Bannière Salon Beige

Partager cet article

Franc-maçonnerie

L’ordre maçonnique mondial

Jean_charles_foellner La 8ème conférence mondiale des Grandes loges régulières s’est tenue à Paris du 28 au 30 novembre sur le thème de "l’organisation de l’ordre maçonnique mondial au XXIème siècle", a annoncé la Grande loge nationale française (GLNF), qui organisait l’événement. Les représentants de 88 Grandes loges du monde entier ont participé aux travaux, présidés par l’Américain Thomas Jackson, secrétaire exécutif de la Conférence mondiale. La GLNF, qui compte 38000 membres, se définit comme

"un ordre maçonnique initiatique dont l’essence repose sur la spiritualité, la fraternité et la tolérance et qui a pour but le perfectionnement moral de l’humanité".

le Grand maître Jean-Charles Foellinger (photo) a indiqué que ni la religion ni la politique ne sont abordées au cours des réunions de la GLNF et celle-ci n’a pas l’intention d’intervenir dans les élections à venir. Ils doivent parler du championnat de France de football, du dernier James Bond et jouer au Cluedo !

Michel Janva

Partager cet article

25 commentaires

  1. Quel cadeau ont-ils offert à notre président ?

  2. Il n’ont parler ni religion, ni politique : tu parles …

  3. Des pantins.

  4. Votre obsession maçonnique est parfois ennuyeuse et démontre une réelle méconnaissance du sujet. Je suis maçon, catholique et vote Jean Marie Le Pen. J’imagine être une hérésie vivante pour certains mais là n’est pas le sujet. Affilié à la Grande Loge de France depuis 14 ans, je n’ai jamais participé à une Tenue consacrée à la religion ou à la politique. Je n’ai jamais vu, entendu, un Vénérable lancer un appel au vote pour ou contre tel ou tel candidat. Les déclarations “politiques” qui peuvent être faites par le Grand Maître de l’Obédience n’ont aucun poids sur la façon dont les maçons se comportent ou votent. Nous sommes avant tout des hommes libres, et c’est ce qui se passe en Loge qui est important. Or, en Loge, à la GLF, les sujets politiques ou religieux sont bannis car sources de conflits. Alors de quoi parle-t’on? A travers des symboles, nous parlons de nous, de nos interrogations et ambivalences. La maçonnerie est avant tout un travail sur soi sans concession, pour mieux se connaître et s’améliorer. C’est un travail finalement très nombriliste mais qui devient universel car il est partagé. Pour en revenir à la politique et à la religion, même si ces sujets ne sont pas évoqués en Loge, ils peuvent l’être de temps à autres durant les agapes (repas d’après tenues). Ici encore, on est loin du politiquement correct ou de l’unanimité, il y a des gens de droite comme de gauche, il y a des catholiques, des juifs, des orthodoxes, des athées, des bouddhistes et sûrement des musulmans (bien que je n’en connaisse pas personnellement). Ensuite, il y a des différences entre obédiences. Je ne connais pas la GLNF, mais je doute fort (sachant qu’ils sont plus traditionalistes que nous) qu’ils tolèrent les débats politiques ou religieux en Loge. Pour ce qui est du Grand Orient de France, ici je vous l’accorde, les thèmes évoqués en Loge peuvent être plus ouverts aux questions sociales, politiques ou religieuses. Je les ai visité quelques fois et peux témoigner des prises de positions anti religieuses de certains frères. Le Grand Orient est très marqué à gauche mais tous ses membres ne sont pas des gauchistes. Pour terminer, parlons un peu du fameux complot maçonnique. Lorsqu’on sait comment fonctionne une Obédience, le thème du complot fait doucement rigoler. Il y a des luttes de pouvoir en permanence, les égos s’entrechoquent de manière parfois virulentes (et peu maçonnique) et personne n’ai jamais d’accord sur rien. Voilà, je ne suis pas un cas unique et de nombreux frères sont comme moi catholiques et pro JMLP. Je sais que mes remarques ne changeront pas grand chose mais les choses ne sont pas si simples et ça va mieux en le disant.
    [Désolé, mais il y a une incompatibilité fondamentale entre le catholicisme et l’adhésion à la franc-maçonnerie. Je vous invite à lire cette récente instruction du Vatican : http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19831126_declaration-masonic_fr.html
    Je vous invite également à lire ce témoignage d’un ancien de vos “frères”, converti à la foi catholique et qui montre en quoi les deux sont inconciliables lire ici : http://www.cailletm.com/index.php/2006/05/28/83-la-franc-maconnerie-une-secte
    et ici http://www.cailletm.com/index.php/2006/05/27/80-peut-on-etre-catholique-et-franc-macon .MJ]

  5. On est obligé d’avoir des moustaches ridicules, pour entrer en maçonnerie ?

  6. Je n’ai rien à dire sur les instructions du Vatican. Par contre, le témoignage de cet ancien maçon est intéressant bien que je sois en désaccord sur de nombreux points. Notez qu’il appartenait au Grand Orient, obédience militante, très particulière dans le paysage maçonnique. Je ne cherche à convaincre personne, je fais juste part de mon expérience de catho tradi (en état de péché grave) à la Grande Loge de France ou je n’ai jamais vu personne vénérer Lucifer, ni professer une politique anti-catholique.
    [Parce que Lucifer a la bonne idée, comme toujours, de faire comme s’il n’existait pas. Et pourtant, la maçonnerie développe une doxia (principes de base, ésotérisme, relativisme, etc.) fondamentalement en contradiction avec l’Evangile tel qu’il est enseigné par l’Eglise. Or qui s’oppose à Dieu dans la Révélation ? MJ]

  7. JC, j’ai du mal à te suivre : comment peux-tu être catholique et accepter d’être dans une organisation qui pousse toutes les tendances opposée au christianisme : scientisme, egalitarisme nihiliste, feminisme avorteur, humanocentrisme gnostique etc… ?
    (chez eux, tout cela porte d’autres noms, avec liberté et progrès, dedans)
    Je te conseille la lecture de “Socialisme maçonnique”, récemment réédité aux éditions du trident, entièrement constitué à partir des convents des diverses loges françaises (GO, GLNF in primis) : de la source pure, longuement citée, à peine commentée.
    On voit très bien en quoi la pensée maçonnique, “ce renard malfaisant”, est irréductiblement ennemie de la Foi. On voit aussi et surtout que 60 ans après, si l’emballage a changé, mais leur combat, leurs objectif et leur cibles restent les mêmes.
    http://fr.novopress.info/index.php?p=2346

  8. Regard édifiant sur la FM : une vidéo en trois chapitre. En ce qui me concerne, j’en ai la nausée, mais, je vous en prie, jetez-y un œil. Vous comprendrez mieux d’où surgissent les idées dont les médias nous gavent et dont personne n’ a jamais jugé la pertinence intelligente [Turquie européenne, “bioéthique”, avortement, court-circuits politiques en tous genres, idéologies de cavernes, libéralismes déicides, pressions idéologico-raciales, lobbying jusqu’aux plus hautes sphères diplomatiques,…]
    1ère partie :
    http://www.youtube.com/watch?v=uMJ-gSEuor8
    2ème partie :
    http://www.youtube.com/watch?v=KEC-Z90FzOI
    3ème partie :
    http://www.youtube.com/watch?v=Y5aJ5tCKtoE

  9. @JC
    La question qui se pose à propos de la Franc-Maçonnerie est son comportement secret et initiatique.
    Le secret
    Ce secret est une insulte aux non initiés, tenus pour inférieurs ou négligeables : les trois religions monothéistes, à part dans des groupes sectaires minoritaires, n’exigent pas le serment de devoir garder des secrets. Chacun peut entrer dans une église, ine mosquée, une synagogue, lire librement la Bible, ancien et nouveau testament, et le Coran? Pourquoi les écrits maçonniques, les rites maçonniques, etc…. sont-ils secrets ? Si ces secrets sont bénéfiques, pourquoi refuser de les partager ? Où est l’humanisme et le souci des autres dans ce secret ? La FM se montre ainsi peu respectueuse de l’ensemble de la société.
    Initiation
    les initiés ne doivent plus se mêler aux autres : d’où la puissance des réseaux, secrets, dont le poids et l’action dans la société font de la FM une organisation non démocratique, et a-sociale.
    L’appartenance à la FM devrait être déclarée obligatoirement pour tout fonctionnaire de l’état, car le secret plus l’initiation font du franc maçon une citoyen à deux obédiences, l’une ouverte et publique, démocratique, l’autre parallèle à la vie sociale, comme clandestine, et retranchée du corps social, non démocratique.
    Ces deux aspects rendent la FM incompatible avec une vie démocratique fondée sur la transparence. La prise de contrôle de certains secteurs de la vie sociale par des réseaux anonymes et secrets est à l’origine d’innombrables scandales en France : chaque fois certaines loges étaient citées. Et dans de nombreux secteurs de la vie sociale et économique, réussir suppose, non de “coucher”, mais de se faire “soucher”, c’est à dire d’en être. Sans quoi, rien.
    Si on rajoute à cela que le refus des dogmes rend impossible une foi transcendante, puisque la FM pense que seul l’homme transforme le monde, de façon immanente, par sa seule raison.
    Si vous êtes catholique, mieux vaudrait vous regarder tel que vous êtes : un baptisé qui a choisi un autre Dieu que le Christ Sauveur, et un citoyen qui a d’autres attaches que la patrie et le Bien commun : vous et votre réseau .
    Tout ceci heurte le sentiment commun sur l’homme animal religieux et social.

  10. Il n’y a peut-être pas de complôt, mais je vous assure que quand je vais sur Agoravox.fr lacher le mot ‘francmac’, succintement commenté bien évidement, et bien ça réagit comme un seul homme, collectif citoyen nikel, soudé l’équipe, dans la discipline de métal spontanée. Pétain, Opus dei, et Pie divers fusent dans l’instant, sans oublier le serviable Torquemada et le préservatif africain. Il ne peut y avoir de complôt non non, quand collectivement et simultanement les cagoulés jactent du “l’intégriste l’Omnivore” en fanfares immédiates et érigent la barricade réflexe du sens de l’histoire fatalement qui a tranché. Le tout avant de se proclamer maçons quelques commentaires plus loins, tout contents. Joisses. Les liens sont là, patents, même si je présume les controverses sont terribles quand il s’agit de discuter, s’il c’est “éradiquer” qu’il faut dire cette semaine, ou simplement “en finir.” On a vu le résultat : c’est Bernard Pivot qui s’y est collé à un JT de FR3 : “il faut les éradiquer”. Juste avant le porte-parole du syndicat policier fraichement vainqueur (il s’agit en fait d’une coalition de vieux chevaux socialos qui ont tous régressé si on compte séparément), qui répêta enthousisate. Les langoustes n’ont pas de roi, mais pourtant elles attaquent en formation…
    J’aurais qd mme bien aimé voir leur tête au sortir du comité supérieur, du soviet suprème là, pile au moment où la nouvelle du policier Granomort héros du pentagramme d’or était avéré policier ripoux et affabulateur, tombait sur tout les écrans de France… là où ‘la mode’ aurait voulu, que dis-je exigée !, que les premières ‘éradications réelles’ soient mises en scènes sont les flonflon bleu-blanc-rouge, pile poil en gâteau et cerise du top-raoût, agora et citoyennes.

  11. A lire le témognage de JC, on se demande vraiment ce qu’il fait dans la FM. Nombrilisme, querelles intestines, aucun sujet “religieux ou politique abordé”, alors quoi? C’est juste pour se faire de bonnes relations de business? Quant au travial sur soi, il me semble qu’une bonne retraite de saint Ignace est plus efficace… JC nous prendrait-il pour des … gogos, entre Gog et Magog?

  12. La différence fondamentale, entre la maçonnerie et le catholicisme, c’est que la maçonnerie veut faire vivre à ses membres la liberté absolue de conscience.
    Or la liberté religieuse est nettement distincte de la liberté absolue de conscience. Absolue, c’est-à-dire libre à l’égard de la vérité, or nous avons l’obligation de chercher la vérité et d’y adhérer une fois connue (ou que nous croyons l’avoir trouvée)
    Je pense qu’en revanche, ils sont sincères lorsqu’ils disent ne pas parler de religion ou de politique (sinon leur groupe exploserait, ce sont les règles de la bienséance que ces sujets soient évités)
    En résumé le catholicisme prêche que nous sommes des dieux, la franc-maçonnerie veut faire vivre à ses membres qu’ils sont Dieu tous et chacun.

  13. JC semble de bonne foi et ouvert,donc ma question est : pouvez vous nous décrire précisément l’Initiation (que vous fait on faire et que vous dit t’on?)
    merci.
    jean

  14. Denis Merlin dixit : “En résumé le catholicisme prêche que nous sommes des dieux, la franc-maçonnerie veut faire vivre à ses membres qu’ils sont Dieu tous et chacun.”
    Quelle absolue méprise sur le catholicisme ! C’est à douter qu’elle soit de bonne foi. Jamais on n’a prêché dans l’Eglise que “l’homme est un dieu”. Au contraire, elle lui rappelle sans cesse sa position et ses devoirs de fils (qui devrait être) obéissant.
    La maçonnerie fait de l’homme “un dieu” pour tuer Dieu, elle lui permet de définir “sa vérité” uniquement pour le lancer contre la Vérité révélée, elle lui donne “la liberté” contre le notion de Bien et de Mal, mais pour le pousser au service du Mal le plus nihiliste et destructeur.
    Ici, nous le savons tous que c’était déjà le discours du serpent à Adam et Eve, qui leur promettait, en échappant à la loi de Dieu, en expérimentant la transgression, de devenir des dieux eux-même, semblable à lui, et non plus des fils à son image.
    C’est le discours maléfique de toutes les gnoses, et de leur fille lêpreuse la maçonnerie.
    À e sujet, je recommande à tous la lecture de la trilogie de C.S. Lewis (l’auteur des chroniques de Narnia) : “Out of the silent planet”, “Perelendra”, et “That hideous strenght”, où il revisite de manière absolument prodigieuse l’histoire de la Chute de l’humanité, et, dans Perelendra, déploie pendant de nombreux chapitres le dialogue entre le serpent et Eve… Un dialogue phénomènal, qui explore tous les aspect du péché et son économie, de la tentation et son hypocrisie, de l’orgueil qui le permet etc…
    Jamais traduit en France, apparemment, mais un formidable momment de réflexion sur la liberté, le libra arbitre, la conscience qui démolit bien des hypocrisie modernistes.
    http://www.amazon.com/Perelandra-Space-Trilogy-Book-2/dp/074323491X/ref=pd_sim_b_1/002-6620514-2396037
    [DM me corrigera si je déforme sa pensée, mais il me semble qu’il veut signifier par là que, en devenant corps du Christ, le chrétien est un autre Christ, il participe à la Vie même de Dieu. Il est fait dieu par Dieu lui-même. Au contraire, Satan veut nous faire croire que nous pouvons nous élever à cette vie divine par nous-mêmes… et par là même, nous fait perdre cette union avec Dieu. MJ]

  15. Cher MJ,
    Denis Merlin a dit “le catholicisme prêche que nous sommes des dieux”, ce qui est une erreur, sinon un mensonge.
    Par la communion au Corps du Christ, nous retrouvons aussi la communion avec le Père, car nous revenons auprès de lui (“communion” et non “union”). Sur terre aussi, nous constituons le Corps Mystique du Christ mais :
    1/ ce n’est pas que par la communion aux Saintes Espèces elles-mêmes, et parce que si nous communions en état de vraie pureté d’esprit, à cet instant nous constituons la vraie Eglise, c’est à dire le reflet sur terre de l’Eglise pure, eternel de la Jérusalem Céleste, à la venue de laquelle l’Eglise(-organisation) sur terre, l’Ecclesia Peregrinans doit préparer les hommes.
    2/ nous ne devenons pas le Christ. Seule la particule devient son Corps, parce qu’il consent à la resacrifier, parce que le prêtre à le pouvoir de l’appeler.
    Le fidèle peut (et doit/devrait) s’élever et devenir proche de lui, être “compatible”, au sens que notre progression sur le chemin de la sainteté fait que recevoir le Christ dans la communion n’est pas une offense pour lui, que notre être est digne de le recevoir.
    Ainsi saint François devient *dans son essence d’homme si proche* qu’il reçoit les stigmates -c’est toute la théorie des *species* aritotéliciennes-, mais il ne devient pas le Christ. Tout au plus il arrive à gagner parmi les hommes le nom d’Alter Christus.
    Jamais nous ne perdons pas notre condition d’homme, et jamais nous n’intégrons la Trinité, car nous ne sommes pas des “étincelles de père” gnostiques qui perdons la matière pour redevenir Père nous-mêmes.
    [Je ne crois pas que ce que vous écriviez soit tout à fait juste. Nous sommes appelés à participer à la vie même de la Trinité.
    Le catéchisme exprimera mieux que moi ce que je veux dire. Extraits du compendium :
    n° 359 : L’homme parvient à la béatitude en raison de la grâce du Christ, qui le rend participant de sa vie divine.
    n°362 : La béatitude éternelle est la vision de Dieu dans la vie éternelle, où nous serons pleinement « participants de la nature divine » (2P 1, 4), de la gloire du Christ et de la jouissance de la vie trinitaire. MJ]

  16. Cher MJ,
    je ne vois pas nécessairement de contradiction entre ce que je dis et ce que vous avez fait l’effort toujours louable d’aller chercher dans le cathéchisme :
    Dans ma compréhension, du moins, “participer de” ne revient pas à dire “être”, mais “partager” à la manière d’un don. Sur le plan du vocabulaire, quand on “participe de”, c’est qu’on est inclu dans un phénomène, mais en général on est situé en “aval” de celui-ci, en tant que conséquence, ou comme effet secondaire.
    Le passage de 2P;1,4 est d’ailleurs assez dans l’optique de ce que je disais plus haut sur le rôle du chemin de sainteté nécessaire *avant de pouvoir* “participer de la nature divine”, et l’épitre de Pierre situe cette participation au “Jour du Seigneur” (en 2p ; 3,4, précise le renvoie en bas de page), c’est à dire le temps d’après le temps, celui de la vision béatifique éternelle.
    Et même, dans mon souvenir (car lors de mes études, ce n’est pas le point que je cherchais, aussi je peux l’avoir survolé), les derniers livres de l’Apocalypse appellent les élus à la vision béatifique, et on ne lit pas que l’homme devient Dieu ; il est appelé à voir, à contempler Dieu, à ressentir au plus proche l’irradiation de sa majesté etc… Il n’y est pas dit qu’ils deviendront eux-mêmes des dieux, comme le disait Denis Merlin.
    Merci en tout cas pour ces stimulantes remarques, MJ !
    Je crois moi que Denis Merlin partait de la vague lecture moderniste de l’Incarnation, totalement positiviste, et détaché de l’idée de Salut : si Dieu s’est fait homme par le Christ, c’est que les hommes sont Dieu.
    [DM vous répondra lui-même. Mais je crois que participer à la vie même de Dieu, c’est d’une certaine façon être divinisé. Devenir Un dans le Christ. Et au cours de notre existence, nous devons sans cesse reconnaître que cette béatitude n’est qu’un don de Dieu librement accepté et non un acte dont nous serions redevable à nous-même, ce qui est l’orgueil de Satan. MJ]

  17. M’étonnerait pas que l’idée de créer la HALDE soit venue à un maçon du grand orient…

  18. Fab,
    C’est en effet le cas, et il s’appelle Claude Bébéar.
    J’avais fait une note à ce sujet ; si cela vous intéresse, cliquez sur ce lien :
    http://fromageplus.hautetfort.com/archive/2006/07/03/halde.html
    [Dites, cher Salon Beige, vous allez finir par croire que je profite de votre page pour me faire de la pub… Je suis désolé…! Cela dit, en contrepartie, vous remarquerez que je fais régulièrement référence au Salon Beige sur mon blog ! Bien à vous.]

  19. Merci à Monsieur Janva d’avoir pris ma défense. Vos arguments auxquels je n’avais pas pensé, sont pertinents, en effet.
    J’ai fait un post sur mon blog sur cette question et aussi sur la liberté religieuse et liberté absolue de conscience, j’en ai débattu ici même avec le Cher abbé Tinotti, si mes souvenirs sont bons.
    Pour répondre, je ne ferais que citer l’évangile de saint Jean :
    ean X :
    33.Les Juifs lui répondirent: “Ce n’est pas pour une bonne œuvre que nous vous lapidons, mais pour un blasphème, et parce que, étant homme, vous vous faites Dieu;
    34.Jésus leur répondit: “N’est-il pas écrit dans votre Loi: J’ai dit: vous êtes des dieux ?
    35.Si la Loi appelle dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l’Écriture ne peut être anéantie,
    36.comment dites-vous à celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde: Vous blasphémez, parce que j’ai dit: Je suis le Fils de Dieu? »
    Traduction Crampon du site jesusmarie.com
    Jèsus cite l’Ancien Testament (le Psaume LXXXII), or Dieu adresse sa parole à tous les hommes.
    Le mensonge du diable, c’est de promettre à nos premiers parents qu’ils seront des dieux, alors qu’il le sont déjà.
    Dans un texte récent Benoît XVI parle de l’analogie entre Dieu et les êtres humains.
    Bref, si je me trompe, je veux bien que les autorités ecclésiastiques me montrent mon erreur, je me rétracterai. Mais pour l’instant je m’en tiens à mes opinions.

  20. J’ai retrouvé le passage où, dans le discours de Ratisbonne du 12 septembre 2006 Benoît XVI affirme l’analogie entre le logos, Dieu et notre raison, notre esprit :
    “À l’opposé, la foi de l’Église s’en est toujours tenue à la conviction qu’entre Dieu et nous, entre son esprit créateur éternel et notre raison créée, existe une réelle analogie, dans laquelle – comme le dit le IVe Concile du Latran, en 1215 – les dissimilitudes sont infiniment plus grandes que les similitudes, mais sans supprimer l’analogie et son langage. Dieu ne devient pas plus divin si nous le repoussons loin de nous dans un pur et impénétrable volontarisme, mais le Dieu véritablement divin est le Dieu qui s’est montré comme Logos et qui, comme Logos, a agi pour nous avec amour. Assurément, comme le dit Paul, l’amour « surpasse » la connaissance et il est capable de saisir plus que la seule pensée (cf. Ep 3, 19), mais il reste néanmoins l’amour du Dieu-Logos, ce pourquoi le culte chrétien est, comme le dit encore Paul, « λογική λατρεία », un culte qui est en harmonie avec la Parole éternelle et notre raison (cf. Rm 12, 1)
    Donc il existe bien une analogie lointaine entre Dieu et notre raison, qui fait de nous en fasse de Dieu, des dieux, c’est-à-dire des êtres supérieurs de la famille de Dieu comme enfants adoptifs et naturellement parce que nous somme créés à l’image de Dieu.

  21. Cher Denis,
    Le passage de Jean que vous citez est assez hors contexte : il s’agit d’un avertissement du Christ aux Juifs du sanhédrin (les propos sont tenus dans le Temple) qui vont décider de le tuer pour blasphème (ils essaient déjà de le lyncher à l’issue de ce passage) !
    Il leur rappelle avec une ironie piquante, (pour eux qui connaissent les Ecritures) le psaume 82 où Dieu avertit les princes païens et les juges injustes, qui se prennent pour des dieux eux-mêmes au lieu de se comporter en bon serviteurs de leur sujets.
    Et Dieu, dans le psaume 82 leur dit en substance :
    “vous vous prenez pour des dieux, vous tomberez comme des hommes, car je suis le vrai juge”.
    Ici, donc, en Jean X, 1-39, Jésus, fort habilement, leur adresse cet avertissement :
    “Vous qui vous prenez pour des dieux parce que vous êtes les détenteurs de la parole de Dieu (il parle à la classe sacerdotale), vous voulez me juger, moi le Fils du Père. Vous êtes comme ceux qui se prenaient déjà pour des dieux dans le psaume 82. Mais l’Ecriture, qui ne ment pas, vous a déjà promis votre chute et votre jugement par le seul vrai juge”
    Le passage du discours de Ratisbonne va dans mon sens : en produisant des sources canoniques, il évoque une *analogie* entre la raison humaine et la raison divine” -“où les dissimilitudes sont infiniment plus grandes que les similitudes”-.
    Une analogie n’est pas une identité, pas une équation : ça va tout à fait à l’encontre de votre affirmation initiale.

  22. [L’appartenance à la maçonnerie étant explicitement condamnée par l’Eglise catholique, aucune justification n’a sa place sur ce blog. MJ]

  23. Cher Monsieur Malleus,
    L’analogie est lointaine, mais elle existe. C’est ce que dit Benoît XVI.
    Les franc-maçons veulent que l’homme soit Dieu, les musulmans ne veulent aucune analogie. Les uns veulent que notre raison soit absolument libre, jusqu’à se nier elle-même, les autres veulent que notre raison ne nous permette jamais d’atteindre la vérité, car ne présentant jamais d’analogie avec Dieu qui possèderait une Raison, un Logos entièrement libre à l’égard de la raison humaine. Les extrêmes se rejoignant souvent, on pourrait trouver un “pont” entre ces deux opinions, mais ce n’est pas le sujet.
    Il me semble que la foi catholique, exprimée à Ratisbonne, mais présente déjà ailleurs, enseigne que Dieu étant Raison lui-même n’est pas “libre” à l’égard de la raison humaine en ce sens que Dieu ne pouvant vouloir le mal, il ne peut avoir mis en l’homme son image, soit la raison humaine qui pourrait le tromper. Donc, nous pouvons atteindre la vérité et nous y reposer.
    Bien sûr il semble que l’on blasphème lorsque l’on dit “Dieu n’est pas libre”, mais c’est un prestige de l’imagination. Car la liberté de faire le mal, de mentir de se tromper n’est pas une liberté, mais une servitude.
    Notre raison est très faible, embrouillée, mais elle n’en est pas moins une image très lointaine, certes, mais une image quand même de Dieu. C’est dire la dignité de l’être humain.
    Permettez-moi de ne pas être d’accord avec votre interprêtation de l’Evangile. Dans l’Ancien Testament, Dieu est préoccupé de la lutte contre l’idolatrie (des dieux qui vont se prosterner devant de la matière inerte !), Il insiste peu sur le fait que l’être humain est un petit dieu, mais Il le dit quelquefois. Dans le psaume en question il le dit sans ironie, certes il s’adresse à des juges qui tiennent la place de Dieu, mais l’égalité des hommes entre eux n’interdit que de l’étendre à l’humanité entière. Car notre activité intellectuelle consiste essentiellement à “juger”, nous jugeons tous, tout le temps à l’occasion de nos activités intellectuelles.

  24. Denis,
    nous sommes d’accord sur la similitude entre la raison humaine et la raison divine etc… Tout comme vous, je n’ai jamais songé à nier que *l’analogie* existe.
    (l’analogie est la ressemblance constatée entre deux choses partageant des propriétés ou une origine commune).
    C’est donc une chose (juste) de la souligner. C’en est une autre (fausse) d’affirmer ceci :
    “le catholicisme prêche que nous sommes des dieux”
    Je n’ai fait que réagir sur cette simplification erronée, qui dans le contexte de commentaires sur la franc-maçonnerie, prenait une teinte dangereusement gnostique.
    Je pense que “tout est dit” ^^

  25. Permettez-moi de trouver curieux qu’anonymement vous m’interpelliez “Denis”. Je trouve cela inconvenant.
    Il est bien évident que lorsque je dis “le catholicisme prêche”, je ne me prends pas pour le pape. C’est donc bien évidemment le catholicisme tel que je le vois. Je reste un fils soumis des autorités ecclésiastiques.
    Cette expression est présente plusieurs fois dans l’Ecriture à propos des êtres humains.
    Il n’existe donc aucune “gnose” dans cette affirmation qui continue d’être la mienne et que j’estime être celle de l’Eglise, vu qu’elle est dans l’Ecriture.
    Enfin, je ne suis pas d’accord avec votre définition de l’analogie. Il ne s’agit pas nécessairement d’origine commune : l’homme n’a pas d’origine commune avec Dieu, vu que Dieu n’a pas d’origine. Le lien d’analogie est un lien de ressemblance qui constate que certains points sont communs.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.