Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / France : Politique en France

L’Islam pose un vrai problème

En réponse à Eric Besson, le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale,  qui considère que l'Islam est compatible avec la République française (et il n'est pas le seul), Jacques Bompard, maire MPF d'Orange et tête de liste pour la Ligue du Sud pour les régionales s'explique sur le sujet dans les 4 Vérités :

Bompard "(…) Cette religion n’est pas compatible avec la démocratie, ni avec la laïcité, parce que c’est une doctrine à la fois politique, économique et même civilisationnelle. C’est donc un absolu, non seulement religieux, mais global, comme le montre l’évolution de la communauté musulmane en France, avec le voile, le haïk, les drapeaux exhibés lors des mariages, les prénoms donnés aux enfants : Oussama ou Djihad, par référence à Ben Laden et à la guerre sainte… Baptiser son enfant « Guerre sainte » témoigne d’une conception tout à fait remarquable de l’intégration !

Or, la République française est une république d’intégration. Elle a montré sa compétence pour intégrer pratiquement tout le monde, mais elle bute sur l’intégration des musulmans parce que leur religion n’est pas intégrable, ni compatible avec l’Occident.

Il suffit de lire le Coran pour s’en convaincre : à côté de sourates souples et tolérantes, y figurent des sourates autoritaires, un Coran totalitaire avec une clé de lecture que les lecteurs ne connaissent généralement pas : quand deux sourates se contredisent, c’est celle qui a été écrite en dernier qui a autorité sur la précédente. Or toutes les sourates autoritaires ont été écrites après les sourates complaisantes… Voilà pourquoi l’Islam n’est pas intégrable.

Rappelons aussi qu’il est formellement interdit de construire des églises en terre d’Islam, que l’importation d’une Bible y est punissable de la peine de mort, et que lorsque nos soldats sont allés se battre contre l’Irak pour les Etats du Golfe, il a été interdit à la Croix-Rouge d’arborer son emblème… Moyennant quoi, nous devrions, quant à nous, tout tolérer ! (…)

Quand on n’intègre pas, on est désintégré, et c’est ce qui se passe en France. La désintégration de la société française est extrêmement marquée dans les quartiers où la population est en majorité musulmane, puisque dans ce sont les Européens qui s’y intègrent à l’Islam – nous recevons à la mairie des mères de famille, d’origine musulmane parfois, ou qui ont fait des mariages mixtes, et qui se plaignent des très fortes pressions qu’elles et leurs enfants subissent, du fait de l’intégrisme religieux.

Lorsqu’on se trouve devant des problèmes graves, ce qui est le cas, la loi de la Ve République prévoit que l’on saisisse par référendum les citoyens, qui ont le pouvoir en démocratie. L’Islam pose un vrai problème et nous demandons, comme en Suisse, l’organisation d’un référendum sur ces questions et tout particulièrement sur les minarets."

Partager cet article

21 commentaires

  1. “Quand on n’intègre pas, on est désintégré, et c’est ce qui se passe en France.”
    Non, Jacques Bompard a tout faux: on n’a pas besoin “d’intégrer”… il faut “assimiler” ceux qui entrent en France.

  2. L’exemple suisse a fait l’effet d’un coup de tonnerre en France, les citoyens anesthésiés par des decennies de lavage de cerveau se disent” pourquoi pas nous ?”, ils decouvrent soudain que le peuple detient la souveraineté et qu’il n’a pas d’ordre à recevoir d’elus corrompus jusqu’au sommet de l’etat.
    Le peuple français realise qu’on lui a confisqué le droit inalienable de decider seul de son avenir, ce qui s’est passé en Suisse pourrait être le precurseur d’une lame de fond qui balayera la nomenklatura vermoulue qui s’accroche à ses prebendes et qui voit avec effroi le goufre qui s’ouvre sous ses pieds.

  3. Mr Bompart a raison. Il faut arrêter de tourner autour du pot. Burkas, minarets, “mosquées cathédrales” , menus hallals et autres exigences ne sont que les parties visibles d’un iceberg conquérant et colonisateur. L’intitulé du référendum doit être sans ambiguité : “oui ou non à la Charia en France”, la loi sur la laïcité ne permettant pas de résoudre cette question où le politique et le sociétal se mêlent au religieux.

  4. Ce n’est pas un référendum sur les minarets dont on a besoin, mais un référendum sur l’islam. Et si tant est qu’il ait lieu quand même, on sait très bien ce que notre Président fait de la voix des Français …..

  5. Merci Monsieur BOMPARD vous restez le seul homme politique crédible de la droite que j’ai connue et pour laquelle je reste fier de m’être battu. Votre réponse à Mr besson qui n’y connaît rien en religion est très juste.

  6. Le fait que l’Islam soit une religion civilisationnelle pose la question du type de civilisation proposé, et c’est là qu’apparaît que l’Islam est un problème (en tout cas pour nous, en Europe et en France).
    La religion catholique est aussi civilisationnelle, mais on peut constater qu’elle a contribué à développer une civilisation que nous apprécions ; pour faire très bref, elle a essayé de rendre l’homme meilleur puisque son but en est la sainteté par l’amour du Christ.
    Contrairement à l’idée développée par les incultes médiatiques, l’Eglise catholique a montré, le plus souvent, tout au long des siècles un profond respect des personnes (hommes et femmes créés à l’image de Dieu), développant les écoles, hôpitaux, rachats d’esclaves…
    Il faut bien en venir au fait qu’une religion est bonne (vraie ?)… et c’est là que le bât blesse et que la chose est difficile à digérer dans une laïcité républicaine exacerbée.

  7. L’islam ne fera JAMAIS partie de l’Identité Française.

  8. Tout est dit. Il n’y a pas de place pour deux constitutions sur le territoire, ni pour deux drapeaux au sommet d’un édifice public.
    La démonstration a été faite le 18 nov à Toulouse: le drapeau français a été brulé, remplacé par le drapeau algérien.
    Demandant plusieurs fois à leur hiérarchie d’intervenir, les forces de l’ordre ont eu pour réponse qu’il s’agissait d’une manifestation festive.

  9. C’est un discours courageux !
    Comme toujours en France, nous sommes paralysés par cette idéologie des droits de l’homme et c’est quand la situation devient intolérable que l’on s’en préoccupe.
    Ne serait-il pas plus intelligent de juger les choses selon la loi naturelle et non faire accepter coûte que coûte les droits de l’homme, idéologie complètement stupide car lorsqu’on impose les droits de l’homme à certains c’est toujours comme les droits des autres, en l’occurence : les droits du peuple français à vivre selon la culture occidentale et chrétienne.
    Il ne faut pas oublier la grave faute des hommes politiques d’avoir accordé, sans l’avis des français et sans contre-partie pour le pays accueillant, une nationalité liée au droit du sol. Ce qui empèche l’intégration puisque ces gens ont une double nationalité (parions que ce ne sera pas simple dans l’avenir pour commander nos armées).

  10. Ce n’est pas qu’en Occident que l’islam est impossible à intégrer.
    Où donc trouve-t-on dans le monde une population musulmane intégrée à une population non musulmane ?
    Ce n’est en tout cas ni en Inde ni en Asie Centrale, ni aux Philippines…
    Abbé Bernard Pellabeuf

  11. Assimiler les positions totalement islamophiles de Besson avec celles de JM LP est abusif : le premier ne voit dans les minarets qu’une question d’urbanisme, alors que le second condamne ceux-ci et a simplement dit que stricto sensu, les 5 piliers de l’islam sont compatibles avec la République. Mais cela dépasse ces nuances, qui séparent le vraisemblable de l’inexact.
    Le vrai sujet : J. Bompard comme le FN durant 35 ans, ont abordé la question de l’immigration sans incriminer plus l’islam que l’immigration (relire le rapport Milloz). Car 1 ou deux millions de musulmans qui travaillent, c’était gérable, c’est au delà, avec le regroupement familial et l’immigration de peuplement, 5 à 8 millions, que l’islam devient un problème.
    La question est de savoir si la République laîciste, et ceci est valable au delà de cet interview, est compatible avec la foi catholique et la DSE.
    Car en décatholicisant la France, la république laïciste a rendu impossible toute assimilation (c’est l’échec algérien prévu par Charles de Foucauld) et même l’intégration : beaucoup de jeunes français ”de souche” ne sont pas plus intégrés dans leur langue et leur culture que ne le sont les jeunes immigrés……
    En ce sens l’islam n’est que le révélateur de notre décadence : et si par un coup de baguette magique, il ne restait plus que 1 petit million d’immigrés, cela rendrait-il la France plus chrétienne, plus ancrée dans ses valeurs oubliées, et plus enracinée dans sa culture perdue, plus puissante démographiquement ?
    Non, c’est évident.
    Combattre l’islam est bien, mais revivifier la société française au travers de ses racines religieuses catholiques et occidentales est de beaucoup préférable.
    Je trouve parfois que les excès verbaux sur l’Islam cachent mal une réaction de peuples décadents aigris et qui désignent chez l’autre le mal qui les ronge, qu’ils soient suisses ou français. Si les suisses et les français avaient conservé depuis 50 ans une démographie dynamique, leur foi, et la force de croire en leur avenir, la question de l’immigration et son corollaire, l’islam, ne se poserait pas.
    Contre le croissant, les berceaux, plus ou autant que la lutte contre les minarets, mosquées, et burquas.
    Or pour accepter le risque de l’avenir, il faut fuir le matérialisme de la redistribution étatique, et ces ”mensonges qui nous ont fait tant de mal”, qui visent à faire croire à chacun que c’est la société qui remplace sa responsabilité.
    Leon Bloy disait attendre les Cosaques et le Saint esprit. Nous avons les musulmans. Est-ce pire que d’avoir ignoré le Saint Esprit ?
    [Je ne suis pas sûr qu’il soit abusif de faire un rapprochement. Il n’est pas question d’urbanisme dans cette déclaration précise de Besson.
    Question posée par Eric Besson lui-même :
    “une partie des Français s’interrogent sur une question simple : est-ce que l’islam est compatible avec la République et la démocratie ?”
    Réponse d’Eric Besson : “Moi, je pense que oui ”
    Question posée à Jean-Marie Le Pen :
    “Parlons franchement : y a-t-il incompatibilité entre les cinq piliers de la foi musulmane – profession de foi, cinq prières quotidiennes, ramadan, charité du vendredi, pèlerinage une fois dans sa vie à La Mecque – et le mode de vie français ? ”
    Réponse de JMLP : “À mon sens, aucune”.
    PC]

  12. Autant essayer de dissoudre de l’huile dans de l’eau…on obtient alors simplement une émulsion.

  13. Non, pas un référendum sur les minarets, la burka, les mosquées etc…
    Un référendum sur l’islam…
    Si c’est incompatible avec la démocratie, autant aller au bout de la logique.

  14. Si l’on en croit Jean-Paul II (en lisant le lisant a contrario) l’islam n’est pas une culture mais une pensée :
    “Il faut être conscient, entre autres, de la divergence notable entre la culture européenne, qui a de profondes racines chrétiennes, et la pensée musulmane.”
    http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/apost_exhortations/documents/hf_jp-ii_exh_20030628_ecclesia-in-europa_fr.html
    Extrait de l’exhortation apostolique “Ecclesia in Europa”.
    La culture est un système de valeurs admises collectivement et issues de l’histoire et de l’acceptation collective de ces valeurs.
    Alors qu’une pensée est la production de l’intellect qui s’impose aux relations sociales de l’extérieur, sans qu’elle puisse s’intégrer à la nature humaine ni constituer une culture par défaut de valeurs de référence.
    Il n’y a donc pas de culture ou civilisation musulmane, mais une pensée musulmane laquelle pensée tend à se soumettre la société et chaque individu.

  15. Il y a incohérence manifeste (et de mauvaise foi) à assimiler LE PEN à Besson sur l’islam.
    D’abord parceque LE PEN n’a jamais prétendu que “l’islam [soit]compatible avec les lois de la république” mais que les 5 piliers de l’islam (prière, jeune, pélerinage, profession de foi et aumône) n’étaient pas en opposition avec la loi française, ce qui est parfaitement exact.
    L’islam et le danger qu’il représente, ce ne sont pas les 5 piliers, que l’on pourrait alors reprocher aux catholiques dont je suis. C’est l’hégémonie de l’islam, avec imposition systématique de la charia dès que le nombre suffisant est atteint, qui est dangereux; ce que LE PEN avait d’ailleurs également dit, y compris dans Flash.
    Cet amalgame, faussement tiré d’extraits de d’une interview volontairement tronquée, n’est pas admissible pour quiconque connait la position, maintes fois répétée y compris le mois dernier à marseille face à “Ben-Gaudin”, de LE PEN sur le danger de l’islamisation et de la dhimmitude, qu’il a encore très clairement dénoncée lors de sa venue à Marseille.
    Bref, arrêtons de dire n’importe quoi et de satisfaire, pour la propagande de quelques uns, de simplifications indignes d’un site de qualité.
    [Vous êtes face à vos propres contradictions. Vous essayez de justifier l’injustifiable sous le seul prétexte que c’est JMLP qui a tenu ces propos et qu’il est interdit à vos yeux de critiquer cet homme ou d’être en désacoord avec lui…
    Vous dîtes que l’interview est truquée ? Je la livre en intégralité aux lecteurs et vous verrez que la suite est pas mal non plus :
    “À mon sens, aucune. En principe, les religions chrétiennes étaient religions de paix, de fraternité et d’amour. Ça n’a pas empêché les catholiques et les protestants de s’égorger des siècles durant, tel qu’en Irlande aujourd’hui encore…”
    http://www.egaliteetreconciliation.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=4440&Itemid=115
    Bonne lecture
    PC]

  16. @ PC
    Sans esprit polémique aucun : ce rapprochement est un collage partiel et non le rapprochement de toutes les citations récentes de Besson et JM LP sur le sujet. Déjà, l’un parle de République, l’autre de mode de vie, ce qui est différent. Car ainsi vous tentez d’assimiler JM LP à Besson, qui a bien parlé d’urbanisme à propos des minarets, pour insinuer implicitement que J. Bompard s’oppose à l’islam dont serait complice JM Le Pen : cette méthode n’est pas très précise, pour le moins.
    Qq jours après cet interview dans FLASH, JM LP a -lui aussi- précisé que la présence musulmane au travers de l’immigration massive constitue bien un problème : il faudrait citer aussi ce passage, pour ne pas déformer sa pensée. Car, à juste titre, en partisan du politique d’abord maurrassien, il refuse de penser à l’Islam en oubliant que sans immigration de peuplement, pas d’islam en France.
    Les propos de J. BOMPARD, vrais en soi, semblent être typiques d’une démarche ”en réaction” : on attaque la manifestation d’un problème sans en examiner l’origine. Etre catholique et vouloir défendre la foi catholique, la loi naturelle et la DSE ne peut se résumer à fermer les frontières et combattre l’Islam : il y a des causes historiques et institutionnelles qui ont préparé notre décadence, et l’immigration actuelle n’est que l’aboutissement d’un processus de génocide spirituel et moral des français. Dénoncer l’islam et son danger en Europe est utile, mais sans remonter aux causes, c’est beaucoup de bruit utile à court terme pour les élections, mais à moyen et long terme, inutile, car cela masque les vraies questions. Résoudre la question politique de l’immigration, constitue la meilleure méthode pour résoudre le problème religieux secondaire, (secondaire au sens logique, c’est à dire dérivé du premier) qu’est l’Islam en France.
    [Je suis tout à fait d’accord pour dire que Besson et JMLP n’ont absolument pas le même point de vue sur l’immigration. Je suis d’accord pour reconnaître que JMLP et Marine ont dit des choses justes ces derniers temps sur l’Islam, (actualité oblige peut-être).
    En revanche, les propos de JMLP sur l’Islam dans l’entretien donné à Flash jettent un trouble profond chez moi. Et je me demande comment il faut les interpréter car il me parraît impossible de les justifier…
    PC]

  17. En effet, il y a incompatibilité entre les cinq piliers de l’islam et la laïcité prônée par Pie XII.
    Déjà la chahada nie la laïcité. Elle ne dit pas “je crois”, ce qui implicitement laisse libres ceux qui ne veulent pas croire. La chahada s’impose, la foi chrétienne n’est pas une évidence elle commence par “je crois”.
    Aucun pèlerinage n’est obligatoire en chrétienté.
    Le ramadan est une institution collective absurde et comme telle superstitieuse qui veut s’imposer à tous. Le carême est une loi disciplinaire de l’Eglise qui est régie, modérée ou annihilée par la loi naturelle selon les circonstances. De plus nul n’est chargé, et ce serait un péché de le faire, de se mêler de la façon dont son prochain respecte le carême.
    Donc déjà ces trois “piliers” sont incompatibles avec la “saine laïcité” prônée par Pie XII et dont le laïcisme n’est qu’une déviation.
    Il est odieux d’entendre dire que les chrétiens se sont “égorgés”, c’est faux ils ne se sont pas “égorgés”. Même s’il y a eu des guerres, elles sont terminées depuis longtemps. Les efforts de paix sont aujourd’hui couronnés de succès. En Irlande du nord (problème marginal en Europe), nous sommes bien plus en présence de gauchistes déguisés en catholiques et d’extrême-droite déguisés en protestants. L’emploi du sempiternel argument historique n’a aucun sens dans le contexte qui est celui de savoir si les “cinq piliers de l’islam” sont compatibles avec l’Occident, c’est-à-dire avec la laïcité qui fait partie de la morale chrétienne.

  18. Quel plaisir d’entendre Jacques Bompard : enfin un homme politique sérieux au propos cohérent, ferme et efficace.
    Comme cela nous change de l’islamophilie complaisante de Jean-Marie Le Pen ou du laïcisme de sa fille. Sur ce sujet, l’écart se creuse entre les deux têtes de liste de la Ligue du Sud et du FN en Paca.
    A ce sujet je suis bien d’accord avec Philippe Carhon, si on peut féliciter les Le Pen d’une réaction (certes dans le vent médiatique actuel), celle-ci emploie la mauvaise méthode (référence à la loi maçonnique et anti-chrétienne de 1905 par exemple) et elle est en contradiction avec leurs propos précédents effectivement choquants.
    Pour revenir à Jacques Bompard, je pense qu’il est temps qu’il se lance : la droite nationale a besoin d’un cadre fidèle à nos valeurs et enraciné comme lui. C’est l’exemple que nous devons suivre pour que le mouvement national revive politiquement et électoralement par la fidélité, la fermeté, la proximité. Il faut tourner la page du népotisme asphyxiant et du néo-lepénisme négateur de nos idéaux. Bravo Bompard, continuez !

  19. @ PC
    Comme vous, j’ai ressenti la possible ambiguïté d’interprétation de ces propos, et je préfère penser qu’il s’agit de l’expression d’une partie de son opinion sur le sujet, au vu et au su de ce qu’il a dit depuis.
    Il est très difficile pour un responsable politique de tout dire en qq réponses, et parfois, certaines séquences sont incomplètes ?
    Mais sur ce sujet, ayant été en contact fréquents avec des musulmans au quotidien, j’ai pu constater chez beaucoup (pas tous évidemment) de fortes vertus naturelles, particulièrement familiales, que n’ont plus de nombre de français. Il faut donc éviter les schématisations : l’islam est une religion que nous ne pouvons estimer juste, dont nous devons éviter l’implantation massive en France, mais ses croyants ne doivent pas être agressés inutilement, s’ils sont pacifiques et ne tentent pas d’empiéter sur l’espace public.
    Et il me parait qu’il y a un lien moins indirect qu’on ne pourrait penser au premier abord entre l’avortement et l’immigration : ces deux fléaux sont le fruit d’une même déconsidération de vertus naturelles sans lesquelles la société devient néfaste à l’individu, et ne constitue plus un modèle qui convertirait et assimilerait les musulmans. Nous catholiques, même exaspérés par l’actualité, même citoyens ”en colère”, il nous faut éviter de nous départir d’un certain sens de l’espérance afin de ne pas foncer sur tous les chiffons rouges du moment. Les musulmans en France ne sont pas nos frères du Livre, contrairement à ce que racontent inconsidérément des responsables catholiques, mais la force de notre foi et de nos valeurs est telle que nous pouvons espérer à terme en convertir certains, tout en expulsant les autres. Sans quoi, actuellement, la situation est désespérée sur le plan humain, ne serait ce que par la démographie.

  20. Vous pratiquez la désinformation à l’envie: Jean-Marie LE PEN a donné une interview vidéo sur Françoisdesouche pour revenir sur l’interview de Flash et sa position sur l’islam.
    Il a notamment dénoncé comme diffamateurs ceux qui le prétendent, parfaitement odieusement, “islamophile”. Bien sûr, aucune trace de cette vidéo dans votre post, par contre caricaturer une énième le FN pour promouvoir un groupuscule d’arrivistes, ça …
    Et pourtant, c’est peu de dire que Jean-Marie LE PEN, Marine ou encore Gollnisch hier sur France 2 combattent chaque jour contre l’islamisation de la France.
    [1- Je n’ai jamais écrit que JMLP était “islamophile”.
    2 – JMLP a donné cet interview écrite en 2009, qu’il en assume la teneur. Qu’il ait donné ensuite une interview audio à un blog n’a rien à voir avec la question, sinon on peut également ressortir les propos qu’il a sil y a vingt ans en 1989 à l’heure de vérité :
    “Je crois profondément que, pour des raisons très profondes, l’islam est incompatible avec la culture européenne… cela ne dépend pas de nous, c’est la charia, c’est le fait qu’il n’y a pas de possibilité dans l’islam de séparer le laïc du sacré, la religion de la politique… et c’est pour cela que je suis un adversaire de la politique d’immigration, en particulier de ressortissants musulmans dans notre pays”.
    Quel Le Pen faut-il croire ? Il ne s’agit pas pour moi de “diffamer” mais de relever les contradictions qui ne relèvent pas ici d’un point négligeable (j’allais utiliser un mot que vous m’auriez sans doute reprocher)…
    PC]

  21. @PC
    Il faut juxtaposer les trois citations : celles récentes de Flash et de F Desouche et la plus ancienne.
    JM LP est ainsi : il pense que quand il s’est exprimé sur un sujet, il peut ensuite y revenir sans repréciser ce qui a déjà été exprimé.
    Quand il compare les luttes catholiques-protestants aux débats actuels, il oublie de rappeler qu’un des problèmes entre eux ne venait pas du catholicisme, mais du protestantisme, qui appliquait, comme l’Islam, l’adage ‘’ejus regio, ejus religio’’ ( telle la religion du prince, telle celle du pays), ce qui contredisait en France les lois fondamentales du royaume : la preuve en est qu’Henri de Bourbon prince protestant, fils de Jeanne d’Albret fanatique protestante, dut abjurer et se convertir pour devenir Henri IV roi des France…Il édicta l’Edit de Nantes pour régler la question du protestantisme. Peut-être faudrait-il uns sorte de ”Code musulman’ pour régler, par la loi et définitivement, ce qui est autorisé à la confession musulmane.
    Là est l’ambiguïté de la position laïque, selon la loi de 1905, face à l’Islam : le considérer comme on considère les confessions chrétiennes ou juives revient à se heurter en permanence et indéfiniment à ses manifestations et empiètements sur l’espace public, car la structuration morale, juridique et théologique de l’islam est totalement différent de celle du judéo christianisme.
    La loi de 1905 était et demeure anti catholique, et face à l’Islam elle ne suffit pas : il faudrait une loi spécifique, ”de 2010”, adaptée à cette religion, instaurant la séparation de l’état et de l’Islam.

Publier une réponse