Bannière Salon Beige

Partager cet article

Immigration / Pays : Allemagne

L’immigration aggrave la crise politique en Allemagne

L’immigration aggrave la crise politique en Allemagne

D’Olivier Bault dans Présent :

De nouvelles tensions se font sentir en Allemagne entre les trois partis de la grande coalition : la CDU de la chancelière Angela Merkel, la CSU bavaroise du ministre de l’Intérieur Horst Seehofer et le SPD social-démocrate. La raison de ces tensions : la promotion au poste de secrétaire d’Etat chargé de la sécurité au ministère de l’Intérieur de Hans-Georg Maassen, le chef de l’Office fédéral de protection de la Constitution (BfV), le service de contre-espionnage allemand.

La gauche voulait la peau de Maassen depuis qu’il avait mis en doute l’authenticité d’une vidéo circulant sur Internet sur laquelle on voyait des manifestants présumés de Chemnitz pourchasser des immigrants. Merkel elle-même s’était basée sur cette vidéo pour dénoncer des scènes « de chasse à l’homme collective » et de « manifestations de haine » qui « n’ont pas leur place dans un Etat de droit ».

Comme nous l’avions signalé dans Présent le 6 septembre, le procureur général de Saxe avait démenti « l’existence d’une chasse anti-immigrés ». Le ministre-président de Saxe, membre de la CDU, avait vertement critiqué les médias et les membres de la classe politique pour leurs manipulations, et Hans-Georg Maassen avait affirmé publiquement « partager le scepticisme envers les informations des médias sur des extrémistes de droite qui auraient pourchassé » des étrangers car, a-t-il dit, « il n’y a aucune preuve que la vidéo de cet incident présumé qui a circulé sur Internet soit authentique ».

Le désaveu était cuisant pour Angela Merkel, mais aussi pour la gauche qui accusait l’AfD, coorganisateur de certaines des manifestations à Chemnitz, de « coopérer avec les néonazis », certains députés du Bundestag demandant même que le parti national-conservateur soit mis sous surveillance par le BfV de Maassen. Dans la foulée, on a accusé Maassen d’avoir transmis les données sensibles d’un rapport confidentiel à l’AfD.

Tabassé à mort par plusieurs « migrants »

Après Chemnitz, des manifestations du même type éclataient dans la ville de Köthen à la suite de la mort par infarctus d’un jeune Allemand violemment tabassé par plusieurs « migrants ». La peur de voir les troubles s’étendre imposait sans doute, aux yeux de la gauche immigrationniste, de changer au plus vite le chef du contre-espionnage qui refusait de prendre part à la propagande politico-médiatique contre les manifestants de Chemnitz et Köthen.

Oui, mais voilà : le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, a de nouveau mis sa démission dans la balance, et il a donc fallu à Angela Merkel négocier un compromis pour sauver son fragile gouvernement. Le compromis en question a donc consisté à promouvoir Maassen au poste de secrétaire d’Etat afin de libérer la place de chef du BfV, ce qui provoque aujourd’hui la fureur de la gauche.

Partager cet article

1 commentaire

  1. Ces pauvres allemands n’ont pas fini d’en baver, entre mémé Merkel et les migrants ! D’ailleurs, les uns ne vont pas sans l’autre… Je pense que ce n’est que lorsque l’Afd sera aux portes du pouvoir que les allemands vont se réveiller !

    L’irresponsabilité et l’intolérance de la gauche aura donc fait commettre bien des dégâts…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services