Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Loi sur la bioéthique : réconcilier science et éthique

Extrait de la tribune de Pierre-Olivier Arduin sur le blog de l'Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon :

Poa 4 "Le projet du gouvernement d’assouplir les autorisations dérogatoires à l’interdiction de la recherche sur l’embryon humain et d’en supprimer le caractère temporaire marque un choix dangereux. Inscrire à titre permanent une exception au respect de « l’être humain dès le commencement de sa vie » (art. 16 du Code civil) ne peut qu’aboutir à vider de son sens le principe de dignité structurant notre corpus juridique.

Pourtant, au terme du moratoire de 5 ans, il était attendu que la France tirerait les leçons du dispositif provisoire mis en place par la loi de 2004. En particulier, nous avions compris, même si nous n’avions pas souscrit à cette solution, que la mise en place d’un système limité dans le temps était voué à devenir caduc dès qu’une alternative à la recherche sur l’embryon se présenterait. Or, nous nous trouvons aujourd’hui exactement dans la situation imaginée par le législateur en 2004.

Sur le plan scientifique en effet, les progrès enregistrés par la communauté internationale dans le champ des cellules souches adultes, singulièrement celles issues du cordon ombilical, avec déjà des applications cliniques chez l’homme ont ouvert de nouveaux horizons extrêmement prometteurs pour développer des thérapies cellulaires innovantes. La découverte des cellules souches induites (iPS), saluée par de nombreuses personnalités comme une révolution scientifique de première importance, rendent par ailleurs plus que jamais inutiles les travaux cognitifs sur l’embryon. Est-il cohérent de continuer à accepter que la France autorise des recherches sacrifiant des embryons humains pour un objectif qui pourrait être atteint, plus efficacement, par d’autres méthodes ?

(…) Les seuls arguments avancés pour maintenir la recherche sur l’embryon nous semblent relever de revendications idéologiques ou économiques qui ne sauraient en aucun cas prévaloir sur le plan éthique. Il est plus que temps de mettre fin à la parenthèse ouverte par la dernière loi de bioéthique et de revenir à la position éthique plus rigoureuse de la législation de 1994 interdisant strictement toute atteinte à la vie de l’embryon in vitro. En choisissant cette solution réaliste et cohérente, la France ferait honneur à sa tradition humaniste, elle réconcilierait la science et l’éthique."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services