"Mariage" homosexuel : que va faire l'UMP ?

Depuis la "une" du quotidien Libération décrivant un président favorable au "mariage" homosexuel, les demandes de clarification se multiplient à droite. Le démenti publié par l'Elysée n'a rien changé. A l'UMP, on interprète cela comme un "ballon d'essai". Déjà, en juin 2011, une dizaine de députés de droite avaient voté favorablement à la proposition de loi socialiste en faveur du mariage gay. En novembre, six jeunes secrétaires généraux de l'UMP appelaient à l'ouverture du mariage. Le ministre de l'agriculture, Bruno Le Maire, se déclare désormais "à titre personnel, pour l'égalité des droits". Luc Chatel, le ministre de l'éducation, est convaincu "qu'il y aura un jour légalisation du mariage homo". Alain Juppé, Chantal Jouanno, Nadine Morano, Jean-Louis Borloo, Roselyne Bachelot y sont aussi favorables.

82 parlementaires UMP et Nouveau Centre ont signé un "manifeste pour la défense du droit fondamental de l'enfant d'être accueilli et de s'épanouir dans une famille composée d'un père et d'une mère". Hervé Mariton raconte :

"J'ai demandé une clarification de notre position en réunion de groupe UMP. On m'a répondu que ce sont des sujets qui nous divisent trop pour que nous prenions position. J'aimerais pourtant savoir où je vais." 

5 réflexions au sujet de « "Mariage" homosexuel : que va faire l'UMP ? »

  1. PK

    « Luc Chatel, le ministre de l’éducation, est convaincu “qu’il y aura un jour légalisation du mariage homo”. »
    C’est une évidence. La Révolution est caractérisée par un glissement perpétuel vers la gauche (le FN d’aujourd’hui est plus à gauche que la SFIO de Jaurès).
    La seule petite incertitude est de savoir qui de l’UMP ou du PS la votera.
    Si l’on se réfère à l’histoire, on peut sans trop de problème parier pour l’UMP.

  2. PG

    @ Aude
    Vous confondez libéralisme et relativisme. Les libéraux n’ont jamais prôné l’immoralité : relisez HAYEK ou Bastiat.
    C’est ce genre de raisonnement par assimilation qui fait que la gauche finit par conserver le monopole de la réflexion sur tous les sujets importants, ceux qui conditionnent la vie sociale et économique, puisque la droite se complaît à ignorer ses racines.

Laisser un commentaire