Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : le référendum / Europe : politique / Pays : Angleterre

L’UE fait preuve (encore une fois) d’un totalitarisme insupportable

Le Royaume-Uni a décidé de sortir de l'Union européenne pour respecter le résultat du référendum, qui reste une consultation interne. Les modalités et le tempo pour déclencher l'article 50, prévu dans le traité de Lisbonne pour permettre à un pays membre de sortir de l'UE, relève des autorités du Royaume-Uni. Les technocrates de Bruxelles, qui ne supportent visiblement pas la liberté et la souveraineté des pays membres, veulent dicter leur loi :

UE-dictature"Le Premier ministre démissionnaire du Royaume-Uni l'avait pourtant annoncé dès son discours de défaite vendredi matin, alors que son pays avait voté à 51,9% en faveur d'une sortie de l'UE : ça ne sera pas à lui de déclencher la procédure de sortie grâce à l'activation de l'article 50 du traité sur l'Union européenne. La lourde charge reviendra à son successeur, qui sera désigné par les conservateurs avant l'automne. A Londres, on craint en effet le déclenchement d'une procédure "qui fait pencher la balance des négociations en faveur de l'UE" estime The Economist.

Pourtant à Bruxelles, on n'apprécie guère que Londres ose encore une fois fixer les règles du jeu. Dès vendredi, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker avait exhorté le pays

"à lancer les démarches de sortie immédiatement", explique France 24. "Ce n'est pas un divorce à l'amiable, mais après tout ce n'était pas non plus une grande relation amoureuse", a-t-il asséné dans la foulée." Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement britannique a besoin d'attendre jusqu'au mois d'octobre pour décider si oui ou non il envoie la lettre de divorce à Bruxelles. J'aimerais l'avoir immédiatement", a-t-il également déclaré [Le Point].

Martin Schulz, président du Parlement européen, a lui souhaité qu'une demande formelle soit déposée par M. Cameron mardi à Bruxelles, dans le cadre du Conseil européen extraordinaire qui réunit l'ensemble des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE (…)"  

Boris Johnson, membre des conservateurs et ancien maire de Londres, pourrait devenir 1er ministre en tant que chef de file des pro-Brexit de son parti. Il prend à contre-pied la commission européenne et se permet un rappel géographique utile à ceux qui confondent de manière délibérée, campagnes électorales après campagnes électorales depuis 30 ans, Europe et Union européenne :

Sans-titre"Je ne soulignerai jamais assez que la Grande-Bretagne fait partie de l'Europe, et en fera toujours partie. Il y aura toujours une coopération européenne intense et qui s'intensifiera dans de nombreux domaines: arts, sciences, universités, protection de l'environnement (…)

Le seul changement – et il ne viendra pas dans la précipitation- c'est que le Royaume-Uni va s'extraire du système de législation incroyable et opaque de l'UE

Les droits des citoyens européens vivant dans ce pays seront pleinement respectés et il en sera de même pour ceux des Britanniques vivant dans l'UE."

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

20 commentaires

  1. Les anglais ont voté mais une nouvelle fois, les dirigeants n’oseront pas aller jusqu’au bout.
    D’ici octobre, beaucoup de choses se produiront et par le biais de petits arrangements entre amis, on trouvera une solution pour garder le RU dans l’EU sans activer l’article 50.

  2. Pour une fois, je suis d’accord avec l’idée que le Royaume Uni doit déposer dès que possible une demande officielle de sortie.
    On ne peut pas attendre 4 mois jusqu’en octobre pour savoir sur quel pied danser.

  3. Minable HOLLANDE , charognard !
    HOLLANDE , le charognard comme toujours !
    Avec la Merkel et le Juncker, il précipite les choses. Là, il est à son aise pour exercer un rôle de va t’en guerre vis à vis de la Grande-Bretagne , lorsqu’il souhaite un rapide BREXIT !

  4. Bruxelles les pays membres de l’UE sont vexés comme des poux de voir qu’un pays a osé voter pour sa sortie de l’UE. Leurs réactions sont dignes de “petits garçons” mais sûrement d’adultes responsables.
    Il semble que nulle part à l’exception des empires avec leur prétention à l’universalisme, on n’a fait émerger une forme politique, nouvelle ou héritée, sans qu’il y ait au préalable ou en parallèle un peuple qui se constitue. Cela va dans le même sens que les thèses du livre de Mathieu Bock Côté “le multiculturalisme comme religion politique”. Les peuples refusent de voir rayer d’un trait de plume leur histoire nationale pour se fondre dans une utopie, un monde qui serait devenu un seul et unique pays avec pour constitution les droits de l’homme. C’est une utopie des gens de gauche et des écologistes. Et les insultes des mondialistes, Jacques Attali, BHL, etc., ne feront pas renoncer les peuples à l’ histoire de leur propre pays. Ce Brexit est un acte de résistance salutaire et gare à tous ces redresseurs de tort qui stigmatisent ceux qui ont voté pour le Brexit ou les conservateurs qui veulent garder leur identité nationale.

  5. tout est là en effet.
    Cette UE, qui pour info date de 1992-93 (Maastricht) n’a rien à voir avec l’Europe et on pourrait même dire qu’elle ne la représente pas.
    De surcroît elle est nocive et totalitaire, comme le montre son attitude à l’égard du Royaume-Uni.
    L’UE c’est :
    – Un système éco-financier niant toute définition historique, géographique, culturelle (et chrétienne) à son espace dit européen ; donc un système matérialiste indigne
    – Un système éco-financier bâti à l’envers : au lieu de faire un espace économique fait d’entités homogènes, on a fait un espace économique doté d’entités déséquilibrées fortement. Pire, on l’a doté d’une monnaie unique. Par conséquent il ne pouvait que survenir délocalisations, pressions sur les entreprises et salariés, chômage, faible croissance, trafics de main d’œuvre, etc … C’est une erreur grave d’autant plus qu’elle est assumée.
    Dans un tel espace de déséquilibres, il existe 2 moyens d’action de correction sur les entités touchées : les droits de douane (or ils ont été supprimés) et la monnaie (or elle a été supprimée pour les Etats, et celle unique rend impossible d’utiliser cette monnaie comme outil par ex dévaluateur appliqué à tous les pays).
    Il ne reste donc plus qu’un moyen d’action : comprimer puis baisser les salaires, faire appel à la main d’œuvre immigrée pas chère, durcir les conditions de travail, jusqu’où … ? C’est donc un système cynique.
    Maurice Allais, seul prix nobel d’économie français, avait expliqué et prévenu de tout cela, mais les « puissants » l’ont ignoré.
    – Un condensé de socialisme dirigiste et de libéralisme sans frein : l’UE a l’originalité de combiner 2 dogmes aussi néfastes l’un que l’autre et condamnés par l’Eglise, le socialisme dirigiste qui nie les libertés et le laisser-fairisme qui ni la justice, la morale et le bien commun.
    Maastricht nous a plongés à la fois dans un carcan et dans une jungle, où ce n’est pas la justice, la morale et le bien commun qui font la loi, mais le plus fort, l’argent et la technocratie hors-sol.
    – Un système anti-démocratique : l’UE a le toupet d’imposer aux Etats la plus grande part de leur législation au nom d’une subsidiarité renversée ; par ailleurs l’UE avance masquée, avec d’un côté des traités abscons et illisibles et de l’autre côté des slogans faciles et trompeurs (« l’UE c’est la prospérité » …) ; enfin quand des référendums sont faits par les Etats et signifient un NON à l’UE, l’UE ordonne de voter à nouveau … ainsi ce fut le cas avec le Danemark, l’Irlande et la France. Concernant la France, ce fut le summum de la dictature, puisque Sarkozy passa par le congrès pour fouler aux pieds le NON du 29 mai 2005.

  6. Du réseau Voltaire :
    “En sortant de l’Union européenne, le Royaume-Uni met fin à sa « relation spéciale » avec les États-Unis. Or Londres est également membre de l’accord des « Cinq yeux » issu de la Charte de l’Atlantique et co-fondateur de l’Otan (les Britanniques partagent toutes les informations du réseau Stay behind). Laisser partir le Royaume-Uni signifie donc assister à l’écroulement de l’ensemble du système de domination anglo-saxonne sur le monde.
    Le Conseil de sécurité nationale des États-Unis a mis au point un plan visant à arrimer le Royaume-Uni aux structures atlantiques. Il a été décidé de tout faire pour empêcher la nomination du leader conservateur du Brexit, Boris Johnson, à Downing Street et de favoriser une personnalité de « consensus » apte à « réconcilier » les Britanniques. Cette personnalité négocierait les modalités de la sortie de l’Union européenne. De son côté, l’Union proposerait de substituer aux accords actuels des dispositions presque identiques. À l’issue de ce processus, le Royaume-Uni aurait perdu son siège au Conseil européen, mais resterait de facto dans le Marché commun.
    Le président Obama a désigné la chancelière allemande Angela Merkel pour mener les opérations au sein de l’UE et George Osborne, actuel numéro 2 du gouvernement, pour organiser le « consensus » au Royaume-Uni. D’ores et déjà, le Premier ministre David Cameron a refusé de démissionner avant l’élection présidentielle états-unienne, tandis que le gouvernement régional écossais et la presse européenne mettent en avant le risque de sécession pour justifier l’appel à une « personnalité de consensus ».
    Un conseil européen a été convoqué par le président de l’Union, Donald Tusk, le 29 juin, en présence du secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg.”

  7. et avec tout çà on se demande bien d’ailleurs ou en est la procédure de vérification des votes en Autriche …

  8. Le secrétaire d’État américain John Kerry s’invite à Londres et à Bruxelles dès lundi
    “[…]le gouvernement américain, très inquiet de la tournure prise par les événements, veut à tout prix éviter l’effet domino, avec un « Dexit », un « Frexit », un « Nexit », etc.
    https://www.upr.fr/actualite/europe/secretaire-detat-americain-john-kerry-sinvite-a-londres-a-bruxelles-lundi

  9. L’union européenne a capté les subsides de l’Angleterre pendant 43 ans , elle peut attendre 3 mois pour commencer les négociations du brexit.
    Il n’y a pas qu’avec l’Angleterre que l’UE adopte une attitude anti-démocratique et despotique.
    Il faudrait que les oligarques de Bruxelles, Paris et Berlin prennent patience.

  10. sale semaine quand même pour les europhiles… le RU qui quitte l’UE et la semaine s’est terminée par l’élection d’un président eurosceptique en Islande
    Oui sale semaine.
    Marrant d’ailleurs ce soir quart de finale Angleterre / Islande

  11. Borie Johnson est un homme posé et ses remarques me paraissent raisonnables. Quoique nous pensions ou faisions nous sommes tous en Europe. Oui mais voilà: Europe où chaque pays est libre comme chaque proprietaire de pavillon dans une cité ou esclave comme des pensionnaire dans un immeuble avec un seul réfectoire et un seul dortoir pour tous et autres pièces toutes communes?

  12. Tenez bon les anglais, ne vous laissez pas voler votre victoire par ces voyous !

  13. ” Pitoyables vermisseaux ” que ces ” employés , à la botte du grand serpent ” économico-sioniste “, qui nous assure haïr les populations d’Europe, en qui ils ne distinguent que leurs nouveaux esclaves économiques.
    Ce matin j’écoutais un pseudo et ” éminent ” personnage, sur une radio ” chrétienne ” nationale, qui n’avait de cesse de prévenir, qu’en cas d’une éventuelle sortie du ” l’union ” pour un pays comme la France, nous retomberions dans nos vieux démons : à savoir déficits abyssaux, inflation exponentielle, dévalorisation de la monnaie nationale ” , j’en passe et des meilleures ………
    Je voudrais rendre hommage ici, à ce Monsieur (dont le nom m’échappe), de nous confirmer officiellement ce dont nous avons la ferme conviction depuis plus de vingt cinq ans : à savoir l’incapacité éminente de TOUS ces politiciens ” à la petite semaine ” , incapables d’assurer la conduite et le développement économique de notre pays !!! Impropres à assurer LA mission qui leur est confiée, par l’utopie démocratique, ils en sont incapable, c’est consternant !!! Le problème n’est pas la crise, ou ceci ou cela. Le problème ce sont EUX, ces ” bons à rien ” et ” mauvais à tout ” !!!
    Le vrai referendum à exiger n’est pas celui de savoir si – EXIT or not Exit -, mais de savoir si nous devons conserver et payer grassement et en doublons ces bandes d’incapables nécrosés intellectuellement et idéologiquement. Car si ce n’est pour passer des lois sociales telles que nous les subissons depuis plus de trente ans, point besoin d’une armée de ” sinistres et dépités “, un simple bureau relais à bruxelles ou strasbourg suffit amplement, la technocratique de “l’union” assurant également la transmission et le contrôle du reste. Ainsi l’union trouverait sa vrai vitesse de croisière … non ?
    Toutefois il existe l’autre voix, la Quatrième voix ………….

  14. Bravo Boris!
    Je n’approuve pas tout ce que fait le bonhomme mais j’aime sa truculence et sa liberté de verbe.
    Par certain côté, cet homme recèle des traits commun avec Churchill.

  15. Le Brexit est une bonne chose l’Angleterre n’ayant rien à faire en Europe. Il est donc effectivement souhaitable qu’elle la quitte le plus rapidement possible.

  16. Que les eurocrates veuillent maintenant se débarrasser le plus vite possible des Anglais peut s’expliquer simplement par une comparaison médicale. Autrefois quand il n’y avait pas d’antibiotiques et qu’un membre était gangréné, la seule solution pour sauver la vie de l’organisme était l’amputation. Ici l’ensemble de l’édifice totalitaire européen est fragilisé par le référendum du Brexit. La décision du peuple anglais de retrouver sa liberté et sa souveraineté est considéré à Bruxelles comme une gangrène mortelle. Avant donc que le venin anglais n’empoisonne le reste de l’Europe en donnant des idées à d’autres peuples il faut établir au plus vite un cordon sanitaire avec la Grande-Bretagne. C’est à cette seule condition que les européistes restants pensent pouvoir réussir leur replâtrage.

  17. Je suis surpris de voir un blog de français – se réclamant de la défense de la France – prendre fait et cause pour la Grande Bretagne au d”triment de ce pays.
    En effet, dans le jeu de négociations qui vont débuter – mais quand, il me semble que l’intérêt français devrait primer sur l’intérêt britannique, du moins ici.
    Je constate que cela n’est visiblement pas le cas.De là à relativiser a patriotisme des auteurs de ce blog …
    Non, c’est évident, cela ne peut pas être le cas !
    [Où voyez-vous que le Brexit dessert la France. C’est François Hollande et Alain Juppé qui vous l’ont dit ou Le Monde ? C’est attristant de ne pas comprendre que l’UE fait du mal à toutes les Nations. Pas de chauvinisme ici. Nous sommes assez grands pour faire la part de choses. La souveraineté est bonne pour la GB comme pour la France… Le Brexit est une bonne nouvelle car elle montre que le processus de sortie de l’UE est possible. Le tout est de savoir si vous considérez que rester dans l’UE sert l’intérêt de la France…
    PC].

  18. Même avis que Manuel A. dans le commentaire précédent ! Et effectivement, les intérêts de la France et du Royaume-Uni divergent, au cas particulier. La sortie des Britanniques devrait permettre à l’UE de fonctionner enfin normalement.
    Fidèle lecteur du SB depuis de longues années, je regrette la radicalité de la réponse de PC. Ne vous trompez pas d’adversaire…

  19. Manuel Atréide, vous devriez vous renseigner sur le site UPR, il vous expliquera clairement le problème de l’U.E. pour tous les pays d’Europe.

  20. Nous devons être indulgents devant de telles réactions: ces gens-là sont en train de disparaître dans les jours qui viennent et ils ont des réactions de panique tournant à la pure méchanceté.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services