Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre

L’idéologie du genre voue la nature humaine à la destruction

L’idéologie du genre voue la nature humaine à la destruction

En République dominicaine, plusieurs milliers de familles ont pris part, le 4 juillet 2019, à une manifestation nationale, afin de demander le retrait de mesures éducatives qu’elles estiment fondées sur l’idéologie du genre.

Les manifestants demandaient le retrait du décret 33-2019, promulgué le 22 mai 2019, qui stipule qu’une « politique basée sur l’égalité des sexes doit être mise en œuvre en priorité dans l’enseignement primaire et secondaire ».

Le collectif à l’origine de la manifestation voit dans ces nouvelles mesures une tentative de « pénétration systématique et organisée de l’idéologie du genre en République dominicaine ».

Quelques semaines plus tôt, le 28 mai 2019, la Conférence des évêques du pays avait pris la parole, afin de rappeler que « l’idéologie du genre, au mépris des études scientifiques menées en la matière, voue la nature humaine à la destruction ». 

Du côté de l’exécutif, l’heure est à la pacification des esprits : « jamais l’idéologie du genre ne rentrera dans un programme d’éducation publique », jure pour sa part le chef de cabinet du ministre de l’Education, Henry Santos.

Les catholiques dominicains, peu confiants dans les assurances lénifiantes de leur gouvernement, entendent demeurer plus que jamais vigilants.

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

7 commentaires

  1. Mais cela se passe en République Dominicaine. En France, nos Évêques sont trop obnubilés par le politiquement correct qu’ils n’émettent pratiquement aucune protestation contre cette théorie délirante.

  2. Comment est-il concevable que la Conférence des évêques de la République Dominicaine puisse rappeler que :
    « l’idéologie du genre, au mépris des études scientifiques menées en la matière, voue la nature humaine à la destruction » et pas la Conférence des évêques de la fille ainée de l’Église ?

  3. Duport, il faut être juste. Je crois savoir, sans en être certain, que la Conférence des évêques de France a émis un avis très critique sur l’idéologie du genre.

  4. les catholiques français votent pour des gens qui vont à l’encontre de leurs idées!

  5. “voue la nature humain” à la destruction” ? Bien sûr que c’est voulu et même “déterminé” férocement par les idéologues sataniques de la F-M mondiale d’origine anglo-saxonne et ceci pour aboutir à leur recréation par l’Homme-Dieu d’un “homme nouveau” entièrement génétiquement modifié et par tous les moyens ! Ce n’est pas une nouveauté historiquement ! C’est simplement que les moyens scientifiques dévoyés depuis quelques décennies le permettent comme jamais auparavant et justement c’est encore voulu, délibérément ! Pourquoi croyez-vous qu’ils ont placés leurs adeptes à tous les postes utiles à ce but y compris pour piller les cons-tribuables à cette fin !???

  6. L’idéologie du genre et les délires du même acabit ne sont que les prolongements post-modernes du capital en mutation et restructuration permanente ; ce n’est pas seulement la nature humaine qui est vouée à la destruction, mais l’humanité elle-même et l’ensemble du vivant, à moins que le système ne soit détruit ou s’autodétruise avant… Que vaut la parole des évêques et autres autorités morales face à cela ? Pas grand chose ; mais tant que la dimension systémique et capitalistique du volet sociétal ne sera pas dialectiquement étudié et dénoncé, le camp “conservateur”, qui ne déplore que les conséquences dont au fond il chérit les causes, sera ainsi condamné à errer de défaites en défaites…C’est inéluctable : il est inconcevable de faire du statique alors que l’ensemble du corps social est entraîné par un moteur sans cesse aliment par le capital…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services