Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Sans la bourgeoisie conservatrice, Marine Le Pen ne peut pas devenir la locomotive de la droite

Lu sur Boulevard Voltaire :

"La situation actuelle du « bloc des droites » français, crispé sur des anathèmes de principe, rend prématuré tout espoir de redressement national. En cause, d’une part la nature libérale centriste d’une UMP qui jette le masque en appelant implicitement à voter PS lorsqu’elle n’est plus au second tour. D’autre part l’isolement volontaire d’une Marine Le Pen qui semble persister dans sa volonté de conquête du pouvoir sans alliés. La conjonction de ces deux causes flatte sans doute l’ego des dirigeants politiques, mais lasse les électeurs.

Marine Le Pen a fait un travail intéressant en renouvelant un parti attaché à de vieilles lunes fort respectables, mais n’intéressant plus grand monde. Au prix sans doute de quelques injustices, et également en se privant de talents plus jeunes et dynamiques. Sans crainte du paradoxe, elle promeut à la fois sa nièce Marion et Florian Philippot, l’eau et le feu, la droite et la gauche, la Manif pour tous et les homos. Pas sûr que cela fonctionne des années, mais pour le moment les résultats électoraux sont plutôt encourageants.

Il lui a été reproché son ingratitude envers un père fondateur qui lui a laissé les clefs de la maison : nul ne sait comment les choses se termineront, mais Marine semble déterminée (…) à faire en sorte que les provocations de Jean-Marie Le Pen n’engagent plus le Front national. En faisant cela, elle ne cède pas au politiquement correct, comme l’en accusent certains. Elle rend son discours audible après l’avoir débarrassé des scories laissées par une génération moins soucieuse de conquête du pouvoir que de fidélité à ses idées.

Mais, même dédiabolisé, rénové et modernisé, le Front national ne parviendra au pouvoir (…)qu’à condition de détruire la machine de guerre UMP qui reste, pour des raisons complexes et souvent inconscientes, le refuge naturel d’une bourgeoisie dont les suffrages, à droite, représentent un très gros pourcentage. Dès lors que l’UMP conserve une aile droite, des personnalités en apparence conservatrices ou souverainistes – et parfois les deux ensemble – comme Wauquiez, Myard, Poisson et tant d’autres, sans compter la présence plus symbolique qu’efficace de Sens commun, la bourgeoisie continuera de voter pour elle, persuadée qu’à terme ces gens-là l’emporteront face à la ligne centriste libérale proche de l’UDI.

Cette bourgeoisie conservatrice est effrayée par le discours économique du FN, dont elle partage par ailleurs (…) une bonne partie du discours sécuritaire et identitaire. Mais elle ne peut pas concevoir une vie hors de l’Europe et de l’euro, tabou absolu. Elle persiste à croire que le FN souhaite replier le pays sur lui-même et que son arrivée au pouvoir serait catastrophique pour le business… Elle oublie évidemment le séisme de 1981, et la manière dont elle s’est enrichie au cours de la décennie fric et paillettes qui a suivi.

Il est urgent pour le Front national d’adopter un programme économique à la fois souverainiste, patriote, et réaliste, formulé de manière à ne pas effrayer ces électeurs potentiels qui pourraient franchir le pas. Reste à savoir quels cadres du parti sauront élaborer ce texte et auront l’influence nécessaire pour le faire adopter. Sans les voix de ces électeurs, Marine Le Pen se ferme à jamais la possibilité d’être la locomotive de la droite française.

Il serait temps de le comprendre, et de comprendre aussi qu’on ne fait pas tourner un pays sans cadres. Or, les cadres se trouvent aussi dans ce milieu social. À bon entendeur…"

Partager cet article

14 commentaires

  1. “les résultats électoraux sont plutôt encourageants”, je ne le pense pas!
    dans nos campagnes l’état d’exaspération des français est extrême!
    les départementales étaient un test et il fut décevant pour plusieurs raisons
    – le clientélisme des hommes en place, et en conséquence le manque de vision et de programme local a piégé le FN
    – les divers catégories sociales cherchent des solutions personnelles et le programme du FN reste floue!
    – en se lisant le FN est devenu un parti comme les autres, les électeurs potentiel se sont abstenus
    les français n’attendent plus rien des partis, ils pensent que l’on va droit dans le mur; ils essayent de sauver leurs avoirs!

  2. Quand la “bourgeoisie conservatrice”, tant “effrayée par le discours économique du FN”, verra ses dépôts bancaires ponctionnés par les “banksters” europ-mondialistes comme à Chypre, elle regrettera (mais un peu tard) de ne pas avoir soutenu ce parti politique.

  3. Je partage très largement cette analyse.
    En effet le FN ne pourra espérer conquérir le pouvoir national qu’en présentant un projet politique crédible, surtout en matière d’institutions, d’économie, d’Europe, de relations extérieures.
    Il doit renoncer clairement à la sortie de l’euro, à la retraite à 60 ans, à l’augmentation du nombre de fonctionnaires.
    Il doit aussi cesser de prendre pour modèles des partis étrangers d’extrême gauche. Cela relève d’une attitude contestataire mais ne mène à rien.
    Il doit au contraire tisser des liens avec avec des forces vives en France et à l’étranger.
    Il lui faut aussi veiller à bien choisir ses candidats lors des prochains scrutins, des gens évitant les dérapages et ne donnant pas du grain à moudre à celles et ceux qui sont aux aguets pour le taxer de parti antirépublicain.
    Bref il lui faut attirer nombre de gens de qualité.

  4. Est ce que les jeunes générations ne pourraient pas complétement rebattre le jeu politique ?

  5. les gens ayant “dérapé” ont obtenu de bons résultats. On peut donc faire litière des soi disant analyse qui prétendent qu’il faut ètre bien lisse et bourgeois pour récolter des voix en politique.
    Quand aux “programmes politique” la seule chose à noter c’est que les gens une fois élu font en géneral l’inverse de ce qu’ils ont écrit.
    Le vrai problème du FN (celui dont il est responsable) c’est qu’il empêche ces candidat de faire campagne dans des réunions publique et de s’implanter.
    même si ils ont des raisons de se méfier car souvent les gens élus avec les voix FN finissent par se désengager du mouvement pour avoir la paix. Il vaut mieux faire confiance aux gens sur le terrain et les laisser mener leurs campagne comme ils l’entendent. les médias s’opposeront toujours aux fn je suis presque sur que les lamentation médiatique sur les dérapage font gagner des voix.

  6. La retraite à 60 ans ( comme les 35 heures )mise en place par les socialistes et que Marine LE PEN souhaite ,est évidemment intenable économiquement pour des raisons financières, d’allongement de l’espérance de vie, etc…
    Nous sommes donc dans le domaine de la démagogie et du populisme .
    Mais il y a bien pire : ces mesures flattent l’oisiveté et l’esprit de jouissance du peuple français que dénonçait Philippe Pétain (avec comme conséquence l’assistanat et au final l’esclavage.)
    Marine Le PEN a donc bien raison lorsqu’elle dit ne plus rien à voir avec le Maréchal qui, au mois de juin 1940, la catastrophe ayant eu lieu , appelait les français au redressement par le travail.
    Nous sommes de plus en plus nombreux à nous poser des questions sur ce nouveau Front National.

  7. Isolement volontaire de Marine ? Je me pince : qui sont ceux qui ne veulent absolument pas faire alliance avec le FN ? Et puis comment s’allier avec des gens qui sont européistes et immigrationnistes ? On reproche déjà assez à MLP d’être “molle”, “vendue au système” !
    La bourgeoisie veut l’euro et l’UE ? Eh bien, elle a tort, et, en plus, elle est idiote.

  8. C’est devenu un lieu commun d’être effrayé du programme économique du FN. Pourtant on ne voit personne engager de sérieux débats sur ce programme. Sortir de l’euro: comparez le prix de votre baguette ou de votre journal ou de votre demi avant et après l’euro. Retraite à 60 ans: quand vous aurez travaillé toute votre vie en décalé et de nuit, dans le bruit, la crasse ou l’abrutissement des tâches répétitives sans intérêts vous verrez si 60 ans ne sera pas le bienvenu. Les fonctionnaires: il est évident que dans certains domaines ils sont en nombre insuffisant, police, justice. La France ne carbure pas qu’au bobo bien que ce soit lui qui verrouille et dirige le système.

  9. La bourgeoisie conservatrice (pléonasme) est un boulet puisque par définition elle ne veut RIEN changer.
    Elle est obsédée par son Plan d’Epargne Retraite et vendra toujours son âme pour payer un peu moins d’impôts et sauver la résidence secondaire en Bretagne.

  10. à yy “la bourgeoisie conservatrice” ; qui est ce?
    c’est le français moyen qui devra payer et ils ne font plus confiance aux partis!
    quand à la bourgeoisie il leur restera toujours des miettes quand le peuple aura été dépouillé!

  11. Une précision de taille : le fN propose la retraite 60 ans, mais après 40 ans de cotisations. Soit pour qq un qui a fait qq années d’études environ à 63 à 65-67 ans.
    Ce qui est différent de 60 ans tout secs.
    Pour le reste cette bourgeoisie et ces cadres sont souvent des jobards égoîstes : ils sont dans des métiers où on ne souffre pas de l’Euro et de l’Europe de Bruxelles et se f……. totalement des autres : chômeurs, petits patrons, commerçants et artisans assimilés par eux à des ploucs ou des domestiques etc……
    Tant qu’ils ne souffrent pas dans leur existence, tout ira bien. Et ils voteront UMP.
    [Faut-il pour autant les délaisser ? Un cadre moyen ou supérieur sous prétexte qu’il a gagné suffisamment pour faire des économies importantes doit-il être montré du doigt comme l’ont fait les socialistes au début des années 80 et même après ? Ce ne sont pas forcément des “jobard égoïstes”. Cette notion de lutte des classes qui ressort de votre commentaire est peu compatible avec la cohésion nationale et la recherche du bien commun…pour tous. Et En plus, ils votent : souvent UMP, parfois FN.
    PC]

  12. Bonne analyse. La bourgeoisie conservatrice représente des bataillons très importants d’électeurs assidus. Si elle basculait, c’en serait finie de la droite antipatriotique et post-républicaine (l’UMP). Maine le Pen doit s’employer à les convaincre… et à les rassurer. Et la bourgeoisie doit, elle, ouvrir enfin les yeux et cessé d’être la chair à voter, systématiquement trahie, de la droite.

  13. Vouloir la préservation de l’identité et de la souveraineté françaises tout en s’obstinant à rester dans l’UE dan sa forme actuelle est impossible. Vouloir lutter contre l’insécurité et l’immigration en étant lié par les multiples conventions et accords européens est impossible. Quant à vouloir le redressement économique de la France avec une monnaie faite sur mesure pour l’Allemagne, et elle seule, c’est aussi impossible.
    Bref, celle qui est lucide, cohérente et courageuse dans cette affaire, c’est Marine Le Pen, la seule à avoir un programme économique sérieux (les autres n’en ont pas, ils laissent ce domaine aux technocrates de Bruxelles).

  14. Mouais, il me semble que cet article “réinvente la roue”…de l’UMP. A suivre la logique de l’auteur, la meilleure chose à faire pour le FN, c’est de devenir le RPR des années 80 et de donner dans le libéralisme européiste, mais “un peu” seulement…
    La droite n’a pas toujours été “louis-philipparde” et c’est tant mieux.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services