Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Liberté d'expression

Retour sur les manifestations de dimanche pour le retour des messes publiques

Retour sur les manifestations de dimanche pour le retour des messes publiques

Ce dimanche 15 mai, les Montpelliérains, privés de messe publique par les oukazes du gouvernement En marche, ont tenu à exprimer leur légitime demande d’avoir accès à la liberté fondamentale d’assister à des messes. A cet effet, ils étaient plus de 150 venus paisiblement en famille sur le parvis de la cathédrale, après avoir préalablement déposé une déclaration en préfecture. L’homme ne vit pas que de pain et s’il faut rendre à César ce qui lui revient, il convient tout autant, voire plus, de rendre à Dieu son dû.

80 à 100 participants dimanche devant l’abbaye aux dames de Saintes :

Sud Ouest et France Bleu évoquent cette manifestation.

400 personnes à Angers :

Rouen :

Bordeaux :

4 organisateurs sont convoqués au commissariat. En cause, le principe de laïcité :

“Les policiers nous ont indiqué qu’un certain nombre de gestes ne respectaient pas le principe de laïcité. Je suis donc convoqué demain matin au commissariat.”

Villié-Morgon, dans le Beaujolais :

300 personnes à Saint-Maur, avec l’intervention de Me Jérôme Triomphe :

Plusieurs centaines de personnes à Nantes malgré le temps exécrable :

Voici le texte qui a été lu :

D’aucuns veulent moins de maladie, d’autres veulent plus de pouvoir d’achat, et bien nous, catholiques, n’avons qu’une demande. Cette demande c’est le respect de ce qui se vit depuis près de deux millénaires dans notre pays : la messe. Nous voulons Dieu, nous voulons la messe ! Dieu n’est pas mort, Dieu ne mourra jamais. Pas en France, en tout cas ! L’honneur de la France, c’est d’assister à un office religieux. Et l’essence même du catholicisme c’est son caractère sacramentel, sa valeur réelle et physique. Dans le catholicisme, nous assistons à la messe, nous ne nous connectons pas en distanciel à une simple réunion dominicale. C’est pourquoi l’interdiction pour les croyants d’assister à la messe est en contradiction intime avec l’essence de notre Foi, et donc de la liberté de pratiquer notre culte. Car la messe, c’est un cœur qui bat, c’est l’âme des fidèles rassemblés pour louer leur Créateur et les tourner vers l’Eternité. La messe, c’est aussi l’âme de la France. Le salut du corps ne peut prévaloir sur celui de l’âme.

Laissez-nous le Bon Dieu ! Nous ne voulons pas d’un coup d’état de droit. Ne faites pas mentir le socle constitutionnel de notre République. Notre liberté de culte, c’est le fondement de notre culture, c’est notre fierté nationale. Cette liberté si chère à la France, liberté qui lui a permis de devenir un jour fille aînée de l’Eglise, est constitutive de notre patrimoine immatériel. La liberté de culte est la première de toutes les libertés, elle en est la souche autant que le point d’équilibre. Ni la peur d’être tués, ni celle de la maladie ne pourront nous en détourner. Chers amis, soyons fiers de notre foi séculaire, de notre tradition sacramentelle et surtout de ce trésor transmis de générations en générations depuis presque 2000 ans. Ce blanc manteau d’églises, ces voûtes ancestrales devraient donc cesser de faire résonner les cantiques et paroles liturgiques : nous ne nous y résoudront pas ! Chers amis, cher Clergé de Loire-Atlantique, nous nous unissons avec gravité et Espérance : que notre voix soit entendue, et portée jusqu’aux plus hautes chambres décisionnaires. N’ayons pas peur ! Soyons assidus dans la prière et à l’exemple de Don Bosco ou encore Saint Charles Borromée, soyons inventifs pour rendre un culte agréable à Dieu.

La liberté religieuse est la liberté fondamentale de toutes les autres libertés. La liberté du culte est consubstantielle à la liberté de conscience, comme aime à le répéter Monsieur Mélanchon. Une liberté fondamentale à une valeur constitutionnelle sur laquelle la République ne transige pas. La liberté de culte, enfin, est un bien essentiel. C’est pourquoi nous n’avons pas peur de le redire, aujourd’hui, paisiblement mais avec détermination : « N’ayons pas peur, le Christ a vaincu la mort ». Soyons forts et unis dans la foi, et vigilants dans la prière. Et dans l’attente de Noël, continuons de veiller.

Bergerac:

Bougival (78) :

Vannes :

Aix :

Une trentaine de fidèles de la FSSPX ont été verbalisés pour avoir osé participer à une “Messe hors-la-loi”.

Saint-Germain en Laye :

250 personnes à Bois-Colombes avec les interventions du président des AFC 92 et de Guillaume de Thieulloy :

Plusieurs centaines de personnes à Versailles parmi lesquelles le vicaire général du diocèse:

Dax
Environ 300 personnes (selon la police) à Rambouillet avec la présence de Jean-Frédéric Poisson :

Environ 300-350 personnes à Tours :

Toulouse :

Luçon avec Guillaume Bernard :

Discours de Guillaume Bernard : « Laissez-nous vivre ! »

Après être intervenu à Paris, devant l’église Saint-Sulpice, le vendredi 13 novembre, Guillaume Bernard a tenu ce discours lors d’un rassemblement pour la liberté de culte, en Vendée, devant la cathédrale de Luçon, le dimanche 15 novembre. En voici la teneur.

Chers amis, je viens vous apporter l’amicale salutation de nos frères réunis, vendredi dernier, à Paris, sur la place Saint-Sulpice et devant lesquels j’ai eu, comme aujourd’hui, l’honneur d’intervenir. Je ne parle, bien sûr, qu’en mon nom propre, mais je crois pouvoir dire, en notre nom à tous, que si c’est avec calme et sérénité que nous sommes ici rassemblés, toutes sensibilités unies, c’est aussi avec détermination. Depuis la semaine dernière, et tout au long de ce week-end, partout en France, nombre de nos compatriotes se sont rassemblés pour témoigner publiquement et prier… intérieurement puisque c’est une condition imposée par la Préfecture. Et, s’il le faut, si l’État reste insensible à notre juste demande, nous serons dans la terrible obligation morale de continuer à nous battre, d’une manière ou d’une autre. Dans le fond, notre revendication se synthétise en un slogan : laissez-nous vivre !

Malgré la déchristianisation, l’État sait que nous sommes une force avec laquelle il faut encore compter, parce que nombre de nos compatriotes, même non-pratiquants, ont encore en eux la fibre, les racines de la chrétienté. Quand l’État menace de verbalisation alors que les manifestations déclarées sont parfaitement légales, quand l’État interdit des rassemblements identiques au nôtre, comme celui de Paris ou de Grenoble prévus aujourd’hui, c’est qu’il cherche à intimider, c’est qu’il se doute que la mobilisation peut devenir grandissante, c’est qu’il subodore que la base ne se laissera pas impressionner par quelques personnes – mêmes quand elles sont ecclésiastiques, il faut bien le dire – qui la pousse à la résignation, c’est qu’il craint, véritablement, la convergence des luttes et que les parvis ne deviennent les nouveaux ronds-points de la contestation. Laissez-nous vivre !

L’Exécutif prétend défendre la vie. Mais, il ne cesse de l’étouffer : la vie économique, la vie sociale, la vie culturelle, la vie biologique de l’enfant à naître et, pour couronner le tout, la vie spirituelle. Il est, par conséquent, impérieux de lui rappeler que la vie ne peut être artificiellement réduite aux seuls besoins primaires et matériels. Laissez-nous vivre !

Que les hommes politiques ne croient pas est une chose. Qu’ils étalent sur la place publique leur ignorance de la présence réelle du Christ dans l’hostie consacrée et leur condescendant mépris pour la messe en est une toute autre. Elles les conduisent à un discours indifférentiste qui, dans le même mouvement, nie la spécificité du culte catholique et refuse de reconnaître la place éminente – ontologique – du christianisme dans l’identité de notre corps social. Notre démarche ne relève en rien de l’individualisme ou du communautarisme. Au contraire : elle est une exigence de justice sociale, de justice distributive diraient Aristote ou saint Thomas d’Aquin : que soit rendu à chacun son dû. Et donc au catholicisme sa place fondatrice, essentielle, dans l’existence de la France. Laissez la France vivre !

Parmi nous, personne ne nie la maladie et le fait qu’elle puisse être grave pour les plus fragiles. Mais, nous dénonçons l’incohérence des mesures gouvernementales qui succèdent à une série d’injonctions contradictoires depuis neuf mois. À qui fera-ton croire que l’on est plus contaminable ou plus contaminateur dans une église que dans les queues aux caisses des supermarchés ? L’interdiction des messes publiques, tant en plein air qu’à l’intérieur des églises, est une mesure disproportionnée et liberticide. Cela constitue un véritable scandale. Laissez-nous vivre !

La puissance politique outrepasse sa compétence et tend à devenir tyrannique quand elle prétend suspendre l’exercice d’une liberté relevant du droit naturel : la liberté de culte. En outre, il n’y a pas que la liberté des fidèles qui soit remise en cause. C’est la liberté même de l’Église qui est atteinte, la liberté religieuse au sens fort du terme, c’est-à-dire la liberté pour l’Église de dispenser les sacrements. Laissez l’Église vivre !

Si les catholiques n’adressent leurs prières qu’à Dieu et à ses saints, nous n’hésitons pas à envoyer une supplique au pouvoir politique, une supplique qui prend, tout particulièrement en Vendée, son sens et sa gravité : que l’État ne contraigne pas notre clergé à devenir réfractaire : que l’État ne condamne pas les fidèles catholiques à se rendre à des messes clandestines. Ne nous persécutez pas à nouveau. Laissez les catholiques vivre !

À ceux qui invoquent, à tort et à travers, l’obéissance, il est, semble-t-il, nécessaire de leur rappeler que celle-ci ne vaut que dans le cadre de la justice, qu’elle ne peut être exigée que par une autorité légitime, agissant dans son domaine de compétence et ordonnant quelque chose permettant la réalisation du bien commun, c’est-à-dire le bien qui coordonne celui du tout et celui des parties, le bien qui permet à tous de tendre vers leur finalité. Tous ceux qui veulent empêcher les catholiques de réaliser leur obligation morale d’assister à la messe, au moins une fois par semaine, perdent donc toute crédibilité. Laissez-nous vivre !

L’État n’a pas compétence pour décider de tout ; il n’est pas légitime pour déterminer ce qui serait essentiel et ce qui ne le serait pas. La messe, renouvellement non-sanglant du sacrifice du Christ, est l’essence même du catholicisme. Pour un catholique, l’assistance à la messe est donc non seulement un devoir moral, mais aussi une nécessité vitale. La messe est vitale pour chacun des croyants. Elle l’est aussi pour l’ensemble de la chrétienté et même de la création. Les catholiques ne peuvent pas faire le sacrifice de la messe – comme certains, pourtant, cherchent à les y contraindre – car la messe est, justement, le plus saint, le plus vivifiant le plus essentiellement vital des sacrifices. Que l’État cesse de violer nos consciences, que l’État cesse de brimer notre liberté de culte, que l’État cesse d’exiger ce qui ne lui revient pas. Rendez-nous la messe. Et, laissez-nous vivre !

 

Lyon :

Voici le discours prononcé :

Nous, catholiques, revendiquons le droit de vivre intégralement notre foi.

Assister à distance aux offices ne suffit pas. Nous croyons que Jésus, Fils de Dieu, s’est incarné pour nous sauver, qu’il est mort sur la Croix, qu’il est ressuscité, qu’il reviendra dans sa Gloire.

Nous croyons que la Messe est le renouvellement non sanglant du Sacrifice du Christ en croix.

Nous croyons que, lors de chaque messe, le sacrifice est actualisé.

En assistant physiquement à la messe, nous rencontrons le Christ en personne, sous l’apparence du pain et du vin.

Nul ne saurait ignorer le rôle social de l’Eglise dans notre pays, dont les racines et la culture sont judéo-chrétiennes.  L’engagement social de l’Eglise est nourri par la vie sacramentelle de chaque catholique. Sans cette vie sacramentelle communautaire,  il n’y a pas d’Eglise !

Rendons à César ce qui est à César,  à Dieu ce qui est à Dieu. Sans oublier que Dieu est à l’origine de toute chose. Il donne le soleil et la pluie aux croyants comme aux non croyants.

C’est pourquoi nous revendiquons le droit de vivre notre foi.

Au même titre que la quasi-totalité des professionnels qui sont étouffés par des mesures dont les effets sont largement plus néfastes que bénéfiques à tous les égards.

Quelles que soient nos convictions personnelles sur le volet sanitaire de la crise actuelle, nous avons accepté, avec peine et responsabilité, d’appliquer un grand nombre de mesures prudentielles dans nos églises.

En interdisant l’assistance communautaire aux offices, le Gouvernement dépasse les bornes. Quelle que soit la réalité sanitaire de la crise actuelle, les mesures prises vont à l’encontre du Bien commun.

Il est évident que le Gouvernement, profite d’un prétexte sanitaire pour restreindre un peu plus nos libertés.

Le désastre socio-économique dans lequel ce gouvernement nous plonge est d’une gravité sans précédent.

Nous soutenons tous nos concitoyens, commerçants, artisans, entreprises de toute taille, que l’irresponsabilité En Marche est en train de tuer à petit feu ! Nous assistons impuissants à l’instauration d’une véritable tyrannie ! Car à l’évidence, Macron et sa bande ne servent pas le bien commun !

Non contente de saboter la famille, la Vie et l’éducation, la Macronie s’attaque désormais au culte, à la culture, au travail, au lien social qui font de nous des êtres de chair et d’âme !

Nous ne pouvons pas nous taire ! Nous ne nous soumettrons pas à ce gouvernement tyrannique qui outrepasse ses droits. Nous ne lâcherons rien, sur rien, car il en va de notre vie spirituelle que nous ne pouvons pas dissocier de notre vie physique.

STOP à la transhumance suicidaire de la France !

St Malo devant la cathédrale St Vincent avec 250 personnes :


Une centaine de personnes à Senlis :

Communiqué d’un Collectif de citoyens catholiques soucieux de l’Etat de droit :

L’Oise a connu deux manifestations ce dimanche 15 novembre 2020 pour réclamer la liberté de culte interdite par le gouvernement.

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés à Compiègne et à Senlis avec comme simple mot d’ordre “Nous voulons la messe”, “nous voulons la liberté de culte”.

Alors que le Conseil d’Etat a reconnu à de nombreuses occasions la liberté de culte comme une liberté fondamentale, cette liberté a été interdite d’exercice par le Gouvernement.

Dans notre démocratie, il s’agit d’une nouvelle entorse à l’Etat de droit. De nombreux catholiques ont souhaité manifester à travers toute la France leur souhait du respect de cette liberté.

Ils espèrent sincèrement qu’une issue favorable sera trouvée lors de la rencontre du Ministre des Cultes, Gérald Darmanin, avec l’ensemble des cultes ce lundi à 10h30.

En effet, l’Eucharistie est le coeur de la Foi des croyants catholiques. Il est important que le Ministre des Cultes connaissent les différentes expressions des cultes afin de permettre l’expression légitime de la liberté associée à ceux-ci.

Compiègne :

Strasbourg :

Voici les interventions de Nicolas Bauer, Jean Paillot, Martin Steffens, Benoît Schmitz, et Grégor Puppinck. A la fin, les manifestants prient et s’agenouillent malgré l’interdiction et les menaces.

Caen avec le discours prononcé lors de la manifestation :

Monsieur le Président, Monsieur le Préfet,

Nous n’avons pas de gilets jaunes, ni de cagoules noires pour tout casser. Nous sommes les catholiques “du bout du banc”, mandatés par personne, si ce n’est l’amour de Jésus-Christ.
Nous ne sommes pas venus pour brailler des revendications, hurler des slogans, ou réclamer quoi que ce soit.

Nous sommes venus vous dire que la République Française bafoue le droit des catholiques français en interdisant l’organisation publique des messes. La République bafoue le droit imprescriptible à l’exercice du culte et à la pratique libre de sa religion. Le droit international place même cette liberté de religion au-dessus des autres libertés en n’y admettant « aucune dérogation », même « dans le cas où un danger public exceptionnel menace l’existence de la nation et est proclamé par un acte officiel ». (Pacte international sur les droits civils et politiques Adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies le 19 décembre 1966). Nous ne sommes pas de juristes. Des hommes de loi travaillent et rétabliront notre droit.

Monsieur le Président, Monsieur le Préfet,

Sous couvert de lutte contre un virus, vous limitez drastiquement les libertés, vous muselez, vous privez les français de leurs libertés fondamentales.

La santé est un don précieux de Dieu, et nous sommes tous convaincus qu’il ne faut pas s’opposer à des mesures justes et proportionnées pour le bien et la santé de tous. Si tant est qu’elles soient justes et proportionnées …

À l’heure où l’on peut se réunir à 30 ou 35 dans des salles de classes, ou au tribunal pour décider qui pourra ou non aller à la messe, s’entasser dans les transports en commun, ou à plusieurs dizaines ou centaines dans les supermarchés, à 577 à la chambre des députés pour discuter de l’avenir des lois, on ne peut plus se réunir dans les églises.

Depuis quand les catholiques propagent-ils plus que les autres le virus ?

Les églises ont-elles été des foyers d’infections particuliers depuis l’hiver ou le printemps dernier ? Ça se saurait ! Les mesures prophylactiques ont été prises en comptes, là comme partout.
L’homme ne vit pas seulement de pain (par les supermarchés) ou de soins (par le service de santé), mais de toutes paroles venant de Dieu !

Monsieur le Président, Monsieur le Préfet,

Votre premier ministre Jean Castex pouvait déclarer la semaine dernière que la liberté de culte est “une liberté fondamentale avec laquelle la République ne transige pas” et “en même temps” interdire la célébration publique de la messe et limiter, par décret, le nombre de personnes pouvant assister à des mariages ou à des enterrements !

On nous avait dit que l’Eglise était séparée de l’Etat et c’est aujourd’hui l’Etat qui décide combien de personnes peuvent assister aux cérémonies religieuses ! Le paradoxe est que l’état se dit laïc, hors des religions selon lui, et, face à la barbarie Islamique autorise (ou même recommande) le blasphème d’un côté, et face au virus interdit le culte de l’autre côté. C’est l’inversion !

Nous ne reconnaissons pas de droit au blasphème. Et le culte catholique public a droit de cité ! Nous disons quotidiennement la prière apprise de la bouche même de Notre- Seigneur Jésus-Christ, le « Notre Père ». Et nous disons « que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. » Nous ne disons pas « que votre règne arrive et que votre volonté soit faite au ciel, chez vous. Ou bien dans les cénacles privés, ou dans notre cœur seulement », mais aussi ici, sur la terre.

Monsieur le Président, Monsieur le Préfet,

Vous avez été désigné par la voie des urnes, c’est un mode de désignation des représentants, mais vous ne détenez votre l’autorité que d’en haut, comme l’a dit Jésus à Pilate lors de sa Passion, vous déniez au Créateur et Rédempteur un droit qu’il a d’être honoré d’un culte public. Vous aurez des comptes à rendre, si ce n’est en cette terre, ce sera le jour où vous paraîtrez devant votre Créateur.

Monsieur le Président, Monsieur le Préfet,

Jésus lui-même dans l’Evangile nous dit : « Ne craignez point ceux qui tuent le corps, et qui ne peuvent tuer l’âme ; mais craignez plutôt celui qui peut perdre et l’âme et le corps dans l’enfer. » (Matt. X, 28).

Pour nous éviter de mourir, vous nous avez empêché de vivre, et de vivre notre foi par l’exercice du culte. Sachez dès maintenant que, quoi que vous fassiez, Jésus règne : “Si Notre-Seigneur ne règne pas par les bienfaits de sa présence, Il règnera néanmoins par les méfaits de son absence.” (Cardinal Pie)

Monsieur le Président, Monsieur le Préfet,

Nous allons vous confier, ainsi que toutes nos autorités, religieuses, politiques, juridiques, de santé, tous les soignants, les malades et les agonisants, nos compatriotes et particulièrement les catholiques de France, à la Miséricorde divine, par la prière publique de notre chapelet. Prière d’intercessions et de réparation.

Que votre règne arrive ! Vive le Christ-Roi !

Chapelet à Orléans, devant la cathédrale avec plus de 300 personnes

Oui, la messe est vitale pour un catholique, autant sinon plus que de manger trois fois par jour.
Oui, la messe est vitale pour la société toute entière, sans distinction des personnes.
Quand nous venons à la messe, nous portons nos proches, nos voisins, nos collègues, nos autorités, et même nos ennemis !

Bourges avec l’un des discours :

voici l’un des textes qui ont été lus:

“Nous sommes réunis ici aujourd’hui pour exiger le respect d’une liberté fondamentale inscrit dans notre constitution : LA LIBERTE DE CULTE!!!!

Or cette liberté déjà bafouée aux mois de mars-avril-mai dernier, nous est à nouveau retirée depuis début novembre! Alors même que vous avons fait preuve de responsabilité vis-à-vis des mesures sanitaires en vigueur, qu’aucun cluster n’a été recensé dans nos églises comme l’a souligné le Conseil scientifique lui-même, ce droit nous est à nouveau retiré aujourd’hui!

On nous dit que l’ouverture des églises et la diffusion des messes sur internet suffit à respecter cette liberté, nous disons NON, MILLE FOIS NON!!!! La messe à distance ne nous donne pas l’Eucharistie , elle nous prive de l’élément essentiel de notre religion, de l’aliment essentiel à la vie de notre âme. Pas besoin de grands débats théologiques ou d’une grande culture religieuse pour reconnaître aux catholiques le besoin des sacrements, le besoin d’une pleine communion à Dieu. Les exemples des saints martyrs de l’Eglise sont un exemple suffisant : Saint Tarcisius au IIIème siècle est mort sous les coups de ses amis pour protéger Notre-Seigneur qu’il portait contre lui sous la forme de l’Eucharistie. Selon une belle tradition orale, on ne retrouva pas, sur le corps de saint Tarcisius, le Très Saint Sacrement, ni dans ses mains, ni dans ses vêtements. On raconta que le pain consacré, défendu par sa vie, par le petit martyr, était devenu chair de sa chair, formant ainsi avec son propre corps, une unique hostie immaculée offerte à Dieu.

Plus récemment, sous la Révolution Française, combien de prêtres sont morts simplement parce qu’il voulaient continuer d’apporter à leurs ouailles les sacrements, parce qu’interdits de célébrer les messes dans leurs propres églises ils ont décidé envers et contre tout de célébrer la messe dans des bois, dans des granges parce que sans la messe, parce que sans l’Eucharistie, l’Eglise dans son fondement même est vouée à une mort certaine. Je citerai l’un des plus connus : le bienheureux Noël Pinot. Il refusa de prêter le serment de la Constitution civile du clergé et poursuivit son ministère malgré les interdictions. Traqué, il fut arrêté durant la célébration de la messe clandestine qu’il célébrait peu avant minuit dans une grange de ferme. Ses bourreaux le feront monter sur l’échafaud et guillotiner avec les vêtements liturgiques qu’il portait lors de son arrestation. Ce fut sa dernière messe sur terre…

Plus récemment encore, cette fois au Mexique, les Cristeros nous ont donné l’exemple d’une fidélité sans faille à Jésus Christ-Roi. Alors que les prêtres étaient interdits – sous peine de mort – de toute activité sacerdotale ou simplement sacramentelle, Miguel Pro circulait dans la ville de Mexico à bicyclette pour distribuer la communion en des lieux clandestins de réunion. Le Père Pro a été béatifié en 1988, 25 martyrs ont été canonisés en 2000, et 13 autres ont été béatifiés en 2005. Le plus connu José Sanchez del Rio, jeune martyr de 15 ans, a été canonisé tout récemment le 16 octobre 2016.

L’histoire de l’Eglise regorge de saints qui ont donné leur vie pour la défense de la messe et des sacrements. Comment aujourd’hui pourrions-nous accepter une mesure aussi injuste sans s’offusquer et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour faire entendre raison au gouvernement ? Il faut épuiser tous les recours possibles :

  • Recours juridique
  • recours médiatique
  • recours spirituels.
    NOUS VOULONS LA MESSE parce que c’est pour nous un devoir.
    NOUS VOULONS LA MESSE parce que c’est un droit.
    NOUS VOULONS LA MESSE parce qu’elle est pour nous une liberté.
    NOUS VOULONS LA MESSE parce que «l’homme ne vit pas seulement de pain».
    NOUS VOULONS LA MESSE parce que c’est pour vous une question de survie.

Bayonne où les quelques 150 personnes ont été rejointes par Mgr Aillet :

A Metz, la presse locale relaie la manifestation.

A Valence, un lecteur me signale qu’il y avait une petite centaine de manifestants, parmi lesquels des protestants attachés à la liberté de culte.

Comme nous avions interdiction de prier ou de chanter des cantiques à voix haute, nous avons récité le chapelet in pectore, dizaine après dizaine, celles-ci étant entrecoupées de lectures d’Évangile ou de témoignages d’évêques ayant connu la persécution. Les policiers étaient en civil, donc peu visibles. Aucun incident, bien sûr. Je regrette que la cathédrale ait été fermée alors qu’elle était annoncée ouverte pour permettre à ceux qui le voulaient de recevoir la communion.

A Paris, où la préfecture avait interdit la manifestation, les forces de l’ordre étaient présentes en nombre :

 

La Garenne-Colombes (92)

Nice :

Les manifestants étaient devant la basilique Notre-Dame de l’Assomption désormais connue en raison de l’attentat islamiste, ils ont récité le chapelet, chanter des cantiques et prier Saint Michel ! La préfecture a été très bienveillante, les forces de l’ordre discrètes et les journalistes attentifs. France 3 était sur place.

Benoit De Belleroche, le président des Associations Familiales Catholiques, déclare :

“Nous avions déclaré 70 personnes, on en attendait 50. Mais c’est venu de tout le département, de la Vésubie,  Mandelieu, Cannes, Grasse, Menton, Saint-Étienne-de-Tinée. On ne s’y attendait pas du tout. Tant mieux c’est un beau témoignage de la vitalité de notre église.”.

Devant la façade de la cathédrale Saint-Etienne de Châlons-en-Champagne :


Chers Amis,

Merci d’être venus cet après-midi 15 novembre 2020 au pied de la cathédrale Saint-Etienne de Châlons-en-Champagne.

Avant tout, je souhaite remercier les forces de police présentes autour de nous qui assurent avec sérieux et bienveillance notre sécurité. Nous partageons désormais avec vous la réalité d’un gouvernement qui n’écoute pas, qui simule l’action et fait courir des risques importants à ses agents, sans que la justice ne soit rendue pleinement.

Merci à vous qui luttez pour la sécurité de tous les Français et donc la nôtre en ce jour. Qui aurait cru, il y a encore quelques mois, que nous en arriverions à devoir manifester pour la liberté de culte dans notre pays ?

Nous sommes ici pour demander le rétablissement de la célébration publique de la messe.
Nous sommes ici au pied d’une des plus vieilles cathédrales de France pour confier notre ville et notre pays dans ces temps troublés.
Nous pouvons en profiter pour confier tous ceux qui subissent en première ligne les conséquences désastreuses des décisions de nos gouvernants : les isolés, les chômeurs, les petits commerçants et tous les autres.

Aujourd’hui, nous allons manifester en silence comme nous l’a conseillé notre évêque. Nous allons manifester en silence car le ministre de l’intérieur nous a dit que nous serions verbalisés si nous nous rassemblions pour prier ensemble devant l’église. Nous constatons de manière concrète la dérive qui commence à s’opérer. Nous sommes les témoins de cette dérive mortifère qui consiste à faire de l’urgence sanitaire l’alpha et l’omega, quitte à bousculer les principes mêmes du droit et à prendre des décisions liberticides.

A celui qui cherche dans le passé un moyen de comprendre le présent, il ne trouvera qu’un seul précédent dans notre histoire de France, une seule période au cours de laquelle la messe publique fût interdite : ce fût pendant la période de la Terreur révolutionnaire.

Mesurons ce que cela signifie.

Nous sommes là parce qu’il existe une spécificité du culte catholique : l’ADN du catholique est la prière et la participation à la messe. Nous priver de messe, c’est nous priver de vie.
Le catholicisme, c’est la messe. S’en prendre à la messe, c’est s’en prendre au catholicisme : le message est clair et doit être entendu.

Rappelons que la décision du conseil d’Etat de ne pas nous accorder la messe s’appuie sur les propos de madame Pascale Léglise, représentante du culte auprès du conseil d’Etat et qui a dit que nous n’avions pas suffisamment respecté les règles sanitaires lors des messes.

Cette accusation n’a fait l’objet d’aucune enquête ni d’aucune preuve. Depuis quand l’accusation n’apporte par les preuves de la culpabilité ? Depuis quand le droit français peut-il être bafoué à ce point ? Prenons conscience de ce qui est en train de se jouer. Comme catholiques nous ne sommes pas les hommes et les femmes d’une faction, d’un clan ou encore d’un parti, nous sommes au service de nos frères.

Si nous sommes là, ce n’est pas pour défendre un petit intérêt particulier, nous sommes là pour témoigner à la face du monde. Nous mesurons l’importance de ce combat pour la liberté de croire ou de ne pas croire. N’ayons pas peur de nous inscrire dans cette Histoire sur le temps long. Ici à Châlons, lieu du martyre de saint Memmie, premier évêque de ce lieu, ici à Châlons où sainte Jeanne d’Arc vint prier dans des heures sombres pour accompagner Charles VII à Reims. Ces figures saintes de notre histoire ne firent pas l’unanimité en leur temps, c’est bien la preuve que la vérité n’a pas de prix.

Nous ne pouvons pas nous arranger avec la vérité, même si cela doit nous coûter cher.

C’est la raison pour laquelle nous demandons à nos évêques, à qui nous devons l’obéissance, de ne rien céder sur ce qui est non négociable.

Nous serons dans nos églises pour Noël !

Ce combat est un combat pour la liberté de culte et pour la liberté de conscience, il ne s’agit pas d’une affaire isolée. Cela dépasse les seuls catholiques.
Nous le pressentons bien, il s’agit du début d’une lutte profonde qui est à la fois un combat intérieur et une lutte de plus en plus visible.

Monsieur le président, entendez-nous, nous aimons notre pays, nous souhaitons le servir.

Reims :

Une centaine de personnes selon L’Union.

Bougival :

Toulon :

smart

Partager cet article

21 commentaires

  1. Un je vous salue Marie chanté, bien seul, devant la cathédrale d’Angers.

    La sécularisation des catholiques est bien imprégnée.

    Merci aux organisateurs.

    Rendez nous la messe !

    En union de prières et de foi.

  2. Si on en juge par les réactions des lecteurs du figaro, il n’y avait que des intégristes mettant la vie des autres en danger ! Et ceci venant de soi disant cathos …
    Comme si pour beaucoup la crucifixion n’avait été que virtuelle. Désespérant !

    • 3 pelés en plein air mettent en danger la vie des autres? C’est votre réaction qui est désespérante ? Vous avez vu le métro ?

      • Je vous rassure, on ne tombe pas malade par le metro …..

        Si le métro entrainait une hécatombe, alors il n’existerait plus depuis longtemps…!

        premier métro parisien : en 1900…..

        • Evidemment!
          Personne ne vit dans le métro, et est donc malade ailleurs…
          Abstenez-vous de commentaires ridicules ici et allez encenser le petit père des peuples et d’autres, dans votre presse préférée…

  3. Je regrette l’absence de l’évêque à la tête de ses ouailles.

  4. « Évêque (Cauchon), c’est par toi que je meurs ». Comme d’habitude ils sont planqués au chaud pendant que leurs brebis se font tondre et lapider…

  5. Tout ça pourquoi officiellement ?

    33 000 personnes hospitalisées au 15 novembre (chiffre ARS), sur une population d’environ 68 000 000, soit 0,05 %, oui vous avez bien lu, la moitié de 0,1 %… !

    Autre chiffre : le laboratoire Pfizer a annoncé la création d’un vaccin, testé sur un panel de 45 000 personnes, suivies médicalement, et dont 90 ont été à un moment contaminées par le Covid, les chiffres étant ceux donnés par Pfizer. Bien… Nous en déduisons donc que le risque de contamination pour une population lambda donnée est de 0,2 %….. Bref, attraper ce virus est donc compliqué et loin, très très loin, d’être systématique.

    Conclusion, l’interdiction de culte ne peut être justifiée par des raisons sanitaires. Donc qu’est-ce qu’il reste ? Le réponses sont ouvertes !

    • contaminées par LA covid

      En réalité, ne relayons pas de chiffres bidon, de même qu’il n’y a pas 40000 morts (maxi 15000 soit à peine selon l’INED soit le chiffre d’une mauvaise grippe tous les 3 / 4 ans), il n’y a pas non plus, bien évidemment “33000” hospitalisés de la covid actuellement, car ils ne sont pas hospitalisés A CAUSE de la covid mais A CAUSE d’autres pathologies ASSOCIEES à des virus SARS COV 2, souvent de manière très peu nombreux d’ailleurs…. ça fait évidemment toute la différence dans le diagnostic, même si ça ne change pas au sujet de la saturation des hôpitaux, qui arrive à chaque automne….

      Nous sommes plutôt 70 millions d’habitants (tant de clandestins et autres personnes non déclarées !) et le taux de mortalité de la covid est inférieure à 0,01%. soit le niveau d’une sous-grippette…..

      Rappelons qu’il n’y a plus de covid depuis plus d’une demie année. simplement des variants, tellement mutants et donc bénins qu’ils sont incapables de tuer une personne “normale”

      • Comme dirait Christian Combaz, ceux qui disent la covid (et qui militent pour cette question ridicule) sont des gens de gauche 😉
        J’espère que vous dites aussi la weekend !

  6. Comment se fait-il que, depuis la “première vague” (avril dernier, soit il y a six mois) aucune étude ne semble avoir été entreprise pour déterminer d’où proviennent les foyers d’infection EN FRANCE, et que, contrairement au bon sens, on laisse les gens s’entasser dans les transports en commun alors qu’on leur interdit de faire leurs achats dans les commerces de proximité (est-ce vraiment là que l’on se contamine le plus?), qu’on sous-entend que les églises sont des nids à microbes, bactéries et autres virus, qu’on décide “d’en haut” quelles marchandises sont “de première nécessité”?
    Pourquoi nos gouvernants retiennent telle étude américaine mais pas les remarques de l’OMS https://www.who.int/fr/news-room/q-a-detail/herd-immunity-lockdowns-and-covid-19 ?
    Pour le “pays des droits de l’homme”, fouler aux pieds la nature fondamentale du droit à la pratique religieuse est un comble! (ce caractère de droit fondamental est reconnu internationalement).
    Même pendant l’occupation, participer à une messe n’était pas interdit; en France, il faut remonter jusqu’à l’époque de la révolution pour voir un tel interdit.

    • Je prends le métro parisien, et il n’y a plus depuis des mois un “entassement”, tant les gens font du télétravail…
      D’ailleurs dans le métro ou autres transport en commun, la désinfection (réflexe pathologique car c’est inutile) est partout… les barres sont nettoyées, du “pschit pschitt” tous les soirs ou tous les matins… du gel à disposition sur les quais etc etc….

      Dans ces conditions , oû peut-on attraper un virus grave dans le métro ? NULLE PART !

      donc finalement on se contamine plus ailleurs (même si c’est irrationnel, les virus et bactéries font partie de la vie et le SARS COV 2 est un virus bénin pour la très grosse majorité de la population…)

    • Pourquoi ignore-t-on certaines données confirmées, pour en retenir d’autres contestables… Cela donne un corps au contenu du documentaire “Hold Up” dont nos médias ont fait beaucoup de publicité (involontaire). Ce documentaire est téléchargeable en ligne, librement: https://www.myairbridge.com/fr/#!/link/ZEQURCkh2

  7. Où sont les évêques ? Où est le Saint-Père ?

  8. Merci au salon beige pour ce reportage et merci aux organisateurs de ces « manifestations « 

  9. Merci a tous les croyants qui se sont mobilisés sur les parvis, une lueur d’espoir dans ces ténèbres

  10. Je suggère à ceux qui sont verbalisés de contester l’amende (si c’est possible juridiquement), afin de pouvoir devant les tribunaux exposer tous nos arguments.
    Par exemple rappeler que le ministre de la santé a dit que le confinement ne sert à rien et que si la grippe disparaît au printemps ce n’est pas parce qu’il fait plus chaud mais parce qu’on ouvre les fenêtres, alors si le confinement ne sert à rien, on n’a pas à interdire le culte.
    Abbé Bernard Pellabeuf, avec l’assurance de mes prières pour les “verbalisés”.

  11. A Marseille, environ 200 personnes devant la cathédrale de la Major. La police intervient pour interdire de prier, puis de chanter, puis laisse faire en fin de compte.

  12. Petite info: à Lyon le dernier intervenant a génialement rappelé qu’il était parfaitement autorisé de chanter son “hymne”, à l’instar de “l’internationale” à la fête de l’huma; la manifestation place Bellecour s’est donc achevée par le chant de notre “hymne”, le ‘Je Vous Salue Marie’, tous tournés vers Fourvière parfaitement visible, naturellement.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services