Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Mai 68 : le regard de Patrice de Plunkett

Le journaliste a rédigé l’introduction de l’ouvrage collectif Liquider Mai 68 ? sous la direction de Chantal Delsol et Matthieu Grimpret. et auxquels ont contribué Denis Tillinac, Christophe Durand, Jean Sévillia, Jean-Marie Petitclerc, Paul-Marie Coûteaux, Sarah Vajda, Antoine-Joseph Assaf, Jacques Garello, Ludovic Laloux, Elsa Godart, François Grimpret, Jean-Louis Caccomo, Pierre Guénin, Steve Frankel, Michelle d’Astier de La Vigerie, Ioanna Novicki, Dominique Folscheid, Ilios Yannakakis. Extraits :

68 "Fausse révolution, vraie pulvérisation. Transformation de la société en une dissociété : le tout-à-l’ego. Mutation de l’homme « familial enraciné » en « individu dans la foule », sans attaches ni foyer stable… Mai 68 a lancé l’idée que toute stabilité était « fasciste », et cette diabolisation du durable a fleuri en tous domaines. L’économique y a vu son intérêt. Le capitalisme s’y est reconnu. […] Alors que son idéologie prétendait «contester la société de consommation», 68 a préparé le terrain au triomphe absolu de cette société. Car le centre nerveux de l’esprit de 68 n’était pas idéologique, mais psychologique, sous la forme d’un double rejet :

  • le rejet du familial […] ;
  • le rejet du spirituel […]

Or ce rejet soixante-huitard du spirituel et du familial, est aussi le centre nerveux de la société consumériste. Celle-ci réduit le monde humain à la consommation matérielle individualiste (une fuite en avant égocentrique : une vie réduite à l’insatisfaction acheteuse). Elle ampute l’existence de dimensions qui sont les clés de la condition humaine. Là est l’imposture de Mai 1968 : s’être présenté comme l’ennemi de la société de consommation, alors qu’il anéantissait tout ce qui freinait le triomphe de celle-ci. L’esprit de 68 a vomi tout ce qui n’était pas le caprice individuel (d’où le célèbre slogan : « il est interdit d’interdire »). Il ouvrait ainsi la voie au matérialisme mercantile. Celui-ci allait se substituer à tout, en installant : 1. le caprice individuel comme ressort du marketing ; 2. le marketing comme seul lien du vivre-ensemble… […]

l’heure vient de réparer l’un des pires dégâts collatéraux de Mai : avoir pollué l’exercice du débat dans ce pays. L’esprit de 68 ajoute en effet à ses caractéristiques celle d’être futile et manichéen en même temps. Il brandit la dérision, mais il voit le monde en noir et blanc. Camp du Bien contre camp du Mal ! Dans ce climat, les nuances disparaissent et l’échange d’idées devient impossible : il n’y a que des imprécations, des anathèmes contre les horreurs ultimes et les abominables relents dont on affuble l’adversaire."

Michel Janva

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

17 commentaires

  1. Je note simplement que les révolutionnaires se réclamaient de Mao, Lénine et Staline, qui eux auraient écrasé ces émeutes avec des chars.
    Les SS n’étaient donc pas à Paris, mais à Moscou et à Pékin

  2. Comme toujours, les analyses de Patrice de Plunkett sont percutantes et fines – qu’on les partage ou non, on ne peut que le voir ! S’il y avait plus de journalistes de cet acabit au lieu des habituels subversifs ou des consensualistes mous (là, je tacle H. Tinq), on n’en serait peut-être pas là…

  3. “le tout-à-l’ego”
    Très bon jeu de mots.

  4. Bravo à Patrice de Plunkett et à tous les participants. Mais attendons d’entendre les “biens pensants” brailler devant cet ouvrage (probablement incorrect)au “faaachiiiiiisme”.

  5. Quelle est la moyenne d’âge des auteurs? 😉

  6. A Pol,
    Ludovic Laloux (l’un des auteurs de cet ouvrage) est très jeune. Il a obtenu son doctorat d’Histoire avec mention très honorable en juin 1998. Je pense qu’il est né après 1970…
    […]

  7. Le serpent est mort mais son vénin agit toujours:
    http://www.dailymotion.com/video/x32cxf_yuri-bezmenov

  8. J’avais 12 ans en 1968.
    Et ça me permet de dire que les s[…] qui ont fait mai 68 n’en avaient strictement rien à faire de nous, les gosses, ni des conséquences que leurs actes auraient sur nous, ni dans l’immédiat, ni encore moins par la suite…
    On parle de Mai 68, mais, bien entendu, il faut considérer que sous ce terme on englobe tout ce qui est venu ensuite et dont Mai 68 n’a été que le déclencheur. Et ça dure en pleine intensité pendant presque 10 ans, avec des conséquences et des prolongements jusqu’à aujourd’hui.
    Quand donc en finirons-nous avec le mensonge généralisé qui règne sur cette affaire ?…
    On nous raconte qu’en 68 il y a eu une révolte spontanée du Peuple contre un pouvoir autoritaire et oppressant, et patati et blablabla… Mais c’est exactement le contraire qui s’est produit !…
    1968 et ses suites c’est un complot du Pouvoir contre le Peuple.
    C’est, dès le départ, et de bout en bout, une vaste manipulation, une manœuvre organisée au cœur de l’Etat en accord avec certains “cercles” de la Haute Finance et du patronat, contre le Peuple et contre la Nation… Ou plutôt : contre LES Peuples et contre LES Nations, car c’est un plan au niveau international.
    Au cœur de l’Etat : en France c’est manigancé par la faction de la Droite qui ne veut plus de De Gaulle ni de son “Idée de la France” : les Pompidou, Giscard, Chirac , Veil, Baladur… Pompidou qui a par la suite ouvertement affiché ses opinions dans des discours fameux où il traine dans la boue “la France de Papa…” qu’il appelait à jeter aux oubliettes…
    On sait ce qu’ont été par la suite les parcours subversifs de Giscard, Chirac, Veil et consorts…
    Ce dont je me souviens c’est des conséquences démographiques absolument tragiques que Mai 68 et ses suites ont eu sur la population que je connaissais…
    Comment, en une génération, d’un environnement de familles stables, ayant au minimum 2 enfants, et souvent 3, 4, 5 ou plus, on est passé à des vies complètement déstructurées, avec des célibataires en veux-tu en voilà, les divorces à tour de bras et, au bout du compte, une chute de fécondité qui mène à quoi ?… Une moyenne en dessous de 1,5 enfant par « couple », et des couples qui sont presque tous à la dérive, familles « recomposés » comme ils disent…
    Tout le monde s’est lancé à corps perdu dans un nombrilisme frénétique, l’observation maniaque de ses petites humeurs, la contemplation admirative de son c[…] et de son k[…]… L’hédonisme sordide…
    Si je rapporte au niveau national ce que j’ai constaté autour de moi, qu’est-ce que ça donne ?…
    Il y avait 52 millions de français en 1966… Mais, avec ce qui s’est passé depuis, qu’est-ce qu’il reste de ces 52 millions de français ?… Eux et leurs descendants, tout compris ? … 40 millions ? 45 millions tout au plus… Sur une population qui est officiellement de 65 millions… Et vous trouvez qu’il y a de quoi être fiers ?…
    Et ça, de manière indiscutable, à cause de tout le merdier psychologique, social, etc. qui a suivi 68 ,
    Et : POLITIQUE !… Et aussi le merdier POLITIQUE…
    Entre 1968 et 2008 il y a une ligne continue de trahisons, de déconfitures, de sabordage généralisé, de délitements, d’effondrements, de soumissions qui nous ont menés à cette date fatidique et hautement symbolique du quarantième anniversaire de 68…
    Et on n’arrive pas à croire que c’est un hasard si cet anniversaire est « célébré » par le passage en force de la Constitution Européenne. C’est à dire le sabordage total de notre indépendance nationale…
    Mai 68 c’est comme toutes les révolutions : un coup d’Etat, mis en scène par des cinéastes et des saltimbanques plus ou moins talentueux, qui font croire à une révolution populaire alors qu’il s’agit de la mise en place d’une dictature féroce, dans laquelle le Peuple est entrainé après avoir été saoulé de mots et de mauvais pinard… Une usurpation de la pire espèce…
    C’est la dynamique révolutionnaire dans toute son horreur. Comme en 1789, comme en 1917… La perpétuelle promesse du bonheur qui se termine toujours en cauchemar…
    Qu’est-ce qui représente le mieux Mai 68 ?…
    Certains visages… Celui de Brigitte Fontaine par exemple… Regardez-la vers 1970, sur les pochettes de ses disques de l’époque, et regardez ce que les prodiges de 68 en ont fait… Ou Jean-Pierre Léaud… Vous voyez comment il est aujourd’hui le petit Léaud ?…
    Ce que ces s[…] ont fait de ces gosses des années 60… Et de tant et tant d’autres… Combien de centaines de milliers, qui ont foutu leurs vies en l’air, crevures ramassées au petit matin après des années de déchéances et d’errances dans les cauchemars puants de la drogue et des sectes, elles aussi entrées en France dans le sillage de 68… Combien de familles bousillées par ces saloperies-là…
    D’autres visages : celui par exemple de Mr Jean-François Bizot, qui vient de casser sa pipe justement, lui aussi avec un étrange synchronisme… Fondateur et patron d’Actuel. Grand Manitou du service marketing des réseaux de la came, tyran impitoyable de cette horrible feuille de choux… Pur et simple organe de propagande des trafiquants qui venaient nous trouver partout, dans nos écoles, dans nos fêtes, dans nos faiblesses d’adolescents pour nous fourguer leurs saletés…
    D’autres visages tellement représentatifs de cette catastrophe : Dewaere et Depardieu… Quelle parfaite allégorie de mai 68 ces deux-là… Celui qui se fait crever à force de transgressions et d’abus, et celui qui devient un parfait gros bourge, continuant à faire fructifier en monnaie sonnante et trébuchante son image de rebelle chevelu totalement bidon…
    Je me souviens comme si c’était hier de ces années de glace où la drogue est arrivée chez nous, banlieue nord, au cœur de la vallée de Montmorency ( le paradis terrestre à l’époque…). Toutes ces gamines en chaleur, jolies filles des gens du coin, qui se sont rétamées avec ça… Tu les retrouvais 15 ans après avec des têtes de vieilles poufiasses sur le retour. Affreux… Merci Mai 68…
    Tous ces gens qui, maintenant, passent leur temps à pleurnicher sur l’état actuel de la société : la « rupture du lien social », le libéralisme, l’ULTRA-libéralisme, les SDF, la paupérisation, etc. etc. … Mais qui, dans le même temps, chantent les louanges de ce qui en est la cause, alimentent en permanence la chaudière dans laquelle ils seront eux-mêmes rôtis…
    Les gens qui se félicitent de mai 68 et se plaignent de l’arrivée au pouvoir de Sarkozy par exemple, incapables de comprendre que c’est exactement la même chose…
    Sarkozy c’est un pur héritier, un pur produit de 68… Malgré quelques rodomontades « anti 68 », purement électoralistes, toute son action est dans le droit fil du dogmatisme de la révolution permanente… Ce n’est quand même par pour rien qu’il travaille avec des monstres absolus comme l’infect Attali, ou qu’il reprend le projet de Grand Paris du gros Roland Castro, et qu’il affiche ouvertement ce mode de vie typique des fêtards 70’s, « Absolutely Fabulous »… C’est l’homme qui restera dans l’histoire pour avoir porté l’estocade à la Nation Française en signant la constitution Européenne… Et on s’attend à ce qu’à un prochain remaniement ministériel il nomme Cohn Bendit premier ministre, ça n’étonnerait plus personne…
    Dénigrement systématique de l’Occident Chrétien, révérences obligatoires pour toutes les sous-cultures primitives, vénération sordide pour des machins complètement affreux, hindouisme, sorcellerie et tous les autres délires païens, les pires des superstitions… Jusqu’à sombrer dans la sauvagerie complète…
    La plupart de ces « soixante-huitards », derrière tous leurs grands baratins, je me souviens qu’il y avait une arrogance, une condescendance, un dégout absolu pour les « petits », un mépris incroyable pour les pauvres … Il n’y a qu’à voir la « Culture Canal + » ( totalement estampillée post-68 ) : typique de cette « gauche » qui haït les pauvres… Ne croyez pas que c’était seulement chez les bourgeois, c’est pareil chez les cocos et les cadres syndicaux…
    D’ailleurs, à ce propos : il y a des gens qui vous présentent Mai 68 comme une sorte de nouveau « Front Populaire », qui mettent en avant le côté « ouvriers en grève » … Quelle rigolade… De purs et simples pions dans la partie d’échec, 100% sous contrôle du PC et des syndicats qui, eux-mêmes, ont parfaitement compris le rôle de faire-valoir qu’ils jouaient dans toutes cette comédie, mais y ont trouvé une occasion de « tirer des marrons du feu » et de se ramasser un joli pactole… Tout en jouant en même temps un rôle de supplétifs des forces de police, encadrant, contrôlant, et sonnant la fin de partie quand on le leur a demandé…
    Il fallait voir comment les « masses laborieuses » étaient instrumentalisées par les vrais acteurs du « mouvement »… Entrainés à toute force et contre leur volonté pour servir de caution ouvriériste… On leur faisait croire qu’on refaisait 1936…
    Les cacahuètes obtenues par les ouvriers dans les accords de Grenelle, ils les paieront au centuple dans les années qui suivront, mais les « Organisations », elles, avaient trouvé-là une sacrée galetouse, un fromage qui leur profite encore grassement aujourd’hui…
    Enfin… Heureusement que tout le monde n’est pas tombé dans le panneau et qu’il y a eu quand même beaucoup de gens qui ont su résister à ce torrent de c[…]… Souvent en ramant comme des dingues, dans une solitude absolue, au milieu du maelstrom : par exemple dans l’éducation…
    Et finalement ça a fini par porter ses fruits… Par exemple : si tous les Sarkozy et autres Ségolène Royal se croient obligés de courir après les voix des « réactionnaires », à grand renfort de démagogie « Travail, Famille, Patrie », c’est bien parce qu’ils ont compris, même si c’est de travers, qu’il y a maintenant une composante de plus en plus massive et solide de la population qui ne veut plus du tout suivre les « petits joueurs de flute » de 68…
    Pour en revenir aux enfants que nous étions à cette époque-là : comme toujours dans ce genre d’histoire ce sont les petits, les faibles, les enfants qui dérouillent le plus… Les adultes étaient bien trop occupés à se trifouiller l’entrejambe, toujours plus ou moins défoncés…
    Les gosses ils s’en foutaient complètement, ou encore ils les traitaient comme des cobayes de laboratoire. Jusqu’au moment où certains des grands prêtres de leurs sectes ont fini par trouver que ça serait peut-être une bonne idée de coucher avec…
    Rappelez-vous la pétition de défense des droits des pédophiles signée à la fin des années 70 par certains gros pontes qui sévissent encore aujourd’hui dans les allées du pouvoir !…
    L’amour Libre, la « Libération Sexuelle »… Quelle arnaque… Quel baratin à odeur de vomi et de crasse rance… Leur « Libération Sexuelle » pue comme les vieux crades qui hantent les Sex-shops vérolés de Pigalle. Vomissure des maisons closes, rebus des « bordels de campagne », cauchemar des périphériques…
    Est-ce que Mai 68 a “libéré la parole…” comme ils disent ? Est-on passé de « l’ombre de la censure » à la lumière du « il est interdit d’interdire » ? …
    Rien que le fait de poser la question et vous êtes mort de rire…
    Tout le monde sait parfaitement que c’est exactement le contraire, et que les gens qui ont pris le pouvoir depuis et grâce à Mai 68 n’ont eu de cesse de créer des lois liberticides et un contexte de terreur intellectuelle qui n’a aucun équivalent dans toute l’histoire de France…
    Vous savez parfaitement qu’ils ont instauré des tabous et des pensées obligatoires dans tous les domaines (questions de mœurs sexuelles, immigration, racisme, esthétique…) et qu’il y a maintenant tout un appareil de lois ( Perben, Gaysot…) et d’institutions ( HALDE, associations habilitées à poursuivre…) dont le rôle unique est de contrôler que la populace “pense correctement”… Toutes choses qui auraient été impensables en 1967…
    Nous vivons aujourd’hui sous un carcan de censure et de contrôle de l’opinion qui ne trouve sont équivalent que dans les pays communistes…
    Et ceci nous le devons à la “génération 68″…
    La parole et la pensée étaient 100 fois plus libres avant 1968 qu’elles ne le sont maintenant, et ce sont les gens qui ont “fait” Mai 68 qui ont construit petit à petit la prison dans laquelle nous sommes aujourd’hui…
    Bref : tous les vieux gauchards ventripotents et leurs complices médiatiques ( Ruquier, Faugiel, Taddéi, Calvi…) vont tout faire pour que la célébration de 68 soit une apothéose, une épiphanie… Mais il n’est pas tout à fait certain qu’ils y parviennent …

  9. Je suis étonné que personne ne sois en mesure de voir ce qui crève les yeux; il suffit de regarder la chronologie.
    Les États-Majors de l’OTAN de Versailles et Fontainebleau furent évacués le 1er avril 1967. Quelques mois plus tard, de gaulle tombait comme un vulgaire Allende… ou bien comme un de ces multiples chefs d’état exotiques qui déplurent à la CIA.
    Ignorez vous que les états-unis ont plus renversé de gouvernements démocratiquement élus que n’importe qui sur cette planète ?
    La France est devenu depuis 1945 le caniche des étasuniens; quand le caniche se rebiffe, on lui fait sentir la laisse.
    La bêtise et la vanité des soixantehuitards sont infinies. Il n’ont toujours pas compris ce qui s’était passé et pour qui ils se sont démenés.
    Par contre, leur héritage empoisonné continue de répandre son pus sur cette société.

  10. Ce qu’il faut retenir de Meuh 68 ?
    La volonté de jouissance totale (pas seulement sexuelle) d’une génération.
    L’accaparement de tous les pouvoirs (économique, financier, politique, culturel, médiatique, etc) par cette génération alors même qu’elle reprochait aux anciens résistants, et aux gaullistes en particulier, de confisquer le pouvoir.
    La ruine de la France a un nom : Mai 68.
    La paupérisation et la précarisation des jeunes ont un nom : Mai 68.
    La préférence étrangère et la colonisation de la France ont un nom : Mai 68.
    Trahison, j’écris ton nom.
    On pourra lire, sur le volet économique de la question :
    – “Les trente piteuses” de Nicolas Baverez
    – “Comment nous avons ruiné nos enfants” de
    Patrick Artus et Marie-Paule Virard
    La Decouverte

  11. à willamson.
    je vous trouve encore trés mesuré dans votre analyse de ce “joli mois de Mai”!

  12. Trois choses :
    – Ludovic Laloux, que je connais bien, doit avoir moins d’une quarantaine d’années
    – Williamson : tout à fait d’accord; j’espère que c’est ce que que relèvera l’ouvrage “liquider mai 68 ?”, je crois qu’on peut faire confiance à Chantal Delsol, Jean Sevillia, Paul Marie Coûteaux, Ludovic Laloux et les autres auteurs.
    – Pierre Henri : j’ai toujours pensé que cette oeuvre de dégradation de la France était une manipulation étrangère (USA ou moins vraisemblablement URSS)visant à réduire un concurrent stratégique et économique à l’état de zombie. Votre concordance de dates est frappante ! Avez vous des faits pour étayer cette idée ?

  13. “Sur la recommandation de l’économiste Jacques Rueff qui voyait la conquête de l’espace et le conflit vietnamien déséquilibrer la balance des paiements des États-Unis, de Gaulle réclama à ces derniers la contrepartie en or d’une forte proportion des dollars détenus par la France. L’opération était légale, car le dollar était défini officiellement comme correspondant à 1/35 d’once d’or. Règlements internationaux obligent, les États-Unis durent obtempérer et l’or fut transféré en France. En 1971, les États-Unis mettront fin à la parité pour faire flotter le dollar. À la suite des chocs pétroliers de 1973 et de 1979, les cours de l’or s’envoleront.”
    Source Wikipedia
    “Pour assurer la pleine maîtrise de la France sur ses propres réserves, le général de Gaulle, qui a gardé le souvenir du séquestre opéré pendant la guerre par les États-Unis sur les avoirs français en or et en devises, fait même procéder par la Marine nationale au rapatriement de la part de l’or de la Banque de France déposé à New York auprès de la Banque fédérale de réserve.
    “Devant l’impossibilité de parvenir à un accord, et après avoir, pour maintenir la pression sur les États-Unis, fait procéder à plusieurs conversions de dollars en or, le général de Gaulle raidit sa position dans sa célèbre conférence de presse du 4 février 1965 et propose le retour aux principes de l’étalon or.
    Si sa dénonciation des privilèges du dollar est très généralement approuvée, la nécessité de disposer, en complément de l’or, d’un ensemble de facilités de crédits – qui doivent être d’un usage quasi automatique, si elles veulent pouvoir concurrencer puis remplacer le dollar -, conduira à orienter la réforme du système monétaire international vers la création d’un instrument mis en œuvre dans le cadre du Fonds monétaire international, les Droits de tirage spéciaux (DTS).
    La France y est peu favorable, mais sa position de négociation est considérablement affaiblie par les événements de mai 1968. Après le départ du général de Gaulle, elle se ralliera à la création des DTS, non sans exprimer sur leurs chances de succès un scepticisme qui se révèlera pleinement justifié.”
    “La stabilité retrouvée et la valeur du franc seront préservées pendant dix années, jusqu’à ce que les événements de mai 1968 provoquent dans l’économie française des déséquilibres majeurs.”
    Source Charles de Gaulle.org
    Je ne suis pas historien, et je crois que les archives de l’époque de la CIA ne sont pas encore exploitables à ce jour; mais les faits sont têtus. On voit bien que de gaulle a eu des successeurs de plus en plus dociles et obéissants aux usa, servilité qui culmine aujourd’hui avec cet affreux sarko.

  14. Précision sur Baverez et Artus :
    leurs livres sont intéressants pour essayer d’expliquer comment nous en sommes arrivés à la situation présente.
    Mais pour sortir de cette situation, ils confondent le remède avec le mal et communient tous les deux à l’idéologie européiste.

  15. @ Pierre-Henri sur De Gaulle
    La monnaie n’est pas tout : le baron LOUIS, ministre des finances de Louis-Philippe lui disait : “Sire, faites moi de bonnes finances, je vous ferai de bonne monnaie” .
    De Gaulle : ce personnage aurait eu plus d’efficacité dans sa vision d’un système monétaire international fondé sur l’étalon-or, s’il avait assuré en France une politique économique forte et désétatisée : or en 1945, il mit en place avec THOREZ le système social du socialisme français qui nous étouffe lentement depuis 50 ans. Puis arrivé au pouvoir en 58 avec l’appui des communistes, il réalisa leur programme de décolonisation, puis tout leur programme politique, détruisant l’armée conventionnelle, abandonnant la politique familiale, installant les communistes dans la culture avec Malraux, donnant progressivement la magistrature et l’université à la gauche : il est le véritable auteur de Mai 68, car ce vendeur de grandeur n’a fait que priver le peuple de France de ses libertés et de sa puissance, par un philo soviétisme qui a installé la gauche au pouvoir des idées jusqu’à aujourd’hui.
    Son anti américanisme et son anti atlantisme sont d’autant plus néfastes, qu’en perdant l’Algérie nous avons perdu le gaz et le pétrole sahariens, qui auraient plus fait pour la puissance française que la bombe atomique.
    Il n’a toujours été que le ”général micro”, de Londres jusqu’en 68.

  16. @lesloups
    @Pascal G
    Sur les menées CIA (Stay-behind) en France et en Europe http://www.voltairenet.org/article8691.html

  17. @pierre henri
    Oui le réseau Gladio, destiné à pouvoir mener une guerilla, des opérations de renseignement ou de sabotage contre les troupes du Pacte de Varsovie en cas d’Invasion. Où est le scandale ?
    Les soviétques faisaient pire, finançant directement l’ensemble des appareils communistes oficiels et clandestins de l’Ouest, en temps de paix.
    Il ne faut pas oublier, à propos de De Gaulle, que dans son discours de Phnom Penh il justifia quasiment la ”troisième voie’ en Indochine, dont on sait maintenant qu’elle fut entèrement organisée et contrôlée par le Viet Cong communiste. Une de ses ex dirigeants en a fait l’amer aveu des années plus tard, reconnaissant avoir été une ”idiote utile”. Et De Gaulle fut contre l’armée américaine en guerre, se faisant ainsi le complice du Viet Cong comme tout au long de sa carrière néfaste et désastreuse de fourrier du communisme.
    Rien d’étonnant à ce que les Américains se soient défiés de lui.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services