Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

L’uniforme à l’école publique

Un enseignant de Courbevoie plaide pour :

L’uniforme est beaucoup plus qu’une apparence, c’est une appartenance fièrement portée à un pays. Un même pays. Que l’on soit du quartier latin, du Vésinet, de Bobigny, de Nanterre ou de la campagne – que l’on soit d’origine maghrébine, africaine ou autres. Que l’on soit pauvre, modeste ou riche (soif de justice sociale, « révolutionnaire », à l’origine de la création de l’uniforme) – en allant à l’école, on est avant tout, une Française et un Français comme les autres. […]

La seule différence dans l’uniforme est immédiate et belle : filles et garçons. Sans provocation, mais fièrement affichée. Même les cités en seront égayées. Fini les filles en jupe qui passent pour des putes. La jupe redevient un signe de féminité et, en plus, de sérieux scolaire. Il n’est rien de plus beau et joyeux qu’une entrée ou sortie de collège qui distingue dans le style et les vêtements, les garçons et les filles.

Le CNI (parti associé à l’UMP) s’enthousiasme pour cette idée.

Henri Védas

Message URGENT de Guillaume de Thieulloy

Cher ami lecteur
allons-nous manquer d’espérance ?
Vous et moi souhaitons de toutes nos forces que le mur de la culture de mort s’effondre.
Le Salon Beige participe à cette tâche selon ses capacités. Mais nous ne pouvons rien faire sans votre générosité.

S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

13 commentaires

  1. Philippe de Villiers a préconisé, dans un discours public à Paris au printemps, une telle mesure
    elle va dans le bon sens: remettre la Nation sur ses rails, et rassembler ceux qui se trovgent sur notre sol et n’ont pas intention de le quitter

  2. Ce n’est l’extérieur qu’il faut couvrir,c’est l’intérieur qu’il faut convertir.C’est autrement plus difficile…
    .
    Les jeunes filles s’habillent comme leurs mères et les mères comme le décrète la mode régie par..qui vous savez.
    Pour tous, “le sac et la cendre” avant que Ninive soit détruite…

  3. De plus, cela règlerait à la fois :
    – Le problème des marques (rejet du groupe si on n’est pas habillé avec des marques)
    – Le problème du racket sur les vêtements
    – Le problème de l’indécence (string, nombril et jeans tailles basses)
    – Le problème du voile (en tout cas, on aurait un argument de plus contre lui)
    – Le problème de la “mode gothique” et des tee-shirt hard rock avec crucifix renversés.
    Evidement, on trouvera toujours deux-trois bobos, bêlant sur les ondes pour dire que tout cela ne pose pas problème.

  4. Excellente idée selon moi. J’étais au collège (public) près de Lille pendant la première moitié des années 80 et la tenue de la blouse (blanche ou bleue) était strictement imposée pendant l’ensemble des cours. Il n’y avait à cette obligation que des avantages…
    Reste, si l’uniforme était à nouveau envisagé, à voir la tête de l’uniforme. Car si retour à la “tradition” il y avait, il va de soi qu’on se ferait un devoir de la “dépoussiérer”, de la “relooker” avec “audace”. Bref, ma crainte, c’est qu’on les déguise en pokemons et que nos écoliers soient relookés par Jean-Paul Gaultier… S’il y a mauvais goût, il sera imposé à tout le monde. Il faut penser à cela.
    Reste un dernier souvenir très récent. A une émission de télé portant sur cette question d’uniforme, des journalistes sont allés interroger des lycéens pour savoir ce qu’ils en pensaient. Beaucoup ont affirmé que le problème, c’est qu’ils ne pourraient plus, je cite, “s’habiller comme ils veulent”. Après une rapide expertise, on pouvait constater qu’ils étaient tous habillés de la même façon, survet et baskets, les seules nuances étant une sélection des marques différente. L’uniforme, ils le portent déjà mais il est reflet de leur “liberté individuelle”.

  5. Tout semble bon à de Villiers pour faire parler de lui !
    J’ai évidemment connu les blouses grises dans les années 50_60 et en voyageant je vois qu’à l’étranger ça existe encore mais le mieux est la séparation entre sexes comme dans les célèbreslèges anglais.

  6. au final on cherchera – pour plaire car à est en démoncratie ne l’oublions pas – le plus petit dénominateur commun et tout le monde se retrouvera en jean t-shirt converse, ou variante autorisée survet & basket.
    Pas sûr qu’on y gagne.

  7. Tablier ou uniforme , c’est ce que je propose à chaque conseil de classe depuis des années pour en finir avec les nombrils à l’air, et les pantalons descendant sur les genoux ( vous savez, ces trucs suprêmement élégants pour les garçons qui donnent l’impression au mieux qu’ils sont des nabots, au pire qu’ils ont fait dans …). Réaction des chers collègues et du proviseur: silence, sourire gêné, haussement d’épaules… Je passe pour la “mère-la-pudeur” ou la réac du lycée… Curieusement l’argument “politiquement correct”, en dehors de la décence, que j’invoque aussi, pour mes chers collègues de gauche, à savoir la sacro-sainte égalité républicaine, rencontre la même indifférence ou hostilité…

  8. Je ne pense pas qu’un uniforme soit necessaire, il suffit de la mention “tenue correcte exigée” dans les reglements interieurs (et son application!)
    Allez devant un lycée professionel féminin (du type BEP coiffure) et admirez : les filles arabes sont voilées (tendance belphegor) et les filles occidentales sont dans des tenues legère (tendance p… éripathéticienne). Ceux qui me disent que j’exagere, allez constater par vous même (pour ceux de Tours, allez voir le “lycée Clouet”, il vaut son pesant de cacahouettes)

  9. Si seulement la liberté existait en France.
    Si, grâce à un système de “chèque scolaire” chaque établissement prenait librement sa propre décision d’avoir ou non des uniformes, et lesquels, de pouvoir les afficher librement – et les parents de choisir librement les écoles de leur choix, en fonction du programme complet présenté par chaque établissement (y compris la question des uniformes)…
    Certes c’est une excellente idée qui va dans le bon sens, mais croire qu’on fera évoluer en bien le Mammouth parce que les enfants seront décemment et égalitairement vêtus, c’est beaucoup se leurrer parce qu’il ne s’agit que d’un détail (aïh !)

  10. Pas si sûre, que les collégiens bouderaient.
    Un beau jour où j’ai dû reprendre une élève pour une tenue trop incorrecte, j’ai eu la surprise d’entendre une de ses camarades me répondre en boutade, que tant qu’à faire, si l’on était cohérent, on ferait mieux de leur imposer l’uniforme! Et comme je lui faisais remarquer (à elle et à ses copines qui l’appuyaient) que leur “liberté” s’en trouverait autrement plus contrariée que par le petit peu que je leur demandais, elles me répondirent qu’elles n’étaient pas contre…, et même qu’elles aimeraient bien… tout en me citant leurs congénères anglais, et que d’ailleurs, “c’est drôlement chic, Madame!”
    J’avoue avoir été très surprise…
    Je suis loin d’être sûre, par ailleurs, que les modèles retenus seraient nécessairement très “mode”, car tout le monde aurait justement à l’esprit l’excellente impression que donnent les uniformes anglais, on ne peut plus “traditionnels”.
    Cela règlerait aussi en effet, de la manière la plus simple la question du voile… et du pantalon “pour qui qu’a fait…”…
    Quant à ce qui est de la pudeur, il ne faut pas rêver (et regardez tout simplement la réputation des anglais sur ce plan…!)! On aurait néanmoins le plaisir de redécouvrir la féminité… (les filles, la leur, et les garçons, celle de leurs camarades de l’autre sexe… et peut-être par là de redécouvrir leur propre virilité…).
    Pour la pudeur (et bien d’autres choses), je crois qu’il n’y aura définitivement jamais que la séparation des sexes…

  11. Eh oui ! L’Histoire est un éternel balancier. Qui vient pencher doucement dans le sens de l’ordre, de l’autorité, de la discipline.
    C’était le bon temps vont dire les vieux (dont je suis). Et les jeunes vont découvrir avec délice (?) ce que leurs parents traitaient avec dédain… Intéressant !

  12. De toutes les façons ils sont déjà habillés tous pareils!

  13. Bonjour.
    Pour info, la suppression de l’uniforme est un “acquis” de Mai-68.
    Jusqu’à cette date, où j’étais en 2e, dans mon lycée, j’ai porté un tablier bleu.
    Et cela évitait les comparaisons d vêtements.
    D’autant que : je n’avais pas d’argent de poche, et il ne me serait pas venu à l’esprit d’exiger de mes parents telle ou telle marque de vêtements..
    Et j’ai eu un seul cartable, en cuir, pendant toute ma scolarité..
    J’ai l’impression d’être née sur une autre planète..
    NM

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services