Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / Pays : Angleterre

Londres se prépare à la fin de la zone euro

Lu dans Le Monde :

"Le Royaume-Uni, qui n'a pas adopté la monnaie unique européenne, se prépare pourtant aux conséquences d'un possible éclatement de la zone euro. Londres " prépare des plans " pour faire face à une possible disparition de l'euro, a ainsi déclaré David Cameron, le premier ministre britannique, lors du G20, vendredi 4 novembre. […] Des rares informations qui ont filtré, il ressort que les hauts fonctionnaires de Whitehall, le quartier des ministères, planchent d'abord sur les aspects constitutionnels d'une possible implosion de l'euro. Isolé sur le plan diplomatique par sa non-participation à l'euro, le Royaume-Uni redoute d'être marginalisé par la France et l'Allemagne dans la réforme des traités qui pourrait être nécessaire face au départ d'un ou de plusieurs pays de la zone euro."

Et en France, s'y prépare-t-on ?

Partager cet article

5 commentaires

  1. Evidemment que oui mais il est logique que les gouvernements n’en parlent pas. De même que Sarko ne fait pas de conférence de presse pour dire qu’il trouve que le premier ministre israelien est un menteur;

  2. peut-être un peu sur France-Culture: cf. le débat animé de ce matin avec Marine Le Pen…

  3. Non, car en France, nous sommes en « campagne » et M.Sarközy fait tout pour retarder les échéances ! Faire croire au bon peuple qu’il le sauve, l’aide et lui est indispensable, face à un M.Hollande inexpérimenté quoiqu’en réalité gauche et droite obéissent aux mêmes dirigeants cachés, aux spéculateurs et grands financiers, pour préparer un futur gouvernement mondial (mais à l’issue de quels drames affreux!?), en France les populations croient toujours la télévision, faute de lire ou de s’intéresser à leur véritable sort.
    Scénario probable : sortie de l’Allemagne de l’euro avant la France et les pays du Sud.

  4. cela ne réglera pas nos problèmes. En 1929, l’euro n’existait pas

  5. La circulation de ce genres d’informations avérées (plus les rumeurs bien entendu) ne sont pas propres à rétablir la confiance. Ce processus est l’un des éléments principaux de la crise actuelle.

Publier une réponse