Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Marion Maréchal renvoie le RN et LR au pied du mur de leurs contradictions respectives

Marion Maréchal renvoie le RN et LR au pied du mur de leurs contradictions respectives

Sur le site Atlantico, deux politologues (Christophe Boutin et Vincent Tournier) analysent l’interview accordée par Marion Maréchal à Valeurs actuelles. Extraits :

Sur la forme, cet entretien est intéressant pour l’image qu’il donne de Marion Maréchal. On a affaire à un discours posé, assez modéré, clair, loin du jargon technocratique, tout en étant assez sophistiqué. On peut approuver ou désapprouver ce qu’elle dit, mais on ne peut certainement pas dire que c’est le discours d’une excitée ou d’une fasciste. Sur le fond ensuite, ce qui est intéressant, c’est de voir que Marion Maréchal entend tirer les leçons de l’échec de sa tante en 2017. Pour résumer, on pourrait dire que cet échec tient à trois facteurs : le manque de crédibilité de la candidate, un positionnement électoral trop « populaire » et un programme inadapté.

Sur le premier point, on voit que Marion Maréchal entend gagner en crédibilité en se montrant solide sur le plan intellectuel. Elle cite Aristote, Hobbes, Aron, mais aussi des universitaires moins connus comme Alexander Wendt. On pourra certes dire que tout ceci est illustratif mais à une époque où le discours politique a tendance à se vider de toute densité intellectuelle, ce n’est pas négligeable.

Sur le deuxième point, à savoir le positionnement électoral, on comprend que Marion Maréchal souhaite sortir de l’ornière « populaire » dans laquelle s’est enfermé le Rassemblement national (RN). Elle le dit explicitement : l’objectif désormais est de gagner des électeurs dans les classes moyennes et supérieures. Ce faisant, il s’agit aussi d’échapper au piège que tend Emmanuel Macron à travers l’opposition entre progressistes et populistes. Cette dichotomie est adroite : elle vise à figer le RN dans son statut de parti des petites gens, ce qui lui ôte toute perspective d’évolution électorale. Tout l’enjeu est donc d’arriver casser cette image. D’où aussi l’intérêt de Marion Maréchal pour son école à Lyon, l’ISSEP, dont le but est justement de tisser des relations avec le monde des élites.

Le troisième point concerne le programme, et notamment le positionnement sur l’Europe. L’option d’une sortie de l’UE et de l’euro, qui a été défendue par Marine Le Pen en 2017, est mal passée auprès des électeurs, notamment à droite. Marine Le Pen en est d’ailleurs elle-même consciente puisque, depuis, elle a fait un revirement assez radical, mais du coup, elle apparaît incohérente. En acceptant d’emblée l’idée de rester dans l’Europe, Marion Maréchal apporte une autre analyse, qui consiste à dire que la France doit prendre un rôle actif en devenant le leader d’une refondation de l’Europe. Il s’agit en somme de faire une « Europe française ». Cela peut paraître ambitieux, mais le départ de la Grande-Bretagne donne du crédit à ce scénario. La crainte qu’éprouvent de nombreux pays face à l’Allemagne peut permettre à la France de reprendre des initiatives fortes, y compris pour une révision complète des traités (…)

Le positionnement politique de Marion Maréchal ne permet pas seulement de dépasser les clivages qui séparent le Rassemblement National des Républicains, mais c’est aussi une réponse très fine, d’une part, à la crise des « Gilets jaunes » et, d’autre part, au clivage entre populistes et progressistes mis en place par Emmanuel Macron, en remplaçant les choses dans une vraie perspective. Il se veut de droite d’abord, mais d’une vraie droite, la droite conservatrice (…)

Marion Maréchal assume clairement ses choix : quand on lui pose la question des fameuses « démocraties illibérales » d’Europe par exemple, au lieu du couplet sur le « respect de l’État de droit », elle se demande crûment s’il ne s’agirait pas tout simplement de vraies démocraties, rendant la parole au peuple, et non de ces pseudo-démocraties où, sous couvert de « gouvernance », de prétendus experts ont tout confisqué. Et si elle se veut « libérale », c’est en ce qu’elle croit en la propriété privée, et non à une financiarisation qu’elle n’a de cesse d’attaquer, ce monde où l’on vend les aéroports, les barrages ou les terres elles-mêmes à des actionnaires, lointains ou proches, mais qui ne pensent qu’en dividendes (…)

 

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

8 commentaires

  1. Ca nous change des théories débiles de la macronie et de ses godillots

  2. Une ligne séduisante, mais qui ne peut pas être gagnante… Ce n’est que du Buissonisme réchauffé et réactualisé, mais sans le centre droit, emporter 50% des voix est impossible : or le centre-droit, idéologiquement et politiquement, c’est le macronisme…
    Même dans l’hypothèse d’une possibilité avec une telle ligne de tailler des croupières à la macronie, cela veut dire en contrepartie faire fuir les classes populaires, dont votre serviteur… Dans le meilleur des cas, cela sera un jeu à somme nulle : ce qui sera gagné au centre sera nécessairement perdu à la droite de la droite….

  3. Analyse intéressante qui je l espère lui permettra d élargir sa base et de convaincre des abstentionnistes ainsi que des lr voire lrem regrettant le nouveau monde de micron ceci étant espérons que la division chronique de la droite ne mettra pas ce beau plan à terre, il y a urgence.

  4. Je suis à 95% sur la ligne Marion qui pour moi est la seule à reprendre le flambeau Philippe de Villiers.
    Il y a un socle électoral de 10-15% sur un premier tour qu’il faut passer à 20% (plus de jeunes, plus de femmes)
    Il n’y a aucune raison qu’une partie populaire de l’électorat qui aurait voté RN ne rejoigne ses rangs sur un 2ème tour, idem pour une partie des LR qui verraient d’un bon œil une politique libérale-conservatrice.

    Je ne suis pas sûr que Marion doive revenir par le RN. Elle doit créer un nouveau parti.

    Je pense que quand les gens vont ouvrir les yeux sur le bilan de la macronie, il faudra proposer très vite autre chose (Europe des Nations, retour vers 40% de dépenses publiques, etc) Il y aura même urgence.

    Après, il sera trop tard.

  5. Le RN est populiste et Marion cherche à élever le débat et d ailleurs , à aucun moment, sauf erreur de ma part , il n y a chez elle aucune notion de parti car elle veut féderer et si elle place le débat si haut avec intelligence et doigté suite à des références éprouvées , non seulement elle en sortira grandi mais elle tire aussi le peuple vers le haut . Ce que faisait l Ancien Regime spirituellement, elle le fait politiquement. Sa tante , c est le nivellement par le bas , elle c est par le haut , tout en ne se coupant pas du peuple.

  6. rendre la parole au peuple!
    on voit ce qu’il en est en france avec l’épisode de référendum d’initiative partagée de sarkozy, 4 millions de signatures…. et le gouvernement va entériner le projet dans les jours prochain!
    ils privatisent ce qui marche et rapporte encore quelques sous, maais se gardent bien de privatiser ce qui dysfonctionne comme pole emploi par exemple

  7. Bien d’accord avec vous Ludo ! quand on repense aux 76,15% de versaillais qui ont voté POUR Macron au 2e tour, c’est à désespérer de ces gens-là ! et si elle espère les “récupérer”, elle se met largement le doigt dans l’œil ! d’ailleurs “les petites gens” comme les appelle l’auteur de l’article (!) vont se multiplier et pas le contraire !
    Décidément, toutes ces personnalités politiques ont toujours un train de retard …
    Il faut dire qu’on ne peut pas prendre le “pouls” de la population française et s’exhiber sur les plages italiennes pendant l’été avec son amant ! …. pauvre d’elle et pauvres de nous !

  8. Ah si MARION pouvait “rentrer dans la danse” pour mettre tout le monde d’accord ! Mais c’est peur-être ce qu’elle est en train de faire …. alors faisons-lui confiance !!!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services