Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Même sans le COVID 19, la justice libère des individus dangereux

Même sans le COVID 19, la justice libère des individus dangereux

Alors comment croire Nicole Belloubet lorsqu’elle annonce la future libération de 5 000 détenus “non dangereux” suite à la crise du COVID 19 et à la surpopulation carcérale :

Deux des cinq suspects en lien avec l’attentat de Strasbourg ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire le 19 mars. Une décision prise par le parquet antiterroriste, qui l’a annoncée huit jours plus tard, le vendredi 27 mars. Les deux hommes, originaires de Haguenau, sont soupçonnés d’avoir fourni au terroriste Cherif Chekatt le revolver avec lequel il a tué cinq personnes au centre-ville de Strasbourg, le soir du 11 décembre 2018. Ils étaient en détention provisoire depuis février 2019.

Sylvain André, référent Grand Est du syndicat Alternative police, suit l’affaire depuis le début et était sur le terrain le soir de l’attentat. Pour lui, par cette libération, “l’institution judiciaire a trahi la police“. Il estime “totalement aberrant” de relâcher ainsi “deux individus inculpés dans le cadre d’une affaire criminelle”, et dont l’instruction n’est pas terminée, a-t-il précisé ce mardi 31 mars à France 3 Alsace.

“Cette décision est une nouvelle preuve des défaillances de la justice” déclarait également lundi 30 mars le syndicat de police Alliance à France Info, en dénonçant une remise en liberté “irresponsable et scandaleuse.”

La décision paraît d’autant plus incompréhensible aux deux syndicats de police que ce même 19 mars, la ministre de la Justice Nicole Belloubet, en annonçant une prochaine remise en liberté de 5.000 détenus en fin de peine afin de désengorger les prisons très vulnérables à l’épidémie de coronavirus, avait bien précisé que les détenus en lien avec des affaires intrafamiliales ou terroristes n’étaient pas concernés.  Elle le confirmait aussitôt sur son compte twitter :

 

Partager cet article

2 commentaires

  1. Belle-ou-bête confirme sa politique d’encouragement du laxisme et de la pusillanimité qui deviennent la règle de la “justice” vis-à-vis de certaines catégories de populations, celles-ci même qui refusent le confinement et qui continuent à tendre des embuscades aux pompiers et aux policiers pour préserver leurs “activités commerciales”…

  2. et les djihadistes à libérer le seront dans quelques semaines, non?
    un comploteur soupçonnerait qu’il seront non confinés donc susceptibles d’être virussé et donc décéder ! mais il ne faut pas rêver

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services