Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

L’Obs : “Alain Juppé, premier homme politique condamné à entrer au Conseil constitutionnel”

L’Obs : “Alain Juppé, premier homme politique condamné à entrer au Conseil constitutionnel”

Il s’agit d’un pas de plus dans le délitement de nos institutions (voir ici). Même certains médias dominants comme l’Obs posent la question de la pertinence de la nomination d’Alain Juppé au Conseil constitutionnel en raison de sa lourde condamnation :

Condamné dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris, Alain Juppé est-il bien à sa place au Conseil constitutionnel ? Des voix s’interrogent.

On peut donc avoir été condamné par la justice et finir au Conseil constitutionnel. La nomination d’Alain Juppé en témoigne. L’ancien Premier ministre, choisi mercredi pour rejoindre la rue de Montpensier, avait écopé en 2004 d’une peine de 14 mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité. La cour d’appel de Versailles l’avait reconnu coupable de “prise illégale d’intérêt“, dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris, pour son rôle de bras droit de Jacques Chirac au RPR et à la mairie (…)

Au regard de sa condamnation pour emplois fictifs et du contexte actuel de défiance généralisée envers élus et institutions, la nomination d’Alain Juppé au Conseil constitutionnel est-elle habile ?”, demande l’historien Corentin Sellin, sur Twitter.

Un autre historien, André Loez, s’interroge à voix haute :

“Je n’ai jamais compris l’argumentation consistant à exonérer Juppé de toute faute en lien avec sa condamnation. “Couvrir” Chirac et un système de corruption, dissimuler la vérité pour raisons politiques n’a rien de très reluisant. Et ne qualifie pas pour le conseil constitutionnel…

Dans son arrêt de 2004, la cour de Versailles avait estimé “regrettable que M. Juppé, dont les qualités intellectuelles sont unanimement reconnues, n’ait pas cru devoir assumer devant la justice l’ensemble de ses responsabilités pénales et ait maintenu la négation de faits avérés“. La cour a aussi jugé “particulièrement regrettable qu’au moment où le législateur prenait conscience de la nécessité de mettre fin à des pratiques délictueuses qui existaient à l’occasion du financement des partis politiques, M. Juppé n’ait pas appliqué à son propre parti, dont il était le secrétaire général à l’autorité incontestée, les règles qu’il avait votées au Parlement” (…°

Alain Juppé va dire les règles de notre constitution… Tout va bien en France“, raille de son côté Christophe Grébert, blogueur et homme politique qui a fait face au système RPR/UMP dans les Hauts-de-Seine.”

 

Partager cet article

12 commentaires

  1. Ali de Bordeaux au Conseil constitutionnel… un pas de plus dans la descente ! Je suppose que ne pouvant plus faire de tort en restant à Bordeaux, “ils” l’ont foutu au Conseil pour qu’il puisse nuire encore plus à la France !

  2. Ce prince de ce monde continue à poser problème .

  3. Photo prise le jour où il a appris sa condamnation, certainement.
    Quand donc comprendra-t-on que ces gens-là sont TOUS des magouilleurs, mais s ‘en fichent complètement : ils sont condamnés mais ne voient JAMAIS la prison : pourvoi en cassation, sursis, etc.
    2 ans plus tard tout le monde a oublié, ils se représentent (peu importe le parti) pour ‘sauver la France’, ou alors ils sortent leur bouquin et trouvent encore par là le moyen de se faire du pognon.
    Le monde du fric est inattaquable.

  4. “[…]une peine de 14 mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité[…]”. Logique débile de la constitution française : on peut donc être jugé, condamné, et donc reconnu comme un escroc, et on peut être ÉLIGIBLE à nouveau ?

  5. Pontifier à longueur de temps, à tort et à travers, n’est surement pas un signe de “qualités intellectuelles”… au contraire !
    Donc si elles sont “unanimement reconnues”, je ne fais pas partie de l’unanimité…

  6. Si le conseil constitutionnel devient une mosquée au moins nous saurons pourquoi.

  7. un gars condamné pour détournement d’argent public, et ensuite ils s’étonneront de constater la défiance vis à vis des zélites!

  8. Nous sommes en République des Copains D’abord.

    Richard Ferrand (hum) qui propose Juppé (re Hum) pour ronronner dans le délicieux refuge du Conseil Constitutionnel moi j’appelle ça un élan de fraternité. C’est remarquable.

    Allons enfants de la Patrie, réveillons-nous car l’heure est grave et il est bien tard.

  9. Juppé quitte la mairie de Bordeaux en versant, paraît-il, une larme (de crocodile ?) : il va vite se consoler dans ses nouvelles fonctions honorifiques (il n’aura pas grand chose à faire) aux émoluments qui ne le sont pas …

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services