Bannière Salon Beige

Partager cet article

Immigration

Mariage blanc, le maire avait raison

Lu sur Novopress, via le blog d'Yves Daoudal :

"L'affaire avait fait grand bruit. En juillet de l'an dernier, Gérard Huet, maire de Loudéac (Côtes-d'Armor, Bretagne) avait refusé de procéder au mariage de Kamar El Hajji Safadi et d'Adil Doubi estimant, selon un communiqué, que M. Doubi était «en situation irrégulière», que le couple avait choisi la commune de Loudéac «par complaisance» et qu'il se mariait pour «bénéficier d'avantages sociaux». C'était il n'y a pas longtemps ! Cette décision avait soulevé l'ire des ligues de vertu antiracistes, et les services de l'Etat n'avaient pas été en reste pour faire pression sur le courageux maire. Le juge des référés avait finalement estimé «illégale» la position de Gérard Huet qui, malgré une assignation du procureur refusait de célébrer leur union. Le juge avait mis en évidence «une atteinte aux libertés fondamentales» et condamné le maire de Loudéac «pour voie de fait», lui donnant un délai de trois jours pour marier le couple, sous astreinte de 1.000 euros par jour de retard.

Le mariage avait donc été célébré le 27 juillet 2009. Il n'aura pas duré longtemps. Kamar El Hajji Safadi Doubi était en effet de retour devant le tribunal hier matin, mais cette fois ci pour une demande de divorce. La jeune femme estime aujourd'hui que son mariage n'a pas été une réussite. « Je l'aimais et il me traitait bien. Pour moi, ce n'était pas un mariage blanc,» a-t-elle raconté à Ouest-France. Mais rapidement après le mariage, il a commencé à changer. Ce n'était plus le même… » La jeune épousée a dû déposer deux plaintes pour injures et violences, que le parquet, qui avait pourtant été prompt à vouloir la marier, a classées sans suites. Ni la ligue des Droits de l'Homme, ni les autres ligues de vertu, n'ont souhaité communiquer sur cette affaire !"

Partager cet article

4 commentaires

  1. Je ne vois pas en quoi ce triste mariage mérite le qualificatif de mariage blanc. Cet homme s’est révélé être un monstre, et une personne non fiable, comme beaucoup d’hommes malheureusement, une fois le mariage célébré. Ne me dites pas que le maire de Loudéac avait des pouvoirs extra-sensoriels qui lui auraient permis de prédire que cette femme serait battue par son mari!!! Au contraire, dans le cas d’un mariage blanc, ce monsieur serait resté bien à carreau, attendu le temps qu’il faut et aurait empoché sa nationalité! Si c’est pas la preuve qu’il s’agissait d’un mariage “d’amour” qui s’est terminé en eau de boudin comme plein d’autres!
    [Un mariage blanc est un mariage contracté afin d’obtenir la nationalité. C’est ce que ce faux mari a fait. Il s’agit donc bien d’un mariage blanc et la femme a été lourdement trompée, malgré les avertissements du maire.
    Mais on attend que les ligues de vertus s’indignent contre les méthodes du pseudo-mari.
    MJ]

  2. Le mariage blanc est en effet contracté afin d’obtenir la nationalité, mais il implique que les deux parties acceptent de jouer le jeu, et il arrive qu’il y ait des compensations financières. Dans ce cas de figure, on se rapproche davantage de ce que M. Besson appelait “mariage gris”, quand l’un des partenaires est sincère, et se retrouve floué en fin de compte.
    Cela dit, je félicite cette femme de s’être extirpée de ce mariage avant qu’il ne soit soit trop tard. Trop de femmes restent avec un mari violent, et tombent dans une spirale de négation d’elles-mêmes. C’est le moment de rappeler qu’en France, trop de femmes meurent encore sous les coups de leurs conjoints!

  3. En attendant, je suppose qu’il est devenu français non ?

  4. Ce qu’il voulait, c’était profiter du système français, je suppose…
    Il n’en est pas à une femme près !
    Pour les musulmans la femme n’a de valeur que marchande. C’est parfaitement clair dans ce cas-ci.

Publier une réponse