Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Maternité de Marioupol : Qui se souvient de l’affaire des couveuses au Koweit en 1990

Maternité de Marioupol : Qui se souvient de l’affaire des couveuses au Koweit en 1990

Les “journalistes” devraient être bien plus prudents avant de foncer tête baissée dans l’émotionnel surtout quand les seules sources d’information proviennent d’un camp en guerre. Yves Daoudal s’est visiblement mieux renseigné que la multitude des journalistes en question :

Le monde entier est horrifié par la frappe russe sur une maternité de Marioupol, hier 9 mars. C’est un crime de guerre, entend-on de partout. Voici deux éléments.

Le premier est un extrait de la déclaration de Vassily Nebenzia, le représentant de la Russie au conseil de sécurité de l’ONU, le 7 mars :

Les radicaux ukrainiens montrent leur vrai visage plus distinctement de jour en jour. Les habitants rapportent que les forces armées ukrainiennes ont expulsé le personnel de la maternité n°1 de la ville de Marioupol et ont installé un site de tir à l’intérieur de l’établissement.

Le second est un passage d’un long reportage du journal russe en ligne Lenta.ru. Reportage publié le 8 mars :

Igor dit que dans les derniers jours de février, des personnes en uniforme sont venues à la maternité où travaille sa mère. Il ne sait pas s’il s’agissait de combattants des forces armées ukrainiennes ou du bataillon nationaliste “Azov” (interdit en Fédération de Russie). Les militaires ont fait sauter toutes les serrures, dispersé le personnel de la maternité et installé des postes de tir dans le bâtiment afin, comme ils l’ont expliqué aux médecins, de préparer la “forteresse de Marioupol” à la défense. La réaction des militaires aux objections est standard : coups de crosse, tirs en l’air.

Quant à la jeune femme enceinte qu’on voit sur les photos, elle a été identifiée comme étant Marianna Podgurskaya, actrice et vedette d’Instagram en Ukraine.

Il n’est peut-être pas inutile de connaître la version russe officielle, telle qu’elle est donnée par le ministère de la Défense. Au lieu de crier à la propagande, j’attends les réfutations, car je ne connais rien à ces choses-là.

La nature des dommages subis par l’hôpital peut induire en erreur le public de masse en Europe et aux États-Unis, pour lequel ce spectacle a été réalisé. Mais pas les experts. Une munition d’aviation hautement explosive, même de puissance inférieure, n’aurait tout simplement rien laissé des murs extérieurs du bâtiment. Les photographies du terrain de l’hôpital contiennent des preuves de deux explosions distinctes mises en scène près de l’hôpital. Une souterraine et une autre de faible puissance dirigée vers le bâtiment de l’hôpital.

L’analyse des déclarations des représentants du régime nationaliste de Kiev, des matériaux photographiques de l’hôpital, ne laisse aucun doute. La prétendue “frappe aérienne” qui a eu lieu est une provocation complètement orchestrée pour maintenir l’excitation antirusse dans les publics occidentaux.

Nous avons déclaré à plusieurs reprises précédemment que les institutions médicales de Marioupol, y compris l’hôpital № 3, ont cessé leur travail à temps plein à la fin du mois de février. Tout le personnel et les patients ont été dispersés par les nationalistes.

Le bâtiment de l’hôpital, en raison de sa situation tactique favorable à proximité du centre-ville, a été transformé en un bastion du régiment Azov. C’est ce que rapportent massivement les habitants de la ville, qui se sont déplacés à la fois vers les zones contrôlées par Kiev et vers les zones contrôlées par la RPD.

Concernant l’affaire des couveuses du Koweit en 1990, petit rappel historique :

L’affaire des couveuses au Koweït désigne le scandale du faux témoignage fait le , lors de l’invasion du Koweït par les forces armées irakiennes de Saddam Hussein, qui alléguait des atrocités commises contre des nouveau-nés koweïtiens. Le témoignage se révéla être mensonger, après avoir servi à favoriser l’entrée en guerre des Occidentaux.

Partager cet article

5 commentaires

  1. Merci d’avoir recherché ces informations et de les avoir portées à notre connaissance. J’ai pu constater que dès hier mes proches commençaient à accuser les Russes de cette “horreur” et j’ai même entendu la journaliste qui interviewait Marion Maréchal lui demander s’il fallait poursuivre Poutine pour crime contre ‘humanité! La vérité des faits n’est vraisemblablement pas de ce côté là , celle de la manipulation oui!

  2. Les russes ont encore de la marge, ils peuvent encore tuer environ 499 000 enfants lol

    https://m.youtube.com/watch?v=CYrPvRk0j-8

  3. Et entre les couveuses de Koweït City et la maternité de Marioupol, on a le petit garçon mort sur une plage de Turquie (où de Grèce).
    Dans tous cas, cela fait pleurer dans les chaumières et permet aux dirigeants de prendre des décisions très lourdes de conséquences :
    – Koweït City : ce montage totalement faux à déclenché la 1ère guerre du Golfe avec les conséquences que l’on sait ;
    – le petit garçon (fils d’un passeur) à permis à Mutti Angela d’ouvrir les portes de l’Allemagne à des millions d’immigrés ;
    – quelle catastrophe la maternité de Marioupol va-t-elle provoquer ?

  4. Esther Benbassa écrit :”L’Holocauste a été transformé en une authentique théologie.” (Une autre histoire des Juifs, Fayard, 2007).
    L’Occident doit obligatoirement se repentir de ne l’avoir pas empêché à temps et, par extension, anticipe sa repentance à toutes les causes sensées déclencher son émotion. Et comme il est prompt à s’émouvoir, il suffit alors à la désinformation, aux avant-postes dans les guerres, de servir sur un plateau (télé de préférence) des images choc et des témoignages invérifiables. Le tribunal de Nüremberg mental est activé, le but est atteint, peu importe la vérité.

  5. cela ressemble à un pseudo argument complotiste poutinophile !
    Ce drame devait plutôt rappeler les innombrable bombardements russe en Syrie et la stratégie de la terreur pratiqué conjointement par Bachar el Assad et son allié Poutine (notamment dans la province martyr d’Idlib avec ses cortèges de civils déplacés dans le nord-ouest
    Venant d’un tyran belliciste qui ne crois qu’à la force et à la violence
    N’oublions jamais que la Russie est dirigée par un dictateur impitoyable qui ne crois qu’à la force et à la violence (ex KGBiste qui n’a jamais renié ses réflexes soviétiques)

Publier une réponse