Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Mariage : le député Poisson dénonce le faux-débat en commission

Hier à l'Assemblée, le député UMP Jean-Frédéric Poisson a interrogé le Premier ministre sur

P"l’organisation éventuelle d’un débat en profondeur sur la question du
mariage homosexuel
. […] À plusieurs reprises, monsieur le Premier ministre, et depuis plusieurs
semaines, nous vous avons interrogé sur les raisons pour lesquelles
vous refusez de donner droit à cette demande de débat
(Exclamations sur les bancs du groupe SRC), un débat réclamé par l’opinion, par l’opposition parlementaire […] et par de nombreuses associations dans l’ensemble du pays. […] À plusieurs reprises, vous avez expliqué que les raisons pour
lesquelles vous ne vouliez pas donner droit à cette demande tenaient à
ce que, de votre point de vue, le débat se déroule dans de bonnes
conditions devant le Parlement. Or je suis au regret de dire –
d’ailleurs, la presse s’en est étonné ces jours derniers – que le débat
qui se déroule en ce moment à la commission des lois n’est pas un vrai
débat
, car il n’est pas organisé de manière équitable et ne permet pas à
ceux qui sont opposés à ce projet d’avoir la parole comme ils devraient
l’avoir
. Enfin, la semaine dernière, nous avons assisté à un événement rare…[…] : c’est le fait
que le Président de la République s’est d’abord évertué à accorder aux
maires une liberté de conscience sur le mariage homosexuel […] et que le lendemain, sous la pression du militantisme des milieux gays, il a renoncé et reculé. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP. – Exclamations sur les bancs du groupe SRC.) Le
Président de la République a accueilli cette association après une
petite protestation médiatique alors que, dans le même temps, deux cents
parlementaires lui demandaient audience pour être entendus à ce sujet
.

[…] Monsieur le Premier ministre, à l’évidence, l’ensemble des conditions
d’un déroulement normal du débat ne sont pas réunies
. C’est la raison
pour laquelle je vous demande, à nouveau, quand vous comptez organiser
devant l’opinion publique le débat que tout le monde attend sur le
mariage homosexuel. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)"

Mme Dominique Bertinotti, ministre déléguée chargée de la famille :

"Monsieur le député, assez de manœuvres dilatoires ! (Protestations sur les bancs du groupe UMP.) Vous
feignez de demander un débat alors que vous ne voulez organiser qu’un
débat sur le débat : telle est votre conception du débat ! […] Le débat est là ! (Protestations sur les bancs du groupe UMP.) Il a déjà eu lieu par le biais des auditions que nous avons menées avec Christiane Taubira. (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.) Il est là au travers des auditions organisées par la commission des
lois
, auxquelles seuls deux représentants de votre groupe assistent (Protestations sur les bancs du groupe UMP), alors que vous pourriez venir les suivre, puisque ces auditions sont publiques. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.) Lisez les journaux, regardez la télévision, le débat a lieu dans tout
le pays ! C’est vous qui ne voulez pas entrer dans le débat. Y entrer
serait aborder le fond. (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)"

Evidemment, Dominique Bertinotti est bien incapable de répondre au lobbying effectué par l'Inter-LGBT jusque dans l'Elysée ni à la scandaleuse sélection de la commission des lois. Raison de plus pour venir manifester en masse le 13 janvier afin de demander le retrait de ce texte.

Partager cet article

6 commentaires

  1. Ca en dit long sur l’amateurisme de François Hollande qui porte à mon avis un costume trop grand pour lui… Qu’il démissionne !

  2. Hollande Bertinotti et Taubira sont « sans foi ni loi » ; ils n’ont aucun scrupule dans le mensonge .
    La façon dont ils veulent imposer cette loi est encore pire que celle utilisée par Giscard, Veil, Chirac pour imposer l’avortemnt il y a 40 ans .
    Prions pour qu’il y ait une immense protestation nationale le 13 janvier !!!

  3. Soyons 1 million dans les rues le 13 janvier.
    Puis 2 millions, la semaine suivante.
    Puis…

  4. Soyons exact : Dominique Bertinotti n’est pas « ministre déléguée chargée de la famille », mais « ministre déléguée chargée de la DESTRUCTION DE LA famille ».
    En plus, elle est, visiblement, d’une mauvaise foi répugnante.
    Comment les Français peuvent-ils supporter des gens pareils ? C’est pour moi un mystère.

  5. On se réjouirait d’entendre les protestations de l’UMP si ce sigle ne vous rappelait soudain le ridicule du vote des guignols qui se déroule sous nos yeux depuis plus d’une semaine.
    Ce nom est maintenant synonyme de la légèreté et de l’apreté au gain de ces minables que nous couvrons d’or et d’honneurs.

  6. Serait il indécent de se demander si cette charmante dame ne serait pas affilier comme beaucoup de confrères et consoeurs du parlement à des loges autres que celle de la Comedie Française. Quoi que, comme dirait ce cher Raymond.

Publier une réponse