Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Marion Le Pen ne comprend pas “l’obsession de la république”

L'inénarrable Bruno Roger-Petit met en garde les lecteurs de Challenges contre l'incarnation d'une jeunesse "droitarde", rappel des HLPSDNH (Heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire) et du slogan "ni gauche ni droite" qui mène à Vichy, en la personne, très dangereuse bien sûr, de Marion Le Pen. En effet, celle-ci, interrogée par la revue politique Charles, avoue ne pas comprendre "l'obsession de la république". Ce qui, à l'heure des "valeurs de la république" cuisinées à toutes les sauces, ne peut être qu'une énormité.

"Je ne comprends pas l’obsession de la République" dit l’élue du Vaucluse, démasquant d’un coup, à l’évidence sans le réaliser, la vérité du Front national. En tout cas, la vérité de l’univers politique mental de celle qui incarne le Front national de demain, mais avec les idées d’avant-hier."[…]

Marion Maréchal-Le Pen n’est ni poujadiste, ni populiste, ni néo-gaulliste. L’univers politique qu’elle revendique dans Charles, sans mesurer apparemment la portée de ses propos, est d’une autre nature.

La députée du Vaucluse renoue avec la tradition classique de l’extrême droite française, que l’on a vu réapparaître dans le sillage du mouvement de la Manif pour tous à compter de l’automne 2012. Marion Maréchal-Le Pen est plus proche de l’Action française que de Pierre Poujade. La confession de son incapacité à comprendre "l’obsession de la République" en atteste.

Marion Maréchal-Le Pen redoute que "la République efface la France", vieille frayeur de l’extrême droite royaliste, qui juge que 1789 (et ses prolongements, 1848, 1905, 1936, 1945 et 1981) est la pire fléau qui se soit jamais abattu sur la France.

D’où le refus de confondre France et République : "La France n’est pas que la République".

D’où le déni d’assimiler la République à la France : "La République ne prime pas sur la France".

D’où le regret d’une France qui ne se vit plus comme la fille ainée de l’Eglise de Rome : "Ce n’est pas parce que la première religion pratiquée est l’islam qu’on doit faire fi de cette dimension encore vivante qu’est la chrétienté française".

D’où la défense de la monarchie qui serait plus démocratique que la République : "La République. C’est un régime politique, et il y a des monarchies qui sont plus démocratiques que certaines républiques".

D’où la revendication d’une transcendance nationale reposant sur le fait religieux catholique, identifiée à la Royauté, elle-même identifiée à la France, parce que l’on ne doit pas "faire fi de cette dimension encore vivante qu’est la chrétienté française".

D’où l’appel à un dépassement des clivages, au nom de cette communauté nationale spirituelle catholique, avec la reprise du mot d’ordre le plus fameux de l’extrême droite royaliste des années 30, "ni droite, ni gauche" : "J’estime qu’un mouvement politique doit être transpartisan, il ne faut pas créer de blocage idéologique chez les gens de gauche parce que l’on se définit de droite nationale".

Marion Maréchal-Le Pen redoute que "la République efface la France", vieille frayeur de l’extrême droite royaliste, qui juge que 1789 (et ses prolongements, 1848, 1905, 1936, 1945 et 1981) est la pire fléau qui se soit jamais abattu sur la France."[…]

Mais comme pour Bruno Roger-Petit, Marion Le Pen "ne mesure pas" apparemment la portée de ses propos, tout ce qu'elle dit devrait pouvoir être mis sur le compte de sa jeunesse, mais reste "potentiellement dangereux" puisque s'enracinant dans la radicalisation de la réactionnaire Manif pour tous. Des gens très dangereux, puisqu'ils veulent que le mariage reste exclusivement entre un homme et une femme, et que l'on interdise la vente d'enfants et la mise en esclavage des femmes…

Partager cet article

30 commentaires

  1. J’achète !

  2. Critiquer la République ? Ce n’est pas une opinion, c’est un délit !

  3. Oui, je suis royaliste, et alors?
    Oui, je considère que 1789 fût une période de terreur qui s’est imposée par le terrorisme; une période de non droit, de spoliation et d’asssinats (il)légaux.
    Oui je suis ancien régime, et alors?
    Cessez de me gonfler avec des valeurs qui n’existent que comme non valeur et s’évaporent dès que l’on essaie de leur donner un contenu.
    Oui je pense que le matérialisme socialiste est creux, un vrai nuage de fumée d’illutionistes incohérents, et alors?

  4. Yvon , je confirme, j’assume le délit de critiquer la république.
    Marion Maréchal Le Pen a mille fois raison.
    La république est un régime parmi d’autres, visiblement insignifiant, depuis plus de 200 ans on cherche ses valeurs sans jamais les trouver, ses qualités intrinsèques restent à démontrer vu la nullité de ses résultats.
    La France est éternelle car fille aînée de l’Eglise.
    La France n’a jamais renié l’Eglise, c’est la république qui est française reniée.

  5. L’état n’a pas à reconnaître l’amour entre deux personnes qui est strictement une affaire privée.
    Mais l’état a l’obligation de protéger les droits des plus faibles et parmi les faibles des faibles, les enfants avant et après leur naissance. Tout enfant a le droit de connaître ses géniteurs.
    On peut faire des partouzes à trois, six ou douze, mais l’engendrement c’est toujours UN avec UN uniquement, un homme et une femme exclusivement. Et lorsque l’on devient père ou mère, on le devient pour l’éternité irrévocablement.

  6. Moi non plus, comme une majorité de Français sans doute, “Je ne comprends pas l’obsession de la République” d’aujourd’hui, “République” malléable et à géométrie variable dont le contenu reste volontairement flou.
    Si l’on demandait aux élus de la définir, on aurait autant de définitions différentes que d’individus.
    Avec les “valeurs” toujours vantées, jamais précisées, on est plus près de l’Arlésienne ou plutôt, pour être plus tendance, d’un Plug anal vert écolo en plastique gonflable et modulable à souhait…
    La République, aujourd’hui, c’est de l’art… très con-temporain !
    Comble du mauvais goût, être républicain aujourd’hui, c’est être « Charlie », c’est être du côté de la médiocrité et défigurer à Paris la Place de ladite République.
    Sûr qu’aujourd’hui, un de Gaulle ne se réclamerait pas de cette « république » là !
    Mais peut-être que Bruno Roger-Petit placerait aussi à l’extrême-droite (expression également non définie) le plus grand des Présidents que la France ait connue parce qu’il avait le défaut impardonnable d’aimer la France et les Français…

  7. Elle est en effet “très dangereuse” pour tous ceux qui se sont vendus au diable, puisqu’elle s’oppose aux plans sataniques de la destruction de la famille et de la chrétienté, qu’ils soient islamistes ou, en l’occurrence, d’obédience francs-maque.
    Et si ces derniers s’affolent, c’est tant mieux : c’est qu’elle leur fait peur !

  8. Ce qu’il y a d’amusant (si l’on peut dire) avec des comiques comme ce pseudo journaliste c’est que leur défense d’une France n’ayant commencé qu’en 1789 (au temps des djihadistes de la république) permet aux jeunes de s’interroger sur ce qu’il y avait avant, avant qu’ils ne s’emparent du pouvoir et détruisent un pays qui désormais grâce à eux est prés de chuter dans les oubliettes de l’Histoire, car sous l’effet du poison islamique nous sommes à un tournant très dangereux, un point de non retour, et toute l’Europe avec nous.

  9. “la radicalisation de la réactionnaire Manif pour tous.”
    Je n’avais pas noté l’anti-républicanisme de LMPT. Je comprends mieux que ce parti politique n’envisage pas de présenter de candidats aux élections.

  10. Il y a bien des pays où après une dictature de gauche matérialiste, le peuple a voulu une nouvelle monarchie démocratique. Pourquoi pas en France.

  11. Les rois eux-mêmes avaient en tête l’intérêt de la “res publica”, c’est-à-dire la chose publique.
    Roger-Petit, l’un des porte-paroles médiatiques de la boboïtude de gauche, va bien au delà de ce qu’a exprimé Marion Le Pen. Mais les procès en sorcellerie sont habituels chez ces gens. Il extrapole sa propre vision haineuse de ceux qui ne sont pas politiquement corrects. Il protège avec ferveur et passion la république des partis qui ont colonisé l’état, les administrations, les médias.
    Un parti qui se présente aux élections est un parti républicain, ne lui en déplaise.

  12. @ Harvey | 24 juin 2015 09:01:17
    @ Faustine | 24 juin 2015 09:02:46
    Effectivement, l’erreur des prétendus républicains qui nous gouvernent fût de s’en prendre à la famille, fondement de la société et moteur de celle-ci.
    L’erreur fût de considérer le malthusianisme, la réduction de la population, comme un moyen de croissance et de développement social et personnel, alors que en fait c’est toujours un moyen de régression, de non existence, un suicide.

  13. @ Stephe | 24 juin 2015 09:05:26
    Ce qu’il y avait avant ? C’était Louis XIV, Henri IV, Louis XI, Charlemagne, Clovis.
    Ce que l’on a maintenant c’est le Batave. Mon choix personnel est vite fait.

  14. “la manif pour tous” défend la vie et le seul mariage capable de l’engendrer.
    Face à une cabale hétéroclite qui promeut la mort en tout temps et en tout lieu, héritière des assasins de 1789, M-M-LP est effectivement une dangereuse terroriste.

  15. Je partage l analyse de Marion Marechal et admire une Fois encore sa liberte de ton et d esprit.

  16. Parmi les lecteurs de Challenges, il y a ceux qui se sont abonnés pour recevoir les multiples cadeaux qu’offrent ce magasine ! Ne pas oublier que leurs journalistes n’avaient pas prévu la crise de 2008 ! Certes, ni Attali, ni Minc, ces marchands d’influence, ne l’avaient non plus détectée ! Mais est-ce une raison suffisante pour rester crédible ?
    La République est née en France en utilisant les méthodes de Daesh : en mentant, trucidant, volant, violant, démolissant le patrimoine… Et tout cela en cultivant la terreur pour s’imposer ! Ce qui a permis la fin des corporations (syndicats de l’époque) et donc de rendre les enfants corvéables à merci dans les usines ; l’essor florissant de l’usure qu’Alexandre Dumas dans Monte Christo, Balzac ou Zola ont su bien nous décrire et la fin de l’idée que l’homme n’est pas tout. Le roi, donc son royaume, contrairement à la République, se basait sur le droit naturel, sur l’idée que d’autres entités que l’homme existaient dans l’univers, qu’il y avait un monde parallèle ! Si la République au début a voulu inventer une nouvelle religion insipide “la déesse Raison”, elle se transforma rapidement en un laïcisme matérialiste qui nous mena au communisme ou au libéralisme à outrance qui en est arrivé à vendre des enfants !
    Alors cette République, qui nous entraînera dans une 3è guerre mondiale, aussi sûre que de nous pervertir, aura bien un jour une fin !
    Le troisième millénaire devrait justement nous confirmer grâce à la science, que nous ne sommes pas tout seul !

  17. Les valeurs de la République ? Non, les vOleurs de la République !

  18. D’abord il y a la France puis les différents régimes ….la République étant l’un d’entre eux ni plus ni moins ( selon les opinions) que la Monarchie ,l’Empire, voire tout autre !!!
    Nous souffrons de la place démesurée donnée à la publicité partout (à moins que je ne sois le seul…”sic”) et l’overdose due à l’emploi du mot République ,de ses …”valeurs” etc…loin de fortifier ce mode de gouvernement agace prodigieusement,
    surtout évoqué par certains de nos vertueux politiciens !!!!!!!

  19. Inénarrable, en effet, ce petit Bruno Roger !
    Vive la France libre, c’est à dire libérée de la ripoublique.

  20. A Tom
    Et oui,la République se répudie de plus en plus. Pourtant certains hommes politiques tels que Sarkozy vont dans le sens contraire de la marche des idées. En créant le parti des Républicains, il a démontré par là son manque total d’intuition.
    Les valeurs de la République sont restées celles des profiteurs de 1793, des spéculateurs et des voleurs du peuple. L’endettement faramineux du pays en est la preuve flagrante. Il est totalement artificiel et voulu. Et le traité transatlantique va de paire avec ce système qui rend tout le monde esclave d’une haute finance privée et de multinationales avides des richesses du monde pour en faire profiter qu’une infime minorité de gens.
    Actuellement, 85 personnes ont autant de richesse que 3 milliards et demi d’habitants ! Toutes les instances dites républicaines dans le monde s’en foutent. Elles sont bien plus occupées à les aider à en avoir encore plus, en contrepartie d’une petite part du gâteau.

  21. Le commissaire politique ne sait surtout pas lire :
    “D’où le refus de confondre France et République : “La France n’est pas que la République”.
    D’où le déni d’assimiler la République à la France : “La République ne prime pas sur la France”.”

  22. Chez nous, un descendant de brigand fera son apparition au mois d’août. Un de plus, belle vengeance, n’est-ce pas ? Le 24 janvier 1794 ces républicains de malheur en ont raté un, dommage pour eux, maintenant on est là, toujours plus nombreux. Vive le roi.

  23. la république incarnée par”les républicains”: non merci vous pouvez vous la garder!

  24. “….qui mène à Vichy” . Mais à Vichy , on trouvait une belle brochette de gens issus des rangs de la gauche , et l’extrême droite y fut assez peu représentée. Par contre, l’extrême droite fut présente très tôt dans la résistance (De Gaulle avait déclaré qu’à Londres il n’avait trouvé que la cagoule et les juifs)alors que le PC avait une attitude ambigüe pendant les premiers mois de l’occupation.Le leader de l’extrême droite De La Roque a été déporté en Allemagne. Et c’est bien l’assemblée nationale issue du front populaire qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain….. Cessons de comparer Vichy à un régime d’extrême droite

  25. Vive Marion, vive la France !

  26. Un bon point pour Marion. Maintenant, nous nous sommes convaincus depuis longtemps, par contre Tata Marine et son mentor(e) Filipot, c’est autre chose, c’est à eux qu’il faut dire ça.

  27. “qui mène à Vichy”
    Oû ça ? au casino ?
    Je rappelle que le régime politique qui a gouverné la France de 1940 à 1944 s’appelle officiellement ETAT FRANCAIS.
    Et Vichy est une ville de l’allier, station thermale de renom. Et que le régime, c’est perdre du poids.

  28. Ça fait plaisir car après les positions gaulo imaginaire de Philipot on voit que le FN conserve l ADN de sa création….oui oui parmi les fondateurs il y avait un membres de l’action Francaise. Philipot ça n aura qu’ un temps…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services