathophobie n’est pas dénoncé
    la liberté religieuse n’est pas dénoncé
    la liberté de conscience n’est pas dénoncé
    par nos gouvernement
    on voit déja la démocratie de l’islam et on trouve que c’est compatible avec la république !!!!!
    Mais au délà de ça ils en ont peurs car il y en a eu beaucoup de conversions vers le catholicisme depuis 60ans que 15 siècles
    c’est le début.
    L’Eglise doit évangeliser au lieu de dialoguer

  12. Pour ceux qui ne veulent pas tomber dans le politiquement correct et le “christianomorphisme” par rapport à l’islam le site Notre Dame de Kabylie,
    http://www.notredamedekabylie.net/
    permet d’avoir les éléments de réponses. Y interviennent des catholiques revenus au christianisme après des siècles d’islam mais aussi des spécialistes universitaires etc. On y trouve pleins d’articles et rubriques particulièrement édifiantes, et une possibilité de déposer des prières.
    Le créateur de ce site Mohammed Christophe était le 6 oct. (rediffusion ce matin)dans l’émission de Bernard Antony sur
    http://www.radiocourtoisie.net
    Son intervention était particulièrement intéressante et en peu de mots clairs et précis il a expliqué ce qu’était l’islam et notre devoir de dire ce qu’est le christianisme. Il faisait également remarqué que c’était quasiment impossible (je cite de mémoire) un local pour y installer une église dans les banlieues françaises, alors que les mosquées (de moi: pardon centres culturels!) étaient financés sur les deniers publics par les municipalités pour soit disant préserver la paix sociale.

  13. @ Thibault, j’ai déjà eu l’occasion de faire escale en Arabie Saoudite avec une compagnie française, et avant l’atterrissage, on nous demandait de ranger alcools et revues… Il en va de même pour la croix sur les avions suisses.

  14. @ Denis Merlin, en fait, le DUDH n’a juridiquement qu’une valeur de déclaration. Il fait une unanimité, si je ne m’abuse. Le fait que le texte n’ait pas été accepté par tous les Etats n’a pas empêché qu’il soit reconnu comme référence morale et qu’on s’y réfère encore, et heureusement ! mais les Etats ne sont pas liés par lui, au contraire de, par exemple, la Convention européenne des droits de l’homme pour 47 pays.
    Je suis tout à fait d’accord avec vous sur la valeur morale de la DUDH, jusnaturaliste moi-même ; malheureusement, en droit positif, elle ne compte pas – même si rien n’empêche une autorité d’y faire allusion, comme elle peut en faire une à n’importe quelle législation étrangère…

  15. @ Jean, je ne suis pas absolument certain que la “Déclaration universelle” n’oblige pas les membres de l’ONU.
    En effet on lit dans le préambule la formule suivante :
    “L’Assemblée Générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations (…) d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes (…).”
    http://www.un.org/fr/documents/udhr/
    La formule en fait un élément du droit positif au moins pour la France et pour tous les Etats signataires de la Charte.
    Comme vous le soulignez cependant, la Convention européenne des droits de l’homme a elle force de loi du fait de sa ratification par la France et, je crois, tous les membres du Conseil de l’Europe. Or on n’entend aucune voix européenne autorisée condamnant cet acte inqualifiable et mettant l’Arabie saoudite en demeure de réparer et de promettre que cela ne se produira plus.
    Le “Conseil de l’Europe” (dont dépend la Cour européenne des droits de l’homme(CEDH)s’occupe fébrilement de répandre l’avortement qui contredit le droit à la vie, pourtant protégé par la Convention.
    L’Etat français n’est pas un Etat de droit, mais le “Conseil de l’Europe” et les autres institutions internationales se disqualifient, elles aussi, par mépris du droit à la liberté religieuse, “droit-pivot” des droits de l’homme.

  16. Même quand une religion prend la défense de la démocratie et de la laïcité, elle n’est pas neutre politiquement. Il suffit qu’une religion dise quelque chose sur l’organisation de la vie sociale pour qu’elle soit un engagement politique. Il est donc logique qu’un Etat, qui doit fonder sa légitimité sur certaines idées politiques considérées comme moralement incontestables, doive aussi tracer des frontières à la liberté religieuse. L’Etat doit définir ce qui est vrai en religion selon ce qu’il estime vrai en politique. Une religion dont on tire des raisons pour condamner les options idéologiques fondamentales de l’Etat ne peut être qu’une fausse religion. On ne va pas utiliser cette terminologie dans un régime qui sacralise la “liberté religieuse” ; on parlera de “secte”, de “dérive fondamentaliste”, d’ “intégrisme”, etc. Mais l’idée sera la même : une religiosité mensongère et dangereuse. Une fausse religion.
    Ce que je veux dire, c’est que l’intolérance islamique ne doit pas être combattue au nom de la liberté religieuse, puisque, de toute façon, la liberté religieuse est circonscrite dans toutes les nations, par un impératif de sûreté nationale qui exige un minimum de compatibilité entre la philosophie officielle de l’Etat et les idées religieuses qui peuvent librement circuler dans la population. La liberté religieuse n’est qu’un slogan du totalitarisme démocratique. Le droit de pratiquer la religion chrétienne n’est, en réalité, qu’un droit chrétien, qui ne sera défendu efficacement et durablement que par un Etat chrétien. C’est cela qu’on cru les chrétiens après avoir souffert pendant plusieurs siècles les persécutions de l’empire romain. C’est la raison de la théocratie chrétienne fondée par Constantin. On l’a eu, cet empire chrétien, où les chrétiens avaient la liberté d’être chrétien. La Révolution française a craché dans la soupe.

  17. Monsieur Minet exprime des idées très dangereuses et très fausses. Moïse lui-même défendait déjà la liberté de croire.
    Le Salon beige publie des idées malfaisantes. D’ailleurs cet individu scie la branche sur laquelle il est assis : si demain l’Etat décide que théologiquement il a tort et l’envoie “ad patres” il dira “Merci, Sire” ou “Merci monsieur le Président” ?
    Cela est terrifiant, vous vous ravalez au niveau de l’islamisme, vous violez le premier des commandements, le plus important des commandements ; Dieu veuille que vous soyez dans une ignorance invincible !
    Car sinon de terribles châtiments vous attendent dans l’Au-delà et le nombre de vos chapelets, de vos confessions ou de vos communions ne vous seront d’aucun secours, au contraire pourrait-on dire ! On ne s’approprie pas Dieu contre son prochain.
    Convertissez-vous avant qu’il ne soit trop tard.
    [J’ai publié sachant que vous alliez répondre. Il est essentiel qu’il y ait une discussion sur ce sujet souvent mal compris ou interprété. MJ]

  18. @ Denis Merlin,
    Le texte n’a aucune valeur en droit positif français. Vous ne pourrez, par exemple, pas l’invoquer devant nos juridictions (Conseil d’Etat, Roujansky, 23 novembre 1984)
    En droit international, il a une valeur juridique faible, ce n’est qu’une résolution… En revanche, pour que son esprit vive, l’ONU a créé une Commission des droits de l’homme laquelle a rédigé des textes normatifs : les pactes de 1966 (le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques).

  19. Merci de ces précisions à Jean.
    Cependant, il faut distinguer le fait du droit. Il est vrai que le Conseil constitutionnel ne reconnaît de valeur constitutionnelle que des la malheureuse déclaration du 26 août 1789 (contradictoire et dangereuse).
    Les jurisprudences ne sont pas immuables, il nous faut lutter pour que la déclaration de 1948 acquière une valeur de droit positif comme l’a été la Déclaration de 1789 seulement en… 1973 par le Conseil constitutionnel. Pour cela il faut au moins l’affirmer parce que c’est notre opinion.
    Pour moi en tous cas cette déclaration fait partie du droit positif puisque elle est l’expression du droit naturel. (Le positivisme est une véritable catastrophe).
    Quant au Conseil d’Etat,je regrette de vous choquer, mais il est parfois assez faible juridiquement. Leurs airs supérieurs et leur mépris ne font pas leur supériorité réelle. Je pense en particulier à une décision qui jugeait la façon dont une personne pratiquait sa religion. Quelle misère, mais aussi et surtout quel danger !
    D’ailleurs on peut lire sur le site de l’Assemblée nationale. si l’Assemblée nationale célèbre la déclaration de 1948…
    http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/dudh/1789.asp
    (Malgré l’intitulé, il s’agit de la commémoration de la déclaration universelle)
    Cela dit, je vous remercie d’avoir fait le point pour moi, j’en tiendrai compte.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]