Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Marine Le Pen vs Nicolas Sarkozy

Marine Le Pen signe une tribune dans Le Monde sur l'identité nationale :

"Affolé par sa chute dans les sondages et les perspectives électorales de son parti, le président de la République a cherché une nouvelle fois à enfumer les Français en lançant un débat sur l'identité nationale. A notre sens, un double objectif a motivé cette initiative dénuée de sincérité.

Nicolas Sarkozy voulait en premier lieu détourner l'attention d'un peuple de plus en plus conscient de ses échecs face à la crise, et faire oublier sa promesse d'être "le président du pouvoir d'achat". […] Le président souhaitait aussi, pour la énième fois, retenter le "coup" de la campagne de 2007 : apparaître comme le protecteur de notre pays, de ses valeurs et de son identité face à toutes les agressions. […]

Reste que, à la différence de ce qui s'était toujours produit dans le passé, nos compatriotes ont cette fois déjoué la stratégie présidentielle, rapidement décryptée comme purement électoraliste. […] Ayant repéré les grosses ficelles de cette nouvelle esbroufe, ils ont vite conduit Nicolas Sarkozy à se prendre les pieds dans le tapis. Son discours, plus que jamais, sonne faux, et le président se présente aujourd'hui dans toute sa faiblesse : celle d'un homme dur dans le verbe, mais mou dans l'action, celle d'un communicant qui préfère les écrans de fumée à une réelle politique de fermeté. Les Français avaient cru élire en 2007 le président du volontarisme, ils découvrent un simple phraseur.

Le large soutien populaire à la décision des Suisses d'interdire la construction de nouveaux minarets, ou la révolte légitime devant les nombreuses manifestations de racisme antifrançais, comme ces drapeaux tricolores brûlés dans nos villes le soir de la victoire de l'Algérie sur l'Egypte, incitent Nicolas Sarkozy à faire vibrer ses accents les plus patriotes. […]

Affirmer son respect de la volonté populaire ne suffit pas, il faut en donner la preuve, et arrêter sur ce sujet-là aussi de faire le contraire de ce qu'on dit. A cet égard, les responsables de l'UMP, dont plusieurs ministres, ne furent pas en reste pour fustiger le choix du peuple suisse. Rappelons que Nicolas Sarkozy a lui-même organisé le contournement du vote des Français sur la Constitution européenne en faisant discrètement adopter par le Parlement le traité de Lisbonne, sa copie conforme."

Partager cet article

9 commentaires

  1. Marine Le Pen doit s’insérer dans un combat de longue haleine contre l’esprit de subversion qui mine l’esprit public.
    Sarkoy n’est qu’un petit serviteur des faux dogmes qui nous ruinent.
    Seuls les socialo-communistes peuvent prôner le sophisme de la liberté d’immigrer, car cette “liberté” implique une négation du droit de propriété sur le sol, qu’il soit individuel ou exercé par la collectivité nationale.
    L’immigrationnisme à tout prix est un principe, un dogme du mouvement communiste international repris par les gauches extrémistes qui gouvernent, ou exercent une influence décisive sur les partis non communistes mais pénétrés de leur idéologie par lâcheté et facilité.
    Livrer l’Europe à l’invasion de peuplement n’est pas libéral. Permettre à n’importe qui de s’approprier des revenus et un espace et d’en disposer sans règle mûrement délibérée, c’est accepter ce dogme révolutionnaire de la propriété collective.
    Si les extra européens jugés indésirables par les peuples composant les nations occidentales ne sont pas empêchés d’envahir, il n’ y a plus ni Etat ni démocratie.
    La distinction entre le national et l’étranger est une donnée de base,qui s’impose depuis les débuts de l’histoire. Bafouer et ridiculiser cette nécessaire différenciation par une politique suicidaire pour les nations, est constitutif d’un piétinement des fondements de toute civilisation cohérente.
    L’ anti-christianisme a été la base de notre mentalité publique depuis un siècle et demi, le communisme et le matérialisme ont subjugué beaucoup de consciences.
    Les citoyens sont persuadés que le matérialisme jouisseur et l’absence de valeurs morales structurantes sont le but suprême de leur vie, trompés qu’ils sont par une éducation sans valeurs morales et transcendantes.
    Les peuples ont les maîtres qu’ils méritent, et l’esprit public est aussi dégradé que la morale personnelle des français. Crier au retour de la théocratie à la moindre velléité de retour à une optique de dignité morale et de retour à la religion, et accabler l’Eglise d’arguments aussi lourds et étriqués que calomnieux, mais inculqués par des décennies de laïcité combattante, serait seulement risible si le néant moral d’un pays qui se livre à l’invasion n’était si dramatique.
    Le fait incontestable et évident qu’une civilisation sûre d’elle-même et créatrice en profondeur, comme la civilisation chrétienne, n’aurait jamais eu l’idée et la tentation de se suicider par une invasion de peuplement dissolvante, doit être bien considéré et analysé sans parti pris : depuis longtemps notre nation est engagée vers une pente fatale. Le précipice se rapproche mais les faux principes restent intouchables, tabous. On aura les conséquences, comme disait Un esprit éminent et vraiment libre, l’académicien, journaliste et historien Jacques BAINVILLE.
    Que les partisans du système actuel ne s’étonnent donc pas de voir les derniers défenseurs de l’idée de nation unitaire et cohérente se faire traiter par tous les média ” d’extrémistes, de xénophobes, de fondamentalistes”
    Ceux qui, déçus par les fausses prédictions de Marx sur l’écroulement du capitalisme, font venir depuis trente ans un prolétariat de substitution afin de mieux dissoudre les nations occidentales, savent très bien gagner devant l’opinion abusée, en marquant du sceau de l’infamie leurs adversaires déterminés.
    Cela est efficace, le bon peuple suit, pour l’instant.

  2. D’ailleurs Sarkozy n’est pas si dur que cela puisque, pour lui, l’avenir de l’identité française c’est…”le métissage”!
    Allez Marine.

  3. Une tribune libre dans le Monde, ben mon vieux…
    Si ce qu’elle écrit est plein de bon sens (quoique un peu trop “républicain” à mon goût), on ne peut que s’étonner qu’un tel organe de la bien-pensance médiatique offre une tribune à Marine Le Pen. La voilà adoubée par ceux qu’elle courtise tant, quelle reconnaissance…
    Les rôles semblent bien distribués.

  4. Ha! je vois que j’ai un homonyme!
    Pas grave, j’approuve ce qu’il a dit sur ce post!

  5. Ils sont gentils Le Monde, journal de gauche pour ne pas dire gauchiste, d’offrir une tribune à Marine Le Pen à quelques mois des élections régionales. Pour le plus grand bénéfice du Parti Socialiste et autres “Verts” (tendance ayatollah Khomeiny).
    Certes, le propos de Marine Le Pen sur le fanfaron est tout à fait justifié. Malheureusement, tout le reste de la classe politique éligible ne fera pas mieux que le fiers-à-bras de l’Élysée.
    Le Monde se sert une fois de plus du Front National pour affaiblir le RPR-UMP, et il est surprenant que le Front National continu à accepter. Je n’ai pas lu la tribune, j’espère que Marine Le Pen n’épargne pas plus la gauche que la “droite”.
    Marine Le Pen davantage consultée par Le Monde que par Nicolas Sarkozy sur l’identité nationale, cela a quelque chose d’irréaliste !

  6. @SD
    bonjour
    je n’ai aucun problème avec la gauche; elle affcihe la couleur, je ne l’aime pas, je ne vote donc pas pour elle.
    j’ai un problème avec l’UMP, le NC, le modem: ils font croire pendant 2 mois avant chaque élections qu’ils sont méchamment à droite, mais en fait, ils servent les mêmes interets mondialistes et la même idéologie “des lumières” qui fait crever la France.
    Dans ce cas, je préfère que cette droite moisie ne passe pas, tant qu’elle n’aura pas fait alliance avec ce qui se trouve à sa droite.
    Je ne voterai plus UMP, même si c’est pour avoir une tanche du PS comme président(e).
    il faut que la psudo-droite française soit forcée de s’allier avec le FN, comme la droite de Berlusconi avec la Ligue.

  7. La critique du sarkozisme par Sarko-Bis (autorisée par “Le Monde”… tout un symbole) est percutante. C’est presque une auto-analyse.
    Mais la question de fond n’est pas traitée : quelle définition de l’identité nationale ?
    C’est de la polémique polémicienne accréditée par le système politico-médiatique. Rien de vraiment très rassurant…

  8. Marine Le Pen a mal utilisé la tribune sur l’identité nationale que lui a accordée Le Monde. Elle a consacré plus de la moitié de son texte à dénoncer l’imposture de Sarkozy et à dire que les Français n’en étaient pas dupes. C’est vrai mais les lecteurs de sa tribune attendaient qu’elle donne plutôt sa conception de l’identité de la France. Dans l’autre partie de son texte, elle pose des questions, certaines intéressantes, mais encore une fois nous ne savons pas les idées de Marine Le Pen et celles du Front National.
    Les quelques indications qu’elle nous donne sur sa conception de l’identité de la France sont inquiétantes. Aucune mention des racines chrétiennes de notre pays, mais une insistance sur la laîcité, la République (avant la République la France n’existait-elle donc pas ?), qui aurait pu se retrouver sous la plume d’un laîcard de gauche comme Chevènement. Parmi les menaces pesant sur notre identité elle cite le phénomène des burquas, les mosquées-cathédrales (expression curieuse), mais se garde bien de nommer l’idéologie islamique. En dénonçant le prosélytisme religieux, elle met sur le même plan le christianisme et l’islam. Les chrétiens n’auraient donc pas le droit de faire du prosélytisme ?
    Je préfère les textes de Bernard Antony ou de Carl Lang du Parti de la France, même s’ils n’ont pas l’honneur (sic) d’être publiés dans Le Monde.

  9. ça fait plaisir de voir un représentant du front national se battre pour obtenir une tribune dans un journal du système, néanmoins essentiel.
    elle a raison de dénoncer ce qui fait le coeur du succès de sarkozy dans l’opinion et les urnes : la manipulation sans fin, ce qu’elle nomme enfumage. C’est bien là qu’il faut attaquer sarkozy, c’est là qu’on lui fait vraiment mal. Le reste n’a pas de prise tant que ce travail de désenfumage n’est pas fait.
    Sur le fond, j’adhère à ce qu’elle dit. J’avais quitté le front il y a 5 ans, je reviendrai aux régionales.

Publier une réponse