Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Manifestations pour la messe : Réponse de Nicolas Bauer (ECLJ) à la tribune publiée par l’abbé Marcel Metzger

Manifestations pour la messe : Réponse de Nicolas Bauer (ECLJ) à la tribune publiée par l’abbé Marcel Metzger

Réponse de Nicolas Bauer (ECLJ) à la tribune publiée par l’abbé Marcel Metzger, dans les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA), principal quotidien régional d’Alsace. L’abbé Metzger est prêtre du diocèse de Strasbourg et professeur émérite de la faculté de théologie catholique de Strasbourg. Sa tribune est à charge contre les chrétiens demandant la restauration du culte public.

Tribune de l’abbé Metzger :

Réponse de Nicolas Bauer (ECLJ) :

Les DNA nous avaient fait l’honneur de publier une dizaine d’articles objectifs sur les manifestations pour la liberté de culte, par exemple :

D’autres médias, comme France 3 ou BFMTV, avaient aussi été très objectifs.

Il est bien dommage que ce soit un catholique, prêtre et théologien, qui ait attaqué dans ce journal les manifestations chrétiennes en Alsace. En tant qu’organisateur de la première manifestation de Strasbourg et au nom des organisateurs des suivantes, il m’est important de rétablir quelques vérités.

Plus de 300 chrétiens se sont rassemblés trois dimanches de suite place Kléber à Strasbourg. Plusieurs discours se sont enchaînés : un philosophe (Martin Steffens), un historien (Benoît Schmitz), un avocat (Jean Paillot), un prêtre catholique, deux pasteurs protestants ou encore des représentants d’associations. Tous ces discours sont accessibles sur ce lien. Les manifestants demandaient au gouvernement de prendre en compte non seulement la vie et la santé biologiques, mais aussi la vie de l’âme, la santé spirituelle. Comme le rappelle Jésus dans l’Évangile,

« l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ».

Dans l’ordre chrétien, le salut éternel, c’est-à-dire l’accès au paradis céleste après la mort, prime la santé physique dans ce monde. Pour les chrétiens, la vie est éternelle, au paradis ou en enfer, et ils espèrent de tout leur cœur que Jésus, le Sauveur, leur ouvre la porte du paradis après leur mort. Si nous assistons à la messe, c’est pour participer, dès ce monde, à un avant-goût de ce paradis. À la messe, Jésus est en effet réellement présent et Il s’unit aux chrétiens. Il a accepté de mourir crucifié pour nous il y a 2000 ans et c’est chaque dimanche qu’Il s’offre encore pour nous en sacrifice.

La messe est ainsi ce sommet d’où nous contemplons Dieu. C’est aussi la source dans laquelle les chrétiens puisent la force de vivre selon la Charité. Des personnalités comme Mère Teresa, Madeleine Delbrêl ou Jérôme Lejeune en ont témoigné.

Tous les Français n’adhèrent pas à la conception chrétienne de la vie et nous ne souhaitons forcer personne à devenir chrétien. Nous demandons simplement la reconnaissance des libertés indispensables pour vivre chrétiennement.

Partager cet article

17 commentaires

  1. Dans sa tribune, l’abbé Metzger évoque la possibilité d’ordonner des hommes mariés.
    Même si cela se faisait, comme au Liban chez les maronites, il resterait que ces prêtres, mariés ou non, seraient restreints dans leur liberté d’accueillir des fidèles à la messe.
    Le problème de ce gouvernement anti-catholique reste le même.

    Ce n’est pas tant le problème des relations avec république ou non, tel qu’il l’évoque, que celui de la liberté, et en particulier de la liberté de conscience et de culte.

    En fait royaume ou république, peu importe. Des rois ont persécuté les catholiques et d’autres chrétiens. La république nous a débarrassé d’abus des rois tels que l’attribution des revenus d’abbayes ou de paroisse à des gens qui n’en étaient pas les légitimes récipiendaires.
    Ce qui importe c’est la liberté, et j’ose le dire, la séparation de l’Église et de l’État, telle qu’elle existait avant la Révolution, sans spoliation de ses biens librement donnés par les fidèles, et sans confusion de sa mission spirituelle et du pouvoir politique.
    En tout cas j’aime l’idée que notre Église soit séparée de ce pouvoir là.

  2. Qui après cela pourrait dire que l’Eglise n’est pas infiltrée par ceux mêmes qui veulent la détruire ?
    Comment peuvent-ils demander de se plaindre aux évêques du manque de prêtres et promouvoir la « laïcisation » de l’Eglise ?
    Que de confusions mentales entre opposition à une loi inique et opposition à l’Etat !
    Sa conception des croisades, qui n’étaient nullement une conquête,mais une libération, montre une inculture crasse.
    Comment un abbé peut-il critiquer la demande de la liberté de culte sans être lui-même opposé à cette liberté?
    On voit bien qu’il ramène cela à la fausse herméneutique de Vatican II et à une politisation de la religion.
    La Tradition, tout autant que l’Evangile, car tout n’y est pas, est ce qui a permis à la foi catholique de s’étendre et de traverser les siècles.
    Si ces pseudo-théologiens rejettent l’héritage, qu’ils s’en aillent et qu’ils arrêtent de semer la zizanie au sein de l’Eglise et d’égarer les fidèles.

  3. Un ami abbé m’avait dit un jour « les pires ennemis de l’église sont à l’intérieur ».
    Rien à ajouter.

  4. Qu’est que c’est, ECLJ? Écologie centrée sur La Jeunesse?

  5. « Pour cela, il faudra bien sûr étendre l’appel aux ministères au-delà des seuls célibataires ». Quelle curieuse conclusion, fort divergente de la doctrine de l’Eglise !

  6. Prêtre du diocèse de Strasbourg et professeur émérite de la faculté de théologie catholique de Strasbourg ???
    Comment dans ces conditions peut-il écrire un article d’une telle stupidité ?
    Il a fait écrire son article par l’ignorant de service ?

  7. l’abbé Marcel Metzger correspond bien à ce que j’ai connu en Alsace, mais heureusement, là aussi, il y a pluralisme ;
    être privé de messe, pour un temps indéfini, sans raison valable, est-ce acceptable ? Hé bien, les petits vilains traditionalistes (intégriste ? pour certains que ça arrange) sont les premiers réprimandés (cf st Nicolas du Chardonnet) et comme par hasard les premier à refuser franchement cet oukase : hasard, vraiment ????
    il y aurait bien à dire, mais j’apprécie les prêches de cette paroisse sur youtube….

  8. Ne pas oublier que les prêtres d’Alsace et de Moselle sont beaucoup moins libres vis-à-vis du gouvernement que les autres : ils ont un fil à la patte…

  9. C’est curieux ce genre de prêtres ils voient des traditionnalistes partout pourquoi n’a-t-il pas dit intégristes? et d’extrême-droite bien sur cela va de soi, parce que pour demander la Messe il faut être d’extrême-droite, un pseudo-catho normal ne demandera jamais la Messe, il obéira aux FM qui dirigent ce pays. IL est d’une méchanceté et d’une stupidité comme trop de ces clercs soixante-huitards attardés, ils ont oublié que les jeunes qui pratiquent en ont ras le bol de ces pseudo-curés gaucho et comment pourrait-il y avoir des vocations avec des pitres pareils. Encore un pseudo-théologien d’opérette

  10. Il faut seulement se rappeller de la réponse du Secretaire d’Etat de Pie VII à Napoleon quand celui-ci manifesta l’idée de detruire « cette Eglise à Vous »: « Sua Maestà sono venti secoli che ci proviamo a distruggerla ma non ci siamo riusciti ».
    « 

  11. En 1967, donc juste après Vatican 2, j’ai eu un désaccord avec mon aumônier scout au sujet de l’assistance obligatoire à la messe, le matin, pendant le camp d’été : il était contre, j’étais pour !
    Il a disparu une journée, et quand il est revenu, je lui ai demandé des explications : il avait éprouvé le besoin de réfléchir à sa vocation de prêtre !
    Evidemment, j’ai eu du mal à me convaincre de la pertinence de ce concile.

    Dans le même ordre d’idée, notre famille va publier la biographie d’un oncle prêtre.
    On y trouvera un extrait de ses notes que nous avons retrouvées chez lui, au sujet de sa décision de conserver sa soutane à cette époque.

  12. Il est fils des eveques felons qui ont fait leur coup d’etat en tiare et en chapre le 13 octobre 1962 en balayant tous les travaux préparatoires proposant une adaptation paisible de l’Eglise dans son enseignement bi-millenaire pour transmettre la VERITE avec un langage plus comprehensible pour Notre temps.
    Ce coup d’Etat des eveques de l’au-dela du Rhin fit table rase du doux et ferme lenseignement traditionnel en provoquant des avalanches continues de catastrophiques chutes de la Foi Catholique chez les fideles et en decerebrant la majeure partie de jeunesse de ses racines catholisues .

  13. La gu.ule des théologiens d aujourd’hui … C est juste anti chretien et rien que la reference à vat d eux montre sa position hérétique . Lui , il aura chaud éternellement . C est le genre de personne qui coche la case d ennemi de l Eglise ; encore un de ces descendants des cocos des années 30 , qui ont noyauté notre Eglise ; sa missive sur DNA est inaudible ; ce n est qu un loup deguisé en brebis. Bof, rien de plus , des comme lui , il y en a des milliers , à tel point qu on ne les écoute plus , qu ils sont aux abois . A ignorer .

  14. Il suffit de « googleliser » ce personnage pour avoir une rapide idée de son style.
    Il ne porte pas d’habit clérical. Une photo de lui en train de con-célébrer la sainte Messe permet de voir qu’il est bien ancré dans la mouvance des messes toune-disques des années 80 (tout ce que dénonce proliturgia)…
    Bref, il appartient visiblement à cette frange de prêtres plus imprégnés de l’esprit de mai 68 que de la doctrine éternelle de l’Eglise.
    En conclusion, c’est le genre prêtre qui me fait me féliciter d’être devenu l’un de ceux qu’il dénonce : un intégriste.

  15. Les articles du CEC concernant le sacerdoce sont plus particulièrement les 1577-1579. Rappelons que St Jean-Paul II avait engagé l’infaillibilité pontificale sur ce point du dogme.
    C’est donc gênant de lire dans un même article « je condamne la défense des messes » et « je renie le dogme catholique », non?

  16. Au risque d’en faire une facile, je dirais que l’abbé Metzger s’associe au pouvoir jupitérien pour faire une boucherie de l’Église de France…
    🍗🥩🍗🥩🍗

Publier une réponse