Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société / Immigration

L’immigration permet de payer les salariés toujours moins

Lu sur Novopress à propos d'un rapport de juin 2009 du Conseil d'Analyse Economique intitulé "Immigration, qualifications et marché du travail" :

 " (…) Le CAE est un organe placé auprès du Premier ministre, peu réputé pour son caractère subversif ou « politiquement incorrect » et qui regroupe la plupart des sommités de « l’économisme » français. Le rapport délégitime notamment le discours traditionnel sur le « recours à l’immigration comme palliatif à la “pénurie de main d’œuvre“ dans certains secteurs ». Ses auteurs expliquent que :

"(…) du point de vue de la science économique, la notion de pénurie n’est pas évidente. Le fait que certains natifs rejettent certains types d’emplois peut simplement signifier que les travailleurs ont de meilleures opportunités que d’occuper ces emplois, et donc que les salaires correspondants devraient augmenter pour qu’ils soient pourvus "

C’est donc simplement parce que le patronat ne veut pas revaloriser les salaires qu’il importe, avec la complicité des « idiots utiles » des associations gauchistes, une main d’œuvre plus docile, comme le confirme la conclusion du rapport qui n’hésite pas à affirmer :

"Dans le cas du marché du travail, cela signifie qu’à la place de l’immigration des années soixante on aurait pu envisager une hausse du salaire des moins qualifiés"

Toujours selon ce rapport, une hausse de la proportion d’immigrés d’un point de pourcentage réduit le salaire moyen de 1,2 %. Ces chiffres expliquent largement l’omerta entourant les questions de l’immigration, que les gouvernements « de droite » comme « de gauche » se refusent à affronter concrètement de peur de déplaire aux desideratas du grand patronat (…)"

Cae

 

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

6 commentaires

  1. L’immigration, mais aussi le libéralisme, dont la première est d’ailleurs une conséquence.

  2. Proverbe chinois : plus on est de fous, moins il y a de riz !
    Proverbe gaulois : plus y sont chez nous, moins il y a de blé !

  3. superbe ! Quand le serpent se mord la queue ! Pourquoi les politiques (dits de droite) ne font-ils pas connaître ce type d’infos ; en prenant les mesures adaptées, ils auraient tout à y gagner. Je ne parviens pas à comprendre leur logique..

  4. Cela fait bien longtemps que la France est un pays d’immigration et cela fait bien longtemps que l’on reproche à cette immigration d’être à l’origine de la baisse des salaires de l’ouvrier français. Déjà dans les années trente, on le reprochait aux italiens. La particularité de ce détail, c’est de constater la similitude de la situation économique de cette époque à la nôtre. En clair, quand l’économie est florissante, l’immigré est le bienvenu parce qu’il accepte de faire les basses besognes que l’autochtone refuse et en temps de crise c’est l’inverse! Considérant que l’immigré d’hier est devenu l’autochtone d’aujourd’hui, l’histoire me semble être un éternel recommencement.

  5. @ Phiconvers
    On pourrait plutôt dire que c’est la corruption et la pauvreté liés au socialisme étatique de la plupart des pays en voie de développement. Il y a des pays en voie de développement dont personne n’émigre, ou marginalement, comme le Brésil. Quand l’Argentine a été ruinée il 10-15 ans, , y a t il eu une vague massive d’émigration ?
    Quand Taïwan a échappé au communisme, son PIB par habitant, comme celui de la Corée du Sud, était inférieur à celui de la Côte d’Ivoire ou de l’Algérie. Comparez.
    La remise en cause systématique du libéralisme économique est devenue la pratique magique qui explique tout et exorcise de tout : c’est la poupée vaudou de la la pensée économique, il suffit de planter une aiguille en marmonnant des propos anti libéraux.

  6. “Le gouvernement veut normaliser les régularisations de clandestins
    C’est désormais officiel, les délinquants pénétrants sur notre territoire illégalement, trouvant facilement un travail de par le différenciel de salaire acceptable entre eux et les nationaux, pourront être régularisés :
    Lu dans Les Echos de ce jour (21.05.2010) :
    24nov.JPG
    Rappels :
    > Un article du Monde du 21 décembre 2009 :
    ” Discrètement mais sûrement, le gouvernement régularise des sans-papiers. Alors qu’il multiplie les signes de “fermeté” comme ce nouveau renvoi d’Afghans le 15 décembre, les chiffres recueillis par Le Monde auprès du ministère de l’immigration révèlent que plus de 20 000 étrangers en situation irrégulière auront été régularisés en 2009. Ce chiffre est équivalent, si ce n’est supérieur, à celui des expulsions. Le ministre de l’immigration, Eric Besson, se refuse pourtant à communiquer une donnée précise et globale sur cette question. Lire l’article
    > Un article du Le Figaro du 19 octobre 2007 :
    « La loi Hortefeux sur le regroupement familial a été enrichie au cours des débats parlementaires d’un « amendement » prévoyant « à titre exceptionnel » une admission au séjour des sans-papiers qui pourraient justifier d’un emploi »
    > Plus de 20 000 clandestins sont déjà régularisés chaque année à titre “exceptionnel”. Combien l’année prochaine avec cette nouvelle mesure ? (20 744 clandestins régularisés en 2003, 22 814 en 2004, 26 338 en 2005)
    > Le dernier rapport du Sénat sur la question de la présence des illégaux en France ( série 2005-2006, rapporteur Georges Othily) faisait état de 600 000 entrées de clandestins chaque année en France + Dom Tom…é
    Observatoire de l’islamisation, 21 mai 2010.
    http://www.islamisation.fr/

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services