L’UE chloroforme l’Europe

Paul-Marie Coûteaux n'est plus candidat pour les élections européennes mais cela ne l'empêche pas de continuer à commenter l'actualité. Pour preuve, ce long entretien accordé à Revue-Républicaine.

Sur le mode de scructin :

"Dans le mode de scrutin actuel, les parlementaires européens sont complètement déracinés, et ce sont d’ailleurs pour la plupart soit des idéologues de la supra-nationalité, soit des recasés qui ne font pas grand chose et ne rendent jamais aucun compte de rien, sans lien avec grand monde. Ce sera pire dans les années à venir puisqu’ils ne seront même plus rémunérés par l’une des assemblées du parlement national, ce qui est le cas actuellement (c’est pourquoi j’ai toujours dit que j’étais « député français au parlement européen » et non « député européen » puisque, mis à part les défraiements, je n’ai de lien financier qu’avec le Sénat de la République) ; hélas, les indemnités parlementaires seront désormais versées par le budget de l’UE, conformément à un statut propre de « député européen » dont l'adoption est annoncée pour l’an prochain… Cette perspective d'intégration supplémentaire dans la machine supranationale ne me paraît pas insignifiante…"

Sur la multiplication des listes dites souverainistes :

"Cette dispersion est ridicule ; d’ailleurs, si j’ai certes été candidat indépendant pendant quelques semaines, ce fut surtout pour « garder la parole » et bien marquer que le député sortant que je suis n’accepte pas la guerre des grands chefs, ni la façon dont ils concevaient la campagne électorale dans l’oubli quasi-complet de la souveraineté, le seul lien qui pourtant pouvait réunir tout le monde" 

Sur le désintérêt des Français pour la campagne :

"Pour les supranationaux de tout poil, qui savent bien que les peuples restent attachés à leur patrie, l'obsession est toujours la même : construire leurs échafaudages dans leur dos, dans le plus grand silence possible. Pour cela, pas de débat et surtout pas d'informations – l'absence d'information est d'ailleurs sidérante s'agissant d'une des entreprises majeures de notre époque. Certes, on pourrait croire que la chape de silence ne saurait tenir en période de campagne européenne. Or, il n’en est rien : le Système a pris soin de prévenir sur tous les tons, depuis des semaines que « ces élections n’intéressaient pas les Français » ; le procédé est simple : on répète aux gens qu’ils ne s’intéressent pas au sujet, ce faisant on ne fournit aucune information, le brouillard reste épais, et l’abstention massive assurée : le tour est joué ! Une seule fois, il y eut une saison d'information et de débat : en 2005, lors du référendum sur la Constitution, et les oligarques ont vu le résultat ; ils ne recommenceront pas de sitôt."

L'Europe dans dix ans :

"C’est le grand crime de l'UE, qui arrache aux Etats des pouvoirs, une capacité politique qu'elle n’assume pas pour autant, notamment parce qu'elle n'en a pas la légitimité suffisante. J'ai toujours dit que cette affaire n'était pas un jeu à somme nulle : dans ces fameux transferts de compétences, beaucoup de pouvoir politique. C’est en cela que l’UE chloroforme l’Europe, l’empêche de réagir, et la tue à petits feux. Nos capacités de réponse collectives allant diminuant, les crises se multiplient, se prolongent, s'aggravent, en sorte que nous devrons bientôt accepter de parler de décadence européenne."

Sur Nicolas Sarkozy :

"L’essentiel est dans le fait que la France, comme Etat, Nation et civilisation soit indépendante ou non : le Gouverneur Sarkozy a choisi de la faire entrer dans les rangs de l’Empire, à tous points de vue : ce crime contre l’histoire de France, rien ne saurait le racheter."

2 réflexions au sujet de « L’UE chloroforme l’Europe »

  1. trahoir

    Le site Dedefensa fait une analyse complémentaire et aussi peu glorieuse….
    http://www.dedefensa.org/article-mission_accomplie_bordel_a_l_est_25_05_2009.html
    L’UE se trouve de plus en plus dans une étrange position, souvent comme dans une position de complet décalage par rapport aux réalités. En général ce n’est pas original mais dans son cas c’est voyant. Une source observait pour nous que la Commission paraît vivre, analyser, pontifier et trancher aujourd’hui comme si rien ne s’était passé depuis un an, ni la crise géorgienne, ni la crise financière, ni la présidence française, ni l’élection du président des Etats-Unis Barack Obama. Lors des débats internes pour l’établissement de la position de l’UE dans cette affaire (le sommet), il y eut notamment une intervention de haut niveau, d’un personnage du cabinet d’un des commissaires chargés des relations extérieures, dont le sens n’étonnera pas, pour considérer que les analyses type “feuille de route” envisagée pour définir la position de la Commission n’étaient pas assez dures avec les Russes. L’argument fut proclamé avec vigueur: plus de dureté avec les Russes “parce qu’il faut être solidaire des Américains! Il faut à tout prix protéger la solidarité avec les Américains!”. Par conséquent, solidarité avec les USA, dont on sait que cela signifie alignement sans broncher sur les susdits, signifiait dureté avec les Russes? Puisque, effectivement, les Américains sont si durs avec les Russes? Tout cela coule de source américaniste… Là-dessus, il fallut bien se rendre à l’évidence qu’un nouveau président US avait été élu, que sa politique était celle d’un accommodement avec les Russes, d’une tentative de bonne entente, d’une bonne compréhension, du refus de toute initiative gratuitement déstabilisantes. (L’alignement n’est plus ce qu’il était.)… On vous disait donc que l’Europe institutionnelle vit avec GW Bush toujours à la présidence. Désordre pour désordre, cela lui allait comme un gant.

  2. Nico

    Le gouverneur sarkozy pourrait bien devenir un futur sous-sous-administrateur de la biorégion N° 2 (Europe) en guise de promotion pour son oeuvre constructive et servile (surveillance, contrôle des gens, puce RFID, emprisonnement des innocents, mères porteuses, action anti-grêve, destruction des PME, de l’agriculture, destruction de l’église, OGM, destruction de la famille …).
    A noter que l’on peut trouver également un autre point commun important avec “le meilleur des mondes” de Huxley dans l’actualité récente : Il sera possible de construire un système qui se rapprochera du système de développement des embryons imaginé dans ce roman. En effet le gouvernement s’apprête à légaliser et codifier les mères porteuses, prélude à un système où certaines femmes seront obligées de porter des enfants.
    En fait, Aldous Huxley n’avait rien inventé : il ne faisait que décrire le futur nouvel ordre mondial dont il était au courant. Et il est prévu, entre autre abomination, d’interdire la reproduction libre, si ce n’est dans le cas d’un système obligatoire et contrôlé.

Laisser un commentaire