Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

L’intox du “droit” à l’avortement

L’intox du “droit” à l’avortement

Gènéthique rappelle que, bien souvent, la femme avorte sous la pression :

Les pressions qu’elles subissent pour avorter sont réelles : celles du compagnon, du mari, celles de la famille proche, des « amis », mais aussi celles de l’employeur, de la société, voire des médecins eux-mêmes. Pourtant, elles sont occultées. Leur situation économique précaire, les aides étant trop rares, les conduit directement à la case IVG.

Dans les faits, les femmes sont muselées : parce qu’elles ont « choisi », « mon corps, mon choix » comme leur rabâchent les slogans, soit d’avorter, soit d’être mères, elles sont sommées d’assumer et… de se taire. La souffrance liée à l’avortement, les difficultés des mères dans l’éducation de leurs enfants deviennent des impensables. Pourtant élever l’enfant désiré ne relève pas de l’évidence et renoncer à l’enfant dont on ne voulait pas est un processus douloureux dont certaines peinent à se relever.

Quand 75% des femmes qui ont avorté l’ont fait sous la pression de circonstances sociales ou financières, peut-on encore parler d’un droit ?

[…]

Partager cet article

2 commentaires

  1. C’est justement ce qui constitue leurs circonstances atténuantes dont ne profiteront pas :
    – Médecins
    – Compagnon
    – Mari
    – Employeur
    – Famille
    – Amis
    Qui eux sont coupables avec une gravité supérieure.

  2. “Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir, s’il ne t’avait été donné d’en haut. C’est pourquoi celui qui me livre à toi commet un plus grand péché.”
    Jean XIX – 11
    Si c’est bien la mère qui avorte, c’est bien son entourage qui la pousse à le faire dans l’immense majorité des cas.

Publier une réponse