Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Manifestations à Châlons-en-Champagne, Sens, Caen, Melun, Lille

Manifestations à Châlons-en-Champagne, Sens, Caen, Melun, Lille

Une trentaine de fidèles de tous âges se sont rassemblés ce dimanche 22 novembre, devant la cathédrale Saint-Etienne de Châlons-en-Champagne, pour demander au gouvernement de respecter la liberté de culte, expression privilégiée – pour ne pas dire fondement – de la liberté de conscience.

Ce dimanche 22 novembre, près de 60 personnes étaient réunies sur le parvis de la cathédrale St Etienne de Sens dans le strict respect des consignes sanitaires entre 10h et 11h pour une manifestation déclarée en préfecture. Les organisateurs ont rappelé les objectifs du rassemblement :
• soutenir nos évêques dans leur concertation avec l’Etat afin que la liberté de culte soit respectée et que la messe puisse être célébrée publiquement,
• prier pour notre pays, la France, pour la crise que nous traversons, ​ pour tous les malades et pour le personnel médical.

Plusieurs discours ont permis de notamment de faire le point sur la situation :
• ce que les décrets permettent,
• ce que le conseil d’état a précisé,
• les pressions qu’ont subies certains organisateurs de rassemblement,
• les menaces illégales de M. Darmanin.
Au final, une incroyable intrusion de l’état dans la liberté de culte au mépris de la loi de 1905, puisque l’état vient nous dire quels sacrements peuvent être célébrés ou non sans aucune justification scientifique.

Il a donc été demandé le retour de la liberté de culte dans le respect de règles sanitaires justes et proportionnées.

Ensuite un temps de prière a été proposé aux participants. Ceux qui le souhaitaient ont prié le chapelet pour nos évêques, pour la liberté de culte, pour tous les malades et le personnel médical ainsi que toutes les victimes de la crise et pour la France.

Caen :

A Melun, plus de 50 paroissiens ont répondu à cet appel et dans une ambiance recueillie, la manifestation a pu se dérouler dans l’ordre et le respect des règles sanitaires en vigueur dans le département de Seine et Marne.

Le président de l’association, Hubert Fabre, a tout d’abord pris la parole pour énoncer les revendications de ce rassemblement de fidèles, à savoir une reprise de la célébration publique des sacrements, et exprimer leur mécontentement face au mépris du gouvernement, qui ne s’appuie pas sur des données concrètes pour énoncer cette interdiction, qui infantilise les catholiques et leur clergé réputés incapables d’établir et respecter des protocoles sanitaires et s’immisce dans le fonctionnement des institutions de l’Eglise catholique en émettant des jugements de valeur sur certains sacrements par rapport aux autres.

Il a ensuite été rappelé que si le gouvernement comme une majorité de la population ne comprennent pas cette revendication cela tient moins d’une fatalité que de la conséquence d’un trop timide témoignage des catholiques à propos de la messe en particulier et du sens du sacré en général. C’est donc aussi pour rappeler au gouvernement et à nos concitoyens ce qu’est la messe pour un catholique que l’AFC de Melun a organisé ce rassemblement. La messe pour un catholique c’est le renouvellement du sacrifice du Christ, l’endroit où, s’associant à ce sacrifice, il vient puiser le salut de son âme. Dieu n’a pas choisi de nous sauver à distance, il s’est fait proche des hommes et c’est pourquoi un catholique ne peut pas se contenter de « suivre » la messe à distance. La messe c’est aussi le lieu où l’Eglise prend vie selon les paroles de Jésus : « si deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux ».

Notre pays est paralysé par la peur de la mort, nous devons partager au monde notre espérance chrétienne qui nous dit que le Christ est vainqueur de la mort, a-t-il conclu.

Une adhérente de l’association a ensuite lu des extraits d’un discours de Dom Chautard dans lequel il relate son entretien avec G. Clemenceau qui avait permis à l’abbaye cistercienne de Sept-Fons et sa communauté d’être préservée de la dissolution d’ungrande majorité des congrégations religieuses suite à la loi de 1901, établissant le parallèle entre les spoliations du gouvernement anticlérical de l’époque envers les catholiques et la situation actuelle d’injuste interdiction de l’exercice public du culte par le gouvernement.

Ont enfin été lus un mot d’encouragement du père Philippe Legrand, curé de Melun et le message pastoral de Monseigneur Nahmias, évêque de Meaux.

Le rassemblement, également ponctué de chants d’espérance et célébrant le Christ-Roi de l’univers fêté par les catholiques en ce jour, s’est conclu après environ 45 minutes par la reprise d’un texte de Monseigneur Rey demandant la reprise de la célébration publique des messes.

Les catholiques de Melun restent déterminés et prêts à poursuivre leur mobilisation pour obtenir la reprise des messes publiques.

Lille :

Partager cet article

2 commentaires

  1. Ce lundi 23, une centaine de personnes réunies sur le parvis de la Major à Marseille a pu réciter le chapelet et chanter sans interférence de la maréchaussée.
    L’évènement a été décalé car l’évêque a dit un chapelet public et radiodiffusé à Notre Dame de la Garde ce Dimanche.
    Mgr Aveline a déclaré:
    « Pour nous aider à vivre ce que l’Église nous propose en ce jour, je vous invite à une triple démarche  : de relecture, de service et de prière ».Plus loin: »Ce dimanche, nous ne pourrons pas encore nous réunir pour célébrer l’eucharistie. Croyez bien que je le regrette très profondément. »
    Donc il recherche des solutions alternatives sans remettre en cause le bien fondé de l’interdiction.

  2. RENDEZ-NOUS LA MESSE ! à Châlons-en-Champagne !

    Un grand MERCI et un non moins grand BRAVO
    aux trente fidèles de tous âges qui se sont rassemblés ce dimanche 22 novembre,
    devant la cathédrale Saint-Etienne de Châlons-en-Champagne,
    pour demander au gouvernement de respecter la liberté de culte,
    expression privilégiée – pour ne pas dire fondement – de la liberté de conscience.

    Notre manifestation faisait suite à celle du dimanche 15 novembre qui s’était tenue au même endroit.

    Nous avons pu apprécier, une nouvelle fois, la bienveillance des forces de l’ordre et de l’agent des renseignements,
    avec lesquels nous avons étroitement collaboré à la mise en place de notre action.

    Vous trouverez en pièce-jointe le texte que nous avons partagé et médité ensemble.

    Ce dimanche 22 novembre, nous étions en communion
    avec les 70 rassemblements semblables organisés dans toute la France !

    Si nous tenons à nous faire entendre publiquement,
    ce n’est pas pour nous montrer aux yeux de tous comme de parfaits pharisiens
    réclamant leur récompense hautement méritée,
    mais bel et bien parce que nous avons conscience de n’être que de pauvres publicains,
    simples pécheurs comme tous nos frères en Jésus-Christ et en humanité.

    Recevoir le divin Corps du Christ fait homme, mort et ressuscité,
    sous les espèces du pain, est plus que vital pour nous.

    En effet, nous ne pouvons nous passer de cette nourriture surnaturelle
    qui, dès ici et maintenant, nous soutient tout au long de notre vie terrestre jusque par-delà la mort.

    Car ce qui nous apparaît comme un minuscule bout de pain
    est le moyen ordinaire qu’a institué Lui-même le Christ
    pour actualiser le salut des âmes des fidèles, à chaque époque, jusqu’à son retour glorieux et définitif,
    que nous aurions dû célébrer hier en toute liberté, lors de la messe du Christ Roi de l’univers.

    Oui, nous ne pouvons rester privés plus longtemps de cette vraie nourriture.

    Non seulement, le Corps du Christ fortifie notre âme,
    mais encore, du fait que nous l’ingérons comme tout autre aliment quotidien,
    il se trouve assimilé par notre propre corps mortel pour le préparer, dès ici et maintenant,
    à ressusciter physiquement, charnellement, lorsque le Christ reviendra Lui-même établir son règne pour toujours.

    Oui, avoir accès librement à la communion eucharistique, est pour tout catholique une question de vie ou de mort éternelles !

    Voilà pourquoi notre détermination ne saurait faiblir.

    Aussi, nous sommes prêts à nous retrouver dimanche prochain, devant notre cathédrale !

    Par conséquent, nous attendons avec une extrême vigilance les prochaines déclarations de nos gouvernants !

Publier une réponse