Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / France : Politique en France

Ludovic de Danne (FN) et l’avortement

Ludovic de Danne est tête de liste FN à Paris pour les élections régionales. Il répond à e-deo :

"Je suis pour le droit de l'enfant à naître dès lors que le fœtus est viable, ne présente pas de malformations graves et/ou qu'il ne met pas en danger la vie de la mère comme cela peut parfois être le cas dans certaines interruptions de grossesses dites médicales ou thérapeutiques. Le nombre invraisemblable d'avortements en France prouve qu'il y a un grand problème et ce malgré toute la science et les moyens contraceptifs existants. [propos ambigus, puisque le discours pro-vie réclame le droit de l'enfant à naître dès la conception. La suite du propos tente cependant de corriger cet aspect. NDMJ]

Dans la droite ligne de la responsabilisation et de la prise de conscience des individus et notamment des jeunes, je crois qu'il faut renforcer le soutien psychologique et financier des mères, futures mères ou couples tentés par l'avortement en dehors des considérations purement natalistes et ce peu importe leur situation. L'avortement n'est pas une solution. Que ces futures mères soient isolées ou que ce soit le fait d'un "accident", qu'elles se trouvent dans une situation de détresse morale et/ou matérielle, du fait de pressions de la famille ou proches, ou tout simplement par le fait de l'influence d'une société de la facilité. Cet acte contre nature de facto a pour conséquence des séquelles psychologiques et morales graves dont on ne parle jamais ou très peu.

Il faut donc revoir l'éducation et la prévention, changer la méthode en instaurant une écoute pédagogique allant dans le sens d'une dissuasion positive. Pour cela, pour que ça marche, il faut changer de politique en appuyant tout ce qui ira dans le sens d'un réel soutien aux mères, futures mères et couples dans la détresse. Du bon sens, du travail, de l'écoute avec le cœur et surtout de l'argent pris là où il est gaspillé (comme dans tous les domaines) et qui nous permettra de réduire considérablement le nombre d'avortements ayant cours chaque année en France."

Partager cet article

37 commentaires

  1. Le propos est grave également par le fait qu’il accepte l’avortement pour les enfants souffrant de graves malformations. Celà veut très clairement dire qu’il considère qu’une partie des êtres humains ont le droit d’être tués du fait de leur maladie ou malformation.
    C’est un propos inacceptable: m’occupant d’enfants polyhandicapés donc souffrants tous de malformations graves, ces propos me sont inacceptables!!

  2. C’est ce qu’on peut appeler de l’eugénisme bon teint…
    Paul

  3. non,comme le dit bien le commentaire ses propos sont ambigus,certains foetus polymalformés n’étant pas viables et ne pouvant aller au bout de la grossesse.Et nous manquons cruellement d’une politique d’accueil de la vie comme dit trés justement par ce candidat.

  4. Entièrement d’accord avec François Tievre. C’est honteux.
    C’est un eugéniste.
    Pour tenir de tels propos, Ludovic de Danne souffre manifestement de « malformations graves ».

  5. On voit ici les limites de la posture électoraliste pro-vie d’une partie des dirigeants du FN. Leur manque de connaissances profonde sur le sujet leur fait dire tout et n’importe quoi en pensant rallier ainsi ceux pour qui ces points ne sont pas négociables au moment de poster le bulletin dans l’urne.
    Le résumé du discours : « je suis pro-vie votez pour moi bonnes gens qui allez a la messe, (…) pour les mères de famille plus d’argent. Mais que diable, laissez vos filles prendre la pillule et supprimer les indésirables. »
    Si ce texte ne discrédite par le parti dans son intégralité, il jette un affreux doute sur sa clairevoyance dans le choix des têtes de liste.

  6. La science en permettant de découvrir avant la naissance une malformation jugée non viable met la mère dans une situation épouvantable. Mais au regard du principe de la vie qui est sacrée l’avortement même thérapeutique ne me paraît pas acceptable. Des mamans même sachant que leur enfant avait une très grave malformation considérée comme non viable à brève échéance n’ont pas voulu avorter. L’enfant est né dans certains cas et a seulement vécu quelques heures, parfois quelques mois, parfois a eu une vie presque voire normale car le diagnostic n’était pas exact.
    Je connais des mamans qui ont avorté et qui me disent: « je pense toujours à lui, je suis malheureuse d’avoir céder même si tout le monde me répète qu’il n’aurait pas pu vivre ».
    La vie est sacrée, il n’y a pas d’exception. Ce qui ne veut pas dire que qu’une maman devant une situations très difficile et ayant pris une décision contraire à ce principe n’ait pas droit au soutien et peut-être au pardon en cas de repentir sincère.
    Ce qu’il faudrait c’est une réelle information sur la vie, son sacré, un soutien dans les situations graves (maladie de la mère, du bébé dans son ventre etc)et les conseils appropriés toujours au regard de la foi, de la charité chrétienne et de l’esprit de miséricorde divine.
    A part Bruno Gollnish qui a remarquablement exprimé sa position dans le sens du respect de la vie de la conception à la mort, je ne vois personne au FN qui soit vraiment pro-vie.
    Il va être très difficile de bien voter aux régionales entre un FN en demi-ton, un CNI (cf maire de Cholet les 4 mosquées), un UMPS dont les positions semblent bien connues, et des « très petits partis » qui peuvent avoir bien précisé leur programme pro-vie mais qui ne seront pas représentés partout.
    On peut douter du suffrage universel qui est en fait la loi du plus fort qui permet que le respect de la loi divine, tu ne tueras pas et tu protégeras le plus faible d’entre les faibles soit bafouée dans l’indifférence générale.
    Pourtant il faut aller voter…

  7. Un catholique fidèle et raisonnable et/ou un homme de bonne volonté qui respecte la loi naturelle ne peut pas voter pour ce candidat qui commet sans doute de bonne foi une erreur en se se croyant autorisé à promouvoir peu ou prou cet épouvantable sacrilège, prétendant ainsi à l’occasion étendre singulièrement le domaine de César au détriment de celui de Dieu.

  8. Il ne faut pas oublier que les nazis faisait une bonne familiale et favorisait la natalité, mais qu’en même temps, ils supprimait les handicapés et les malformés…

  9. J’ai souvent critiqué le FN dans son obstination à refuser l’unité de la Droite Nationale.
    Toutefois, même si les propos de ce candidat sont loin d’être parfaits au regard du Magistère de l’Eglise, ils vont dans le bon sens. Il y a clairement une volonté d’améliorer la situation.
    C’est un moindre mal dans la mesure où le but final, pour nous, serait l’abolition de la loi Veil… Si ce n’est pas le but avoué de ce candidat, peu importe. Aux catholiques de convaincre et de persuader ce genre de personne d’aller plus loin dans la défense de la vie.
    Arrêtons de nous envoyer des anathèmes à la figure, il faudra bien passer par ce genre de décisions avant d’arriver à l’abolition de l’avortement…. Cette dernière ne pourra se faire que très progressivement. ceux qui croient le contraire sont de doux rêveurs…

  10. On a diagnostiqué une grave malformation (boite cranienne inexistante) à mon petit frère pendant la grossesse. Imaginez les pression qu’a subit ma mère qui heureusement n’a pas cédé. Il est maintenant en 2nde et tout va bien pour lui, rien à déclarer sauf son énorme poil dans la main…

  11. Magnifique témoignage Louis. Merci bq

  12. Ce personnage est pire que Simone.
    Il trompe son monde!
    De fait il est pour l’avortement mais essaie de passer pour moins pire que les avorteurs!
    Les gogos vont voter pour lui, toujours pour la même raison: c’est le moindre mal!
    On peut être trompé une fois par un homme politique! Si on se fait tromper deux fois, c’est de la bêtise congénitale ou de la perversité!
    Catholiquement parlant, il est strictement interdit de voter pour des pro-avortements qu’ils soient un peu pour, moyennement pour ou complètement pour!
    Edouard, si un jour le FN arrivait au pouvoir, jamais il ne reviendrait sur l’avortement, car même au sein du FN, les avis divergent, et l’avortement serait passé à la trappe au nom de l’unité du parti !
    Ne serait-ce que pour ça, le FN en tant que parti politique est une impasse.
    [Ce qui est excessif est insignifiant. Je ne vois pas en quoi il est pire que Simone Veil.
    Et limiter l’avortement aux exceptions indiquées, c’est certes un mal, mais un moindre mal en regard de la situation actuelle. Le problème ici, c’est que ce moindre mal n’est pas une étape dans le combat pro-vie, mais une finalité. MJ]

  13. c.
    Je suis bien d’accord avec votre parfaite démonstration anti suffrage universel.
    Je suis abasourdi par votre conclusion en totale opposition avec ce que vous affirmez!
    C’est un peu schizophrène comme raisonnement!
    J’avoue ne pas comprendre !
    Le vote n’est pas un devoir, ce n’est qu’un droit !
    Vous êtes libre de ne pas l’exercer
    Vous ne rendez pas service au pays en votant.
    Vous ne devenez pas important parce que vous avez voté.
    Une seule solution utile et honnête : l’abstention.

  14. @ Michel et @ tous,
    Concernant votre réponse à HB 22 jan 2010 11:07,
    Un candidat comme de Danne qui défend comme vous le dites un « moindre mal » (ce qui n’est pas le cas pour moi) alors qu’il n’est pas encore élu, que ferait-il s’il était élu? Un moindre mal ou pire? C’est de la graine de Guillaume Peltier, selon moi.
    Il serait préférable qu’il ait les idées claires et une fois en situation fasse avancer les choses moindre mal par moindre mal.
    [On ne peut pas juger de l’intention. Si vous avez un exemple par le passé où ce candidat a failli à sa parole, dites le.
    Mais s’il permet l’arrêt des subventions du CR au planning familial, oui c’est déjà ça. De toute façon, ce n’est pas le CR qui abolira les lois sur l’avortement. Simplement, il ne faudrait pas que, au nom des exceptions mentionnées, il cautionne le financement de l’avortement et de sa promotion. A lui d’être clair. MJ]

  15. Vis-à-vis de l’avortement le Front National est bien le moins pire des partis. De tous les partis en présence aux élections.
    Alors si vous ne devez pas voter pour lui ce n’est pas la peine de vous déranger pour voter pour un autre.

  16. @ Michel 22 jan 2010 11:28,
    A part être un apparatchik du Front, il n’a pas prouvé grand chose, mais passons.
    D’accord avec votre avant dernière phrase:
    « Simplement, il ne faudrait pas que, au nom des exceptions mentionnées, il cautionne le financement de l’avortement et de sa promotion. »
    Et je comprends clairement qu’il cautionne le financement de l’avortement et de sa promotion.
    Cela veut dire quoi « Je suis pour le droit de l’enfant à naître dès lors (…) ne présente pas de malformations graves »? Ca veut dire que Ludovic de Danne est pour le droit de tuer l’enfant à naître qui présente des malformations graves.
    Alors que la chirurgie prénatale est très au point. Et que tout être même présentant des malformations graves a le droit à la vie.
    Ca veut dire quoi malformations graves pour Ludovic de Danne? Ca veut dire un bec de lièvre? Des enfants sont tués aujourd’hui parce qu’ils ont un bec de lièvre. Ca veut dire un strabisme? A quel niveau met-il lui même le curseur?
    Et enfin placer un curseur est-il en soi acceptable? Je ne le crois pas.
    [Le moindre mal n’est acceptable que s’il atténue le mal existant. Sachant que nous ne pourrons pas nous en contenter pour autant. Mais qu’il faudra bien passer par là dans le long combat pour la vie. MJ]

  17. @ Le Tiboabc @ Sancenay @ HB
    Ludovic de DANNE souhaite que l’on aide les femmes enceintes à garder leur enfant et poursuivre leur grossesse et financer des politiques allant dans ce sens, un CR régional ayant par ailleurs des possibilités restreintes, à part arrêter les subventions à la culture de mort : il est peu subtil de parler d’eugénisme ou d’hitlérisme à son encontre, ni d’extrapoler sa position à tous les candidats FN.
    Avec ce genre de raisonnement, le combat pro vie est destiné à n’avoir jamais de traductions législatives et politiques. En 2010, 30 ans après le vote de la loi Veil et des lois aggravant celle-ci, il serait temps de regarder ce qu’ont fait les Pro Vie dans d’autres démocraties, dont par exemple les USA. C’est en leur direction que Rome avait publié une note précisant les critères du vote des catholiques, particulièrement sur la question de la défense de la Vie : il était demandé aux catholiques américains de ne voter impérativement que pour des candidats luttant pour la vie (1 des 3 critères) et proposant au minimum des mesures de nature à amoindrir significativement le mal de l’avortement.
    Comme Michel JANVA, la première phrase M. de DANNE me gêne. Faut-il pour autant renoncer à voter pour le seul parti pro vie qui soit en mesure d’avoir des élus, sous prétexte que certains de ses candidats expriment des opinions théoriques visiblement mal étayées, alors qu’en même temps ils proposent de faire reculer significativement le nombre des avortements ?
    L’information et la formation de Ludovic de Danne est incomplète sur le sujet, comme celle de beaucoup de français aujourd’hui : sera t il approché par le lobbying pro Vie ? Celui-ci est il constant et suivi contre l’avortement ? Des combats indispensables (PACS, homopholie, bio éthique) ont beaucoup mobilisé, tandis que l’avortement a été mis au second plan en direction des politiques.
    Ce vide explique beaucoup de choses : est-ce aux partis politiques de faire plus que ce que les institutions catholiques devraient avoir mis en oeuvre depuis longtemps ? Quant on voit comment C. BOUTIN n’a pas eu le soutien de l’épiscopat, tandis que le FN subissait son hostilité massive et réitérée……
    Cela ne justifie pas ce que les propos de Louis de Danne ont d’incomplet. Mais cela ne peut servir non plus à se réfugier dans l’abstention : car voter pour tout candidat qui propose des mesures significatives se proposant explicitement de réduire le nombre d’avortements est un devoir minimal pour un citoyen catholique.
    Ensuite le choix du parti est d’ordre personnel : soit voter pour des candidats n’ayant aucune chance d’être élus, mais dont les opinions sont strictement conformes à la loi naturelle, ou voter pour un candidat qui peut être élu et soutenir des mesures qui vont avancer la cause la Vie et reculer la culture de mort. Puis ensuite exiger plus lors de l’élection suivante, etc…..et ainsi tenter d’obtenir des résultats concrets.
    Mais ne pas adresser de signal positif à ceux qui vont dans le sens de la Vie, c’est leur signifier que leur prise en compte du sujet, même incomplète, n’est pas reconnue.
    L’abstention doit être réservée à la sanction contre ceux qui ne proposent rien pour la Vie, ou qui l’ayant promis, n’ont rien fait : pour les faire battre.
    Par contre, choisir de faire battre ceux qui expriment un moindre mal me parait absurde et contre productif.

  18. Ce discours ahurissant démontre deux choses : 1) la pauvreté intellectuelle des rares cadres restant au FN (apparemment il ne maîtrise pas le dossier et n’est pas formé) ; 2) l’ambiguité confirmée du parti sur cette question essentielle et non négociable.
    Selon moi, le moins mauvais est l’ennemi du bien, et c’est d’ailleurs comme cela que l’avortement a pu s’imposer en France grâce à des arguments spécieux. Ce candidat veut limiter les avortements, c’est bien, mais hors le volontaire indirect, seul cas d’avortement accepté dans la théologie morale catholique, l’avortement est un mal absolu qui transgresse la loi naturelle (connaissable par la droite raison) et chrétienne. Vu que ce candidat accepte le principe de l’avortement, pourquoi le refusera-t-il par principe aux autres cas invoqués par les pro-morts quand il sera élu ? Quelle force morale et politique aura-t-il ? En toute logique il se couchera. Quand on commence à admettre la moitié d’un principe faux on finit par l’adopter tout entier. Avant cela, cette avancée est inacceptable. Les catholiques nationaux savent qu’il n’est désormais plus possible de voter pour cette liste.

  19. à PG ,
    votre réponse collective ne semble guère me concerner:
    c’est de vous-même que vous faites allusion à l’hitlérisme sur le sujet à l’instar, je vous en félicite ,de sa Sainteté Jean-Paul II (« Mémoire et identité »)
    Quand à l’eugénisme, je ne saurais vous le contester.Volens nolens, comme j’ai pris soin de le signifier, pour, comme le dit très bien Michel Janva , ne « pas juger l’intention », il s’agit bien de cela en effet.

  20. @ Sancenay
    Exact. Pour ce qui est de l’hitlérisme, ce n’était pas dans votre commentaire, mais dans celui de @LeTiboabc.
    Mais je pense navrant qu’un catholique puisse tracer ce type de parallèle à l’encontre d’un candidat qui mérite autre chose que ce type d’invective : je trouve tout d’abord qu’il faut saluer le courage de jeunes adultes très diplômés, ce qui est le cas de L. de DANNE, qui acceptent d’être candidats FN malgré le risque évident sur leur vie professionnelle ultérieure, et que le plus intelligent et charitable est de les reprendre sur leurs erreurs, sans les disqualifier définitivement par des comparaisons malveillantes.
    Ludovic de Danne propose dans E-Deo de supprimer les subventions au Planning familial et autres associations pro mort : il faut donc examiner sa position dans ses manques, mais aussi dans sa globalité.
    C’est à propos de l’abstention que je pense votre position mal étayée selon le critère du moindre mal: elle diverge de celle de Rome et ne correspond pas à la méthode électorale de pro vie américains, celle de la reconquête pas à pas, étape par étape, obtenir chaque plus et mieux, au lieu de se réfugier dans un attentisme de la pureté théorique.
    La parabole du bon grain et de l’ivraie, outre qu’elle nous concerne tous personnellement, est aussi une parabole très politique. Chaque acte humain est imparfait par nature.

  21. Mis à part les commentaires perfides d’usage des habituels cotempteurs anti-frontistes, je considère comme beaucoup ici que notre ami Ludovic va dans le bon sens.
    Le sens de défendre la Vie.
    Imparfaitement peut-être, mais à l’évidence mille fois mieux que SARKO et compagnie!
    Naturellement, je ne mettrai pas les « malformations graves » dans les exceptions à l’avortement; pour autant je ne préjuge pas des intentions de l’auteur et je sais bien qu’il n’y voit aucune volonté eugéniste, ce serait une fausse et malsaine caricature que de le prétendre, puisque tout son discours montre l’envie contraire.
    Quant aux ayatollahs qui attendent un parti « religieux » là où nous voulons rassembler les Français sur un programme de salut public, en parfait accord avec le Décalogue et le droit naturel, j’attends de voir quel poid politique (donc de décision) sur l’opinion ils ont et quelle représentativité publique ils obtiendront aux prochaines élections.
    je connais la réponse: 0.
    En effet, il n’existe PAS de partis religieux en France, à l’exception de quelques mouvances islamistes réduites aux 0,1%. Mais nul n’empêche de tenter l’aventure à ceux qui s’en prétendent, on verra au résultat.
    Merci Ludovic de DANNE pour votre combat.

  22. cher PG,
    Veuillez me pardonner de croire que la Loi divine est au-dessus des lois ,et de croire ainsi que la Vie ne peut se couper en rondelles au gré les approximations anthropologiques ou « philosophiques », et encore moins « politiques », fumeuses et à géomlétrie variable des mortels.
    Vous avez raison par contre de prendre la défense de la personne de ce jeune candidat assurément courageux , ce que je partage d’autant plus aisément que j’ai moi-même plus d’une fois subi ce genre de pratiques dans des circonstances parfaitement identiques.
    Je n’ai pas parlé, pour l’instant, de ce que vous appelez « l’abstention » et que je nomme de préférence « objection de conscience » dont manifestement vous vous souvenez que j’en ai recommandé l’usage lors des dernières élections.
    En efft, je ne connais pas encore, toutes listes confondues ,les candidats de ma région.
    Mais il est clair que si la position présentée comme « pro-Vie » la plus avancée dans ma région devait être celle de de L. de Danne, je pratiquerais et préconiserais sans état d’âme l’objection de conscience.
    Car nul ne peut prétendre prendre soin du bien commun en commençant par éliminer les plus faibles.C’est un non sens absolu y compris en terme de pure raison.
    Je ne vois pas en quoi cette position « mal étayée » pourrait , selon vous , »diverger de Rome ».
    Vous n’en faites, assurément, nullement la démonstration.
    Mais entre temps il n’est pas interdit à tel ou tel brillant candidat « relanceur » de la croissance de se souvenir ,outre de son baptème si tel est le cas, mais plus largement, qu’on apprend très tôt à l’école, même laïque, que la croissance est assurée lorsque les berceaux sont animés et en nombre.

  23. Le Parti de la France est quant à lui bien plus clair sur le sujet. Il réclame purement et simplement l’abrogation des lois Veil-Roudy-Aubry. Carl Lang et les principaux membres dirigeants du PdF étaient d’ailleurs présents à la Marche pour la Vie, à l’inverse du FN dont aucun membre du bureau exécutif n’était présent.

  24. Ce discours est inacceptable .Il faut pousser les méres qui ne veulent pas de leur enfant à les donner à L’adoption.Il n’ y aurait pas tant d’enfantà adopter, que cela ,car à la vue de leur enfant beaucoup de mères le garderaient

  25. La méthode utilisée par le lobby pro-vie américain est un exemple dans le combat à mener mais pas forcément le modèle. On ne doit pas calquer notre stratégie sur leur pratique, par ailleurs aussi longue que courageuse.
    Respecter le droit naturel et chrétien dans ses principes comme dans ses applications concrètes n’implique pas de créer un « parti religieux » : cela n’a rien à voir. Il s’agit juste de revenir aux principes et au programme que le FN a défendu pendant un certain temps (lorsqu’il rassemblait l’ensemble du mouvement national).
    Cela a été dit et expliqué à plusieurs reprises : la théorie du moindre mal est une approche libérale qui, par définition, n’est pas catholique. Je rappelle que le Salon Beige est un blog de laïcs catholiques, ouvert certes sur les questions politiques, mais un blog qui est là pour rappeler la doctrine de l’Eglise, laquelle doit guider les catholiques qui sont engagés en politique. Cette théorie du moindre mal a été dénoncé par le cardinal Martini (au sujet du préservatif mais le principe est le même) : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2006/04/du_moindre_mal.html
    Le problème des velléités du FN sur la question de l’avortement avait déjà commencé au congrès de Nice. Depuis nous allons de flottements en flottements sur une question fondamentale.
    JMLP : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2006/04/jeanmarie_le_pe.html
    Marine Le Pen : http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-2007/20061219.FIG000000196_le_pen_enterine_l_evolution_du_fn_sur_l_avortement.html
    C’est ce que Jacques Bompard reprochait, entre autres, au parti qu’il a co-fondé en 1972 : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2006/04/jacques_bompard.html
    De même Bernard Antony : http://www.reconquete.fr/communiques/communique18122006.asp
    Voici ce que Henri Védas écrivait il y a quelque temps sur le Salon Beige : « La question du respect de la vie doit être le premier guide des choix politiques des catholiques. Dans le cas d’un choix entre deux candidats, dont l’un serait pro-vie et l’autre pro-avortement, il prime toute autre considération. Pour un laïc catholique, exercer un discernement politique à l’approche d’une élection implique de comparer les candidats d’abord sur ce critère, en appliquant à tous la même grille d’évaluation – ne pas considérer qu’une déclaration est pro-vie si c’est Le Pen qui la fait, alors que si une Ségolène Royal avait affiché la même position on l’aurait qualifiée de pro-avortement. La comparaison avec H. Clinton n’implique pas que Marine (ou Jean-Marie) Le Pen soit pro-avortement, mais montre que ce que dit Marine peut aussi bien être dit par un pro-avortement. En l’occurence, Le Pen dit (ou ne dit pas – on ne sait pas où finit l’opinion de Marine Le Pen et où commence la sienne) qu’il renonce à défendre des « interdictions légales » en matière d’avortement. En tant qu’électeur catholique, je n’ai pas avant tout à juger du bien-fondé tactique de cette déclaration : j’ai à en prendre acte, et à constater qu’elle ne correspond pas à ce que l’Eglise demande des hommes politiques. Comme le rappelait Me Trémolet de Villers, un catholique, en politique, doit d’abord rester catholique, et ne placer qu’après son allégeance FN/MPF/FRS/MNR/UMP… Cela paraît évident, mais en pratique c’est assez difficile, car on s’enflamme, on s’identifie à un combat ou à un homme, on s’emporte que ce qui nous paraît évident ne le soit pas pour d’autres. J’invite les lecteurs qui ont, et c’est admirable, des engagements partisans à conserver malgré tout une clairvoyance catholique sur les questions essentielles. Pat Buchanan disait : »le jour où mon parti cessera d’être pro-vie, il cessera d’être mon parti ». Un catholique ne doit pas se faire d’illusions sur l’état de son parti, et ne pas croire qu’un parti peut abandonner un positionnement public pour le respect de la vie tout en restant « secrètement » pro-vie, et une fois au pouvoir « on verra ce qu’on verra etc… » La meilleure illustration est celle du RPR sur une vingtaine d’années : en 1979, environ 80% des députés RPR ont voté contre la reconduction de la loi Veil (loi Pelletier); pendant les années ’80, il est insensiblement passé de cette position pro-vie à une position intermédiaire attentiste (inertie entre 86 et 88, et sabotage discret des amendements proposant de revenir sur le remboursement de l’avortement); à une position ouvertement pro-avortement du gouvernement Juppé en 1995-96. Bien des sympathisants RPR de l’époque n’y ont vu que du feu, croyant jusqu’à la fin que leur parti était secrètement pro-vie et ne le cachait que pour des raisons de tactique électorale. Le regard du Salon Beige sur les engagements des partis et des candidats évitera, je l’espère, à ses lecteurs de connaître la même mésaventure » (23/04/2006).
    Les catholiques nationaux ne veulent pas fonder un parti religieux, ils veulent tout simplement faire respecter le droit naturel et chrétien au sein du parti politique qui, à l’initial, le défendait aussi. En conséquence, si le FN continue de confirmer sa « pasteurisation », notamment sur le problème de la vie, nous devons reporter nos suffrages sur les autres partis qui eux défendent sans aucune ambiguité la loi naturelle, même s’ils font un faible score (le FN a bien commencé avec 0,75% des voix). S’il n’y en a pas, nous nous abstiendrons.
    Il y a donc bien un réel problème au FN, sur ce sujet, comme en d’autres, hélas !

  26. Cher Sancenay,
    Je me suis mal exprimé sans doute, et vous prie de m’en excuser : serait  »mal étayée » (me semble t il, mais le débat est loin d’être clos) l’idée qu’on ne puisse absolument pas voter pour un candidat dont certaines positions sont discutables, alors que ses propositions feront diminuer l’incitation et le nombre d’avortements, selon l’un des trois critères romains et le discernement demandé sur le moindre mal.
    Pour le reste, nous sommes en accord total : si on accepte des dérogations au principe du respect de la Vie conçue, on se place dans une impossibilité logique ensuite. Et c’est bien là ce que l’Eglise nous dit quand elle défend la loi naturelle dans son intégralité.
    L’objection de conscience est une idée excellente, et recommandée en général sur le plan moral face au mal imposé par la société, mais aussi dans ces choix électoraux délicats : en effet, vous aviez préconisé cette possibilité face à deux candidats favorables à la culture de mort, que le Cardinal BARBARIN lui-même avait évoquée entre les deux tours.
    @ Solange
    Vous dites : « Quand on commence à admettre la moitié d’un principe faux on finit par l’adopter tout entier ». Cela peut en effet être le cas. On peut aussi dire :  » Quand on commence à refuser la moitié d’un principe faux on finit par le refuser tout entier », SI, et là je vous l’accorde, l’intention et la volonté d’aller vers le bien est certaine. Sans quoi nous serons tous damnés…..Or, on ne peut nier que Ludovic de DANNE a pour objectif de sauver des vies à naître.
    Je sais votre attachement au PdF qui est très assuré sur ce sujet : mais il ne suffit pas de vouloir abolir, pour posséder la méthode et les moyens d’y parvenir.
    Actuellement, la solution est de procéder par étapes, dans la configuration politique que nous connaissons. C’est triste, et ce sera long, mais c’est ainsi : l’abolition de la loi Veil n’est pas un préalable, mais le but à atteindre.

  27. A Paris , rendez nous martial Bild

  28. Je voudrais rétablir la vérité sur le mensonge proféré par H2B: le FN était non seulement présent à la marche pour la Vie, à laquelle il a officiellement appelé à participer, mais on y a retrouvé plusieurs membres du Bureau Politique.
    Bruno Gollnisch, vice-président du FN, a lui-même appelé à la marche et s’est excusé par communiqué de ne pouvoir être présent, campagne oblige (le PDF ne doit pas savoir ce que cela veux dire une campagne électorale sur le terrain), de même que Louis Aliot, secrétaire général du FN.
    A part ça, bien sûr, on peut toujours faire comme si le FN n’existait pas, ça arrange toujours certains. Pas de bol pour eux…

  29. Extrait de la « NOTE DOCTRINALE concernant certaines questions sur l’engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique » émanant de la congrégation de la doctrine de la foi . Cette note a été signée en novembre 2002 par le cardinal Ratzinger ( on parle d’ailleurs par abus de langage de note Ratzinger)
    au paragraphe 4
    « Comme l’a enseigné Jean-Paul II dans l’encyclique Evangelium vitae à propos du cas où il ne serait pas possible d’éviter ou d’abroger totalement une loi permettant l’avortement déjà en vigueur ou mise au vote, cela n’empêche pas qu’«un parlementaire, dont l’opposition personnelle absolue à l’avortement serait manifeste et connue de tous, pourrait licitement apporter son soutien à des propositions destinées à limiter les préjudices d’une telle loi et à en diminuer ainsi les effets négatifs sur le plan de la culture et de la moralité publique».[20].
    la note [20] renvoie à l’encyclique deJean-Paul II, Encycl. Evangelium vitæ (25 mars 1995), n. 73 dont voici un extrait ;
    « il est évident que, lorsqu’il ne serait pas possible d’éviter ou d’abroger complètement une loi permettant l’avortement, un parlementaire, dont l’opposition personnelle absolue à l’avortement serait manifeste et connue de tous, pourrait licitement apporter son soutien à des propositions destinées à limiter les préjudices d’une telle loi et à en diminuer ainsi les effets négatifs sur le plan de la culture et de la moralité publique. Agissant ainsi, en effet, on n’apporte pas une collaboration illicite à une loi inique; on accomplit plutôt une tentative légitime, qui est un devoir, d’en limiter les aspects injustes. »
    Ludovic de Danne est il dans le cas de figure décrit par la Note et l’encyclique : opposition personnelle , manifeste et connue de tous à l’avortement et action destinée à réduire les effets néfastes de l’avortement ?
    http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20021124_politica_fr.html#_ftn20
    http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae_fr.html

  30. Merci à alain21 de cet éclaircissement doctrinal capital. Il faut reposer le problème calmement et clairement.
    1 – l’intention
    Il faut comme le dit Michel, ne pas juger de l’intention. Pour cela elle doit être clairement déclarée. C’est pourquoi le cardinal Ratzinger demande aux candidats d’être clair pour ne pas tromper les électeurs : « l’opposition personnelle absolue à l’avortement serait manifeste et connue de tous ».
    Dans le cas présent, celle-ci n’est absolument pas « manifeste et connue de tous ».
    2 – l’acte
    L’intention droite une fois connue, tout acte réduisant les effets d’une loi inique qu’on ne peut pas supprimer (important), n’est pas un moindre mal, mais un pas vers le bien, un petit bien, comme le dit le même cardinal Ratzinger :
    « Agissant ainsi, en effet, on n’apporte pas une collaboration illicite à une loi inique; on accomplit plutôt une tentative légitime, qui est un devoir, d’en limiter les aspects injustes ».
    3 – Ce qui manque dans ce discours
    La clarté de l’intention : il ne faut prêter aucune intention, ni bonne, ni mauvaise. L’intention est inconnue donc les propositions ne peuvent être retenues comme recevables et leur licéité ne peut pas être sûre.
    Conclusion :
    Ce discours est incomplet. Dans l’état, il n’est pas strictement recevable. A son auteur d’être plus clair dès le départ et non à ceux de nos lecteurs qui finalement sont d’accord de s’entredéchirer.
    Addendum : On est dans une situation malheureusement pas inconnue de nous tous. Pour tout catholique, refuser de poser le problème de l’avortement en ses termes vrais selon l’enseignement de l’Eglise conduit tôt ou tard à l’impasse. Trop d’exemples de trop de politiques nous le montrent.
    Lahire

  31. Cher PG ,
    merci de votre réponse tout à fait courtoise qui prouve si besoin est que l’on peut avancer sur ces sujets sans « s’étriper. »
    Cependant votre interprétation sur la théorie romaine « d’un moindre mal » ne me convainc pas en l’espèce. D’autant qu’il ne s’agit pas ici de « limiter » une loi existante, mais tout au contraire de justifier le choix arbitraire et en l’occurrence gravissimement discriminatoire réalisé en vue d’appliquer la sentence de mort . Ce principe pouvant dès lors s’étendre à la trituration des embryons ,risquant ainsi de justifier de surcroît l’odieux projet très actuel de Monsieur Léonetti.

  32. En un mot, vivement que Gollnisch devienne président pour redresser le FN d’un point de vue doctrinal (regarder les dernières vidéos de ses discours sur son site personnel : son propos est toujours clair et exact en tout). Lui seul est en mesure de pouvoir corriger ce manque de formation des quelques cadres restants.

  33. @ PG
    En effet, il n’est ni charitable, ni nécessaire de s’en prendre avec autant de violence à monsieur de Danne qui, dans son intervention, semble vouloir ménager la chèvre et le loup : les défenseurs de la Vie et Marine LE PEN, (désormais la véritable patronne du Front National), qui a pris position pour le maintien de la loi Veil. Il apparaît même moins éloigné des idées saines sur la Vie et sur la famille que ne l’est sa tête de liste régionale en Ile de France, madame ARNAUTU, qui s’est prononcée en faveur du PACS.
    De là à en faire un héros, un jeune « surdiplômé » qui compromettrait sa carrière politique en se présentant sur une liste du FN, PG va un peu vite en besogne. Un DEA universitaire n’est pas un « surdiplôme », vu le niveau auquel est tombé l’Université française, (niveau sur lequel l’UMP voudrait aligner les grandes écoles françaises au nom de « la diversité »). Quand le Front National était un mouvement performant avec une doctrine claire et sans concession, sur la Vie et sur la famille notamment, il comptait parmi ses cadres un nombre significatif de diplômés de nos grandes écoles, (Polytechnique, l’ENA, HEC, Sciences-Po…). Par ailleurs, après avoir été jusqu’aux élections européennes de juin 2009 l’assistant parlementaire de Carl LANG, monsieur de Danne est devenu celui de la coordination des députés européens dont font partie les trois élus du Front National, (Jean-Marie LE PEN, Marine LE PEN, Bruno GOLLNISCH). Sa candidature sur une liste du FN, loin de nuire à sa carrière professionnelle, lui sera donc bénéfique.
    La position de monsieur de Danne est intéressante dans la mesure où elle illustre les contradictions de la direction actuelle du Front National qui voudrait plaire à la fois aux partisans de l’avortement et à ses opposants. Son président actuel, Jean-Marie LE PEN, et son prochain président, Marine LE PEN, ne publient aucun communiqué de soutien à la Marche pour la Vie. Ils chargent Louis ALIOT et Bruno GOLLNISCH de le faire et envoient à la Marche seulement une demi-dizaine de seconds couteaux. Il en est de même sur beaucoup de sujets. Sur l’Islam : Jean-Marie LE PEN, candidat aux élections régionales en Provence, dénonce l’islamisation à Marseille, mais à Paris, le président du Front National célèbre avec les musumans chiites le trentième anniversaire de l’arrivée au pouvoir des islamistes en Iran et affirme que « l’Islam est compatible avec le mode de vie français ».
    Quant au moindre mal que constituerait aujourd’hui la liste du FN en Ile de France, « la liste pro-vie qui aura des élus », ne vous faites pas d’illusion PG. Quel est dans ce domaine et dans les autres le bilan de Marine LE PEN, conseillère régionale d’Ile de France depuis 2004 et président du groupe régional FN jusqu’en 2009 ? Par ailleurs, le FN n’aura aucun élu en Ile de France, faute de franchir la barre des 10 % au premier tour : dans les sondages, il est estimé entre 5 et 8 %, (en 2004 crédité de 16 % par les mêmes sondages, il avait obtenu malgré sa tête de liste fort médiatisée, Marine LE PEN,
    12 %). C’est la raison pour laquelle, les principales figures du FN en Ile de France ont quitté le navire francilien en perdition : Marine LE PEN, parachutée dans le Pas-de-Calais, Jean-Francois JALKH en Lorraine, Jean-Michel DUBOIS en Haute-Normandie…
    Le Front National cumule ainsi les tares d’un parti électoraliste comme l’UMP et les inconvénients d’un mouvement marginal. Il faut choisir.

  34. Militant de la première heure du respect de la vie, je ne juge pas Ludovic de Danne, mais ne l’approuve pas.
    Bien sûr on ne peut qu’encourager tout ce qui peut contribuer à réduire un mal existant, même si on s’arrête au milieu du gué. Mais ouvrons les yeux :
    La ligne de fracture n’est pas et n’a jamais été entre ceux qui sont « pour » et ceux qui sont « contre » l’avortement car au départ tout le monde est contre. Simone Veil est contre, le planning familial est contre.
    Tous les catholiques de ma connaissance qui ont voté pour les gouvernements qui ont mis en place ou développé une politique de mort se disaient opposés à l’avortement. Tout se jouait quand ils ajoutaient « Mais je trouve quand même que dans certains cas… »
    Dés que vous admettez une seule exception au respect de la vie humaine, le reste s’écroule comme un château de cartes. Et donc j’admets que la position de Ludovis de Danne peut en théorie se défendre (« limiter le mal ») mais soyons lucides et voyons ce qui s’est passé depuis 30 ans.
    J’ajoute que le FN a procédé de fait a une purge de la quasi totalité des cadres pour qui le respect de la vie ne se divise pas à part quelques exceptions, la plus notable étant Bruno Gollnisch dont l’influence est très limitée au sein de ce parti.
    Si vous entrez dans la logique du « oui mais » vous pouvez aussi bien soutenir Sarkozy, après tout d’une certaine façon lui aussi désire réduire le mal.
    Toute vie innocente est sacrée.

  35. Phil41,
    Votre démonstration, pour aussi bonne qu’elle soit est mise à mal par votre conclusion!
    « Toute vie innocente est sacrée. »
    La vérité est « Toute vie est sacrée. »

  36. @ JB
    Très bonne analyse, mais j’ajouterai, P2V n’a-t-il pas fait la même chose que JMLP ? (il est vrai qu’il a des problèmes de santé en ce moment. Il a peut-être autre chose à faire)
    S’agit-il déjà de se positionner pour ratisser large à la prochaine présidentielle ? (ou avoir l’illusion de pouvoir le faire)
    @ P G, Alain21, Lahire, Solange, Phil41, très éclairant également, et finalement pas simple.

  37. @ JB
    Je crois vraiment que c’est un peu facile de dénigrer qq un qui s’engage : ceux qui l’ont fait savent de quel prix cela se paie, et ceux qui s’en sont bien gardé peuvent ensuite ironiser. L de Danne pourrait faire autre chose, de mieux rémunéré et de plus assuré en termes de carrière : il n’y a que dans les grands partis que les collaborateurs sont toujours recasés en cas d’échec électoral.
    Pour le succès du FN en Ile de France : un sondage paru dans Valeurs Actuelles, plutôt UMP, pointait dernièrement le FN en Ile de France à 8 %, en progression de 1,5 %. Mais il n’y a pas que l’Ile de France en France. De plus la question est celle de la pertinence d’un vote : la plate-forme régionale du FN et le programme du FN sont défavorables à l’avortement, parce qu’ils en proposent la limitation.
    Cela ne suffit pas dans un absolu théorique et flottant dans la sphère des principes, et la déclaration de L. de Danne le montre ; mais d’autre part toute proposition politique qui peut faire diminuer ce fléau est à soutenir, et c’est ce que demande les instructions romaines. Car il vaudrait mieux dans un premier temps ramener le nombre d’avortements de 220 000 déclarés par  »IVG chirurgicales » (ce qui exclut ceux par autre moyens médicamenteux) à 180 000 ou moins, et faire baisser ce nombre par étapes que d’exiger le chiffre zéro de manière utopique en pensant y parvenir par l’annulation de la loi Veil : toute vie sauvée est un progrès. Votre maximalisme condamne à mort autant d’enfants dans les années qui viennent que par le passé, faute d’admettre que c’est dans la durée que s’inscrit un combat politique sur un tel sujet.
    @ LAHIRE
    Dés le départ vous omettez le fait que dans l’interview citée, le SB n’a pas cité la demande de L de Danne de supprimer les subventions aux associations de la culture de mort, et vous semblez vouloir ignorer le fait qu’il dise clairement vouloir limiter le nombre d’avortements :
     » Il faut donc revoir l’éducation et la prévention, changer la méthode en instaurant une écoute pédagogique allant dans le sens d’une dissuasion positive. Pour cela, pour que ça marche, il faut changer de politique en appuyant tout ce qui ira dans le sens d’un réel soutien aux mères, futures mères et couples dans la détresse. Du bon sens, du travail, de l’écoute avec le cœur et surtout de l’argent pris là où il est gaspillé (comme dans tous les domaines) et qui nous permettra de réduire considérablement le nombre d’avortements ayant cours chaque année en France. »
    Refusant ainsi de reconnaître sa juste intention, et affirmant que son intention est inconnue, ce qui est inexact, vous faites de l’intentionnalité un critère non rempli, puis vous disqualifiez l’acte politique proposé, et vous déclarez l’illéicité, et donc la nullité morale d’un tel vote.
    Avec cette manière de d’interpréter et de procéder, les Pro vie américains, qui avaient sollicité cette instruction romaine, auraient attendu les propositions d’abolition absolue pour agir : or ils ont procédé en soutenant des étapes législatives, comme par exemple ne pas supprimer la loi pro avortement dans un état (et oui, ne pas supprimer la loi autorisant l’avortement), mais rendre obligatoire un entretien et des aides matérielles chiffrées et financées, afin de faire diminuer le nombre des avortements et démontrer : 1/ que c’est possible, 2/ que c’est positif. C’est ce que demande le programme national (lequel prévoit l’abolition à terme, comme le MPF) et celui des régionales du FN.
    Cessons d’exiger l’impossible dans une société où 50 % des femmes en âge de procréer(et donc les hommes indirectement….) auraient eu déjà recours à l’avortement : quand l’intention d’un candidat est exposée de diminuer le nombre d’avortements, même s’il pense pouvoir en maintenir un nombre qu’il croit limité, c’est un énorme progrès et il doit être soutenu.
    Certes le FN n’est pas le seul parti Pro Vie. Mais encore une fois il est le seul en mesure d’avoir des élus régionaux. On peut préférer un vote maximaliste et marginal, qui disqualifie la cause de la Vie par sa marginalité électorale : en soutenant ce qui sauvera des vies, on fait acte de charité, laquelle n’est pas seulement le  »bronze sonore » d’intentions exprimées, dont parle St PAUL, mais un acte concret.

Publier une réponse