Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

L’étudiante suédoise aurait été tuée par un récidiviste

A dire vrai, on s’y attendait. La justice est ainsi faite. L’homme soupçonné et placé en garde à vue vendredi a passé une vingtaine d’années en prison pour plusieurs peines concernant des faits de violences, viols, atteintes sexuelles parfois accompagnés d’enlèvement. Si sa première condamnation, à l’âge de 15 ans, concerne un vol à main armée, les peines les plus lourdes ont été prononcées par des cours d’assises pour des crimes sexuels: en 1979 pour le rapt et le viol d’une jeune femme (6 ans de réclusion), en 1989 pour le viol d’une auto-stoppeuse de 21 ans abandonnée nue dans la forêt de Rambouillet et d’une fillette de 12 ans (18 ans).

Le corps de Susanna Zetterberg avait été découvert samedi dernier au bord d’un chemin en forêt de Chantilly. Elle gisait sur le ventre, habillée, en partie brûlée au niveau du bassin, et les mains menottées dans le dos. Elle avait reçu un coup de couteau au thorax et 4 balles dans la tête.

Michel Janva

Partager cet article

11 commentaires

  1. Ce n’est plus de l’indulgence ; c’est du laxisme !
    Je ne verrais aucun inconvénient à envoyer la tête de ce genre d’individus valser dans le panier !
    Si on avait appliqué la peine de mort à l’encontre de ces malades, il n’y aurait pas tant de familles en deuil qui pleureraient un enfant ou un parent sauvagement assassiné.
    L’Etat est coupable ; la justice est coupable ; les juges sont coupables.
    Il faut rétablir la peine de mort pour les coupables et l’abolir pour les innocents ! Il faut mettre fin aux périodes de sûreté ! Il faut supprimer les réductions de peines, les amnisties et les grâces en tout genre !

  2. un suspect a été arrêté mais on ignore son nom…pudeur de la Presse?

  3. Robert Badinter était si fier d’avoir milité pour la suppression la peine de mort…pour les assassins!
    Ah! ces “belles âmes” progressistes, toujours des scotomes dans leurs indignations!

  4. “Tu ne tueras pas”.
    Je ne suis pas favorable à la peine de mort (Dieu a donné la vie à ces criminels là aussi. Et Il l’a fait en toute connaissance de cause. Il pourrait à tout moment la leur reprendre. Parce qu’Il ne le fait pas, nous devrions lui forcer la main ?).
    Je suis par contre favorable à la “vraie” perpétuité, avec un enfermement définitif.
    Et je n’oublie pas que si certains en sont arrivés là c’est aussi de la faute de notre société et de nos états coupables qui ont nourri ces personnes (qui les ont gavé serait plus juste) de violence et de pornographie (films, magasines, musiques…). Ils les ont transformé en monstres.

  5. C’est normal: les assassins sont des malades; il est donc naturel que la société se soucie davantage de leur santé mentale que des éventuelles victimes. Sociologues, psychologues et magistrats sont donc là pour veiller à la sécurité et à l’intégrité des malades.
    Quant aux victimes, pourquoi s’en soucier ? Elles ne sont plus là pour raconter les tortures subies. Le tout étant de les taire prudemment pour éviter le retour de l’hydre fasciste: argument à faire valoir auprès des familles des victimes pour empêcher qu’elles n’apportent un trouble à l’ordre public par des jérémiades inconsidérées…

  6. Et tout cela n’est, malheureusement, pas prêt de s’arrêter. Surtout en cette conjoncture où misère et précarité sont légions.

  7. Tout à fait d’accord avec le commentaire de LN.

  8. La description du corps de la victime laisse imaginer l’horreur des atrocités qu’elle a subies.
    il est inimaginable qu’un tel criminel, une tel barabare, mort dans son âme depuis longtemps, vive encore sur cette terre et mette la vie des autres en péril, comme ses récidives criminelles l’ont prouvé.
    Oui, appliquons le commandement de Dieu, “tu ne tueras point”. Oui, ne continuons plus à tuer nos propres enfants en laissant des criminels la liberté de récidiver.
    Peine de mort pour les assassins et les violeurs.
    Pour que nous ne soyons plus complices de leurs meurtres.

  9. A LN et Barbara : certes, le Décalogue(Exode 20 : 13) prohibe le meurtre (mais il s’agit de l’assassinat). Ce principe général posé, Dieu donne une multitude de précisions légales sur ce qui faut en comprendre : ainsi, plus loin, Dieu légitime la peine capitale (Nombres 35 : 16)) en précisant qu’en est protégé le meurtrier involontaire, donc celui qui n’est pas un assassin (Nombres 35 : 11).
    Et, dans la lettre aux Romains (13 : 4), saint Paul, inspiré, ajoute “Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains ; car ce n’est pas en vain qu’il porte l’épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal.”
    La peine de mort est horrible, certes, mais c’est un principe de protection de l’ordre public.

  10. A mon avis, la peine de mort n’est jamais la solution. Pour moi, la seule solution, comme cela a déjà été dit plus haut, est la perpétuité… à perpetuité ! Et il faut dans ce cas des prêtres, des religieux, des laïcs, qui parlent de Dieu aux prisonniers. Cela peut paraitre naïf et utopique dans notre monde relativiste mais on a vu bon nombre de fois des criminels se convertir et nous “précéder dans le Royaume”. Alors, serait-ce à nous de décider du moment où ils doivent mourir ? Je ne le crois pas.

  11. A cela on peut rajouter les articles 2266 et 2267 du Catéchisme de l’Eglise Catholique.

Publier une réponse