Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression / Médias : Nouveaux médias

Loppsi 2 contre la liberté d’expression sur internet

Minute de demain analyse la loi Loppsi 2 (loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure). Extraits :

L "L’une des cibles prioritaires de ce texte est en effet Internet. En quelques années, la toile est devenue l’un des derniers espaces de liberté dans les démocraties occidentales et un véritable contrepoids face aux intoxications médiatiques. Alors Sarkozy, avec Loppsi 2 qui vient s’additionner à la loi Hadopi, réalise un peu plus son rêve de «civiliser» internet. Et sous couvert de lutte contre la pédopornographie «en augmentation constante sur internet», l’Etat essaie un peu plus de contrôler la toile. Ainsi, si on peut se féliciter de l’obligation faite aux fournisseurs d’accès de bloquer les images à caractère pédophile, il ne faut pas être naïf. Au-delà des sites pédophiles, il s’agit avant tout d’une «reprise en main politique d’Internet» comme le souligne l’organisation à la pointe de la lutte contre Loppsi 2, la Quadrature du Net. La manière dont sera appliqué l’article 4 de Loppsi laisse en effet songeur: les sites incriminés le seront par une «autorité administrative», comme l’Office de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication, et ceci sans aucune décision préalable d’un juge! La « liste noire » des sites à filtrer restera secrète, et rien ne garantira que seuls les sites pédopornographiques y figureront et que l’Etat ne profitera de cette mesure pour censurer quelques sites politiques trop véhéments à son encontre.

Car ce qui inquiète de nombreux professionnels d’internet, c’est que l’article 4 de Loppsi 2 modifie l’article 6 de la loi pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN). Ce dernier oblige les «personnes dont l’activité est d’offrir un accès à des services de communication au public en ligne» à «concourir à la lutte contre la diffusion» de contenus faisant «l’apologie des crimes contre l’humanité, de l’incitation à la haine raciale ainsi que de la pornographie enfantine». Et là, sans décision judiciaire on tombe dans l’arbitraire le plus total, car en refilant la patate chaude de la gestion des contenus illicites, non plus à la justice, mais aux fournisseurs d’accès et aux «autorités administratives», les abus de censure risquent d’être nombreux! Et il y a fort à parier que les sites tout simplement politiquement incorrects seront les premières victimes (comme récemment Fdesouche et Novopress).

Pour les fournisseurs d’accès à internet, l’équation est simple: tout ce qui ne va pas dans le sens de la pensée unique sera suspect et donc susceptible d’être interdit. D’ailleurs, l’article 34 de Loppsi 2 permet désormais aux enquêteurs de participer «sous un pseudonyme aux échanges électroniques», en clair d’infiltrer les forums de discussion et d’échanger des courriels avec les auteurs de messages faisant l’apolo gie d’actes terroristes sur Internet ou «incitant au racisme, à la discrimination, au sexisme ou à l’homophobie». Les enquêteurs auront tout pouvoir pour traquer les auteurs de tels messages et les faire condamner."

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

4 commentaires

  1. Entre Soviét suprême et III° Reich.
    Le Salon Beige va être surveillé de près et gare aux commentateurs ! ! !

  2. et en 2012…

  3. qui a laissé passer cette loi ?

  4. Ce que prévoit Loppsi 2 et ce que décrit cet article existe déjà et est pratiqué par des plateformes comme http://www.olfeo.com pour le compte des entreprises qui veulent filtrer l’accès de leurs employés à Internet. Il suffit juste d’appliquer ces systèmes aux proxy des fournisseurs d’accès des particuliers. Même pas besoin d’une autorité administrative pour cela, la simple menace des lois liberticides suffira à convaincre les fournisseurs d’accès à en faire toujours plus.
    J’ai envoyé une liste de sites censurés à Michel Janva ; Minute n’y figure pas mais Présent oui (étonnant pour un journal qu’on trouve en kiosque) et de nombreux blogs cités sur le SB.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services