Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Mariage : un bouleversement anthropologique sans précédent dans l’histoire de l’humanité

Jean Sévillia écrit sur Boulevard Voltaire :

M"« Une réforme légitime, nécessaire et progressiste », annonce l’éditorial du Monde, en une du numéro du dimanche 18 et lundi 19 novembre 2012. Il s’agit, on l’aura compris, du projet de loi ouvrant le droit de se marier à « deux personnes du même sexe ». Cette édition ayant été bouclée avant la manifestation de samedi, le
quotidien de référence (sic) se devait de traiter le sujet, dans la
mesure où tout le monde sentait que ce qui allait se passer – échec ou
succès de la mobilisation – serait décisif.

Nos confrères sont donc allés voir l’anthropologue Maurice Godelier,
directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales,
médaille d’or du CNRS en 2001 pour l’ensemble de son œuvre, et
accessoirement grande conscience de gauche. « L’humanité n’a cessé d’inventer de nouvelles formes de mariage »,
explique l’interviewé, dans un discours qui mêle des considérations
historiquement et expérimentalement vérifiées, et des propos
idéologiquement marqués. Mais au détour de ses explications, le savant
lâche ceci :

Certes, on ne trouve pas, dans l’histoire, d’union
homosexuelle et homoparentale institutionnalisée
. (…) La question des
unions homosexuelles et de l’homoparentalité est une question moderne,
qui ne s’est jamais posée auparavant
.

Aveu innocent, mais prodigieux, qui sape l’intention des interviewers de prouver que le « mariage » homosexuel serait une « nouvelle forme de mariage », une variante banale. J’ouvre la Petite histoire du couple et de la sexualité
(CLD, 2008) de Michel Rouche, professeur émérite à la Sorbonne : il y
est question de tous les avatars du mariage, depuis le matriarcat païen
jusqu’au mariage chrétien, en passant par le mariage du Code civil, mais
jamais de l’homosexualité, qui n’a nulle part suscité des unions
publiquement reconnues par la société.

J’ouvre encore l’Histoire du mariage
(Bouquins, 2009), un ouvrage collectif signé par une quinzaine de
chercheurs. Le volume aborde le mariage en Égypte, en Mésopotamie, dans
le monde juif antique, en Grèce, à Rome, en Occident, en Islam, en Inde,
en Chine et au Japon : nulle part, en aucun temps, il n’y a trace de
mariage homosexuel.

Il est donc avéré que la proposition 31 du programme
présidentiel de François Hollande veut imposer à la société française un
bouleversement anthropologique qui n’a pas de précédent dans l’histoire
de l’humanité.
Il n’est pas étonnant, alors, que plusieurs centaines de milliers de personnes aient dit non, dans la rue, ce week-end. Ni que cette foule immense et pacifique, mais heurtée au tréfonds d’elle-même, grossisse encore le 13 janvier prochain."

Partager cet article

4 commentaires

  1. Tout cela relève d’un seul but:
    – limiter les naissances
    – réserver la procréation aux riches et selon les critères de procréation qu’ils leur convient avec la création de l’enfant qu’ils veulent
    – faire gagner toujours plus d’argent et donner toujours plus de pouvoir à un petit nombre
    Mais le moloch dévorera les siens.

  2. Le mot “progressiste” est révélateur: le progressisme est une véritable idéologie, née au XIXe siècle, pour laquelle tout changement est un “progrès” contre lequel il est vain de s’élever. Ainsi, ce mouvement ne peut jamais s’arrêter: demain, ce sera autre chose qui sera “progressiste” – la gestation pour autrui, le mariage à 3… Ce sont les mêmes personnes qui se disent héritières des “Lumières”. Toute une rhétorique de l’ombre et de la lumière, du progrès et du conservatisme poussiéreux, dans laquelle il ne faut pas se laisser enfermer: non pas en restant apeurés dans nos vieilles citadelles, mais en clamant haut et fort sur les chemins que nous aussi, nous avons des idées lumineuses pour l’avenir, et que nous aussi, nous avons la légitimité pour le dire.
    Cela donne du courage à tous ceux qui ont peur de ne pas être dans le sens du vent, qui craignent d’être rétrogrades: le progressisme n’est qu’une idéologie, on devrait pouvoir la balayer d’un souffle.
    Est-il vrai que Pierre Bergé détient la majeure partie des parts du “Monde”?

  3. @ c
    Votre analyse du problème, en terme sociétaux (y compris “de classes”) et économiques est insuffisante (et, techniquement, de type marxiste).
    Le but essentiel est de bouleverser l’image que l’homme à de lui-même, et du meilleur de lui-même, pour subvertir la société toute entière, ainsi que notre rapport aux valeurs transcendantes.

  4. Visons le million le 13 janvier. A chacun de parler à ses connaissances, de les mobiliser.

Publier une réponse