L’UE demande des églises en Arabie Saoudite

P Le président du Parlement européen, Hans-Gert Pöttering, en visite en Arabie saoudite, a appelé les gouvernements arabes à autoriser la construction d'églises dans leurs pays de la même manière que des mosquées peuvent être construites en Europe. M. Pöttering, qui achevait une tournée dans la région du Golfe axée sur la coopération entre les deux régions, a ajouté que les gouvernements arabes devraient être plus tolérants à l'égard des autres religions.

"Il est vital que nous ayons une meilleure compréhension de la culture musulmane (…). Nous appelons à la tolérance envers le chrétiens (…) dans le monde arabe. C'est mutuel […] Il y a des centaines de milliers de catholiques ici. Nous fêtons Noël demain et ils ne pourront pas se réunir dans une église".

L'Arabie saoudite accueille des millions de travailleurs étrangers, dont plus d'un million de Philippins, en majorité des chrétiens. Le responsable européen a indiqué que les Saoudiens lui avaient rappelé qu'il n'était pas possible de construire une mosquée au Vatican. Mais il a répliqué que des mosquées sont autorisées dans la plupart des pays européens et qu'il revenait aux gouvernements dans les deux régions de respecter la liberté de culte.

"A La Mecque et Médine, je peux comprendre qu'il n'y ait pas d'églises (…) mais pas dans l'ensemble du pays".

Une fois n'est pas coutume : bravo à Hans-Gert Pöttering.

Michel Janva

11 réflexions au sujet de « L’UE demande des églises en Arabie Saoudite »

  1. Robert Marchenoir

    C’est un faux courage et une erreur stratégique. Admettons que ces démarches réussissent. Ce n’est pas impossible. Les musulmans peuvent concéder un nombre limité d’églises, avec des conditions draconiennes, etc.
    L’Occident se sera alors privé d’un argument en béton armé pour refuser la construction de mosquées sur son sol.
    Or, entre ouvrir 3,5 églises au Moyen-Orient, dans une région qui ne sera jamais chrétienne à un terme historique prévisible, et empêcher la conquête et l’asservissement de l’Occident par l’islam, quel est l’objectif prioritaire, vital, même?

  2. Paterculus

    Au Vatican, il n’est pas possible deconstruire de mosquée. Soit. Mais au Vatican il n’y a pas non plus de puits de pétrole.
    Et de toute façon, l’absence de mosquée au Vatican n’empêche aucun musulman de pratiquer sa religion. L’absence d’Eglise en Arabie Saoudite empêche au moins un million de chrétiens de pratiquer leur religion.
    Quant aux commentaires précédents :
    – si l’argument était en béton, il n’y aurait pas de mosquée en France ;
    – il n’est pas besoin d’avoir lu le Coran pour savoir qu’il y a des églises en Oman, à Bahrein, au Koweit, aux EAU, au Qatar…
    Bonne année quand même !

  3. Robert Marchenoir

    @ Paterculus:
    “Si l’argument était en béton, il n’y aurait pas de mosquée en France.”
    J’ai écrit: argument, pas: formule magique. Personnellement, je ne dispose d’aucune formule magique. Si vous en avez une, je vous invite à la partager.
    Il y a déjà de nombreuses mosquées en France. La question n’est pas: peut-on les supprimer d’un trait de plume (évidemment non)?
    Mais plutôt: peut-on empêcher la construction de centaines de nouvelles mosquées, beaucoup plus importantes, qui donneraient à l’islam une légitimité politique en France (évidemment oui)?
    Dans ce cadre, la non-réciprocité est effectivement un argument en béton, au sens où se priver de cet argument impose de convaincre qu’il y a une hiérarchie entre les religions, que l’islam est une religion nocive pour nous Occidentaux.
    Ce qui est une tâche très difficile dans une société imprégnée par l’égalité, les “droits de l’homme” et la laïcité.
    En revanche, expliquer à l’opinion publique qu’on ne peut pas autoriser de nouvelles mosquées en France car la réciprocité n’est pas assurée dans les pays musulmans, car les chrétiens y sont persécutés, c’est s’appuyer sur l’état d’esprit dominant de la population (c’est à dire, en gros, la vulgate droit-de-l’hommiste), et donc se donner une chance de succès.
    Vous remarquerez, d’ailleurs, que c’est exactement ce que font les musulmans en Occident, mais pour imposer leurs propres objectifs, bien entendu.

  4. anne

    Les musulmans intégristes ne sont pas recrutés parmi les pratiquants réguliers, mais parmi les désoeuvrés .Si les Harkis et autres immigrés de la première heure avaient été traités dignement ,les jeunes générations n’en seraient pas à caillasser les voitures de police .Ceux qui interdisent la construction d’églises en paysmusulmans ne sont pas les memes que ceux qui viennent se faire exploiter en “terre chrétienne”.

  5. Robert Marchenoir

    Anne, je regrette, mais chacune de vos affirmations est à l’opposé de la réalité, ou au mieux non pertinente.
    “Les musulmans intégristes ne sont pas recrutés parmi les pratiquants réguliers, mais parmi les désoeuvrés.”
    Les terroristes qui ont tenté de faire sauter deux voitures piégées à la sortie d’une boîte de nuit londonienne, puis ont essayé de se faire sauter avec leur voiture à l’aéroport de Glasgow, étaient médecins hospitaliers. Pas vraiment des désoeuvrés, donc. Ni des “défavorisés”, d’ailleurs.
    De nombreux terroristes islamistes en Occident ont fait des études universitaires et jouissent d’une situation sociale tout à fait aisée. On trouve parmi eux de nombreux ingénieurs, informaticiens, etc.
    Dire que les musulmans intégristes ne sont pas recrutés parmi les pratiquants réguliers est une contradiction dans les termes. L’intégrisme religieux implique au minimum une pratique régulière du culte; sinon, ce n’est pas un intégrisme.
    D’ailleurs la réalité contredit cette proposition, évidemment absurde. Un musulman, condamné en Angleterre pour un viol particulièrement barbare à l’encontre d’une Britannique de souche, a présenté comme alibi le fait qu’il aurait été en train de prêcher à la mosquée à l’heure du crime. Son alibi a été attesté par plusieurs fidèles de cette mosquée. Le procès a prouvé qu’il s’agissait de faux témoignages.
    “Si les Harkis et autres immigrés de la première heure avaient été traités dignement, les jeunes générations n’en seraient pas à caillasser les voitures de police.”
    1) Vous n’en savez rien. Tout montre au contraire que la tolérance et la générosité des pays d’accueil ne diminuent en rien la violence des immigrés musulmans. Bien au contraire. 2) Quand bien même, en quoi cela constituerait-il une excuse? 3) Refaire l’histoire n’a pas de sens. En quoi des torts historiques supposés justifieraient-ils qu’une nation consente à son invasion et à son esclavage?
    “Ceux qui interdisent la construction d’églises en pays musulmans ne sont pas les memes que ceux qui viennent se faire exploiter en ‘terre chrétienne’.”
    Les intégristes musulmans dont nous parlons ne “viennent pas se faire exploiter en terre chrétienne”. Ils sont, pour un grand nombre d’entre eux, nés sur place et possèdent la nationalité de leur pays de résidence. Ce qu’ils ne se privent pas de nous faire remarquer quand il s’agit d’en tirer des avantages (prestations sociales, discrimination positive, etc).
    Par ailleurs, “ce sont les mêmes” que ceux qui interdisent les églises en pays musulman, au sens où les liens idéologiques, financiers, politiques et même géographiques entre ces deux catégories sont très forts.
    C’est l’argent de la Arabie Saoudite qui finance imams, mosquées et écoles coraniques en terre chrétienne. Ce sont les prêches les plus intégristes d’Arabie Saoudite qui sont diffusées par satellite dans les mosquées anglaises. C’est au Pakistan que se rendent fréquemment les volontaires occidentaux du djihad.

Laisser un commentaire