Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Ludovine de La Rochère : “Le Président de la République se moque des Français”

Ludovine de La Rochère : “Le Président de la République se moque des Français”

La présidente de La Manif Pour Tous Ludovine de la Rochère dénonce dans Valeurs Actuelles le cynisme et les contradictions du président de la République :

[…] Et pourtant, le 15 juin, le lendemain même de son allocution solennelle sur les « défis historiques » que « nous avons devant nous », Emmanuel Macron a signé un décret présidentiel de convocation du Parlement en session extraordinaire en en fixant l’ordre du jour. Hormis ceux sur les finances rectificatives pour 2020 et sur l’organisation de la fin de l’état d’urgence sanitaire, un seul projet de loi est au programme : la révision de la loi bioéthique !

En conséquence de cette décision insensée, les députés de la Commission spéciale bioéthique de l’Assemblée nationale examineront le texte du 29 juin au 2 juillet, en vue de la seconde lecture en séance publique, c’est-à-dire par tous les députés, du 6 au 10 juillet.

Ainsi, alors que la France est exsangue, que nous devons faire face « à la pire récession depuis 1945 » selon les mots d’Edouard Philippe et que les 750 000 jeunes qui devaient rentrer prochainement sur le marché du travail sont d’ores et déjà décrits comme la génération sacrifiée du COVID19, l’Assemblée nationale va se consacrer à un texte qui n’a rien d’urgent, bien au contraire, et qui ne répond aucunement aux besoins et attentes de nos concitoyens.

Un sondage IFOP réalisé les 12-15 juin en atteste. Interrogés sur « les sujets prioritaires auxquels le Parlement doit se consacrer dans les douze prochains mois », les Français indiquent la sauvegarde de l’emploi, le pouvoir d’achat, l’efficacité du système de santé, la sécurité, l’environnement… Mesure phare et décriée du projet de loi bioéthique, la PMA « pour toutes », n’est mentionnée que par 1% des répondants et arrive donc, logiquement, à la toute dernière place. Quant aux électeurs d’Emmanuel Macron, que l’on dit surtout sensibles aux enjeux économiques, pas un ne la mentionne : le résultat est de 0%.

Mettre le projet de loi bioéthique en priorité dans le calendrier de travail de l’Assemblée nationale est d’une incroyable indécence à l’heure où la crise sanitaire menace toujours et au moment où lui succède une crise économique et sociale sans précédent. Emmanuel Macron n’a d’ailleurs pas assumé publiquement cette décision : il n’en a pas dit un mot le 14 juin, gardant le silence sur ce sujet comme il le fait depuis le début du quinquennat.

Bien au contraire, le Président de la République a longuement insisté sur la nécessité d’un « nouveau chemin », terme qui prolongeait son annonce de mars sur la prise en compte de l’expérience de la crise, dont il saurait « tirer toutes les conséquences ».

Mais en quoi tire-t-il les conséquences de la crise lorsqu’il envisage détourner la médecine de sa finalité qui est de soigner et prévenir les maladies ? Pourquoi s’obstiner à vouloir légaliser la PMA pour des femmes a priori fécondes ainsi que l’autoconservation ovocytaire sans motif médical au lieu de mettre son énergie, avec le ministre de la Santé, au service des soignants, applaudis tous les soirs par les Français pendant le confinement, mais toujours méprisés par le gouvernement dans un Ségur de la Santé qui semble embourbé ?

Emmanuel Macron n’a-t-il pas constaté, comme tous les Français, les immenses difficultés de notre système de santé à assurer sa mission, si vaste et si complexe ? N’a-t-il toujours pas entendu que les médecins et le personnel soignant sont à bout, épuisés, débordés ?

Et en quoi tire-t-il les conséquences de la crise en souhaitant que la PMA sans motif médical soit remboursée ? N’a-t-il pas réalisé ce que signifient les 53 milliards d’euros de déficit pour la sécurité sociale ?

Où est la cohérence entre sa volonté de priver volontairement des enfants de père toute sa vie, avec la PMA « pour toutes », et son objectif affiché de favoriser la solidarité ?

Où est la cohérence entre sa volonté de techniciser et complexifier la procréation pour des personnes a priori fécondes et son objectif affiché d’agir pour l’écologie ?

Force est de constater que cette décision de revenir dès maintenant sur le projet de loi bioéthique, et sans même envisager de le repenser à la lumière de la crise, est indécente. Le Président de la République se moque des Français. 

Nul doute que si son idée est de profiter du contexte qui pour le moment empêche toute manifestation de grande ampleur, les très nombreux Français opposés au projet de loi et scandalisés du cynisme et des contradictions du Président de la République descendront massivement dans la rue lors si les étapes suivantes du parcours législatif se profilaient dans les mois à venir.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Éloquente démonstration de la perversité radicale du Macronisme.

  2. il faut regarder la loi bioéthique avec le prisme du fric : qu’importe la PMA, GPA, et autres, l’important c’est la source d’embryons qui pourront servir ; et là, les “labos” se referont une santé (qu’ils n’ont d’ailleurs pas perdu…)
    vous voyez ainsi mieux pourquoi le président-banquier voit cette urgence
    les Français sont simplement des gogos

  3. et n’a t-il pas raison puisque ceux qui sont agressés en priorité (les chrétiens, la famille) ne se dérangent plus pour aller voter

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services