Maël de Calan, un candidat macroniste à la tête des Républicains ?

Maël de Calan, proche d'Alain Juppé, a annoncé sa candidature à la présidence des Républicains. Dans un entretien accordé ce mardi à Ouest France, il déclare :

"Sur le fond, il faut défendre une droite ouverte et équilibrée qui ne se reconnaît pas dans la ligne contestataire et clivante. […]

Vous parlez d’unir la droite et le centre, mais sur des sujets sociétaux majeurs, ça coince ? Quand on parle de droite chrétienne, ça crée des clivages…

Oui, il y a des sujets où la droite et le centre se retrouvent et d’autres où ils s’éloignent. Il y a au moins trois lignes de fracture : sur l’Europe, entre des eurosceptiques et une droite qui reste attachée à l’ambition européenne de la France dans laquelle je me reconnais ; sur des questions économiques, entre une droite qui relègue les questions économiques au second plan et une droite qui veut aller au bout des réformes ; sur la manière dont on voit la société française, entre une droite qui se referme sur elle-même et une droite ouverte.

Il y a des différences de sensibilité très fortes entre les amis de Sens commun qui soutiennent Laurent Wauquiez et la droite ouverte que je souhaite. Mais, ça ne vaut pas dire que l’union de la droite et du centre a perdu tout sens. […]

Que pensez-vous des « constructifs » qui travaillent avec le gouvernement ?

Ils ont fait le choix de se placer en dehors du parti. Si je me présente avec cette équipe, c’est que j’y crois encore. Les constructifs se sont créés car ils ne se reconnaissent plus dans une droite contestataire et clivante. Mon objectif est de les ramener dans la grande maison. On avait plus de 300 députés en 2002 et 2007. Il n’y en a plus que 100 aujourd’hui. Et, il y a encore des pyromanes qui voudraient réduire ce nombre ? C’est suicidaire."

En juin dernier, il s'était présenté aux législatives avec des affiches qui ne montraient pas vraiment qu'il était chez LR :

DI89mhmXkAAasNq

DI86U5UXcAE7ntG.jpg-large

Commentaires (5)

Ses ancêtres doivent se retourner dans leur tombe, lui qui descend en droite ligne de nos anciens mac'htierns, garants de l'équité dans nos campagnes : ce second ordre proche des gens qui nous défendait de Paris !
En plus, il le sait, car c'est cette seule carte de visite qui lui donnait une légitimité pour briguer le siège du "Haut-Léon" (St Pol-Morlaix) ! Mael veut dire "prince" en breton, pauvres de nous ! Il est jeune et il a les dents sacrément longues : il place ses billes et au retour de balancier il sera élu.

Rédigé par : Maneguen | 5 sep 2017 21:36:44
____________________________________

Merci au Salon Beige d'avoir précisé le passé politique récent de ce monsieur. Un jeune plein de convictions et non d'ambitions !!!!!!!!
C'est un transfuge de la juppéo-macronade, bref un UMPS pur jus.
Voilà un faux-jeton de plus !!! Un blanc-bec donneur de leçons, dont la France est saturée.
Comment peut-on envisager de construire avec un tel personnage un vrai parti de droite défendant notre civilisation judéo-chrétienne ?

Rédigé par : EROUANI | 5 sep 2017 21:41:23
____________________________________

On se dirige tout droit vers le régime du parti unique à 2 tendances : LR et LREM* (ou Juppé et Macron), dont on ne sait pas bien qui est le plus à gauche des deux (peut-être pas celui qu'on croit !…)
_______
* = LR Emmanuel Macron !

Rédigé par : Michel | 5 sep 2017 21:52:19
____________________________________

Le mieux qui puisse arriver à LR c'est son évaporation totale.

Rédigé par : clovis | 5 sep 2017 22:05:26
____________________________________

Si ça continue, on va trouver un candidat mélenchoniste à la tête du modem…

Quant aux "constructifs", il faut entendre "destructeurs" de ce qui reste des valeurs de la France, copiés-collés des précédents gouvernements…

Rédigé par : Meltoisan | 5 sep 2017 22:06:35
____________________________________

Laisser un commentaire