Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Lipietz et la SNCF

La SNCF a été condamnée mardi par un tribunal administratif pour complicité de crime contre l’humanité. Le Pdg de la SNCF estime que son entreprise n’est pas responsable. L’avocat de la SNCF, Me Yves Baudelot, a déclaré :

"La SNCF fait appel. On ne comprend pas du tout la condamnation, qui est en complète contradiction avec les études faites par le CNRS, à qui la SNCF avait ouvert ses archives".

Le tribunal administratif de Toulouse a condamné l’Etat et la SNCF, poursuivis par le député européen Vert Alain Lipietz, sa soeur Hélène, conseillère régionale Vert, et leurs proches, à leur verser 62.000 €, pour avoir déporté et interné 4 membres de leur famille de Toulouse à Drancy en 1944.

Alain Lipietz

Alain_lipietz_4384 Alain est né en 1947 et sa sœur en 1958 : difficile pour eux de prétendre avoir été persécutés par les nazis. C’est donc en tant qu’héritiers de leur père, Georges Lipietz, vraie victime du nazisme, qu’ils se sont constitués partie civile. La vie du pauvre Alain n’a pas été marquée par le sinistre préjudice paternel : modeste diplômé de l’Ecole Polytechnique en 1968, il devient simple directeur de recherche au CNRS puis humble ingénieur en chef des Ponts et chaussée. Parallèlement, il s’engage en politique, d’abord avec les maoïstes du PSU, puis avec les Verts. Il est également membre du Conseil d’analyse économique, du Haut conseil de la coopération internationale, de la Commission française du développement durable et du Conseil d’établissement du Collège de France

Georges Lipietz

Lipietzm1942 Georges Lipietz n’est pas mort en déportation mais en 2003. En 1942, du fait de ses origines juives : il doit renoncer à l’Ecole Polytechnique, dont le statut militaire l’aurait obligé à fournir un extrait d’acte de naissance, et intègre de l’Ecole des Mines de Paris. En 1943, les élèves de l’Ecole sont convoqués au commissariat de police pour le STO. Le directeur de l’Ecole intervient et Georges Lipietz évite le départ en Allemagne. Il se retrouve dans les mines du Nord et du Pas de Calais où il est affecté en qualité d’ «ingénieur stagiaire». Il travaille à «l’amélioration du système pneumatique des marteaux piqueurs». Au début de 1944, un certificat médical de complaisance lui permet de rentrer chez ses parents, dans la région de Pau, pour «se soigner par le repos», à une époque où, rappelons-le, des Juifs mourraient par milliers en Europe de l’Est. Lui et sa famille espèrent passer en Espagne mais ils sont arrêtés par la Gestapo de Pau le 8 mai 1944.

Ils sont d’abord transportés dans un wagon de 3ème classe jusqu’à Toulouse où ils restent deux jours avant d’être convoyés en wagon à bestiaux jusqu’à Paris. Ils arrivent au camp de Drancy en région parisienne le 11 mai 1944. Ils en sortiront, libres, le 17 août suivant. C’est tout. En terme de "crime contre l’humanité", d’autres auraient pu porter plainte avant lui. Selon la biographie trouvée sur le site de l’Ecole des Mines :

"Le débarquement des Alliés et le soulèvement de Paris sauvèrent Georges et ses parents de la déportation."

Michel Janva

Partager cet article

17 commentaires

  1. […] Cette condamnation est intolérable!

  2. intolérable effectivement.

  3. Un regret, mais de taille, par rapport à votre biographie de Georges Lipietz. L’appeler “pistonné” parce qu’il a échappé au travail obligatoire en 1943. J’aurais préféré le temre de rescapé, car s’il avait été envoyé en tant que juif en allemagne en 1943, il serait très probablement mort.
    On ne peut pas à la fois saluer le courage de justes, parfois chrétiens, qui ont sauvé des juifs d’arrestations et appeler “pistonné” l’un de ces juifs.
    De plus, ce n’est pas être pistonné que d’échapper au STO. De nombreux français ont fait de même à l’époque et sont entré dans la résistance. C’était leur droit. Et si M. Lipietz a pu travailler comme ingénieur en France en 1944, métier en rapport avec sa formation, plutôt que d’aller en Allemagne, je ne vois pas ce qu’il y a de mal à cela.

  4. Certes. Mais ma prose se voulait un tant soit peu ironique : ce que je voulais surtout dire par là c’est que le dénommé Georges Lipitez n’a semble-t-il pas eu l’envie d’entrer en Résistance…

  5. Je pense que le débat ne se situe pas sur le point de savoir ce qu’a fait ou non G. LIPIETZ. Nous sommes pour la plus part trop jeunes pour nous rendre compte de se qu’était cette période. Un avis tranché sur la question serait bien présomptueux. En effet, nous avons le recul qui manquait aux protagonistes de cette douloureuse période.
    Je pense que se que nous avons le devoir de souligner c’est le caractère odieux de ce genre de procés. Il est bien évident que les demandeurs à cette pantomine ne font cela que pour des raisons financières.
    Un pays ne se remet pas des douleurs de son passé devant une cour d’un tribunal.
    Il est temps de tourner la page et de pardonner. Mais ce pardon ne se fait pas au grand jour mais dans les coeurs. Cette période a démontré une foi de plus la folie humaine et chacun est responsable car ce n’est qu’une des nombreuses conséquences du péché originel. Faisons confience à la miséricorde de Dieu qui est certainement bien plus éfficace que la justice humaine surtout après autant d’années.

  6. quel est le lien avec la sncf?

  7. Merci à Michel Janva d’avoir précisé sa pensée. Toutefois, si M. G. Lipietz n’a pas été résistant, il n’a pas fait autre chose que de vivre la même l’expérience que beaucoup de français pendant cette période.
    Je suis d’accord avec Ad Jesum per Mariam. Le vrai sujet est l’opportunité de la démarche actuelle d’Alain Lipietz. Que son père ait été ou non un héros de la résistance n’est pas vraiment en rapport avec la question. La question, c’est : “Est-ce que la Sncf a facilité volontairement par ses service des arrestations arbitraires pouvant conduire à la mort d’innoncents”. La réponse revient aux historiens. Quant à régler l’affaire dans un tribunal, je ne crois vraiment pas que ce soit pour l’argent. C’est plus un problème de judiciarisation excessive de l’histoire. La participation active et volontaire de français à la déportation de juifs est une question complexe qui a déjà donné lieu a un travail important de mémoire et de reconnaissance des responsabilités de chacun, y compris de la part du gouvernement français. Des procès comme celui-ci peuvent-il vraiment rajouter quelque chose ?

  8. Ce jugement est démentiel !!!!
    J’aimerais savoir si tous les français dont les ascendants ont eu à souffrir des nombreuses guerres qu’a connu notre pays vont être aussi bien indemnisé ?
    A plus forte raison ceux qui sont morts en défendant et servant leur pays…
    J’ai l’impression que nous sommes rentrés dans un systéme de caste où certains bénéficient honteusement du systéme et les autre paient et se font insulter.

  9. Proces anachronique et ridicule, justice affigeante qui une fois de plus :
    1) Se décrédibilise un peu plus auprès de tres nombreux français
    2) Démontre le manque de recul et de culture générale des élèves sortis de l’ENM, ainsi que politisation extrême (à gauche évidemment)… Mon Dieu que « les humanités » leurs manquent…
    Le camp de l’anti-France gagne à nouveau “une bataille”… mais “le combat” continue

  10. J’ai trouvé très intéressant le point de vue d’Alain Finkielkraut sur ce jugement dans son émission Qui Vive de dimanche (11 Juin). Vous pouvez l’écouter à l’adresse suivante :
    http://www.radiorcj.info/reecouter.tpl?-eqemission_archdatarq=60
    L’extrait commence à 6 min 20.

  11. A ce train-là…., la France, déjà exsangue, sera bientôt économiquement trépassée. Mais n’est-ce pas le but de tous les lobbys du “camp de l’anti-France” que d’en finir, par tous les moyens, avec ce pays haï qui les fait pourtant – bien, et même très bien- vivre? Question: quand ils auront définitivement scié la branche sur laquelle ils sont depuis bientôt un demi-siècle confortablement installés, où donc les lobbys de l’anti-France porteront-ils leurs pénates? amdg

  12. surtout que la sncf n’existait pas à cette époque!
    Ceci dit moi j’ai intenté un procès à Romano Prodi pour le massacre de mon tetra-aïeul Flavius Gallus, qui s’est fait génocider avec tous ses proches au Colisée en 57 après JC. Et en plus avant son supplice il a beaucoup souffert, il a été esclave en Toscane, où il était sous nourri, (un régime à base d’orge et de millet ce qui est notoirement insuffisant en termes d’apports nutritiques d’après l’ONU). D’où ma demande, 100 000$ en équivalents sesterces de l’époque, à un taux d’intérêt de 5% annuels ramenés sur 2000 ans de retard, ce qui devrait réparer mon préjudice et apprendre aux Italiens à regarder en face les heures les plus sombres de leur histoire.

  13. Pour ma part, je trouve injurieux envers les morts et leurs familles que M. LIPIETZ intente ce procès.
    En effet, même si son père a passé une épreuve, la décence serait de faire profil bas : il a quand même survécu.
    Je trouve encore plus injurieux que ce procès se soit tenu.
    Je ne trouve plus les mots pour qualifier le verdict.
    Si c’est leur façon de voir l’histoire, moi je me contenterai de me remémorer les paroles de mon grand-père…

  14. Participer, pendant la guerre, en zone interdite, à l’extraction de charbon utilisé par l’industrie de guerre allemande!
    Y-a-t-il un volontaire pour lancer un procès en tant que petit-fils de français victime d’armes allemandes fabriquées à l’aide de charbon?
    Pas plus ridicule que pour la SNCF en tout cas…

  15. Et ces vaches collabos qui ont regardé passer les trains sans faire acte de résistance citoyenne, alors ???
    Faut les condamner aussi !

  16. Si nous parlons de justice…
    Où en sommes nous des spoliations immenses perpétrées contre l’Eglise Catholique de France et des assassinats de prêtres, toujours impunis à ce jour (et jamais indemnisés)?
    Où en sommes nous des 1.900.000 morts inutiles et asssassinats commis pendant l’interlude sanglant de la révolution et de l’Empire (et jamais indemnisés) ?
    On dirait que la justice de ce pays a des préférences, la petite vicieuse !!!!

  17. j’ai honte à ma Foi… vous osez vous prétendre catholiques et donc chrétiens…
    j’ai plutôt l’impression que vous êtes crétins…
    car vous ne faites aucun effort de recherche et de lecture…
    Vous auriez appris dans mon site que Papa, qui a intenté ce procés, n’a pas échappé au STO qu’il a fait son STO dans les mines d’Anzin… où il a commencé à mettre en application les économies d’énergie…
    Maman, catholique, et oui, toujours pratiquante, comme moi-même quoique… après avoir lu votre site je me demande si je vais continuer à animer des groupes de baptèmes dans ma paroisse… était résistante avec son père… voir mon site
    Le beau-père de mon père, Papy, était un industriel d’allianges spéciaux. Il était réquisitionné pendant la guerre (la famille n’avait pas fait la bêtise de se faire recenser comme juive…).
    Ils ont fui à Pau quand le SS qui venait chercher leur production lui a proposé que l’usine ne soit plus sous le régime de la réquisition mais sous celui de la collaboration et que toute la production augmentée aille à la fabrication des sous-marins allemands.
    Papy a dit qu’il allait réfléchir/ le soir même les ouvriers étaient payés et la famille en fuite vers Pau… Si Papy avait collaboré, il n’aurait jamais été interné… et l’usine aurait été préservée..
    j’ai découvert cette histoire dans la cassette enregistrée par mon père pour le mémoirial de la Shoah… car dans la famille on n’étale pas sa bravoure et pendant 60 ans on tait ses malheurs comme on tait son Honneur
    (n’est ce pas un juif qui a réussi qui a dit “que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite… ou encore, quand tu pries fais le sans te donner en spectacle… pour utiliser le langage que j’ai avec mes jeunes qui découvre la Foi…)
    mais ils n’étaient pas résistants… ce n’étaient que des Juifs…
    Au fait, je vous signale qu’il existe des lois sur les successions en France et donc que
    1- Maman hérite de la part de notre père, puisse-t-elle en profiter le plus longtemps possible, elle qui prie pour celui qui n’a pu pardonner… mais avait-il le droit de pardonner?
    2- la plus grosse part du succulent gateau au goût de larmes, de cendres, de nuit et de brouillard , de pisse et de soif revient à notre oncle, arrêté à l’âge de 16 ans.. l’âge de mon fils, de son cousin…lâge où l’on fait sa Confirmation
    Enfin, que le droit administratif est ignoré des français alors qu’il est le plus beau droit, la construction intellectuelle française la plus fameuse aujourd’hui…
    C’est l’Etat français qui a mis en place les lois antijuives (heureusement que certains évêques étaient plus indulgents que vous…) c’est la SNCF qui a négocié les contrats, heureusement qu’il y a eu des cheminots pour aider les Juifs mais malheureusement aussi pour les conduire vers l’horreur… donc c’est la juridiction qui juge l’Etat qui a enfin fait son travail..
    Que la patience de Dieu, l’Amour de Jésus-Christ et le souffle intelligent du Saint Esprit vous aide à comprendre ce que fut le dernier combat d’un homme bon…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services