Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Culture de mort : Avortement / Marche pour la Vie

Marche pour la Vie : la Famille Missionnaire de Notre-Dame sera présente

Comme l'année dernière, l'institut de la Famille Missionnaire de Notre Dame et ses Foyers amis invitent tous ceux qui le peuvent à participer à la prochaine Marche pour la Vie à Paris, le dimanche 23 janvier 2011. Voici un extrait du message du père Bernard, modérateur de la communauté :

Ndn1_100 "(…) En ces temps où nos parlementaires se préparent à voter de nouvelles lois concernant la bioéthique, nous voulons réaffirmer avec l’Eglise notre conviction que l’embryon est une personne humaine, qui doit être respectée, défendue, aimée et servie du premier moment de sa conception jusqu’à son terme naturel. Le samedi 27 novembre dernier, Benoît XVI a présidé à Rome une veillée pour la vie naissante et a demandé à tous les évêques du monde de prier avec lui pour le respect de la vie humaine (…)

Puisse cette prochaine marche pour la vie être une « marche prophétique » qui permette un réveil des consciences, qui ont été gravement déformées par la Loi qui a légalisé l’avortement en France. L’avortement, qui est condamné par le 5e commandement de Dieu : « Tu ne tueras pas » – commandement, rappelons-le, qui vaut pour tous les hommes de tous les temps parce qu’il énonce infailliblement la Loi naturelle et qu’il est l’un des fondements de la vie en société – est devenu pour un grand nombre un « droit » (…)

Père bernard MPLV Nous nous engageons pour cette Marche pour la Vie en tant que chrétiens et citoyens français. Nous sommes angoissés devant le nouveau pas que notre pays est sur le point de franchir : la légalisation de la recherche sur l’embryon sous certaines conditions. Cette acceptation légale de la recherche contribuera encore à déformer davantage les consciences. L’embryon ne sera plus considéré par un grand nombre comme une personne, un sujet, une fin, mais comme une chose, un objet, un moyen. Cette nouvelle grave dérive morale sera une nouvelle régression au niveau de la mission de la France, « éducatrice des peuples ».

Il serait très important de faire comprendre que si l’on a le droit de tuer légalement la personne humaine la plus vulnérable : l’embryon, et si on a le droit de faire des recherches sur lui, on contredit nos idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité.

Une personne humaine, en effet, est une liberté qui doit être respectée dans tous ses droits dont le premier droit absolu est le droit à la vie : c’est le premier idéal français : la liberté.

Toute personne humaine doit être traitée de la même manière que les autres : c’est le deuxième idéal français : l’égalité.

Toute personne a droit d’être aimée et protégée : c’est le troisième idéal français : la fraternité.

Ces trois idéaux ne peuvent pas être vécus si disparaît de l’horizon de l’homme leur fondement ultime : Dieu ! Jean-Paul II avait bien raison : le cœur du drame vécu par l'homme contemporain est l'éclipse du sens de Dieu et du sens de l'homme (…)

Partager cet article

2 commentaires

  1. Merci à cette communauté de mener le combat. Puisqu’on ne peut pas compter sur les évêques (sauf quelques exceptions), il faudrait maintenant que toutes les communautés soutiennent cette marche pour la vie. FSSP, IBP, FSVF, ICRSP, Barroux, Béatitudes, Emmanuel, Communauté Saint Martin, Communauté Saint Jean, Monastiques de Jérusalem, etc…
    Si de nombreuses communautés sont mobilisées, les évêques français seront bien obligés de se bouger un peu plus. Leur mollesse et leur manque de courage pour dénoncer l’inacceptable est actuellement pitoyable.

  2. J’ai fait un rêve dernièrement qui peut se révêler prémonitoire : j’assistais à la marche pour la vie et un haut-parleur annonçait qu’on était plus de deux millions de manifestants à battre le pavé. Paris était noire de monde et la foule s’écoulait à travers les rues de la capitale. Du jamais vu depuis l’école libre en 1984.
    Pensez-vous qu’un jour on sera très nombreux à protester contre la culture de mort ?

Publier une réponse