Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Pays : International

Menace sur le droit de veto du prince de Liechten­stein

ALe prince Aloïs, sous la menace d'un référendum pour abroger son droit de veto, menace de se retirer :

«La maison princière n'est prête à assumer ses responsabilités politiques que si elle dispose des instruments nécessaires. Nous nous retirerons sinon complètement de la vie politique.»

Fin 2011, lors de la votation sur la légalisation de l'avortement, le prince Aloïs avait averti qu'il y opposerait son veto, au cas où le peuple l'aurait approuvée. Elle avait finalement été rejetée. C'est ce vote sur l'avortement qui a poussé le mouvement citoyen à réclamer la fin de ce droit de veto.

La collecte, avant le 10 mai, de 1 500 signatures, nécessaires pour lancer la votation, s'annonce cependant diffi­cile. Une demande visant à limiter le droit de veto avait déjà été déposée en 2003, et refusée.

Partager cet article

6 commentaires

  1. Vaillante petite principauté! Honneur de l’Europe chrétienne. Longue vie au Prince.

  2. Vriment il est de cette race d’homme que l’on aimerait bien avoir chez nous dans notre gouvernement.Bravo votre Altesse !

  3. La seule monarchie catholique du monde !
    Vive le Roi !
    Ces quelques gauchistes devraient être mis dehors

  4. Le prince AloIs fait l’exact contraire du grand-duc de Luxembourg, lequel s’est lui-même privé du droit de sanctionner les lois…
    Il faut dire que le prince Aloïs a des arguments de poids : la fortune. La principauté ne pourrait pas vivre sans le prince. Et les gens le savent bien !
    Une observation : en Europe, les deux monarchies les plus “monarchistes” sont parmis les plus petits états (Liechtenstein, Monaco). Ce n’est pas une coïncidence. Cela vient du fait que sur un trop grand territoire, le monarque ne peut subsister : en effet, celui-ci est comme un père dans sa famille : il doit y avoir un réel contact entre lui et ses sujets. La France est trop vaste pour une monarchie (au moins pour une monarchie unitaire : elle pourrait être une monarchie médiate, groupant un grand nombre de principautés).

  5. @ Kral : Oui, c’est le féodalisme, parfait exemple de subsidiarité, qu’il y a eu pendant des siècles en France.

  6. Dans un Figaro récent cela faisait la une
    Mais j ai plutot senti que c etait pour ne pas aider cette monarchie
    Bref dur de voter pour Sarko meme si je ne l exclus plus alors que son organe de presse ne défend pas ce prince
    Pas surpris mais toujours déçu

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services