Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Mariage : des psychanalystes dénoncent le terrorisme intellectuel du lobby LGBT

Le Monde publie 2 tribunes sur la dénaturation du mariage. L'une, favorable, est signée de l'ancien premier ministre espagnol Zapatero (vu le chaos dans lequel il a précipité son pays, on se demande si finalement ce n'est pas une tribune contre…) : l'autre, défavorable, est signée des psychanalystes Monette Vacquin et Jean-Pierre Winter. Extraits :

"Les
mots de père et mère vont être supprimés du code civil
. Ces deux mots,
qui condensent toutes les différences, puisque porteurs à la fois de
celle des sexes et de celle des générations, vont disparaître de ce qui
codifie notre identité
. Il faudrait être sourd pour ne pas entendre le
souffle juvénile qui parcourt tout cela. Le coup de balai idéologique
capable de renverser des siècles d'usage
et de supprimer les mots
auxquels nous devons la transmission de la vie doit s'appuyer sur des
ambivalences inconscientes bien archaïques, et largement partagées, pour
avoir la moindre chance de s'imposer et… de bientôt faire la loi.

Cette
violence, déflagratrice, n'est bien sûr pas seulement le fait d'une
minorité d'homosexuels demandeurs du mariage. Sans échos collectifs du
côté de la question de la perte ou du refus de tout repère transmis,
cette violence aurait suscité au mieux le rire ou le malaise, pas la
satisfaction pure et simple. Cet événement est cependant agi par une
ultra-minorité, avec le recours indispensable d'un langage qui fait la
ruine de la pensée : le politiquement correct.

Ce déni de la différence, "une femme est un homme",
Freud le nommait déni de la castration
. Cela signifie, dans le jargon
psychanalytique, que la castration n'existe pas, il suffit que je la nie
mentalement pour que son existence réelle soit réfutée. Quand un "licenciement" devient "plan social", on est mal à l'aise. Quand un "ballon" devient "référent rebondissant", on se demande si on rêve.
Quand le "mariage" devient "une discrimination légale contre les citoyens fondée sur leur orientation sexuelle", on commence à avoir peur.

Politiquement
correct : le discours doit être poli, sans aucun tranchant. Le "polissage" de la forme, objet d'une surveillance idéologique
pointilleuse, masque le terrorisme qu'elle fait régner et conduit à une "éthique" de la haine et de la confusion, au nom du bien débarrassé de
toute négativité… ce que l'humanité n'est pas.

La revendication
du mariage homosexuel ne constitue pas une demande à satisfaire mais un
symptôme à déchiffrer
. Que signifie que le mariage déserté soit
réinvesti en étant parodié ? S'agit-il de lui donner le coup de grâce ?
Ou que cette place ne soit pas laissée vide ? Que signifie enfin
l'identification des politiques et des médias à de tels enjeux, alors
que tant de questions requièrent notre vigilance ? D'un côté, des
siècles et des siècles d'usage, qui font que mariage et alliance d'un
homme et d'une femme sont confondus. De l'autre, la revendication d'une
minorité d'activistes qui savent parler le langage que l'on désire
entendre aujourd'hui : celui de l'égalitarisme idéologique, synonyme de
dédifférenciation. Et manier efficacement le chantage à l'homophobie qui
empêche de penser.

Il n'appartient pas aux Etats d'épouser les
provocations de quelques idéologues qui parlent une langue confuse mais
qui la parlent avec violence, sidérant ou terrorisant leurs objecteurs
par des sophismes
. Encore moins de donner à ces provocations une forme
institutionnelle. […]"

Partager cet article

6 commentaires

  1. +1000 pour le commentaire sur Zapatéro : rappeler que Flamby et Zapatayrault essaye de faire du Zapatéro (détourner l’attention de leur incapacité complète en matière économique et sociale due à leur soumission à l’Europe et, par conséquent, au capitalisme financier, par des réformes sociétales désastreuses) est un excellent argument contre le projet.

  2. et dire que le cordonnier(zapatero) en remet une couche, ses anciens sujet marchent pieds-nus, il ne peuvent plus se payer de zapatas et il voudrait que nous en fassions autant, l’immonde est bien placé pour parler de ce genre de foutaises

  3. C’est une excellente analyse, aiguisée et tranchante comme une épée.

  4. Il est quand même étrange que PERSONNE, parmi toutes les autorités opposées à cette loi du mariage pour tous n’ait pas relevé que cette revendication est purement IDEOLOGIQUE et n’a absolument rien à voir avec une nécessité vitale pour la société.A une époque où nos concitoyens se débattent au quotidien dans des problèmes très concrets, devons nous accepter que 1% de la population fasse s’écrouler le dernier pilier de notre société au nom d’une idéologie nihiliste? C’est en ces seuls termes que la question doit être abordée.

  5. Chere Rosine vous êtes encore beaucoup trop généreuse dans vos proportions; ce n est pas 1% de la population mais 1% des homosexuel(le)s, soit certainement moins de 1/1000 de la population…

  6. Ça n’a strictement aucun rapport avec le mariage homosexuel, mais une phrase a retenu mon attention:
    “Les mots de père et mère vont être supprimés du code civil”.
    Question. Pourquoi?
    Certaines personnes affirment que tout ceci est à l’initiative des réseaux pédophiles, réseaux puissants crée et contrôlé par des notables.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services