Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Médias : droit d’informer et devoir de se taire

Vincent Trémolet de Villers plaide pour le droit d'informer et le devoir de se taire, et explique dans le Figarovox comment l'information en temps réel peut nuire à une enquête, notamment du type de celle concernant les tueurs de Charlie hebdo :

[…] "Le massacre de Charlie Hebdo depuis mercredi 11 h 30 est devenu une gigantesque édition spéciale. Cet effet médiatique, les terroristes et les criminels sont les premiers à l'avoir intégré. […] Les barbares 2.0 sont les héros d'une série qu'ils ont eux-mêmes écrite. Ainsi nous vîmes mercredi matin, dans une vidéo insoutenable, l'un des terroristes achever un policier à terre comme dans un geste «appris» à la télévision. […]

L'art de l'enquête comme celui de la guerre exige, en effet, de connaître, sans qu'il le sache, les intentions et la stratégie de l'adversaire. Avant l'information continue et les réseaux sociaux, les journalistes suivaient minute par minute le travail de la police, mais les éléments qui filtraient étaient le plus souvent «sous contrôle». C'était il y a un siècle. Aujourd'hui, le criminel traqué ajoute au GPS de sa voiture la géolocalisation permanente de ses poursuivants à laquelle il a accès en temps réel.[…]

C'est qu'au cœur de cette course-poursuite les journalistes sont lancés, eux aussi, dans une épreuve de rapidité et d'endurance. Cette frénésie contrarie le plus souvent le travail de la police.[…]

Hugues Moutouh, l'ancien conseiller spécial de Claude Guéant et auteur de 168 heures chrono, la traque de Mohamed Merah, le confirme. «Lors d'une enquête judiciaire sensible, affirme-t-il, le plus souvent les médias sont un boulet.» Lui reviennent les erreurs des chaînes d'informations continues qui semaient la confusion au plus haut niveau de l'État. Ainsi, le directeur de cabinet de François Fillon ne savait plus que croire entre les rumeurs de fuite, de mort ou de reddition. Le télescopage entre l'enquête policière et l'enquête journalistique qui a fait perdre quelques précieuses heures aux services d'enquête. La crainte enfin d'une fuite médiatique au moment de la tentative d'interpellation. […]

Instaurer des règles? Une seule est fiable: la responsabilité personnelle. Ce que Pierre Péan, l'un des plus chevronnés de la prestigieuse confrérie des enquêteurs, exprime en ces termes: «Ma règle essentielle n'est pas propre au journalisme: je tiens à me regarder dans la glace le matin sans dégoût. J'estime que j'ai le droit, voire le devoir, de ne pas tout dire ce que je sais. Le journalisme, ça n'est pas seulement trouver, mais c'est choisir.»"

Partager cet article

10 commentaires

  1. “Le télescopage entre l’enquête policière et l’enquête journalistique qui a fait perdre quelques précieuses heures aux services d’enquête.”
    Je crois me rappeler que nos fins Nemrod chassaient un caucasien blond aux yeux bleus avec l’approbation de la bonne presse sectaire et stipendiée.

  2. C’est possible mais la presse est inévitable. Il appartient à la police et à la justice de trier leurs informations.

  3. Pour des gens comme ceux qui remplacent info par propagande rétribuée avec nos impôts, le seul droit c’est de se taire, non ?

  4. Il serait utile et nécessaire de légiférer sur ce sujet en effet, les enquêteurs sont souvent gênés par des journalistes qui interrogent les témoins, mènent l’enquête et pistent à leur place les individus recherchés, donnant souvent des renseignements. Cela relève d’une sorte de traitrise qui devrait être pénalisée.
    De même que certains reportages expliquent complaisamment la façon d’opérer des enquêteurs ou révèlent celle des malfaiteurs.

  5. Shooter les flics même à terre c’est plutôt dans le rap qu’ils ont appris cela….
    A force de se le faire seriner dans les écouteurs cela finit en réflexe de Pavlov !

  6. Sur TF1, on détaille autant que possible ce qu’est en train de faire le GIGN, et on explique aussi qu’une quarantaine de personnes sont isolées afin qu’elles ne puissent parler et raconter ce qui se passe… Et TF1 dit ça tout en racontant ce qui se passe : ces deux frères peuvent bien être informés par des proches qui regardent la télé…

  7. Quel niveau ces journalistes!!…entendu ce midi sur une radio un journaliste qui parlait de” Dammartin en Goëland”…Ah ça c’est mouette!

  8. @pm Comment voulez-vous faire taire des journalistes qui servent régulièrement la soupe aux hommes politiques

  9. Faire taire les journalistes ?
    Mais ils ont l’ INFO par le gouvernement avec mission de divulguer minute par minute, pour justifier que les problèmes de la France sont suivis de très très prés et sous contrôle…

  10. Il est bon de lire ou relire le discours d’adieu de John Swinton partant à la retraite , en tant que journaliste, c’est réaliste et toujours d’actualité.
    À New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse :
    « Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services