Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Macronnerie

Macronnerie

Bernard Antony a eu le courage la non-intervention (solennelle) du président de la République hier :

Ce qu’il a dit sur le déconfinement ne mérite pas beaucoup de lignes sur ce blog.

Passons sur son autosatistaction pour ce qu’il en fut de la gestion de la pandémie du coronavirus.

Ce n’est pas « demain la veille » que l’on aura une remise en cause sérieuse de la perversion idéologique et financiariste du libéralisme mondialiste qui nous a, entre autres dégâts, placé dans une telle dépendance de la production médicamenteuse chinoise. 

Et pour ce qu’il en est de ce qu’il appelle « l’Europe », pas l’ombre d’une esquisse de volonté de remise en cause du gros mammouth de l’eurocratie totalitaire bruxelloise. L’Union Européenne est trop au service de l’impérialisme idéologique LGBT pour qu’un Macron ose en critiquer l’inversion radicale des valeurs déterminant sa politique.

Et d’ailleurs, cette inversion est pour l’essentiel celle qu’il partage; comme on a pu le constater par ces maintes photos très significatives qu’il a sciemment voulu faire largement circuler, telles celles prises à l’Elysée un soir de la dite « fête de la musique ».

Sur la dialectique révolutionnaire racialiste de la société française en particulier, ce n’est évidemment pas de lui que l’on pouvait attendre qu’il en vienne à constater que, selon notre formule, aujourd’hui si répercutée, « l’antiracisme est un racisme en sens contraire ».

Même l’inénarrable Caroline Fourest, militante de la cause LGBT, qui voit avec effroi monter le racisme antiblanc sous les oripaux de l’antiracisme, a repris notre expression.

Macron n’a pu aller plus loin dans une analyse de ce phénomène qu’en renvoyant dos à dos le « racisme » et le « communautarisme ».

Incapable, et pour cause, de constater ou d’avouer que c’est dans ce qu’il appelle le « communautarisme », c’est-à-dire, le surgissement de minorités d’origines étrangères de plus en plus nombreuses, de plus en plus structurées et dominatrices que se développe toujours plus le racisme le plus agressif: celui de l’idéologie « décoloniale » de la camarade islamo-gauchiste Houria Bouteldja.

Cette dernière, que, l’Agrif la première a dénonçé  et attaqué en justice, a idéologisé depuis des années sous couvert de l’anti-racisme, un fanatique racisme « antiblanc ».

Ce racisme n’est pas seulement une affaire de haine en raison de l’appartenance raciale mais de haine en raison de l’appartenance assumée à la patrie française, à la culture française. Houria Bouteldja professe encore plus de haine contre des patriotes français jaunes ou noirs comme étant des « collabos » des « blancs ».

Elle entend d’ailleurs faire converger lutte des classes et lutte des races, avec les collabos authentiques qui sont les siens, ces blancs de la haine d’eux-mêmes, ces dhimmis consentants qui la suivent masochistement, mélenchoniennement, tels des toutous, dans le racisme antiblanc.

Or lorsque, à plusieurs reprises, Emmanuel Macron a parlé de la colonisation comme d’un crime contre l’humanité c’est hélas non seulement une monstruosité historique qu’il a proférée mais surtout une contre vérité criminelle. En effet c’est ainsi que la France accueille massivement chaque année des populations, et notamment des jeunes algériens à qui l’on apprend à détester le pays qui les reçoit; puisque, un Macron lui-même leur raconte que la colonisation française de leur pays a constitué un crime contre l’humanité.

Oui, avec Macron comme avec son triste prédécesseur Hollande, c’est l’idéologie du génocide français qui est au pouvoir.

Comment mieux massacrer la France que d’apprendre à la haïr à ceux qui s’y installent ?

Partager cet article

5 commentaires

  1. Un “r” de trop dans le titre de cette analyse. Devinez lequel ?
    😇😇😇

  2. La seule attitude à avoir aurait été de maintenir l’interdiction de cette Manif raciste de la Honte puisqu’elle était de fait interdite. Mais non, ceux qui prétendent de plus en plus gouverner la France l’ont autorisée sous le prétexte fallacieux de « l’émotion » (en fait, de l’émoticone).

    On y a entendu des islamo-pro-palestiniens crier « Sales J… ! »

    Quelques-uns lors de cette manif ont peut-être contribué à s’échanger des coronavirus par leurs hurlements ? On le saura dans deux semaines. En tout cas, beaucoup d’entre eux, l’extrême gauche en tête, ont propagé la haine, cela est sûr.

    Rappel : 15 à 20000 personnes dans la rue ce samedi et nos dirigeants tremblent. On ne rappelle jamais assez les manifestations de LMPT approchant le million de personne et restant exemplaires. Mais pas d’émotions de nos dirigeants quand c’est l’appel à l’amour vrai, non dénaturé et à la défense du plus faible qui manifeste.

  3. Honte aux bons cathos bisounoursiens pas capables de se faire respecter à un million à force de jus de navet dans les veines…bien noyautés par qui il faut pour que toute cette mobilisation ne mène à rien.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services