Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Madame Le Président : 140 députés s’insurgent

A l'initiative de François Fillon et de Henri Guaino, 140 députés de l'opposition exigent du Président de l'Assemblée qu'il annule la sanction infligée à leur collègue Julien Aubert. Avec une leçon de français :

"En effet, comme l'a fait remarquer le député Julien Aubert, en français «la présidente» désigne la femme du président. Faut-il ajouter que «le président», comme «le juge», «le préfet», «le professeur», «le commissaire», «le ministre», expriment en français non la masculinité de la fonction mais sa neutralité par rapport au genre.

La mise à l'amende d'un député pour s'être exprimé correctement en français dans l'enceinte de l'Assemblée nationale française signifierait-elle que l'Assemblée s'arroge désormais le droit de fixer les règles de la langue, ce qui nous amènerait aux portes du totalitarisme ? Faudra-t-il dire aussi demain dans nos débats, sous peine de sanctions: «procureure», «rapporteure», «défenseure», «professeure»? L'effroyable sonorité de ces mots n'exprime-t-elle pas assez le martyre que fait subir aux Français l'idéologie de la féminisation à outrance des fonctions, si étrangère à l'une des plus belles langues du monde, forgée par mille ans de civilisation et de culture?"

A partir du moment où l'Assemblée nationale s'arroge le droit de redéfinir le mariage, elle peut bien redéfinir toute la langue française.

Rappelons tout de même que c'est le Premier ministre François Fillon qui avait supprimé le terme "Mademoiselle" des formulaires administratifs.

Partager cet article

23 commentaires

  1. Mazetier souhaitait déjà remplacer le terme d'”école maternelle” par celui de “première école”.
    C’est l’Académie française et non le parlement qui est gardien de la langue française.

  2. N’est ce pas cet inconstant de Fillon qui a signé un décret supprimant le terme “Mademoiselle” sous prétexte qu’il était discriminatoire?
    Ah mais j’oubliais… Sa main était tenue par celle de Roselyne Bachelot…
    Se rendent ils copte de la portée anthropologique de cette lame de fond pseudo égalitariste??

  3. “A partir du moment où l’Assemblée nationale s’arroge le droit de redéfinir le mariage, elle peut bien redéfinir toute la langue française.”
    Tout est dit.
    Seulement peu sont ceux qui perçoivent bien ce que cela signifie.
    Changer le verbe signifie changer ce que l’être humain a de plus intime à lui même.
    On peut dire sans exagérer que changer le verbe c’est changer l’Homme.
    Pour parler de façon plus expressive pour le monde d’aujourd’hui, c’est du piratage informatique, mais appliqué au cerveau ET au cœur humain. Sans qu’aucun firewall ne puisse rien bloquer.

  4. On ne dit pas “rapporteure” mais “rapporteuse”. Et tout le monde sait que c’est pas bien de rapporter…

  5. ces députés sont pourtant de grands persons…

  6. Il est absolument scandaleux qu’un député juste parce qu’il préside une séance ait le droit d’infliger des sanctions à ses collègues.
    Mme Mazetier, à part une insignifiante petite dinde boboïsée qui nage dans le fric et l’idéologie n’est rien.
    au-delà de l’aspect anecdotique, le fait qu’un député puisse sanctionner un collègue constitue un abus de prérogatives et en dit long sur la dictature que fait régner la gauche sur notre pays.
    Ne lâchons rien.

  7. Mais! mais!… la porte du totalitarisme, nous l’avons déjà bien franchie!

  8. Ce courrier est excellent en son principe et son style ainsi qu’au fond.
    Servira-t-il à quelque chose ? Ce n’est pas certain.
    BARTOLONE n’est pas un grand président de l’Assemblée Nationale mais un élu de circonstances au perchoir à l’instar de quelqu’un d’autre se trouvant rue du Faubourg Saint-Honoré, quand il n’est pas rue du Cirque.
    BARTOLONE est coincé.
    Ou bien il annule cette sanction lamentable, et c’est un désaveu de sa collègue de groupe Sandrine MAZETIER, une harpie féministe et incapable de présider une séance avec l’autorité qu’exige la fonction.
    Ou bien il maintient la sanction et montre tout son sectarisme.
    Je crois plutôt qu’il optera pour cette seconde solution, qui sied mieux à un petit politicien du 9.3 que la première, qui exige la force de caractère d’un homme d’Etat, dont il semble bien loin.
    Au mieux “il fera quelque chose mi-figue mi-raisin”. C’est peut-être un peu tard pour cela. Il fallait remuer le fer quand il était chaud.
    En plus il est si occupé ces jours-ci à “faire la pub de son bouquin”, dont je n’ai même pas retenu le titre.

  9. d’accord avec Roland, s’ils ne s’aperçoivent que maintenant que nous sommes ds un état totalitaire, c’est qu’ils sont un peu bêtas.
    De plus, vu que les socialistes veulent détruire la nation, je ne pense pas que l’argument de défense de mille ans de civilisation ait un quelconque sens pour eux.

  10. Madame la présidente !
    Fascisme oblige…..

  11. Le règlement de l’assemblée n’est pas supérieur à la loi !

  12. Madame Mazetier est coutumière du fait.
    N’est-ce pas elle qui ne voulant pas de la terminologie “école maternelle” (cf. http://www.liberation.fr/societe/2013/02/01/la-deputee-sandrine-mazetier-ne-veut-plus-parler-d-ecole-maternelle_878591 ) ignorait qu’il existe déjà une autre formule: “école pré-élémentaire”.
    Son “première école” est aberrant, puisque la scolarisation (contrairement à l’instruction) N’EST PAS et N’A JAMAIS ÉTÉ OBLIGATOIRE en France.
    Fâcheux pour un député, fût-il femme, de sembler ignorer les lois.

  13. Au train ou va le sectarisme du PS et de ses affidés ils vont exiger qu’à chaque ouverture de séance l’opposition se joignent à eux pour psalmodier les louanges du grand timonier flanby.

  14. A l’initiative de François Fillon aussi qui a supprimé le genre ” Mademoiselle ” des documents administratifs avant de quitter Matignon !!!!

  15. Évidemment que la porte du totalitarisme a été franchie depuis longtemps ! N’en avons nous pas eu une preuve lors des premières manifs contre le mariage entre pervers sexuels ou des participants ont été gazés ? !

    Le président de séance du moment à trouver ce moyen de faire parler d’elle pour qu’elle n’en soit pas oubliée sur les étagères de l’histoire qui sont au fond à gauche à côté de la porte des chiottes.

    Les députés font comme les merdias, ils utilisent NOTRE langue comme ils l’entendent soit n’importe comment ! Au grès de leur bon vouloir.

    @ Jacques Frantz : pas que la gauche, Fillon est tout aussi coupable pour avoir supprimé le terme « mademoiselle ». (il doit y en avoir d’autres sûrement)Les concernées (en deux mots ?) qui ont applaudi ne devaient pas comprendre ce que signifiait ce terme.
    Les députés sont actuellement dénigrés, ils cherchent le moyen de faire parler d’eux et là … ça dérape !

  16. Mais pourquoi nos féministes ne s’insurgent elles pas que l’on dise “UNE sentinelle”, même quand elle est mâle?…

  17. Allez voir les annonces sur Pôle emploi et voyez comment cela se passe depuis bien longtemps dans la France d’en-bas.

  18. Par souci d’égalité homme/femme, les années paires, les écoles de nos petits devraient s’appeler “Ecole paternelle” et les années impaires “Ecole maternelle” !
    On pourrait faire de même pour la langue maternelle !
    Car n’est-ce pas une profonde injustice que les mères s’attribuent ces deux concepts ?
    Bien entendu, tout ce “bavardage” permet de cacher l’essentiel, la vente de la France à des mains étrangères ! Décidément, les mains sont étonnamment baladeuses ces temps-ci !

  19. Ils sont fous.
    Hier, devant acheter des billets de trains pour mes enfants via internet, il faut remplir nominalement les billets virtuels et ils demandent s’ils faut les appeleer “Monsieur” ou “Madame”…. A des enfants !!!

  20. La novlangue (Orwell, “1984”) continue sa marche pour abrutir les individus, empêcher la pensée libre et autonome.
    D’Alphonse Daudet, dans “Contes du lundi” :
    “… quand un peuple tombe esclave, tant qu’il tient bien sa langue, c’est comme s’il tenait la clef de sa prison.”

  21. Qu’on l’expulse et qu’on lui interdise tout emploi dans la fonction publique !
    Elle pourrait présider les toilettes de l’Assemblée par exemple.
    On pourrait alors lui donner du :”Madame le Président Mazetier il n’y a plus de papier dans le 3ème WC !”

  22. Quand la crétinerie est aux commandes, il ne faut plus sourire mais prier.

  23. Parlez et écrivez en français, sans tenir compte de ces décrets, dispositions, amendes, pénalités, procès iniques, injustes, et pour tout dire, délirants. Croyez à l’avenir du français, de la France : pour ma part, je ne dis même pas master mais je continue à dire, licence, maîtrise, doctorat. L’attaque est générale et depuis longtemps…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services