Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Loi anti-fessée : un combat de fond qui vise à la disparition de toute forme d’autorité au profit de celle de l’État

Loi anti-fessée : un combat de fond qui vise à la disparition de toute forme d’autorité au profit de celle de l’État

Selon Olivier Babeau, président-fondateur de l’Institut Sapiens :

[…] L’interdiction de la fessée n’est qu’un jalon dans un combat bien plus fondamental contre toute forme d’autorité, au profit de celle de l’État. Car tout pourra demain être qualifié de “violence éducative ordinaire”. Comme le rapporte un article du Huffington Post, l’auteur du blog Enfances épanouies identifie ainsi le fait d’obliger son enfant à se nourrir ou à s’habiller quand il fait froid, de lui faire les gros yeux, lui donner des surnoms… La contradiction est forte : il faudrait traiter l’enfant comme un adulte en miniature, ce qu’il n’est pas. Éduquer, c’est éveiller à la liberté, mais c’est aussi précisément être responsable d’un être qui n’est pas encore capable de liberté. L’idée qu’il soit possible d’éduquer par le seul dialogue raisonnable est très séduisante d’un point de vue philosophique, mais pour un parent elle atteint hélas ses limites lorsque le caprice d’un enfant, par exemple, le met lui-même en danger. Quel parent n’a jamais eu recours, pour le bien de sa progéniture, à des formes de chantage et de contrainte physique ? Demain, tous les parents seront hors la loi.

La loi procède de la vision irénique de l’éducation promue par un Jean-Jacques Rousseau dont on sait qu’il avait lui-même systématiquement abandonné ses enfants -pour le coup, une forme terrible de violence. L’enfant, naturellement bon, n’aurait pas à être guidé mais seulement préservé de la corruption de la société. Dans son essai la Crise de l’éducation, Hannah Arendt souligne que chaque nouvelle génération est comparable à une horde de barbares qui déferle sur notre civilisation. Une réalité illustrée avec force par le roman Sa Majesté des mouches de William Golding où des enfants livrés à eux-mêmes s’ensauvagent puis s’entre-tuent. Comment ne pas être troublé par la coïncidence de la progression des violences entre les jeunes (dont le harcèlement scolaire, qui a fait récemment une tragique victime de plus), la difficulté grandissante des enseignants à maintenir l’ordre dans leur classe, avec celle d’un pédagogisme considérant l’idée même de discipline comme un crime ? La correspondance est troublante entre la furie progressiste et le recul des règles les plus élémentaires de respect et de savoir-vivre. Ne plus rien imposer aux jeunes, ne plus leur permettre de grandir par les cadres qui sont donnés, voilà la vraie violence que l’on fait aujourd’hui aux enfants que l’on renonce à civiliser.

Il peut enfin paraître paradoxal d’insister toujours plus sur la liberté de l’enfant en réduisant constamment celle des adultes. Mais ce n’est pas vraiment étonnant si l’on y réfléchit bien : notre société devrait être faite pour des adultes et ceux qui ont vocation à le devenir. Au lieu de cela, par choix idéologique, elle nous considère tous comme d’éternels mineurs placés sous l’autorité paternelle d’un État qui interdit, surveille et punit.

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

7 commentaires

  1. Il y a un corollaire entre

    – une société déchristianisée et une société violente
    – une société infantile (où tout pouvoir est laissé à l’enfant) et une société violente (voir le reportage sur evergreen)
    – une société féministe et une société violente
    – une société inculte et une société violente

    Comme je l’ai lu ici ou là dernièrement, il serait temps que nos hommes commencent à passer à l’action… pour reprendre la main sur notre société. Ils sont bien gentils les benêts qui nous “gouvernent” mais il faudrait peut-être leur dire que la fête est finie?

    Bref, de toute façon, c’est comme pour le totalitarisme lgbt…. notre génération s’y soumet parce qu’on a cru aux soi-disant exactions de la police aux Etats-Unis, toute une mythologie s’est formée… idem pour l’antiracisme, etc etc etc. M’est avis que la génération qui nous suit en aura un peu assez, de toutes ces fadaises. Il suffira un jour que qqn dise “le roi est nu” et tout le monde le constatera à son tour.

    Donc, cette histoire d’autorité qu’on nous enlève pour la remettre à l’Etat, c’est vrai… mais là encore, l’effet sera inverse. L’Etat commence à nous emm.. sévère. Résultat: en ce qui me concerne, j’ai été élevée en apprenant à respecter l’autorité, du professeur, de l’évêque, du ministre, du président, etc. On me disait aussi qu’il en fallait, de l’abnégation, pour être homme politique.
    Mais je suis aussi de la génération qui avait encore du sens de l’humour: on se foutait de nous, chrétiens, mais c’était de bonne guerre parce que par ailleurs on pouvait se ficher d’à peu près tout le monde (voir les sketches des Inconnus… Yasmina qui chante “je veux revoir ma Normandie c’est le pays des allocs”, c’est gratiné!).

    Depuis, ces gars ont montré qu’ils n’avaient aucun sens du devoir, qu’ils se foutaient des pauvres, qu’ils se foutaient de la France, qu’ils étaient arrogants et n’avaient aucun sens de l’humour. Ces gens sont des petits minables qui n’inspirent aucun respect. Ils sont laids, vulgaires, mal habillés. On pardonnait à qqn qui avait une grande culture ou qui acceptait en souriant qu’un Le Luron se moque de lui. On ne pardonne pas à un minus qui n’a aucune culture, est un soumis et est arrogant. Le pouvoir des minables, pouvoir violent, peut effectivement devenir dangereux… Mais je crois que chez nous, beaucoup de parents, vont finir par élever leurs enfants dès le départ dans l’irrespect total de tout ce que fait l’Etat. Il n’existera plus de respect a priori de celui-ci, de respect d’un homme politique à cause de sa fonction, ni même d’un évêque d’ailleurs. Parce qu’ils ont décrédibilisé cette fonction.

    Il y a tellement d’injustices (discrimination positive par exemple, ou alors les injustices liées aux permis à points qui font perdre je ne sais combien de points à une personne excellente conductrice pour un instant d’inattention pendant que les députés font sauter leurs contraventions) que de plus en plus de gens en ont marre.

    Alors l’Etat… il peut bien s’arroger tout le pouvoir qu’il veut, ça ne va pas empêcher les mamans d’éduquer correctement leurs petits: “plus tard, tu rétabliras l’ordre et la justice mon enfant”, “plus tard, tu détesteras ces hommes politiques injustes, mon enfant”, le tout en leur flanquant les fessées qu’elles veulent, si elles veulent, quand elles le jugent utile. Il en faudra du temps avant que des enfants, en masse, préfèrent se soumettre à l’Etat plutôt qu’à leur maman. Non mais.

  2. On peut aussi relever que les blessures psychologiques (pas de violence physique, c’est donc autorisé…) type dénigrement, atteinte à la personnalité… sont beaucoup plus mortifères et profondes qu’un échauffement local temporaire.
    Les lecteurs avertis ont déjà décodé: on se fiche éperdument des enfants, l’essentiel est d’humilier les parents et casser la structure familiale. Et laisser la libre jouissance des jeunes pousses aux prédateurs de tout poil.

  3. Régime totalitaire = Régime dans lequel l’État tend à confisquer la totalité des activités de la société…

  4. Question: la fessée est interdite mais le LBD est-il autorisé?

  5. C’est exactement le programme communiste aidé par la maçonnerie de toute façon et de manière tellement évidente, qu’il ne faut pas avoir de cerveau pour ne pas s’en apercevoir.
    Moi aussi je suis d’une génération où l’autorité, le respect et toutes ces choses qui aujourd’hui semblent être parties à la poubelle, étaient les principes mêmes de mon éducation. J’ai également reçu quelques taloches, et je suis toujours debout et sans problème existentiel.
    Merci Mon Dieu de m’avoir donné des Parents (début du 20è) et Grands-Parents (nés au 19èsiècle) certes d’une autre génération, mais quel bonheur !

  6. Si on n’a plus droit de mettre une fessée aux enfants, on a toujours le droit d’en mettre une aux hommes et femmes politiques qui proposent des lois à la cons pour satisfaire leurs égos. Nous en avons marre d’être obligé de passer par des “représentants” qui une fois élus se foutent de notre gueule et font ce qu’on leur dit de faire. Un contrôle sur ces gens me paraît plus que nécessaire, y compris sur le Président.

  7. “Ne plus rien imposer aux jeunes, ne plus leur permettre de grandir par les cadres qui sont donnés, voilà la vraie violence que l’on fait aujourd’hui aux enfants que l’on renonce à civiliser.”
    Les jeunes n’ont pas besoin en priorité qu’on leur impose quoi que ce soit, en revanche ils ont besoin qu’on s’impose à nous une certaine exemplarité. Les jeunes n’apprennent que par l’exemple, et c’est la défection des parents et le manque d’enseignants passionnés (1 prof démotivé pour 30 élèves qui ne savent pas ce qu’ils font là) qui est la cause du tout : les enfants sont juste le miroir de notre civilisation déclinante au profit de notre intérêt pour l’argent et des distractions du téléphone portable…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services