Méfiez-vous du Ch’ti de Barbès…

Après les voyous auvergnats, voici les Ch'ti :

"Omar, vendeur à la sauvette, 36 ans, originaire de Mons-en-Baroeul (Nord) est monté vendredi soir à la capitale pour vendre à Barbès (XVIIIe) ses cigarettes de contrefaçon. Ce samedi, Omar est en garde à vue dans les locaux du commissariat du XVIIIe.

Sa virée s’est soldée par une belle frayeur dans le quartier. En cause ? Une embrouille commerciale avec ses « collègues », « vendeurs du cru », agglomérés autour de la station de métro Barbes, qui n’ont pas vu d’un très bon oeil cette « concurrence déloyale ». Et l’ont délogé sans grâce. Le Ch’ti est alors revenu pour se venger non sans s’être équipé d’arguments brûlants. Grimpé à la station Barbes, il a lancé d’en haut plusieurs cocktails Molotov, visant le trottoir du boulevard de la Chapelle et plus particulièrement les stands de fortune des vendeurs de tabac.

Les policiers du XVIIIe arrondissement, prévenus, sont venus l’interpeller. Le vendeur nordiste était encore sur les quais, allumant avec un briquet une de ses bouteilles d’essence coiffées d’un chiffon, et la jetant en feu sur les rails à l’arrivée des policiers. Ces derniers l’ont mis en joue et plaqué au sol. Une trentaine d’hommes, principalement les autres vendeurs à la sauvette, sont alors montés dans la station, ont entouré de manière menaçante les représentants de l’ordre, insultant et rouant de coups le vendeur nordiste à terre.

Omar a été ramené au commissariat à 20 h 15, dans des conditions difficiles, entourés d’une foule hostile. Les policiers, pris à partie, ont dû user de gaz et d’une grenade lacrymogène pour pouvoir se frayer un chemin."

Laisser un commentaire