Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis / Pays : Russie

L’Occident n’a pas détruit le mur de Berlin, mais l’a déplacé à la frontière russe

Extrait d'une Conférence d'Alexandre ORLOV, Ambassadeur de la Fédération de Russie en France à l'Institut Diderot, Paris, le 8 octobre 2015 :

O"[…] les premiers à accuser la Russie de violation du droit international sont ceux, qui ces dernières années n'arrêtaient pas de piétiner ce même droit. Ceux – qui avaient soutenu les séparatistes kosovars en leurs envoyant des porte-avions et en bombardant Belgrade pour arracher à la Serbie un quart de son territoire historique. Ceux qui avait aidé les insurgés libyens et ont transformé cet état en "terre du chaos". Ceux qui aident aujourd'hui les insurgés en Syrie. Mais après une année de bombardement et plus de 5 000 frappes américaines l'Etat Islamique n'a jamais était aussi fort. D’ailleurs, les sanctions contre la Russie constituent elles mêmes une violation flagrante du droit international. Je pourrais citer bien d'autres exemples de la politique de "deux poids deux mesures" de nos partenaires occidentaux. Mais le plus important reste ailleurs.

Chaque fois que j'entends des accusations à l'égard de mon pays, la même question me revient à l'esprit. Tous ces hommes politiques, diplomates ou journalistes français qui trouvent normal de détruire les relations avec la Russie à coup de sanctions, ne voient-ils pas, ne comprennent-ils pas des choses évidentes? Ne comprennent-ils pas à quel point les mythes d'une supposée "agression russe" contre l'UE et l'OTAN sont-ils absurdes? De même que les comparaisons de mon pays avec Ebola et Daech? Ne se souviennent-ils pas que l'Ukraine doit ses frontières actuelles à Lénine Staline et Khrouchtchev – qui ont progressivement attaché aux terres ukrainiennes les régions russes entières du Sud-Est, allant de Donbass à Odessa. Ne savent-ils pas qu'à partir de la désagrégation de l'URSS une "ukrainisation" forcée a été opéré en Ukraine? Une vraie offensive contre la langue et la culture russe a provoqué le mécontentement des régions russophones et a semé les grains de la guerre civile actuelle. (A cet égard je peux vous conseiller de relire le chapitre sur l'Ukraine (La tragédie slave) du livre de Soljenitsyne "La Russie sous l'avalanche", publié il y a 17 ans. Le grand écrivain avait vraiment le don de prophétie).  N'était-ce pas sous les yeux de ces mêmes gens que les protestations de Maïdan ont tourné en révolte nationaliste et russophobe? Ils n'ont peut-être pas vu arriver au pouvoir les nationalistes ukrainiens? Ceux qui proclament ouvertement l'objectif d'une nation mono-ethnique et vénèrent comme héros nationaux les sbires nazis – Bandera, Choukhevytch et autres bourreaux de l'Armée Insurrectionnel Ukrainienne – responsables du massacre des Polonais en Volhynie en 1942 et de la Shoah en Ukraine? Ils ne voient toujours pas que le bataillon ukrainien "Azov" arbore le même écusson que la division SS "Das Reich" tristement célèbre pour le massacre à Oradour-sur-Glane? Ne comprennent-ils pas que la guerre civile en Ukraine ce n'est pas un conflit entre les partisans et les adversaires de la démocratie, comme les médias occidentaux essaient de la présenter d'une façon caricaturale? Que c'est le soulèvement populaire contre le nationalisme agressif ukrainien? Je crois qu'au fond de leurs cœurs ils comprennent tout cela très bien. Le problème n'est pas là.

Je ne peux pas m'affranchir du sentiment que la France joue le jeu d'autrui et selon les règles qu'on lui impose. Le jeu dont elle me parait être plus victime, que complice. Le jeu ou elle ne fait que suivre aveuglement les forces qui cherchent une confrontation avec la Russie.  Quelles sont donc ces forces?

Avant tout les Etats-Unis. Leur politique est d'arracher la Russie à l'Europe, d'empêcher la formation d'un pôle eurasien, qui pourrait mettre en cause leur hégémonie universelle. Ils cherchent à faire de l'Union Européenne un satellite docile, effrayé par "la menace russe". Obligeant les pays d'Europe à tourner le dos à leur partenaire naturel à l'Est, les Américains affaiblissent non seulement la Russie, ils affaiblissent l'Union Européenne, détruisent son potentiel économique et sa souveraineté politique. Washington a toujours besoin de designer quelqu'un comme ennemi. Il en a besoin pour justifier les dépenses militaires croissantes et l'existence même de l'OTAN.

Les Américains jouissent également de l'aide serviable de quelques membres de l'UE de l'Est de l'Europe, qui ont fait de la russophobie un élément de leur identité nationale. Ces Etats commencent à avoir de plus en plus d'influence sur la politique internationale commune de l'Union Européenne. Ils ont su transformer sa politique de voisinage en un outil de lutte pour les sphères d'influence dont nous sommes en train de vivre les conséquences en Ukraine.

Après la chute du mur de Berlin les Russes espéraient sincèrement que l'Europe rentre dans une nouvelle époque – sans lignes de partage ni confrontation des blocs. On espérait que la lutte pour les sphères d'influence sur notre continent appartenait désormais au passé. Que "l'Europe de l'Atlantique à l'Oural" dont rêvait Ch. de Gaulle et la "Confédération européenne" voulue par F. Mitterrand pouvaient enfin devenir réalité.

Toutes ces années, la politique extérieure de la Fédération de Russie était soumise à la logique d'intégration avec le monde occidental. Toutes nos initiatives visaient le rapprochement avec l'Union Européenne. Nous avons pris le cap d’un espace économique et humain commun, du système de sécurité égale et indivisible, de la lutte commune contre l'islamisme radical et autre menaces universelles. Il faut dire qu'en Europe et même aux Etats-Unis il y a eu des hommes politiques lucides et indépendants qui proposaient d'en finir avec les vestiges de la guerre froide et prônaient le rapprochement avec la Russie. F. Mitterrand, J. Chirac, G. Schröder, S. Berlusconi, N. Sarkozy… Nos efforts communs ont donné des résultats – des grands projets économiques et politiques ont vu le jour.

Mais en même temps certains outre-Atlantique et en Europe voient le monde autrement. Pour eux, il doit rester unipolaire. C'est pourquoi ils suivent un autre cap – celui de l'endiguement de la Russie, qu'ils considèrent comme leur rival géopolitique № 1. Aujourd'hui c'est la ligne des néoconservateurs qui triomphe, et il en existe plusieurs preuves. L'élargissement méthodique de l'OTAN et l'avancement de son infrastructure militaire vers nos frontières; la construction aux frontières de la Russie du bouclier antimissile destiné à dévaluer son potentiel nucléaire; le soutien apporté à tous les mouvements antirusses dans notre voisinage, y compris ceux ouvertement néonazis; le soutien de l'islamisme radical dans le Caucase du Nord; la diabolisation constante de la Russie dans les médias; les tentatives de torpiller nos liens économiques avec les pays voisins, y compris par le biais du "Partenariat oriental". A partir de notre expérience d'aujourd'hui on voit très bien que nos partenaires occidentaux n'ont pas détruit le mur de Berlin. Ils l'ont juste déplacé à la frontière russe. […]"

Partager cet article

7 commentaires

  1. Merci Excellence, on ne saurait mieux dire…hélas!

  2. D’où le traité transatlantique pour empêcher l’Europe de s’allier avec la Russie ! Il est drôle de voir que les neo-cons américains qui prônent ce traité sont en fait d’anciens trotskistes !
    Autre surprise, ce traité va à l’encontre du “Réchauffement climatique” ! Car ce n’est pas en favorisant les échanges lointains, entre deux continents séparés par un océan, que le CO2 va baisser ! Les transports sont un facteur important de l’augmentation de ce CO2 !
    Qu’en déduire ? Que ce “Réchauffement climatique” soi-disant très préoccupant, n’est en fait pas du tout pris au sérieux par ceux-là même qui le mettent en avant ! Reste à trouver quelle est donc la raison principale de cette taxe carbone que l’on fait payer essentiellement aux pays du Tiers-monde grâce à la décentralisation des usines sur leurs territoires.

  3. “au fond de leur cœur”? sauf votre respect , M l’ambassadeur, vous me semblez bien naïf, ces gens ont une pierre à la place du cœur lorsqu’il s’agir des enfants serbes ou russes du Donbass. Ils réservent leurs épanchements à “Charlie” et à Ayyyylaaaan….

  4. “la shoah en ukraine”
    en ukraine il n’y a pas eu de “shoah”, il y a eu 14,5 millions de slaves Chrétiens Orthodoxes exterminés par le juif Kaganovitch -dont 7 millions par famine organisée, soit l’holomodor.
    Merci de sortir de la grosse caisse des mythologies politiques, et d’accepter de dire la réalité historique.

  5. Je suis d’accord… sauf pour la liste de personnalité pro-russe.. ou alors, c’est de l’humour et je n’ai pas compris…
    Sarkozy, le valet américain, sera pour une grande Europe ? C’est comique.

  6. L’Amérique a toujours été notre ennemie, souvent bien déguisée en bienfaitrice, ce qu’elle n’a jamais été pour l’Europe.
    Quand on connait l’origine de la FED et les suites de sa création, on a pas besoin de longues explications ( voir vidéo Etienne Chouard, arnaque des impôts, entre autres)

  7. Le problème c’est que quand un institut s’appelle Diderot, c’est qu’il ne vaut rien.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services